Lisez! icon: Search engine
Sans même un adieu
Claude Demanuelli (traduit par), Jean Demanuelli (traduit par)
Date de parution : 03/11/2016
Éditeurs :
Sonatine

Sans même un adieu

Claude Demanuelli (traduit par), Jean Demanuelli (traduit par)
Date de parution : 03/11/2016
On ne sait jamais ce que le passé nous réserve.

Le nouveau roman bouleversant du maître du suspense anglais
 
1911, Geoffrey Staddon, jeune architecte plein d’élans et d’espoir, vient de concevoir une magnifique demeure, Clouds Frome. Et il est tombé amoureux fou de la femme de son commanditaire, Consuela... 1911, Geoffrey Staddon, jeune architecte plein d’élans et d’espoir, vient de concevoir une magnifique demeure, Clouds Frome. Et il est tombé amoureux fou de la femme de son commanditaire, Consuela Caswell, une jeune Brésilienne perdue dans un mariage de convenance. Alors qu’il lui a promis de s’enfuir avec elle, il... 1911, Geoffrey Staddon, jeune architecte plein d’élans et d’espoir, vient de concevoir une magnifique demeure, Clouds Frome. Et il est tombé amoureux fou de la femme de son commanditaire, Consuela Caswell, une jeune Brésilienne perdue dans un mariage de convenance. Alors qu’il lui a promis de s’enfuir avec elle, il l’abandonne à son triste sort, préférant se consacrer pleinement à ses ambitions professionnelles.

1923, en lisant le journal, Geoffrey tombe sur un article qui lui glace le sang. Consuela Caswell est accusée de meurtre et risque la peine capitale. Bouleversé par cette nouvelle qui réveille bien des fantômes et ravive son sentiment de culpabilité, il ne peut rester sans rien faire. D’autant plus qu’il est persuadé que Consuela n’a pas pu commettre un crime aussi terrible. Il n’a pas le choix, il doit revenir à Clouds Frome pour savoir ce qu’il s’y est réellement passé. Il ne se doute pas encore des sombres secrets qu’il va y découvrir et qui vont bouleverser son existence.
 
Dans une forme éblouissante, Robert Goddard revient ici à sa période de prédilection, le début du xxe siècle, à ses thèmes favoris, l’Histoire, les non-dits, les secrets de famille, et nous offre un roman formidable, aux multiples révélations.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355843617
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 672
Format : 140 x 220 mm
EAN : 9782355843617
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 672
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

" Vous ne pourrez plus lâcher ce livre une fois que vous l'aurez ouvert "
Yves Quitté / Dimanche France

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • fanfan50 06/10/2022
    Un livre de 659 pages aux éditions Sonatine que j’ai emprunté récemment à ma bibliothèque sur un coup de cœur sûrement au vu de la photo de sa couverture : une femme habillée comme dans les années folles avec un chapeau cloche et un long sautoir en perles qui tient fortement les mains d’un homme encore jeune lui aussi chapeauté et chaudement couvert. Tout est dans le regard qu’ils portent l’un à l’autre qui semble si intense. Et la quatrième de couverture fut aussi très accrocheuse : « On ne sait jamais ce que le passé nous réserve » et aussi « Un pavé à suspense à devenir asocial et insomniaque ». Je l’ai lu assez rapidement et j’ai forcé sur les dernières pages dans mon lit le soir étant avide de connaître le dénouement. Le Whodunit ne s’est dévoilé franchement qu’à la fin et j’avoue avoir soupçonné bien des membres de la famille jusqu’à la condamnée elle-même ! L’acharnement de Geoffrey Stanton à découvrir le véritable criminel m’a paru souvent sans espoir et pourtant ! Beaucoup de flashbacks dans le déroulement d’une action pourtant trépidante car on était en droit de connaître tous les intervenants et ce qui s’était passé avant... Un livre de 659 pages aux éditions Sonatine que j’ai emprunté récemment à ma bibliothèque sur un coup de cœur sûrement au vu de la photo de sa couverture : une femme habillée comme dans les années folles avec un chapeau cloche et un long sautoir en perles qui tient fortement les mains d’un homme encore jeune lui aussi chapeauté et chaudement couvert. Tout est dans le regard qu’ils portent l’un à l’autre qui semble si intense. Et la quatrième de couverture fut aussi très accrocheuse : « On ne sait jamais ce que le passé nous réserve » et aussi « Un pavé à suspense à devenir asocial et insomniaque ». Je l’ai lu assez rapidement et j’ai forcé sur les dernières pages dans mon lit le soir étant avide de connaître le dénouement. Le Whodunit ne s’est dévoilé franchement qu’à la fin et j’avoue avoir soupçonné bien des membres de la famille jusqu’à la condamnée elle-même ! L’acharnement de Geoffrey Stanton à découvrir le véritable criminel m’a paru souvent sans espoir et pourtant ! Beaucoup de flashbacks dans le déroulement d’une action pourtant trépidante car on était en droit de connaître tous les intervenants et ce qui s’était passé avant la découverte dans un journal local de l’empoisonnement de la nièce du riche homme d’affaires du Herefordshire. Qui dit poison dit meurtre féminin et les soupçons se portent sur Consuela, la femme de Victor Caswell. Et ce qui s’ensuit, c’est une cascade de rebondissements dans le style des romans victoriens. Un style très rocambolesque alors que l’intrigue se déroule au début du 20ème. Plusieurs personnes sont vénéneuses et on s’égare à leur trouver des raisons d’empoisonner leur prochain. L’arsenic n’est pas la plus belle façon d’envoyer quelqu’un ad patres. Il faut beaucoup lui en vouloir pour le faire autant souffrir. Pour ma part, ce roman n’est pas vraiment historique mais c’est un bon polar. Et j’ai passé de très agréables moments de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • VeroniquePascual 23/07/2021
    Voilà un roman qui ne se lâche pas. Le héros, un homme ordinaire, terne, qui s'empêtre dans de mauvaises décisions, est exaspérant. Il tente maladroitement de sauver la femme qu'il a aimée et laissée tomber autrefois. J'ai été fascinée par la description du procès, de la justice bornée et injuste. La traduction de Claude et Jean Demanuelli nous offre un texte superbement écrit, d'une fluidité remarquable. Je le précise car je lis maintenant " L'héritage Davenall", traduit par Elodie Leplat et je suis très déçue.
  • Guillaume72 21/06/2021
    Pour une fois, robert Goddard ne nous plonge pas dans la grande histoire, mais dans une histoire de famille, avec une palette de personnages intéressants. Le scénario est centré sur un architecte qui a fait le choix de sa carrière plutôt que celui de son bonheur familial auprès d'une femme dont il est devenu l'amant alors que cette dernière était marié à un aristocrate. L'intrigue est bien ficelée et Goddard comme d'habitude déploie son talent de narrateur avec cette fois, une volet juridique incorporé à l'histoire au travers d'un procès. C'est aussi l'occasion de décortiquer les travers de la société britannique
  • Tiguidou 11/06/2021
    Meurtre et mystère. Voilà la catégorie qui conviendrait le mieux à cet excellent polar où la police n'y a qu'un rôle de figurant. Du pur Agatha Christie vitaminé sans toutefois Hercule Poirot ni Miss Marple. Tout se joie entre les protagonistes avec leurs secrets, leurs rancunes, leurs ambitions, leur culpabilité. Robert Goddard nous sert un super bon page turner et bien malin celui qui déclinera le fin mot de l'histoire. L'auteur nous donne des indices à petites doses, nous envoyant sur des pistes toutes probables mais qui se terminent en cul-de-sacs. Personnellement si J'ai découvert le coupable C'est que J'ai soupçonné tout le monde à tour de rôle. Très bon moment de lecture pour les amateurs d'intrigues.
  • MissAlfie 16/02/2021
    Profitant de quelques jours de vacances, j'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à faire autre chose que de lire ce pavé que j'ai englouti en moins de 48 heures tant j'ai été prise par l'intrigue. Pour une fois, je n'ai pas vu les ficelles qui sous-tendent la trame narrative, et le seul reproche que je ferai concerne Geoffrey, le personnage principal : ce monsieur est particulièrement stupide, si on réfléchit bien. Il va tomber dans à peu près tous les panneaux qu'on mettra sur sa route, il se fâche avec quasiment toutes les personnes qui pourraient être des alliées et arrive avec des sabots aussi gros que ce qu'il pense être discret devient ridicule.
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions