Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264070814
Code sériel : 5510
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

De si bons amis

Date de parution : 16/01/2020
Quand la générosité d’un couple d’amis devient l’instrument d’un assujettissement... L’histoire glaçante d’une emprise amicale hautement toxique mais aussi un portrait bouleversant de femme et une ode à l’amour maternel.
 
Quand Ava et Swift Havilland, couple de philanthropes fortunés, décident de prendre Helen McCabe sous leur aile, celle-ci est au plus bas. À quarante ans, elle a récemment perdu la garde de son fils Oliver, huit ans, et partage sa semaine entre rencontres aux Alcooliques Anonymes, petits boulots pour un... Quand Ava et Swift Havilland, couple de philanthropes fortunés, décident de prendre Helen McCabe sous leur aile, celle-ci est au plus bas. À quarante ans, elle a récemment perdu la garde de son fils Oliver, huit ans, et partage sa semaine entre rencontres aux Alcooliques Anonymes, petits boulots pour un traiteur, et soirées à faire défiler sur son écran les profils d’hommes célibataires de sa région. S’étant réfugiée depuis son enfance derrière des récits de vies fantasmées – un jour orpheline, le lendemain petite-fille d’Audrey Hepburn –, elle trouve auprès des Havilland ce qu’elle a toujours recherché : se sentir unique.

Couverte de cadeaux et d’attentions, Helen n’a jamais été autant choyée. Vulnérable, impressionnable, elle tombe rapidement sous l’influence du couple, les laissant régir jusqu’à sa vie intime et amoureuse, tandis qu’ils lui promettent la seule chose qui compte à ses yeux : récupérer la garde à temps plein de son fils. Mais lorsque Oliver, témoin d’un accident impliquant Swift, est accusé par ce dernier d’en être à l’origine, Helen se retrouve confrontée à un grave conflit de loyauté. Jusqu’où est-elle prête à aller pour garder la confiance des Havilland ?

Dans un style fluide et percutant, Joyce Maynard offre un roman saisissant sur l’amitié, la trahison et l’amour maternel. Remarquablement construit, De si bons amis est le récit d’un drame inévitable, qui nous tient en haleine du début à la fin.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264070814
Code sériel : 5510
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • fbalestas Posté le 29 Octobre 2021
    Ils ont l’air charmants, ce couple formé de Ava et Swift Havilland, des Américains riches – très riches – qui peuvent se permettre de faire le bien autour d’eux. Et ils donnent vraiment l’impression de s’intéresser à Helen, la narratrice, surtout Ava, la richissime épouse de ce couple original. Helen, elle, va mal. Elle a perdu la garde de son fils Oliver, sa seule joie dans la vie, et tous ses efforts convergent vers un seul but : récupérer son fils auprès de son ex-mari. Mais celui-ci lui tient la dragée haute. Il faut dire que le soir où elle s’est faite arrêtée, alors qu’elle raccompagnait son fils chez son père, elle avait un peu exagérée avec la bouteille dont elle use de temps en temps pour tromper la solitude. Erreur fatale que son ex-mari exploite à fond. Alors quand Ava, rencontrée lors d’une soirée artistique, où Helen travaillait comme extra, lui tend une main secourable et l’invite chez elle, elle n’hésite pas une seconde. Ils ont l’air si charmants et si dénués d’arrière-pensées … Joyce Maynard nous régale avec un dispositif qui fonctionne à merveille : la perversion est au cœur de cette relation de dépendance que va entretenir Helen avec le... Ils ont l’air charmants, ce couple formé de Ava et Swift Havilland, des Américains riches – très riches – qui peuvent se permettre de faire le bien autour d’eux. Et ils donnent vraiment l’impression de s’intéresser à Helen, la narratrice, surtout Ava, la richissime épouse de ce couple original. Helen, elle, va mal. Elle a perdu la garde de son fils Oliver, sa seule joie dans la vie, et tous ses efforts convergent vers un seul but : récupérer son fils auprès de son ex-mari. Mais celui-ci lui tient la dragée haute. Il faut dire que le soir où elle s’est faite arrêtée, alors qu’elle raccompagnait son fils chez son père, elle avait un peu exagérée avec la bouteille dont elle use de temps en temps pour tromper la solitude. Erreur fatale que son ex-mari exploite à fond. Alors quand Ava, rencontrée lors d’une soirée artistique, où Helen travaillait comme extra, lui tend une main secourable et l’invite chez elle, elle n’hésite pas une seconde. Ils ont l’air si charmants et si dénués d’arrière-pensées … Joyce Maynard nous régale avec un dispositif qui fonctionne à merveille : la perversion est au cœur de cette relation de dépendance que va entretenir Helen avec le couple richissime. Même la rencontre avec Eliot, un célibataire sans histoires rencontré sur un site de rencontres, et que tout lecteur appréciera d’emblée, ne réussit pas à la détourner de l’attraction qu’exerce le couple sur elle. Comme dans un jeu de marionnette de Guignol, le lecteur piaffe d’impatience pour dire à Helen qu’elle doit ouvrir les yeux et ne passer à côté de cette relation qui lui ferait du bien. Mais Joyce Maynard tient le fil de son histoire. Swift Havilland éblouit son fils Oliver, quand Helen réussit à l’emmener chez eux pour le week-end, par sa relation de copain aux poches bien pleines qui va initier le garçon à la natation – avec une scène épique de courses entre les deux, où il n’est pas question pour Swift de perdre devant un adolescent. On devine sans peine que le drame viendra de ce côté-là. « De si bons amis » est une réflexion sur l’argent roi aux Etats-Unis et ses effets pervers sur les relations humaines. Rien n’est jamais gratuit au pays du Dollar. Helen la vulnérable a cru trouver ce qu’elle recherche depuis que toute petite sa mère l’a délaissée : un lieu où se sentir unique et aimée. Elle apprendra à ses dépens à quel point elle s’est bercée d’illusions. J’avais déjà bien appréciée l’écriture de Joyce Maynard avec « les filles de l’ouragan » que je vous recommande aussi. Critique de ses riches pleins d’extravagance pour épater leur entourage et complètement coupés de la réalité de la pauvreté qui les entoure, « De si bons amis » est ici une excellente peinture de tout ce que les Etats-Unis peuvent produire de plus méprisants – et l’arrivée d’un certain Président au pouvoir récemment en est l’une de ses manifestations.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BiblioJoy Posté le 30 Septembre 2021
    Un drame psychologique - roman captivant scandaleusement addictif. Côte Ouest des Etats-Unis – Helen est une jeune femme à qui l’on a retiré la garde de son fils de huit ans, Oliver. Elle alterne rencontres aux Alcooliques Anonymes et petits boulots. Elle fait la connaissance d’Ava Havilland et son mari Swift, ce couple très riche vit dans une somptueuse demeure et la prend sous son aile, en amis protecteurs très influents… La jeune femme, assez vulnérable, est séduite par cet élan d’attachement de la part des Havilland – « couple magique », comme des parents de substitution pour Helen qui n’a guère eu la chance de connaître dans son enfance un cocon familial. Helen découvre un milieu très différent du sien - réceptions fastueuses – extravagance - opulence en tout domaine, « dans le monde de Swift et d’Ava tout semblait possible ». Tandis qu’Helen n’a qu’une priorité : voir son fils plus souvent et en récupérer la garde, Ava et Swift l’accaparent de plus en plus et leur amitié trouble et équivoque est toujours à la limite de l’intrusion toxique. Excessive. Sincérité ou apparences ? La relation d’Helen avec ses nouveaux amis semble évoluer dans une atmosphère particulière, une spirale ambiguë, bienveillante et perverse. Il... Un drame psychologique - roman captivant scandaleusement addictif. Côte Ouest des Etats-Unis – Helen est une jeune femme à qui l’on a retiré la garde de son fils de huit ans, Oliver. Elle alterne rencontres aux Alcooliques Anonymes et petits boulots. Elle fait la connaissance d’Ava Havilland et son mari Swift, ce couple très riche vit dans une somptueuse demeure et la prend sous son aile, en amis protecteurs très influents… La jeune femme, assez vulnérable, est séduite par cet élan d’attachement de la part des Havilland – « couple magique », comme des parents de substitution pour Helen qui n’a guère eu la chance de connaître dans son enfance un cocon familial. Helen découvre un milieu très différent du sien - réceptions fastueuses – extravagance - opulence en tout domaine, « dans le monde de Swift et d’Ava tout semblait possible ». Tandis qu’Helen n’a qu’une priorité : voir son fils plus souvent et en récupérer la garde, Ava et Swift l’accaparent de plus en plus et leur amitié trouble et équivoque est toujours à la limite de l’intrusion toxique. Excessive. Sincérité ou apparences ? La relation d’Helen avec ses nouveaux amis semble évoluer dans une atmosphère particulière, une spirale ambiguë, bienveillante et perverse. Il y a comme une tension qui s’installe crescendo dans ce roman. Des détails, une sensation malsaine, instillés ; une implosion semble couver. Amitié dévorante – Relations amoureuses – Mépris – Manipulation – Dilemme. Habilement construit, ce roman nous offre une lecture où l’on est envoûté par le style et l’histoire. Je découvre Joyce Maynard avec ce roman et projette de lire son dernier « Où vivaient les gens heureux ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • dujardinso Posté le 3 Mai 2021
    Envie d'une bonne lecture ? Alors je vous suggère De si bons amis, de Joyce Maynard, commencé hier et terminé ce matin. De si bons amis, c'est une histoire dérangeante : Helen, qui n'est pas vraiment vernie, gagne par hasard l'amitié des Havilland, un couple richissime et généreux. Peu à peu, cette amitié va se révéler malsaine et vénéneuse, et les masques vont tomber. J'ai beaucoup aimé le sujet de l'amitié, traité avec finesse par l'auteure. Helen se fait manipuler avec habileté et pourtant ce n'est pas une fille naïve, mais face à elle, le couple est très fort, et l'histoire est très ambigüe. Au fil des pages, la perfidie se glisse de manière insidieuse et parvient à mettre le lecteur mal à l'aise. En bref, un excellent bouquin, et une belle découverte. Et tant pis pour vos PAL !
  • majolo Posté le 30 Avril 2021
    Récemment divorcée, Helen a perdu la garde de son fils suite à un problème d'alcoolisme. Au fond du trou, elle rencontre Ava et Swift: ils sont riches, fascinants et prennent Helen sous leur aile. Elle devient leur employée, mais aussi leur amie et leur protégée. Mais cette amitié envahissante va rapidement devenir toxique, ce qu'Helen ne comprend que trop tard...Encore un livre de Joyce Maynard dévoré avec délectation et émotion. J'aime tout dans ses romans: le style, la construction, l'analyse des personnages et les intrigues. Je me réjouis de n'avoir pas encore tout lu, quel bonheur !
  • our_own_way Posté le 13 Avril 2021
    Helen est une femme déprimée. En effet, elle a perdu la garde de son enfant pour problème d'alcoolisme, et elle enchaine les petits boulots mal payés ... Sa détresse va alarmer Ava Havilland, et va la prendre sous son aile, lors d'une rencontre fortuite. Elle se conduit comme une véritable amie. Ava et son mari Swift vont tout faire pour elle, ils lui feront découvrir leur merveilleuse villa, leur merveilleux amis, et Ô combien ils sont généreux. Surtout, ils vont l'aider à récupérer la garde de son fils ! Nous suivons Helen sous emprise de cette amitié, aussi réaliste que toxique. Jusqu'au jour où elle va rencontrer Elliot, dont elle va tomber amoureuse. Cet homme simplet, ne convient pas à ses nouveaux amis extravagants qui ne se priveront pas de lui faire comprendre. Tirailler entre l'envie de récupérer la garde de son fils, rester proche de ses nouveaux amis, et tomber amoureuse de Elliot, nous suivons les péripéties de Helen, sans chichis, dans un roman très réaliste.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !