En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Une colonne de feu

        Robert Laffont
        EAN : 9782221157695
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 928
        Format : 1 x 240 mm
        Une colonne de feu

        Cécile ARNAUD (Traducteur), Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur), Odile DEMANGE (Traducteur), Nathalie GOUYÉ-GUILBERT (Traducteur), Dominique HAAS (Traducteur)
        Date de parution : 14/09/2017
        La saga des Piliers de la terre et du Monde sans fin, qui a captivé des millions de lecteurs, se poursuit aujourd’hui avec Une colonne de feu, la nouvelle épopée sensationnelle de Ken Follett. 

        Après Les Piliers de la Terre et Un monde sans fin, Ken Follett renoue avec la magnifique fresque de Kingsbridge, qui a captivé des millions de lecteurs dans le monde entier.
        Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais…...

        Après Les Piliers de la Terre et Un monde sans fin, Ken Follett renoue avec la magnifique fresque de Kingsbridge, qui a captivé des millions de lecteurs dans le monde entier.
        Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald.
        L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France où la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent…
        Dans ce demi-siècle agité par le fanatisme qui répand la violence depuis Séville jusqu’à Genève, les pires ennemis ne sont cependant pas les religions rivales. La véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance aux tyrans décidés à imposer leurs idées à tous les autres – à n’importe quel prix.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221157695
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 928
        Format : 1 x 240 mm
        Robert Laffont
        24.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Jaklek Posté le 1 Septembre 2018
          Comme toujours, avec Ken Follett, on entre dans une épopée historique, ou devrais-je dire, ici, dans une page d'histoire atroce. J'aurais bien écrit sordide et stupide, mais ce n'est pas ainsi que l'auteur retrace ce "jeu" de tortures et autres mises à mort auxquelles se livrent d'un côté les protestants radicaux et de l'autre côté, les catholiques ultras. Heureusement il y a quelques beaux portraits dans ces quelque 920 pages, portraits d'hommes et de femmes plus tolérants qui voudraient que chacun puissent librement manifester sa croyance. J'ai parfois peiné, il est vrai, à me dépêtrer de ces étripages, bûcher et autres "plaisanteries" du même ordre, mais - et c'est tout le génie de Follett- les multiples rebondissements, les retours à l'accalmie donnent toujours envie de tourner la page et de savoir jusqu'où il va nous emmener. Oserais-je dire, enfin, que ce roman qui situe l'action au XVIème siècle, m'a incitée à penser que nous n'en étions pas si loin que les dates semblent nous le faire croire ?
        • Acappella Posté le 25 Août 2018
          Remarquable travail de Ken Follett qui, comme à l'accoutumée, nous immerge de façon très plaisante dans l'histoire, ici une partie de l'histoire des religions très bien documentée. Thèmes de fond : la tolérance , l'acceptation des différences ... À méditer.
        • ERICANSE Posté le 17 Août 2018
          C’est un véritable roman historique, un véritable pavé de 900 pages que nous livre Ken Follet, dont je ne connaissais jusqu’à ce jour que la réputation. Kingsbridge semble lui être cher, et pénétrer dans cet univers ne m’a pas posé de problèmes, mais mieux vaut le dire tout de suite, cette saga représente un véritable tour d’Europe des guerres de religion au XVIème siècle. Félicitations à l’auteur pour un ouvrage très documenté, et dont le récit s’intègre parfaitement à la fiction et à la vie de Ned Willard, le héros. Peut-on réellement parler de héros ? Il faut quand même s’accrocher pour comprendre tous les tenants et les aboutissants, tant le récit part dans tous les sens. Et on parle d’un roman s’étirant sur une vie entière, et Ned apparait alors comme un anti-héros même si on frissonne à la découverte de ses expériences et de ses aventures. Ken Follet a-t-il écrit une histoire en se servant du cadre européen de ce XVIème siècle ou nous raconte-t-il l’histoire en l’agrémentant d’une légère fiction ? La question peut se poser, tant parfois l’auteur nous plonge dans les détails de cette période trouble de la religion européenne. Entre 1558 et 1620,... C’est un véritable roman historique, un véritable pavé de 900 pages que nous livre Ken Follet, dont je ne connaissais jusqu’à ce jour que la réputation. Kingsbridge semble lui être cher, et pénétrer dans cet univers ne m’a pas posé de problèmes, mais mieux vaut le dire tout de suite, cette saga représente un véritable tour d’Europe des guerres de religion au XVIème siècle. Félicitations à l’auteur pour un ouvrage très documenté, et dont le récit s’intègre parfaitement à la fiction et à la vie de Ned Willard, le héros. Peut-on réellement parler de héros ? Il faut quand même s’accrocher pour comprendre tous les tenants et les aboutissants, tant le récit part dans tous les sens. Et on parle d’un roman s’étirant sur une vie entière, et Ned apparait alors comme un anti-héros même si on frissonne à la découverte de ses expériences et de ses aventures. Ken Follet a-t-il écrit une histoire en se servant du cadre européen de ce XVIème siècle ou nous raconte-t-il l’histoire en l’agrémentant d’une légère fiction ? La question peut se poser, tant parfois l’auteur nous plonge dans les détails de cette période trouble de la religion européenne. Entre 1558 et 1620, cette colonne de feu nous maintient en haleine, et on s’attriste pour l’histoire d’amour de Ned, qui ne tourne pas si mal que cela finalement. Toujours est-il que ce livre m’a enthousiasmé pour son érudition mais aussi pour le talent de l’auteur, que je vais essayer de mieux découvrir en notant quelque part dans mon esprit embrouillé de lire les Piliers de la Terre, dont je ne trouve que des louanges.
          Lire la suite
          En lire moins
        • esperanza09 Posté le 14 Août 2018
          Sous fond de conflit entre catholiques et protestants, on retrouve tous les ingrédients qui font les bouquins de Follett : complot, intrigue, voyage, etc. Nombreux personnages encore une fois, mais il est facile de s'y retrouver et un mémento avec tous les noms se trouvent au début si jamais. Ce dernier livre est pour moi le deuxième meilleur de la trilogie des piliers de la terre après un monde sans fin. (Je les aime complètement dans le désordre 😁)
        • JeanRene43 Posté le 11 Août 2018
          Avec Une colonne de feu, Ken Follett nous offre une suite à son oeuvre Les pilliers de la terre mais avec un saut de 4 siècles. Le premier tome se situe au XIIe siècle et traite des conflits seigneuriaux et des prouesses et mésaventures des constructions de cathédrales gothiques alors que celui-ci traite avec autant de terreur, des guerres de religions en Europe à la seconde moitié du XVIe siècle. Une suite car bien des personnages de fiction sont issus de Kingsbridge, une petite ville imaginaire au sud de l'Angleterre, à une journée de cheval de Londres ville alors de cent mille habitants. Plutôt que de résumer et formuler maladroitement une critique personnelle, je vais reproduire quelques citations tirées du livre qui donneront le sens et l'objectif de l'auteur. "Guillaume conclut par un sermon enflammé sur la perversité du pape Paul IV. Agé de quatre-vingt-un ans, Paul était un conservateur intolérant qui avait renforcé le pouvoir de l'inquisition et obligé les juifs des Etats pontificaux à porter des chapeaux jaunes. Il était autant haï des catholiques que des protestants." "La politique du pape à l'égard des protestants est l'extermination." "A Paris, les citoyens avaient tué sauvagement des milliers de femmes et... Avec Une colonne de feu, Ken Follett nous offre une suite à son oeuvre Les pilliers de la terre mais avec un saut de 4 siècles. Le premier tome se situe au XIIe siècle et traite des conflits seigneuriaux et des prouesses et mésaventures des constructions de cathédrales gothiques alors que celui-ci traite avec autant de terreur, des guerres de religions en Europe à la seconde moitié du XVIe siècle. Une suite car bien des personnages de fiction sont issus de Kingsbridge, une petite ville imaginaire au sud de l'Angleterre, à une journée de cheval de Londres ville alors de cent mille habitants. Plutôt que de résumer et formuler maladroitement une critique personnelle, je vais reproduire quelques citations tirées du livre qui donneront le sens et l'objectif de l'auteur. "Guillaume conclut par un sermon enflammé sur la perversité du pape Paul IV. Agé de quatre-vingt-un ans, Paul était un conservateur intolérant qui avait renforcé le pouvoir de l'inquisition et obligé les juifs des Etats pontificaux à porter des chapeaux jaunes. Il était autant haï des catholiques que des protestants." "La politique du pape à l'égard des protestants est l'extermination." "A Paris, les citoyens avaient tué sauvagement des milliers de femmes et d'enfants sans défense -nuit de la Saint Barthélémy le 24 août 1572-. Dieu pouvait-il vraiment permettre pareilles horreurs ? Comme si cela ne suffisait pas, le pape avait adressé une lettre de félicitations au roi de France." "Aux yeux de l'Egilse, la Bible était le plus dangereux de tous les livres interdits, surtout traduite en français et en anglais, avec des notes marginales expliquant comment certains passages prouvaient la justesse de la doctrine protestante." "La plupart des français ne demandaient qu'à vivre en paix avec leurs voisins quelle que fût leur confession, mais toutes les tentatives de réconciliation étaient sabotées par des hommes comme les frères de Guise, pour qui la religion n'était qu'un moyen d'accéder au pouvoir et à la fortune." Je laisse aux lecteurs la découverte de la responsabilité des massacres de la Saint Barthélémy par l'auteur, mais qu'en dit l'Encyclopédie Wikipedia ? "Faute de sources, les historiens sont longtemps restés partagés sur le rôle exact de la couronne, et la tradition historiographique a fait du roi Charles IX et de sa mère, Catherine de Médicis, les principaux responsables du massacre. Ils retiennent aujourd'hui que seuls les chefs militaires du clan protestant étaient visés par l'ordre royal. Dès le matin du 24 août, Charles IX ordonne l'arrêt immédiat des tueries mais, dépassé par la fureur du peuple, il ne peut les empêcher." Pour terminer, une citation de légèreté sur les moeurs en France et en Angleterre à cette époque. "La plupart des gens se contentaient de deux bains par an, un au printemps, l'autre en automne, les princesses faisaient davantage de manières et Elisabeth en prenait plus souvent."
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Ken Follett poursuit son œuvre fleuve. Au programme, le XVIe siècle et les guerres de Religion.
        Françoise Dargent / Le Figaro
        Plongez dans l'univers de Ken Follett
        Interviews de l'auteur, dates de signatures, jeux concours… Ne manquez aucune actualité de Ken Follett !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com