Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221127513
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Dune - Tome 4 : L'Empereur-Dieu de Dune
Guy Abadia (traduit par), Irène Langlet (préface de), Serge Lehman (postface de)
Collection : Ailleurs et Demain
Série : Dune
Date de parution : 24/09/2020
Éditeurs :
Robert Laffont

Dune - Tome 4 : L'Empereur-Dieu de Dune

Guy Abadia (traduit par), Irène Langlet (préface de), Serge Lehman (postface de)
Collection : Ailleurs et Demain
Série : Dune
Date de parution : 24/09/2020
Le quatrième tome du chef-d’œuvre absolu de la science-fiction, adapté au cinéma par Denis Villeneuve.
Édition du cinquantenaire, traduction revue et corrigée. 

Plusieurs millénaires se sont écoulés sur Arrakis.
Leto Atréides, fils de l’Empereur Paul-Muad’Dib, a consenti à une terrible métamorphose pour rester en vie. C’est d’une main de fer qu’il dirige son...

Plusieurs millénaires se sont écoulés sur Arrakis.
Leto Atréides, fils de l’Empereur Paul-Muad’Dib, a consenti à une terrible métamorphose pour rester en vie. C’est d’une main de fer qu’il dirige son empire .
Siona, une Atréides elle aussi, fomente une rébellion pour mettre fin à sa tyrannie, ignorant qu’elle fait partie intégrante...

Plusieurs millénaires se sont écoulés sur Arrakis.
Leto Atréides, fils de l’Empereur Paul-Muad’Dib, a consenti à une terrible métamorphose pour rester en vie. C’est d’une main de fer qu’il dirige son empire .
Siona, une Atréides elle aussi, fomente une rébellion pour mettre fin à sa tyrannie, ignorant qu’elle fait partie intégrante des plans du despote.
Le Sentier d’Or que Leto appelle de ses voeux se paiera au prix fort.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127513
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • FeyGirl Posté le 10 Mai 2022
    J’aborde maintenant les tomes que je n’avais jamais lus dans le cycle de Dune. Après avoir été plongée dans celui-ci, le quatrième de la saga, je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt ! 3#8201;500 ans après les événements relatés dans Les Enfants du Dune, Leto II règne toujours sur l’univers connu. Sa transformation (incomplète) en ver lui donne une longévité hors-norme ; et le peuple le considère comme un dieu, conséquence logique de la religion propagée par son père Paul Atréides et de son propre état : il n’est plus tout à fait humain. Ses fidèles lui obéissent aveuglement et lui rendent une grande dévotion, au premier rang desquelles les Truitesses (traduction bizarroïde de Fish Speakers), femmes guerrières qui constituent sa garde rapprochée. Mais surtout, Leto, qui possède la prescience, est devenu un tyran qui impose La Paix de Leto, une tranquillité forcée, étape de son Sentier d’Or. Il a éliminé toute force ennemie, même si les Bene Gesserit, les Tleilax et les Ixiens jouent leur propre partition, voire aimeraient retrouver du pouvoir. Sa dictature n’a pas supprimé les forces antagonistes, mais son contrôle absolu de l’Épice est sans commune mesure. Leto est secondé par Moneo, un Atréides descendant de sa... J’aborde maintenant les tomes que je n’avais jamais lus dans le cycle de Dune. Après avoir été plongée dans celui-ci, le quatrième de la saga, je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt ! 3#8201;500 ans après les événements relatés dans Les Enfants du Dune, Leto II règne toujours sur l’univers connu. Sa transformation (incomplète) en ver lui donne une longévité hors-norme ; et le peuple le considère comme un dieu, conséquence logique de la religion propagée par son père Paul Atréides et de son propre état : il n’est plus tout à fait humain. Ses fidèles lui obéissent aveuglement et lui rendent une grande dévotion, au premier rang desquelles les Truitesses (traduction bizarroïde de Fish Speakers), femmes guerrières qui constituent sa garde rapprochée. Mais surtout, Leto, qui possède la prescience, est devenu un tyran qui impose La Paix de Leto, une tranquillité forcée, étape de son Sentier d’Or. Il a éliminé toute force ennemie, même si les Bene Gesserit, les Tleilax et les Ixiens jouent leur propre partition, voire aimeraient retrouver du pouvoir. Sa dictature n’a pas supprimé les forces antagonistes, mais son contrôle absolu de l’Épice est sans commune mesure. Leto est secondé par Moneo, un Atréides descendant de sa sœur Ghani, dont la fille Siona se rebelle et rêve de la fin de la tyrannie ; et par « un Duncan ». Car les Ixiens continuent de cloner l’ancien fidèle en créant des gholas, et après la mort de l’un, un autre exemplaire arrive. Mais les tensions sont présentes, des attentats sont déjoués, et le lecteur devine que même si Leto II a un plan, la part de hasard qu’il estime nécessaire va précipiter les événements. J’ai été épatée par la narration, qui se fait principalement à travers des dialogues. La lecture de certains chapitres est passionnante. Leto émet ses aphorismes (beaucoup plus faciles à comprendre que dans le tome précédent), et le lecteur ressent le dirigeant qui a longuement vécu et analysé le passé à travers les âmes des ancêtres qui vivent en lui. Pourtant, l’arrivée d’un nouveau personnage réveillera une part d’humanité qu’il n’a jamais connue, car Leto est surtout solitaire : à la fois un ver géant et un despote retiré en son domaine, il ne peut avoir de relations normales avec les humains. Et il s’ennuie. Mais il continue son grand projet, le Sentier d’Or, pour sauver l’humanité de l’extinction qu’il a vue dans le futur. Duncan a aussi une très grande place dans ce tome, représentant « l’homme du passé » fidèle à une certaine idée des Atréides et des Fremens qu’il ne reconnaît plus dans leurs descendants. L’ancien guerrier loyal de Leto I et de Paul n’adhère pas à la politique de Leto II, c’est le moins qu’on puisse dire : l’Empereur-Dieu n’hésite pas à exécuter des ennemis et à manipuler, au nom d’une vision que lui seul connaît, avec un despotisme assumé, et il a transformé les planètes en prison selon les propres mots de Duncan. Ce dernier représente le conflit entre la loyauté à une famille, presque à une idée, et la froide réalité imposée par son dirigeant. Frank Herbert continue sa réflexion sur le pouvoir — y compris son pourrissement sur le long terme — et sur la religion, deux de ses thèmes fétiches. Dans une Dune profondément transformée — ce n’est plus un désert — l’Épice est toujours la source du pouvoir, des richesses, et est l’objet des convoitises. J’ai nettement préféré ce tome au précédent, car les pensées philosophiques sur le pouvoir et l’humanité sont moins obscures. Hâte de lire la suite !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LugSamildatek Posté le 5 Mai 2022
    Tome 4 de cette série monumentale de Frank Herbert. Nous sommes sur Dune, planète totalement transformée même méconnaissable, possédant verger prairie exetera. Ce tome-ci se passe 35 siècles après le tome 3. Leto toujours centre de la religion, l'empereur dieu est toujours en métamorphose pour devenir un Ver et se déplace un chariot royal. Il suit toujours son sentier d'or prévu depuis tellement longtemps, que les personnes qui l'entourent n'en conçoivent ni le début et la ni la fin comme quelque chose d'existant. Toujours considéré comme un dieu vivant, il suit toujours son programme génétique. Personne ne le cerne réellement même pas c'est plus proche collaborateur ou amis et voir même sa famille. Sans oublier les Ixiens qui cherchent à faire une machine pour disparaître de la vision de Leto. Etant donné que Dune est une planète de verdure, et qui a même changé de nom, qui s'appelle à présent Rakis possède une toute petite parcelle de désert ou Leto aime se retrouver, l'épice et de plus en plus rare. Leto à la mainmise sur l'épice et par la même occasion qui a un dans sa main le Bene Gesserit, la Guilde et les Ixiens. Encore un tome que l'on peut considérer comme... Tome 4 de cette série monumentale de Frank Herbert. Nous sommes sur Dune, planète totalement transformée même méconnaissable, possédant verger prairie exetera. Ce tome-ci se passe 35 siècles après le tome 3. Leto toujours centre de la religion, l'empereur dieu est toujours en métamorphose pour devenir un Ver et se déplace un chariot royal. Il suit toujours son sentier d'or prévu depuis tellement longtemps, que les personnes qui l'entourent n'en conçoivent ni le début et la ni la fin comme quelque chose d'existant. Toujours considéré comme un dieu vivant, il suit toujours son programme génétique. Personne ne le cerne réellement même pas c'est plus proche collaborateur ou amis et voir même sa famille. Sans oublier les Ixiens qui cherchent à faire une machine pour disparaître de la vision de Leto. Etant donné que Dune est une planète de verdure, et qui a même changé de nom, qui s'appelle à présent Rakis possède une toute petite parcelle de désert ou Leto aime se retrouver, l'épice et de plus en plus rare. Leto à la mainmise sur l'épice et par la même occasion qui a un dans sa main le Bene Gesserit, la Guilde et les Ixiens. Encore un tome que l'on peut considérer comme philosophique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • yeroliote Posté le 19 Février 2022
    4/6 tomes de lu, dans ce livre beaucoup de dialogues mais pas beaucoup d'action. On y retrouve Leto II fils de Paul qui règne en véritable tyran sur Dune ou il n'y as plus ni vers des sables ni épices, une rebellions ce met en place au début du livre pour éliminer ce tyran, malheureusement toutes actions échouent. Alors que dire ben pas grand choses vu qu'il n'y a finalement pas grand chose à en dire à par que j'ai lu la moitié de la série Dune et que je compte bien la finir vu que cette saga et devenu au fil du temps un classique de science-fiction qu'il faut au moins avoir lu une fois.
  • SaigneurDeLivres Posté le 15 Janvier 2022
    Un tome particulier. Comme à son habitude, c'est très calme, pas beaucoup d'action, très posé. Mais je dirai que ça l'est encore plus dans ce quatrième tome. Et fait surprenant (surtout pour moi), ça ne m'a pas dérangé, bien au contraire. Ici, Herbert concentre l'attention sur l'introspection, sur des questions sur le pourvoir absolu, la position du tyran, la position de Dieu,... J'ai beaucoup aimé le choix de Leto de devenir un tyran pour sauver l'humanité. C'est toujours très intéressant et très agréable à lire. Dune va certainement faire parti de mes saga SF préférées.
  • taganga2000 Posté le 28 Décembre 2021
    3500 ans se sont écoulés depuis que l’empereur Leto II a commencé sa mutation en ver géant. Afin d’imposer une paix éternelle il s’est transformé en tyran qui contrôle aussi bien la Guilde spatiale, le Bene Gesserit ou le Bene Tleilax. Ses dons de prescience et une mémoire génétique infinie lui permette de maîtriser toutes les composantes nécessaires à la vie sur Arrakis et d’anticiper toutes les actions qui pourraient être menées contre lui. Un tome basé sur l’introspection de l’Empereur- Dieu, lui qui agit pour amener l’humanité sur le chemin du Sentier d’Or souffre d’une extrême solitude, il s’est bien commandé des gholas copies conformes de Duncan Idaho mais tous finissent par essayer de l’éliminer. Même l’amour charnel lui est désormais interdit car il n’est déjà plus un homme et pas encore tout à fait un ver. L’homme qui exerce le pouvoir est-il forcément appelé à être seul, en tout cas c’est le parti pris par @Herbert, celui qu’il développe dans son roman. Les réflexions sur la démocratie et l’immaturité des Hommes à mériter celle-ci sont très intéressantes même si je ne les partage pas, loin de là. Un roman assez cérébral donc mais au combien passionnant. La capacité d’@Herbert... 3500 ans se sont écoulés depuis que l’empereur Leto II a commencé sa mutation en ver géant. Afin d’imposer une paix éternelle il s’est transformé en tyran qui contrôle aussi bien la Guilde spatiale, le Bene Gesserit ou le Bene Tleilax. Ses dons de prescience et une mémoire génétique infinie lui permette de maîtriser toutes les composantes nécessaires à la vie sur Arrakis et d’anticiper toutes les actions qui pourraient être menées contre lui. Un tome basé sur l’introspection de l’Empereur- Dieu, lui qui agit pour amener l’humanité sur le chemin du Sentier d’Or souffre d’une extrême solitude, il s’est bien commandé des gholas copies conformes de Duncan Idaho mais tous finissent par essayer de l’éliminer. Même l’amour charnel lui est désormais interdit car il n’est déjà plus un homme et pas encore tout à fait un ver. L’homme qui exerce le pouvoir est-il forcément appelé à être seul, en tout cas c’est le parti pris par @Herbert, celui qu’il développe dans son roman. Les réflexions sur la démocratie et l’immaturité des Hommes à mériter celle-ci sont très intéressantes même si je ne les partage pas, loin de là. Un roman assez cérébral donc mais au combien passionnant. La capacité d’@Herbert à prendre des virages à 90° tout en gardant le fil de l’histoire m’impressionne et me donne très envie de continuer l’aventure avec @les hérétiques de Dune. Challenge pavé Challenge Multi-Défis
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !