Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714481962
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 552
Format : 140 x 225 mm

Ce que tu as fait de moi

Date de parution : 21/11/2019
Personne n’est assez fort pour la vivre.
Personne n’est préparé à l’affronter, même si chacun la désire plus que tout.
La passion, la vraie…
Extrême.
Sans limites.
Sans règles.
 
On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux... On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j'avais plongé seul...

 
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
 
Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié.
 
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?
 
Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin.

 
La passion selon Karine Giebel… conduit forcément à l’irréparable.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714481962
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 552
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

" Ce roman [...] m'a torturé l'esprit et [...] je vais m'en souvenir longtemps ! "
L’œil de Luciole

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CelineLit Posté le 14 Mars 2020
    Encore une fois, Karine Giebel m’a transporté dans cette histoire horrible. Chaque jour je n’avais qu’une hâte c’est de poursuivre ma lecture pour savoir comment cette histoire d’amour et de haine allait se terminer. Un livre poignant, difficile sur la passion, le harcèlement et le monde de la police. Bravo aussi pour l’écriture et ce style qui alterne la vision de chaque protagoniste. En tout cas, merci Karine pour ce roman.
  • delphineleroy63 Posté le 12 Mars 2020
    Résumé : Une tragédie vient de se dérouler dans les locaux de la DDSP (Direction Départementale de la Sécurité Publique). Deux flics de l'IGPN (Inspection Générale de la Police) sont sur place afin de tenter de comprendre ce qui s'est passé. Dans une salle d'interrogatoire, le commissaire divisionnaire Jaubert interroge le commandant Richard Ménainville, patron des Stups, qui doit expliquer son comportement. Il va devoir jouer cartes sur table et tout avouer de son addiction qui l'a mené jusque-là. Quelles relations entretenait-il avec son lieutenant, Laëtitia Graminsky ? Comment une passion a-t-elle pu mener à la destruction ? En parallèle, dans une pièce voisine, le commandant Delaporte fait face à Laëtitia Graminsky qui va livrer tout ce qu'elle a vécu avec cet homme. Comment en est-elle arrivée là ? Pourquoi s'est-elle tant acharnée à s'accrocher jusqu'au point de se démolir ? Une passion peut parfois être brutale, sans concessions, effrayante et dangereuse. C'est ce que Richard et Laëtitia ont découvert en flirtant avec ce sentiment extrême qui va les faire chuter dans des abysses profonds... Quelle est cette vérité dérangeante qui se cache derrière tout ça ? Ménainville et Graminsky auront-ils les mêmes versions dans ce qu'ils vont raconter aux enquêteurs de l'IGPN ? Mon avis... Résumé : Une tragédie vient de se dérouler dans les locaux de la DDSP (Direction Départementale de la Sécurité Publique). Deux flics de l'IGPN (Inspection Générale de la Police) sont sur place afin de tenter de comprendre ce qui s'est passé. Dans une salle d'interrogatoire, le commissaire divisionnaire Jaubert interroge le commandant Richard Ménainville, patron des Stups, qui doit expliquer son comportement. Il va devoir jouer cartes sur table et tout avouer de son addiction qui l'a mené jusque-là. Quelles relations entretenait-il avec son lieutenant, Laëtitia Graminsky ? Comment une passion a-t-elle pu mener à la destruction ? En parallèle, dans une pièce voisine, le commandant Delaporte fait face à Laëtitia Graminsky qui va livrer tout ce qu'elle a vécu avec cet homme. Comment en est-elle arrivée là ? Pourquoi s'est-elle tant acharnée à s'accrocher jusqu'au point de se démolir ? Une passion peut parfois être brutale, sans concessions, effrayante et dangereuse. C'est ce que Richard et Laëtitia ont découvert en flirtant avec ce sentiment extrême qui va les faire chuter dans des abysses profonds... Quelle est cette vérité dérangeante qui se cache derrière tout ça ? Ménainville et Graminsky auront-ils les mêmes versions dans ce qu'ils vont raconter aux enquêteurs de l'IGPN ? Mon avis : Je dois avouer que je n'ai pas été bien emballée par ma lecture. Je n'ai pas trouvé l'intrigue passionnante alors qu'il est supposé qu'on parle ici d'une passion. Mais celle-ci est bien trop extrême et néfaste et ne pourra jamais déboucher sur quelque chose de bon. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages qui m'ont paru instables, perturbés et dangereux. Concernant Richard Ménainville, c'est incontestablement un connard qui abuse de son pouvoir pour profiter de la situation. Je dirais qu'il a le profil type d'un pervers narcissique à tendances psychopathes. Etant le patron du groupe, il possède un charisme indéniable ; et lorsque Laëtitia va arriver au sein de la brigade, elle va tout de suite se sentir attirée d'une certaine manière par lui tandis que lui va développer une véritable obsession pour la jeune femme... Laëtitia Graminsky est un personnage qui m'a quelque peu agacé. Ne voyant son mari et sa fille que les week-ends, elle est assez solitaire, s'accroche à son boulot comme une moule à son rocher. Elle s'y accroche tellement qu'elle va être amenée à commettre la plus belle erreur de sa vie... Celle-ci va être le début d'une sorte de jeu du chat et de la souris, d'un calvaire, d'une descente aux enfers... Mais le lieutenant, malgré ses souffrances, va y trouver un certain plaisir ; ce qui m'a troublé d'ailleurs... Bref, c'est un personnage ambigu qui, malgré son apparence de victime, va se révéler être une brillante manipulatrice... Au niveau de l'intrigue, ce roman m'est apparu comme étant une banale histoire d'adultère qui a mal tourné... Il y a quand même un côté angoissant car Ménainville est littéralement devenu fou. Par contre, il faut reconnaître que l'écriture de l'auteure est belle et appréciable ce qui nous permet d'avancer dans l'histoire. Et puis il y a quand même cette envie de découvrir ce qui s'est passé dans les locaux de la DDSP. A noter que l'issue est pleine de rebondissements ce qui n'est pas pour nous déplaire. Bref, ce roman se lit mais sans plus. J'ai préféré "De force" que j'ai trouvé plus palpitant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Rigotcindy Posté le 11 Mars 2020
    Karine Giebel dans toute sa splendeur !! Stressant, malsain, elle fait de nous des accros de chacuns de ces romans.
  • Frederic524 Posté le 11 Mars 2020
    Il y a des livres qui laissent en vous une trace indélébile. « Ce que tu as fait de moi« , publié chez Belfond, fait partie de cela. Karine Giebel en est l’auteure. Un thriller psychologique renversant, hautement addictif, où le lecteur plonge dans les affres de la passion dévorante, celle qui vous happe comme un train lancé à pleine vitesse. Le choc est rude, on est foudroyé, le cœur s’emballe et une marque, une empreinte profonde apparait alors en nous. L’intensité de ce que l’on ressent alors dépend notamment de multiples facteurs psychiques liés à notre éducation, à nos croyances, à tout ce vernis qui s’est construit, édifié autour de notre personne durant toutes ces années d’apprentissage que sont l’enfance et l’adolescence. Mais il arrive que ce vernis se craquelle, que le corps tel un épouvantail de paille s’enflamme devenant une torche vivante. On se consume, on agonise et puis c’est l’abime.. La passion décrite par Karine Giebel n’accepte pas les tiédeurs, elle ne transige pas, ne se modère nullement bien au contraire car elle n’admet aucune opposition. Le brasier s’alimente de l’autre qui devient aussi nécessaire à la vie que l’oxygène, l’eau, la nourriture. Richard Ménainville a tout... Il y a des livres qui laissent en vous une trace indélébile. « Ce que tu as fait de moi« , publié chez Belfond, fait partie de cela. Karine Giebel en est l’auteure. Un thriller psychologique renversant, hautement addictif, où le lecteur plonge dans les affres de la passion dévorante, celle qui vous happe comme un train lancé à pleine vitesse. Le choc est rude, on est foudroyé, le cœur s’emballe et une marque, une empreinte profonde apparait alors en nous. L’intensité de ce que l’on ressent alors dépend notamment de multiples facteurs psychiques liés à notre éducation, à nos croyances, à tout ce vernis qui s’est construit, édifié autour de notre personne durant toutes ces années d’apprentissage que sont l’enfance et l’adolescence. Mais il arrive que ce vernis se craquelle, que le corps tel un épouvantail de paille s’enflamme devenant une torche vivante. On se consume, on agonise et puis c’est l’abime.. La passion décrite par Karine Giebel n’accepte pas les tiédeurs, elle ne transige pas, ne se modère nullement bien au contraire car elle n’admet aucune opposition. Le brasier s’alimente de l’autre qui devient aussi nécessaire à la vie que l’oxygène, l’eau, la nourriture. Richard Ménainville a tout ce que l’on peut espérer : une femme belle, Véronique, deux enfants en pleine santé, un travail qui le passionne, qui lui apporte reconnaissance et fierté, celle de faire partie de la grande famille des Stups où il est commandant. Pour Richard, la vie suit son cours et elle est belle. Et puis un jour d’août, sans crier gare, l’arrivée d’une jeune femme, lieutenant de police dans son équipe va faire sortir la rivière de son lit provoquant une inondation aux conséquences catastrophiques. Elle s’appelle Lætitia Graminsky, elle est maman d’une petite fille et l’épouse d’un homme qu’elle aime. Elle non plus n’a pas choisi mais comme dans les tragédies grecques, le poids du destin se charge de faire ployer les âmes sacrifiés sur l’autel des amants. Richard et Lætitia vont s’aimer, lutter, se détruire. Richard devient dépendant affectif, il perd peu à peu le contrôle allant très loin dans sa tentative désespérée d’attirer l’attention de Lætitia. Tous les deux sont les jouets de la fatalité, du destin qui les conduit vers la chute. Dès le début du livre, nous savons et pourtant il nous est impossible de lâcher ce thriller psychologique d’une acuité, d’une finesse rare. Le style est remarquable, le scénario étourdissant. On s’attache aux personnages et on s’enfonce avec eux dans la folie, dans la fusion des corps, dans la lutte épique que se livre deux êtres qui se noient. C’est beau, c’est renversant, ça peut faire peur aussi mais c’est incontestablement un très grand livre. Karine Giebel réussi là un tour de force, comment réinventer, apporter du souffle à une histoire qui se joue depuis la nuit des temps, depuis que l’homme est homme et la femme est femme. Avec un talent qui ne surprendra pas ses nombreux lecteurs/lectrices, Karine Giebel bâtie une histoire à couper le souffle, sans temps mort, avec une maîtrise de la dramaturgie que j’admire profondément. Jetez-vous sur ce thriller si vous ne l’avez pas encore lu. Sublime.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeahBookAddict Posté le 10 Mars 2020
    Je referme ce livre et je suis complètement à l'ouest.... Une histoire follement addictive, des personnages psychologiquement atteints ! Un huis clos dérangeant, anxiogène comme pas possible relatant une relation plus que malsaine ... et ça l'a fait ! Je n'ai pas pu lâcher mon livre, je suis passée par beaucoup d'émotions avec cette histoire qui m'a éreintée 😅 La patte de Karine Giebel est présente à 100%, ce que tu as fait de moi ... je l'ai dévoré en 24h et il va maintenant faloir attendre son prochain roman 😱 A noter quelques invraisemblances parfois mais qui n'entachent en rien mon engouement pour l'histoire !
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !