Lisez! icon: Search engine
L'homme de la montagne
Françoise Adelstain (traduit par)
Date de parution : 17/09/2015
Éditeurs :
10/18

L'homme de la montagne

Françoise Adelstain (traduit par)
Date de parution : 17/09/2015
Été 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, et sa sœur Patty, onze ans, se préparent à passer leurs vacances à vagabonder, rêvant d’inattendu. Et l’inattendu arrive. Effroyable, une succession... Été 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, et sa sœur Patty, onze ans, se préparent à passer leurs vacances à vagabonder, rêvant d’inattendu. Et l’inattendu arrive. Effroyable, une succession de meurtres de jeunes femmes, tuées dans la montagne selon un même mode opératoire : la chasse à l'Etrangleur du... Été 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, et sa sœur Patty, onze ans, se préparent à passer leurs vacances à vagabonder, rêvant d’inattendu. Et l’inattendu arrive. Effroyable, une succession de meurtres de jeunes femmes, tuées dans la montagne selon un même mode opératoire : la chasse à l'Etrangleur du crépuscule commence. L’inspecteur Torricelli, le père des fillettes, dirigera l’enquête. Trente ans plus tard, Rachel raconte : la traque épuisante, leurs vies suspendues, et ce jour où les deux sœurs se sont retrouvées face à l’étrangleur… Fantasme de gamines hystériques, avaient déclaré les autorités. Depuis lors, Rachel s'est donné pour mission de retrouver cet homme. Roman d'apprentissage, polar psychologique : Joyce Maynard a su ériger ce fait-divers réel en un conte cruel haletant.
 
« Depuis le Frankie Addams de Carson McCullers (dont Claude Miller s'inspira pour L'Effrontée), on n'avait pas lu plus bel ode à l'adolescence féminine. »
Télérama
 
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Françoise Adelstain

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264065285
Code sériel : 4967
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782264065285
Code sériel : 4967
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pepepatou 03/01/2023
    Rachel a 13 ans et cette année encore, elle s'apprête à passer tout l'été avec sa petite sœur Patty à inventer des jeux dans la montagne. Délaissées par leur parents, une mère dépressive ne sortant jamais de sa chambre et un père peu présent mais qu'elles adorent comme un super héros, elles peuvent se livrer à toutes sortes de petites folies, dont la seule limite est leur imagination débordante. Pourtant cet été-là, un tueur en série commence à frapper, rendant la montagne dangereuse. Le père, policier, est chargé de l'enquête, l'occasion pour les filles de voir leur quotidien changer et leurs certitudes remises en question, le tout dans une ode de la folie qu'est d'avoir 13 ans.
  • PhilippeNordiste 03/07/2022
    Un très bel exercice de style, mélange de chronique familiale, de livre d'apprentissage de pré-adolescentes et d'intrigue policière. Le tout fait un livre assez unique, très bien construit, qu'on lit avec plaisir et attente de connaître ce qui se cache derrière la page suivante. Le tout dans la Californie des années 70, pas très loin de la ville (San Francisco) mais quand même en pleine nature. J'ai beaucoup aimé cette lecture, c'était pour moi mon premier Joyce Maynard, gageons que ce ne sera pas le dernier: encore une belle auteure découverte.
  • Juin 10/06/2022
    Un père inspecteur, deux sœurs fusionnelles, une mère dépressive et un tueur en série dans la montagne toute proche de la maison. Là où les deux filles, profitant d'une totale liberté trainent et s'inventent des histoires. Ce tueur a tué 15 femmes, souvent jeunes. La police piétine. Le lecteur aussi, qui échafaude bien quelques scénarios mais sans grand succès. L'écriture de Joyce Maynard est assez addictive, bien que son histoire ne semble pas avancer très vite. On suit cette vie de famille, avec ses hauts et ses bas. La pugnacité et la tendresse des 2 sœurs est touchante. Joli portrait d'un père, d'une famille qui essaie de se reconstruire. Pendant ce temps le tueur tue, et personne ne peut l'arrêter. La fin du livre est une mise en abime de l'histoire. C'est un peu déroutant. Et puis il faudra vraiment attendre les dernières pages pour en savoir un peu plus. Très beau roman sur l'adolescence, la fratrie, les faiblesses humaines avec en toile de fond, un tueur insaisissable. Mais ce n'est pas le fond du roman, c'est un prétexte à analyser les sentiments, les travers et la folie de cette Amérique.
  • kar29 07/03/2022
    Juin 1979, dans une banlieue tranquille au nord de San Francisco, à flanc de montagne.Rachel, 13 ans, et sa soeur Patty, 11 ans, vivent avec leur mère depuis le divorce de leurs parents. Le quotidien ennuyeux des soeurs est soudain rompu par une affaire de tueur en série, assassin de jeunes filles, que l'on retrouve dans la montagne, où elles passent le plus clair de leur temps. Leur père, l'inspecteur de police Torricelli est chargé de l'enquête... Les deux soeurs se mettent en tête d'aider leur père, qu'elles adorent, et de trouver le tueur. Trente ans plus tard, Rachel, devenue romancière, raconte cet été 79, qui a bouleversé leur vie. J'ai énormément apprécié ce livre (inspiré d'une histoire vraie) très bien traduit, subtil, entre polar et roman d'apprentissage. Joyce Maynard décrit à merveille ce passage du monde de l'enfance à celui de l'adulte, avec tout ce que cela comporte de difficultés. Elle traite avec beaucoup de finesse et de sensibilité un de ses sujets favoris, l'adolescence, insistant ici sur la relation fusionnelle entre les deux soeurs, s'inventant un monde à leur image et cet amour que les filles peuvent porter à leur père. Le récit est parfaitement maîtrisé entre profondeur psychologique et intrigue haletante. J'ai adoré la façon... Juin 1979, dans une banlieue tranquille au nord de San Francisco, à flanc de montagne.Rachel, 13 ans, et sa soeur Patty, 11 ans, vivent avec leur mère depuis le divorce de leurs parents. Le quotidien ennuyeux des soeurs est soudain rompu par une affaire de tueur en série, assassin de jeunes filles, que l'on retrouve dans la montagne, où elles passent le plus clair de leur temps. Leur père, l'inspecteur de police Torricelli est chargé de l'enquête... Les deux soeurs se mettent en tête d'aider leur père, qu'elles adorent, et de trouver le tueur. Trente ans plus tard, Rachel, devenue romancière, raconte cet été 79, qui a bouleversé leur vie. J'ai énormément apprécié ce livre (inspiré d'une histoire vraie) très bien traduit, subtil, entre polar et roman d'apprentissage. Joyce Maynard décrit à merveille ce passage du monde de l'enfance à celui de l'adulte, avec tout ce que cela comporte de difficultés. Elle traite avec beaucoup de finesse et de sensibilité un de ses sujets favoris, l'adolescence, insistant ici sur la relation fusionnelle entre les deux soeurs, s'inventant un monde à leur image et cet amour que les filles peuvent porter à leur père. Le récit est parfaitement maîtrisé entre profondeur psychologique et intrigue haletante. J'ai adoré la façon dont l'auteure raconte l'histoire, elle réussit à rendre ses personnages attachants.
    Lire la suite
    En lire moins
  • missk_paris 03/02/2022
    J’ai découvert Joyce Maynard en toute fin d’année dernière avec « Où vivaient les gens heureux ». J’avais été très touchée par ce pouvoir qu’elle a d’écrire avec des mots simples une histoire universelle tout en touchant ses lecteurs au plus profond d’eux-mêmes.   Cette fois, nous sommes à la croisée d’un roman de formation et d’un roman policier. Rachel, la narratrice, est écrivaine. Elle raconte son enfance en faisant un arrêt particulier sur l’adolescence, non parce que les hormones de cette jeune fille sont en ébullition (ce qui est aussi le cas), mais surtout parce qu’un tueur en série rôde dans les montagnes du Marin County, à quelques encablures de San Francisco.    Ce roman c’est celui de deux sœurs livrées à elles-mêmes après la séparation de leurs parents. Rachel et Patty grandissent sans entraves, l’imagination débordante, palliant ainsi le manque de télévision et d’attention de cette mère dépressive (on imagine ces scènes où, allongées dans les jardins de voisins possédant une télévision, elles ré inventent les dialogues des séries dont elles ne voient que les images au loin). Elles vouent une admiration sans borne pour leur père, Tony, inspecteur de police, le meilleur, reconnu pour ses talents à mener les interrogatoires les plus difficiles. C’est... J’ai découvert Joyce Maynard en toute fin d’année dernière avec « Où vivaient les gens heureux ». J’avais été très touchée par ce pouvoir qu’elle a d’écrire avec des mots simples une histoire universelle tout en touchant ses lecteurs au plus profond d’eux-mêmes.   Cette fois, nous sommes à la croisée d’un roman de formation et d’un roman policier. Rachel, la narratrice, est écrivaine. Elle raconte son enfance en faisant un arrêt particulier sur l’adolescence, non parce que les hormones de cette jeune fille sont en ébullition (ce qui est aussi le cas), mais surtout parce qu’un tueur en série rôde dans les montagnes du Marin County, à quelques encablures de San Francisco.    Ce roman c’est celui de deux sœurs livrées à elles-mêmes après la séparation de leurs parents. Rachel et Patty grandissent sans entraves, l’imagination débordante, palliant ainsi le manque de télévision et d’attention de cette mère dépressive (on imagine ces scènes où, allongées dans les jardins de voisins possédant une télévision, elles ré inventent les dialogues des séries dont elles ne voient que les images au loin). Elles vouent une admiration sans borne pour leur père, Tony, inspecteur de police, le meilleur, reconnu pour ses talents à mener les interrogatoires les plus difficiles. C’est lui qui sera chargé de l’enquête pour retrouver ce psychopathe.   J’ai aimé le regard de ce père, de cet homme amoureux de toutes les femmes, qui déjà en 1979, date des faits, a un discours profondément féministe (et protecteur).  J’ai aimé le lien puissant entre ces sœurs, parfois mis à rude épreuve mais toujours présent même dans les moments les plus difficiles. J’ai aimé ces chapitres qui commencent par « cet automne-là ; c’était la nuit ; ce jour-là … » où on soupçonne qu’il va se passer quelque chose d’important, qui tarde à venir sans qu’on en veuille à l’autrice de faire durer le suspense. J’ai aimé cette écriture parfois drôle et légère, le plus souvent nostalgique qui fait de roman une véritable ode à l’adolescence féminine : les émois d’une jeune fille, son corps qui tarde à changer, les émotions qui l’assaillent (ou la laissent de marbre). Une seconde fois Joyce Maynard m’aura émue avec sa plume sensible et délicate qui raconte la vie de tous les jours « tout simplement ». Et je rassure celles et ceux qui ne courent pas après le côté policier, que ce livre ne vous effraie pas, ce tueur en série n’est finalement qu’un prétexte.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…