RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Hernani

            Pocket
            EAN : 9782266295611
            Code sériel : 6158
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 208
            Format : 108 x 177 mm
            Hernani

            Date de parution : 03/01/2019
            LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

            Dans une Espagne de folie et de grandeur, Hernani, seigneur castillan devenu chef de bande et proscrit, dispute au roi Don Carlos – le futur Charles Quint – l’amour de Doña Sol, qui doit épouser son vieil oncle Don Ruy Gomez. Il ne recule devant aucun...
            LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

            Dans une Espagne de folie et de grandeur, Hernani, seigneur castillan devenu chef de bande et proscrit, dispute au roi Don Carlos – le futur Charles Quint – l’amour de Doña Sol, qui doit épouser son vieil oncle Don Ruy Gomez. Il ne recule devant aucun défi, aucune vengeance, ni aucune trahison. Il est « cette force qui va », prêt à mourir pour sa belle.
            Toutes les frontières du théâtre et de la réalité éclatent dans cette pièce. Hernani est un drame rêvé où les machinations rocambolesques conduisent à de bouleversantes scènes d’amour. Hugo veut être « Shakespeare ou rien ». Cette pièce fera de lui le dieu de la génération romantique…

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266295611
            Code sériel : 6158
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 208
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • seguintheo Posté le 9 Août 2019
              Un classique du théâtre français. Une histoire intéressante, peut-être aujourd'hui dépassée par son histoire (avec la célèbre et tumultueuse bataille d'Hernani) et par ses successeurs, tel que Lorenzaccio ou Cyrano de Bergerac. Un très bon classique, toute fois ; quoique le personnage central, Hernani, peut paraître ambigu.
            • magireve Posté le 13 Juillet 2019
              Existe-t-il d'autres œuvres semblables à Hernani, qui abritent en elles la quintessence d'un nouveau souffle? Quelle pièce stupéfiante! Hernani porte en lui les prémisses de la révolution romantique. Toutefois, même si Victor Hugo revendique le choix de faire table rase de l'héritage classique, il ne rompt pas en visière avec le passé: ne trouvez-vous pas que plusieurs éléments dans Hernani nous ramènent vers les œuvres shakespeariennes? Au temps de la Restauration, le public redécouvre les pièces du père d'Othello et de Macbeth; Shakespeare apparaît aux futurs partisans du romantisme comme le contraire du modèle néo-classique que les anciennes générations s'évertuent à maintenir. Dans Hernani, chaque acte se déroule dans un environnement bien distinct. Victor Hugo fait le choix de ne pas tenir compte de la règle des trois unités: la durée de l'action s'étale sur deux ou trois mois, et plusieurs enjeux majeurs viennent cristalliser les intérêts des personnages. Quelle pièce extraordinaire! Mon passage favori est indubitablement l'acte IV, dans son intégralité: nous sommes au cœur du tombeau de Charlemagne, dans un lieu où tout rappelle la mort... et c'est dans ce même lieu que se jouent les événements qui vont définitivement sceller le sort de certains personnages, et que... Existe-t-il d'autres œuvres semblables à Hernani, qui abritent en elles la quintessence d'un nouveau souffle? Quelle pièce stupéfiante! Hernani porte en lui les prémisses de la révolution romantique. Toutefois, même si Victor Hugo revendique le choix de faire table rase de l'héritage classique, il ne rompt pas en visière avec le passé: ne trouvez-vous pas que plusieurs éléments dans Hernani nous ramènent vers les œuvres shakespeariennes? Au temps de la Restauration, le public redécouvre les pièces du père d'Othello et de Macbeth; Shakespeare apparaît aux futurs partisans du romantisme comme le contraire du modèle néo-classique que les anciennes générations s'évertuent à maintenir. Dans Hernani, chaque acte se déroule dans un environnement bien distinct. Victor Hugo fait le choix de ne pas tenir compte de la règle des trois unités: la durée de l'action s'étale sur deux ou trois mois, et plusieurs enjeux majeurs viennent cristalliser les intérêts des personnages. Quelle pièce extraordinaire! Mon passage favori est indubitablement l'acte IV, dans son intégralité: nous sommes au cœur du tombeau de Charlemagne, dans un lieu où tout rappelle la mort... et c'est dans ce même lieu que se jouent les événements qui vont définitivement sceller le sort de certains personnages, et que des secrets longtemps demeurés ensevelis vont refaire surface. Et je peux vous dire que j'apprécie aussi bien cette pièce assis dans un siège, que depuis un fauteuil d'orchestre. Hernani est une œuvre de jeunesse dans tous les sens du terme: Hernani et Dona Sol représentent une jeunesse en quête d'elle même qui veut prendre son envol (Dona Sol m'a d'ailleurs fait songer à Agnès, dans L'école des Femmes de Molière, ainsi qu'à Rosine, dans le Barbier de Séville, laquelle revendique le droit de faire ses propres choix). Victor Hugo n'avait pas encore trente ans lorsqu'il la rédigea. Par conséquent, la valeur n'attend pas le nombre d'années. Que j'aimerais revenir six ans en arrière et repasser mon bac L avec cette pièce au programme! J'espère pouvoir un jour découvrir une pièce comme celle-ci, imprégnée du génie créatif de son auteur!
              Lire la suite
              En lire moins
            • Cer45Rt Posté le 8 Mai 2019
              La puissance poétique, l'inventivité hugolienne, l'environnement historique très bien retranscrit, le sens de la formule, tout cela caractérise ce drame d'Hugo. La poésie, la couleur, le sens artistique que l'on sent dans ce texte sont autant de qualités. L'univers à demi chevaleresque de la Renaissance, les personnages passionnés, l'analyse psychologique parfaite, contribue au plaisir de lecture. Il s'agit d'un texte profondément beau, plein de passion et de beautés. Un texte plein de panache, aussi. De panache, de beautés, d'idées, de puissance poétique… Le caractère des personnages correspond si bien à leur rôle, leur psychologie est si fine, le manichéisme si bien évité, la peinture si juste et si imaginative, le vers si beau, la passion si puissante que l'enchantement fut là. Un texte comme seul un grand écrivain sait en faire.
            • LeScribouillard Posté le 6 Mai 2019
              À une époque d'académisme et de post-classicisme déliquescent, "Hernani" provoqua son petit scandale qui fut à l'origine de la reconnaissance du mouvement romantique. Évidemment, la réputation est un brin usurpée, il faut bien faire vendre : il ne s'agissait pas tant d'une pièce de théâtre visionnaire qu'un must-have de tout ce qui avait été déjà tenté loin du bon goût, mais c'en avait toute la couleur. La règle des trois unités ? Zzzdrrraaaa ! Aux oubliettes ! L'alexandrin ? Drrraaaa ! Chambre de torture ! La bienséance ? Zzzbraaa ! Qu'elle aille rôtir avec tous ces messieurs chauves ! Le problème évidemment est qu'avec la vague révolutionnaire qu'il instaure, Hugo en fait trop. Trop de délibérations, trop d'éléments parfois presque gratuits, trop de changements des personnages pour hypertrophier leur psychologie ; Victor Hugo en fera d'ailleurs les frais en devant raboter tout un tas de tirades. Et l'édition GF de tout vouloir nous présenter avec de l'exhaustivité à en revendre, quitte à indiquer en astérisques jusqu'aux ricanements du public. Mais par sa grande générosité, si Hernani est un livre dans lequel on embarque certes toujours à reculons, il s'agit également d'une pièce brouillant savamment les genres et jouant sur ses arcs narratifs... À une époque d'académisme et de post-classicisme déliquescent, "Hernani" provoqua son petit scandale qui fut à l'origine de la reconnaissance du mouvement romantique. Évidemment, la réputation est un brin usurpée, il faut bien faire vendre : il ne s'agissait pas tant d'une pièce de théâtre visionnaire qu'un must-have de tout ce qui avait été déjà tenté loin du bon goût, mais c'en avait toute la couleur. La règle des trois unités ? Zzzdrrraaaa ! Aux oubliettes ! L'alexandrin ? Drrraaaa ! Chambre de torture ! La bienséance ? Zzzbraaa ! Qu'elle aille rôtir avec tous ces messieurs chauves ! Le problème évidemment est qu'avec la vague révolutionnaire qu'il instaure, Hugo en fait trop. Trop de délibérations, trop d'éléments parfois presque gratuits, trop de changements des personnages pour hypertrophier leur psychologie ; Victor Hugo en fera d'ailleurs les frais en devant raboter tout un tas de tirades. Et l'édition GF de tout vouloir nous présenter avec de l'exhaustivité à en revendre, quitte à indiquer en astérisques jusqu'aux ricanements du public. Mais par sa grande générosité, si Hernani est un livre dans lequel on embarque certes toujours à reculons, il s'agit également d'une pièce brouillant savamment les genres et jouant sur ses arcs narratifs pour parvenir à nous surprendre encore deux siècles après. Le premier acte, on vous l'a sûrement déjà dit, fait dans le vaudeville ; les deux suivants se ressemblent l'un et l'autre et sont et un peu plus vite oubliés ; mais ce n'est que pour conférer plus d'impact aux deux finaux, avec nombre de retournements de situations sans tomber dans le deus ex machina et forts d'une intensité dramatique omniprésente. Dans une atmosphère shakespearienne, un roi attend son avènement au trône ultime, sachant lui-même pertinemment qu'il est un salaud et qu'il risque de se faire tuer par son nombre incalculable d'ennemis ; les scénaristes de Game of Thrones n'ont pas eu à chercher bien loin. J'exagère bien sûr, mais il est toujours marrant de les imaginer réfléchir face à la machine à café en train de feuilleter des ouvrages et des notes personnelles pour savoir quels coups tordus ils vont faire pour cette fois-ci. Le Saint-Empire des Sept Couronnes s'effondre, un renégat tente de retrouver sa noblesse ; entretemps, sa belle tente de fuir les avances d'hommes avides et de devenir maîtresse de son destin. Toutes les trames vont-elles converger ? La suite au prochain épisode.
              Lire la suite
              En lire moins
            • CharlesEdouard Posté le 22 Avril 2019
              Première œuvre théâtrale que j'ai lue ! J'ai lu dans "Le Monde selon Victor Hugo" de Michel Winock que Victor Hugo, a vécu en Espagne pays de son enfance , un pays qui lui est cher comme le démontre ce poème : Beau pays dont la langue est faite pour ma voix… Bords où mes pas enfants suivaient Napoléon Fortes villes du Cid ! Ô Valence, ô Léon Castille, Aragon, mes Espagnes (Feuilles d'automne) Et "j'en passe et des meilleurs." C'est presque logiquement qu'il crée la pièce Hernani, ville d'Espagne, mais aussi bataille (polémique, tumulte) d'Hernani le soir du 25 février 1830 suite à la représentation de la pièce.. L'histoire ce déroule à l'époque de l'accession à l'empire du roi Don Carlos qui deviendra Charles Quint en 1519. Hernani est aussi le prénom du brigand, dont s'éprend Doña Sol, mais le vieux duc Don Ruy Gomez est également épris d'elle. Hernani à un désir de vengeance envers le meurtrier de son père, qui n'est autre que le père du roi Carlos, pour ne pas arranger les choses, le roi lui-même est amoureux de Doña Sol.. Pièce intéressante à lire, encore plus, si l'on a des bases en histoire sur le XVIe siècle..
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.