Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221157695
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 928
Format : 1 x 240 mm

Une colonne de feu

Cécile ARNAUD (Traducteur), Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur), Odile DEMANGE (Traducteur), Nathalie GOUYÉ-GUILBERT (Traducteur), Dominique HAAS (Traducteur)
Date de parution : 14/09/2017
La saga des Piliers de la terre et du Monde sans fin, qui a captivé des millions de lecteurs, se poursuit aujourd’hui avec Une colonne de feu, la nouvelle épopée sensationnelle de Ken Follett. 

Après Les Piliers de la Terre et Un monde sans fin, Ken Follett renoue avec la magnifique fresque de Kingsbridge, qui a captivé des millions de lecteurs dans le monde entier.
Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais…...

Après Les Piliers de la Terre et Un monde sans fin, Ken Follett renoue avec la magnifique fresque de Kingsbridge, qui a captivé des millions de lecteurs dans le monde entier.
Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald.
L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France où la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent…
Dans ce demi-siècle agité par le fanatisme qui répand la violence depuis Séville jusqu’à Genève, les pires ennemis ne sont cependant pas les religions rivales. La véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance aux tyrans décidés à imposer leurs idées à tous les autres – à n’importe quel prix.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221157695
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 928
Format : 1 x 240 mm
Robert Laffont

Ils en parlent

Ken Follett poursuit son œuvre fleuve. Au programme, le XVIe siècle et les guerres de Religion.
Françoise Dargent / Le Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aouan Posté le 16 Octobre 2020
    Ken Follett nous fait traverser toute la période élisabéthaine anglaise à travers la vie de Ned et de sa famille confrontés aux guerres de religion et aux complots qui vont avec. Kingsbridge n'est plus qu'un prétexte car on est plus souvent à Londres, en France, en Espagne , en Flandre et jusqu'aux Antilles pour comprendre toute la complexité du siècle. L'inconvénient de survoler ainsi tous les grands événements de l'époque c'est qu'on s'éloigne de la vie réelle de la population industrieuse qui faisait le sel des Piliers de la terre. De même Ken Follett ne renouvelle pas beaucoup les intrigues amoureuses de ses héros qui sont copie conforme des opus précédents. Malgré cet air de déjà vu on garde beaucoup de plaisir à lire cette épopée très proche de la vérité historique qui nous permet de réviser notre histoire et montre à quel point les pays d'Europe étaient déjà très liés à l'époque. Un bon roman historique d'un bon faiseur.
  • Darlic Posté le 1 Septembre 2020
    Idée de départ / Accroche du début de livre : 7/10 Développement des personnages : 5/10 Style de l'écriture : 8/10 Rendu de l'histoire : 3/10 Total 23/40 Babelio 3/5 Même si je suis un grand fan de l'auteur depuis un monde sans fin, qui fut en faite mon premier livre de l'auteur, je dois bien avouer que ce roman m'a laissé quelque peu énervé. Alors certes c'est bien écrit et bien conçu mais ce livre est un ramassis d'erreurs historique et de déformation narrative autour des personnages historiques. Mais le plus dérangeant surtout ce sont les personnages principaux de l'auteur qui n'ont aucune présence dans le contexte historique (en gros ils n'ont jamais existé). Une fois de plus l'auteur nous ressort son canevas habituel, les méchants sont très méchants et les gentils très gentils (en faite pas si gentil que ça). J'ai trouvé ce roman tellement insipide que j'ai presque exulté lorsque Sylvie est poussée dans le vide (le seul truc intéressant dans le livre qui à fait rebondir l’histoire bien tardivement). Alors l'auteur à beau remercier les historiens on a pas trop l'impression qu'il a vraiment respectés leurs conseils. Il fait de Marie Stuart une jeune écervelée sans consistance, alors que le personnage... Idée de départ / Accroche du début de livre : 7/10 Développement des personnages : 5/10 Style de l'écriture : 8/10 Rendu de l'histoire : 3/10 Total 23/40 Babelio 3/5 Même si je suis un grand fan de l'auteur depuis un monde sans fin, qui fut en faite mon premier livre de l'auteur, je dois bien avouer que ce roman m'a laissé quelque peu énervé. Alors certes c'est bien écrit et bien conçu mais ce livre est un ramassis d'erreurs historique et de déformation narrative autour des personnages historiques. Mais le plus dérangeant surtout ce sont les personnages principaux de l'auteur qui n'ont aucune présence dans le contexte historique (en gros ils n'ont jamais existé). Une fois de plus l'auteur nous ressort son canevas habituel, les méchants sont très méchants et les gentils très gentils (en faite pas si gentil que ça). J'ai trouvé ce roman tellement insipide que j'ai presque exulté lorsque Sylvie est poussée dans le vide (le seul truc intéressant dans le livre qui à fait rebondir l’histoire bien tardivement). Alors l'auteur à beau remercier les historiens on a pas trop l'impression qu'il a vraiment respectés leurs conseils. Il fait de Marie Stuart une jeune écervelée sans consistance, alors que le personnage historique était tout autre. Ken Follet aurait mieux fais de faire de ces personnages de simples hommes du peuples plutôt des hommes et des femme de pouvoirs n'ayant jamais existé. Chaque ligne que j'ai lu m'a donné l'impression (même s'il reprends certains point historiques) de me retrouver pris en otage. Bref ce livre restera dans ma mémoire bien longtemps.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CelineChaix Posté le 26 Août 2020
    Dernier tome, bien que chaque livre peut se lire indépendamment les uns des autres, de la saga « les piliers de la terre ». Cette fois-ci, nous avons fait un bon dans l’histoire et nous retrouvons au 16ème siècle, temps des guerres de religion, en France, Angleterre et Espagne. On suit les descendants des descendants de Tom le Bâtisseur. Ce livre est assez différent des 2 autres en ce que la construction ne suit pas les mêmes schémas : femmes rebelles à la velléité d’indépendance, hommes qui bousculent l’ordre établi. Ici, c’est espionnage et guerre des clans, catholiques d’un côté, protestants de l’autre, avec des histoires différentes, toujours de nombreux personnages. J’ai été stupéfaite de voir à quel point l’auteur a été capable d’insérer ses personnages et parfois de les rendre hommes clés de faits historiques tels que la mort du Duc de Guise, la St Barthélémy. Car l’histoire, la vraie, est aussi le fil conducteur du livré, qui regorge à foisons d’évènements importants, on notera une longue description de la bataille de l’Invincible Armada face aux Anglais, la captivité de Marie Stuart. Cela m’a donné envie de relire les bio de Catherine de Médicis et Marie Stuart et de découvrir... Dernier tome, bien que chaque livre peut se lire indépendamment les uns des autres, de la saga « les piliers de la terre ». Cette fois-ci, nous avons fait un bon dans l’histoire et nous retrouvons au 16ème siècle, temps des guerres de religion, en France, Angleterre et Espagne. On suit les descendants des descendants de Tom le Bâtisseur. Ce livre est assez différent des 2 autres en ce que la construction ne suit pas les mêmes schémas : femmes rebelles à la velléité d’indépendance, hommes qui bousculent l’ordre établi. Ici, c’est espionnage et guerre des clans, catholiques d’un côté, protestants de l’autre, avec des histoires différentes, toujours de nombreux personnages. J’ai été stupéfaite de voir à quel point l’auteur a été capable d’insérer ses personnages et parfois de les rendre hommes clés de faits historiques tels que la mort du Duc de Guise, la St Barthélémy. Car l’histoire, la vraie, est aussi le fil conducteur du livré, qui regorge à foisons d’évènements importants, on notera une longue description de la bataille de l’Invincible Armada face aux Anglais, la captivité de Marie Stuart. Cela m’a donné envie de relire les bio de Catherine de Médicis et Marie Stuart et de découvrir celles des rois et reines d’Angleterre, Elisabeth 1er en tête ! C’est une période de l’histoire qui m’intéresse particulièrement. L’auteur nous montre, à travers la vie de ses personnages comment chaque pays européen dont il est question traite de la question de la religion. Quant aux personnages, chacun est persuadé de faire le bien, Ned se bat contre des catholiques qui mettent à mort des hommes pour leur religion afin de mettre sur le trône une femme qui promet de ne pas faire de même mais pour ce faire, les moyens qu’il utilise seront ceux qu’il combat. Dans le classement, mon préféré est « les piliers de la terre », puisque vient celui-ci, et enfin « un monde sans fin ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nathv Posté le 25 Août 2020
    Après Les Piliers de la Terre et Un monde sans fin, Ken Follet nous livre ici le troisième tome de cette saga. Nous sommes en 1558 à Kingsbridge et l’Europe est divisée en deux: d’un côté, les catholiques et, de l’autre, les protestants. Cette guerre de religion connaît une flambée de violence, tant au Royaume-Uni que sur le continent européen. Ned Willard intègre, alors, les services secrets de la reine Elisabeth Ire et n’a de cesse de poursuivre deux buts; servir son pays et œuvrer pour la paix. Comme d’habitude, Ken Follett nous romance la grande Histoire avec de petites histoires. Le travail de recherche est toujours aussi impressionnant et le destin de ses personnages toujours prenant. Je dois, néanmoins, avouer que le livre contient quelques longueurs – certains diront, qu’avec 983 pages, c’est sans doute inévitable. Pour information, en cette rentrée littéraire, Ken Follet publie – Le Crépuscule et l’Aube – qui est, en fait, le premier opus de la quadrilogie; une histoire de Vikings, en l’an 997, qui conduit aux portes des Piliers de la Terre.
  • LesPattesRouges Posté le 24 Août 2020
    Un très bon roman historique, très bien documenté. L'Histoire romancée à travers un panel de personnages permet d'en apprendre énormément sur l'époque tout en donnant une vue globale de cette période. La lecture est accessible et fluide. Les personnages odieux sont particulièrement bien dépeints et révoltent le lecteur en permanence. A l'inverse les personnages plus consensuels sont un peu moins fascinants et certains de leurs destins sont frustrants. Mais l'ensemble s'accorde bien d'un point de vue historique.
Plongez dans l'univers de Ken Follett
Interviews de l'auteur, dates de signatures, jeux concours… Ne manquez aucune actualité de Ken Follett !

Lisez maintenant, tout de suite !