Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350871110
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 462
Format : 143 x 207 mm

Rose, Sainte-nitouche

Michele Albaret (Traducteur)
Date de parution : 14/05/2009

Une dragée au poivre.

« Jure-moi que tu ne me quitteras jamais », l’imploration de Ned symbolisait pour Rose la sécurité, mais lorsque la vieille du mariage, le ténébreux Mylo l’avertit : « Au lit, avec Ned, tu te demanderas si cet étrange acte sexuel ne tournerait pas au sublime avec moi »,...

« Jure-moi que tu ne me quitteras jamais », l’imploration de Ned symbolisait pour Rose la sécurité, mais lorsque la vieille du mariage, le ténébreux Mylo l’avertit : « Au lit, avec Ned, tu te demanderas si cet étrange acte sexuel ne tournerait pas au sublime avec moi », la future mariée plonge dans le trouble.
En cinquante ans de mariage, la sainte nitouche a fait preuve de dévouement à un homme riche, gentil et doté d’un remarquable sens de l’organisation. Mais ce n’était que façade… Une fois veuve, elle se penche sur son passé. Derrière les sages apparences on découvre le marivaudage : Mylo escaladait le balcon pour voir sa belle adultère, raccrochait quand Ned décrochait. Rose était épanouie entre un mari sécurité et un amant passionné.

À travers un récit plein d’humour, Mary Wesley nous offre une apologie de la vieillesse triomphante associée à la peinture de l’amour multiforme. Son talent d’aquarelliste – dans la gamme thé, magnolia – ravit. Rose, Sainte Nitouche a la saveur d’un bonbon anglais aigre-doux.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350871110
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 462
Format : 143 x 207 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sld09 Posté le 27 Juin 2017
    J'ai beaucoup aimé ce joli roman à l'écriture agréable qui dépeint une société anglaise où les apparences comptent plus que tout.
  • Chaplum Posté le 16 Novembre 2013
    A la mort de Ned, Rose décide de partir quelques jours, seule, dans un petit hôtel, sur un coup de tête. Elle part en laissant tout le monde en plan, à la surprise de ses amis, et sans prévenir son fils et sa belle-fille, qui doivent de toute façon venir prendre possession de la maison dans quelques jours. Tout le monde a toujours cru que Rose et Ned formaient un de ces couples exemplaires de la bonne société anglaise. Mais Rose n’est pas vraiment la femme lisse qu’elle semble être. Et sous son aspect de parfaite dame du monde, elle cache une femme de caractère qui a toujours aimé un autre homme et mené sa barque comme elle l’entendait, tout en conservant une sécurité chèrement payée. Ce n’est pas un secret que j’adore les romancières anglaises, surtout quand elles s’attaquent aux convenances avec un humour ironique sous des airs de respectabilité. Et j’ai découvert ici une véritable pépite, une sucrerie qu’on déguste lentement en la savourant, idéalement avec une bonne tasse de thé anglais ! Quel régal ! L’héroïne, Rose, est un personnage comme je les aime. On voit que dans sa jeunesse, timide, elle est malmenée par des voisins, un frère... A la mort de Ned, Rose décide de partir quelques jours, seule, dans un petit hôtel, sur un coup de tête. Elle part en laissant tout le monde en plan, à la surprise de ses amis, et sans prévenir son fils et sa belle-fille, qui doivent de toute façon venir prendre possession de la maison dans quelques jours. Tout le monde a toujours cru que Rose et Ned formaient un de ces couples exemplaires de la bonne société anglaise. Mais Rose n’est pas vraiment la femme lisse qu’elle semble être. Et sous son aspect de parfaite dame du monde, elle cache une femme de caractère qui a toujours aimé un autre homme et mené sa barque comme elle l’entendait, tout en conservant une sécurité chèrement payée. Ce n’est pas un secret que j’adore les romancières anglaises, surtout quand elles s’attaquent aux convenances avec un humour ironique sous des airs de respectabilité. Et j’ai découvert ici une véritable pépite, une sucrerie qu’on déguste lentement en la savourant, idéalement avec une bonne tasse de thé anglais ! Quel régal ! L’héroïne, Rose, est un personnage comme je les aime. On voit que dans sa jeunesse, timide, elle est malmenée par des voisins, un frère et sa soeur, pique-assiettes, qui n’hésitent pas à se servir d’elle en la ridiculisant. Mais peu à peu, elle prend sa revanche, en acquérant une certaine confiance en elle. Ce que j’ai beaucoup apprécié chez Rose, c’est sa façon de lutter contre l’adversité, de lancer des phrases qui font mouche, toujours avec un sourire et un air de totale respectabilité. Ce qui crée des situations cocasses, comme seuls les anglais peuvent imaginer. Son union avec Ned n’est qu’un mariage de convenance pour Rose, pour faire plaisir à ses parents dans un premier temps mais aussi pour répondre à un besoin de sécurité qu’elle éprouve depuis son enfance. Mais aussi, un peu, pour rendre jalouse certaines filles. Son cœur est pris par Mylo, le précepteur des adolescents voisins de ses parents, mi anglais mi français, mais qui n’appartient pas à son milieu social. Ce roman, qui raconte la vie mouvementée d’une série de protagonistes des années 35 à la mort de Ned (qu’on peut sûrement dater dans les années 80, décennie de parution du roman), met en évidence l’hypocrisie, le mensonge et la duperie d’une société régie par des convenances désuètes. Chacun espionne ses voisins, tout en essayant de garder son jardin privé. Cela ne pourra que ravir les amateurs du genre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • claraetlesmots Posté le 26 Septembre 2013
    Depuis le décès de Ned l’époux de Rose, ses amis s’inquiètent pour elle. Elle a toujours su cacher ses émotions depuis très longtemps et si sa vie semble d’un terrible conformiste, la réalité en est loin, très loin. Après des lectures qui m’ont remuée, j’avais besoin d’un bon roman où je puisse m’attacher à une héroïne, sourire grâce à un humour dosé d’une pointe d’ironie. Et ce roman a comblé mon attente. Pétillant, tout comme à l’image de Rose. Jeune fille, Rose a été mise en garde par sa mère contre les hommes pour qui les plaisirs de la chair sont un pur mensonge. A l’occasion d’une réception donnée chez des personnes de la bonne société anglaise, Rose fait la connaissance de Mylo originaire de France. Précepteur des enfants, il dévoile à Rose son tempérament fougueux et intrépide. Chacun tombe sous le charme de l’autre. Mais la Seconde Guerre mondiale qui se prépare vient bousculer toutes les vies. Mylo est reparti en France et sans aucune nouvelle de sa part, Rose accepte d’épouser Ned qui part au combat. Elle gère la maison et la ferme de son époux, s’affirme dans sa personnalité et surtout entretient avec Mylo une liaison. La jeune femme... Depuis le décès de Ned l’époux de Rose, ses amis s’inquiètent pour elle. Elle a toujours su cacher ses émotions depuis très longtemps et si sa vie semble d’un terrible conformiste, la réalité en est loin, très loin. Après des lectures qui m’ont remuée, j’avais besoin d’un bon roman où je puisse m’attacher à une héroïne, sourire grâce à un humour dosé d’une pointe d’ironie. Et ce roman a comblé mon attente. Pétillant, tout comme à l’image de Rose. Jeune fille, Rose a été mise en garde par sa mère contre les hommes pour qui les plaisirs de la chair sont un pur mensonge. A l’occasion d’une réception donnée chez des personnes de la bonne société anglaise, Rose fait la connaissance de Mylo originaire de France. Précepteur des enfants, il dévoile à Rose son tempérament fougueux et intrépide. Chacun tombe sous le charme de l’autre. Mais la Seconde Guerre mondiale qui se prépare vient bousculer toutes les vies. Mylo est reparti en France et sans aucune nouvelle de sa part, Rose accepte d’épouser Ned qui part au combat. Elle gère la maison et la ferme de son époux, s’affirme dans sa personnalité et surtout entretient avec Mylo une liaison. La jeune femme timide est devenue une femme de caractère mais elle ne peut se séparer de Ned. Car il s’agit également d'une personne qui ne revient pas sur ses promesses. On suit la métamorphose de Rose qui s’est émancipée, on partage ses doutes, ses joies et ses peines. De la jeune femme qui deviendra mère, épouse et maîtresse qui jongle habilement entre deux vies. Les soi-disant amis, les convenances sont épinglées avec ironie. Et Mary Wesley n’oublie pas le contexte social ni les carcans imposés à ces femmes. Sans être guimauve, ce roman est absolument délicieux !
    Lire la suite
    En lire moins
  • VivianeB Posté le 8 Mai 2013
    L'univers de l'auteur est intéressant car il nous guide au travers de destins de femmes fortes et qui font des choix ayant des conséquences sur leur vie, choix qu'elles assument. Un bon livre où la causticité est présente pour décrire des situations tristes ou gaies.
  • Theoma Posté le 27 Juillet 2011
    Plonger dans un roman de Mary Wesley, c'est comme si l'on retrouvait une amie chère autour d'un thé. C'est délicieux, reposant, savoureux. C'est une tradition qui comporte ses coutumes. Le lait ou le citron en premier, le thé ensuite. Les femmes de Mary Wesley sont souvent complexes et l'héroïne de ce roman ne fait pas exception. Rose a épousé l'homme qui lui était destiné alors qu'elle en a aimé un autre toute sa vie. Les pages démontrent que l'on ne sait jamais rien de l'intimité d'un couple. Entre ce que celui-ci dégage, les représentations des autres et la réalité vécue par les deux intéressés, tout un univers ! A cette Rose qui m'a parfois agacée d'avoir préféré la sécurité à l'amour, j'ai davantage apprécié ses consœurs de La pelouse de camomille et Les raisons du coeur. Peut-être est-ce l'impossibilité d'appliquer un minimum de bovarysme qui m'a manqué. Comment Rose peut-elle rejeter ce Mylo extraordinaire pour une vie en charentaises ? Et pourtant, quelle modernité dans l'évolution des personnages ! De l'auteure, je veux tout lire et ce n'est pas Rose qui m'arrêtera bien au contraire. Même quand la lecture est un peu en-dessous de mes attentes, un Mary Wesley, c'est toujours un moment... Plonger dans un roman de Mary Wesley, c'est comme si l'on retrouvait une amie chère autour d'un thé. C'est délicieux, reposant, savoureux. C'est une tradition qui comporte ses coutumes. Le lait ou le citron en premier, le thé ensuite. Les femmes de Mary Wesley sont souvent complexes et l'héroïne de ce roman ne fait pas exception. Rose a épousé l'homme qui lui était destiné alors qu'elle en a aimé un autre toute sa vie. Les pages démontrent que l'on ne sait jamais rien de l'intimité d'un couple. Entre ce que celui-ci dégage, les représentations des autres et la réalité vécue par les deux intéressés, tout un univers ! A cette Rose qui m'a parfois agacée d'avoir préféré la sécurité à l'amour, j'ai davantage apprécié ses consœurs de La pelouse de camomille et Les raisons du coeur. Peut-être est-ce l'impossibilité d'appliquer un minimum de bovarysme qui m'a manqué. Comment Rose peut-elle rejeter ce Mylo extraordinaire pour une vie en charentaises ? Et pourtant, quelle modernité dans l'évolution des personnages ! De l'auteure, je veux tout lire et ce n'est pas Rose qui m'arrêtera bien au contraire. Même quand la lecture est un peu en-dessous de mes attentes, un Mary Wesley, c'est toujours un moment privilégié. Une bulle d'air.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.