Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221252321
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 486
Format : 135 x 215 mm

Dune - Tome 4 : L'Empereur-Dieu de Dune

Guy Abadia (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Série : Dune
Date de parution : 01/07/2021

Plongez dans le quatrième volet de l’épopée la plus fascinante de toute la science-fiction moderne. Une nouvelle édition revue et augmentée.

Plusieurs millénaires se sont écoulés sur Arrakis et la planète désertique est devenue une oasis verdoyante. Leto Atréides, fils de l’Empereur Paul-Muad’Dib, a consenti à une terrible métamorphose pour rester en vie. Pour préserver l’avenir de l’humanité, il a sacrifié la sienne en fusionnant avec des truites des sables, ce...

Plusieurs millénaires se sont écoulés sur Arrakis et la planète désertique est devenue une oasis verdoyante. Leto Atréides, fils de l’Empereur Paul-Muad’Dib, a consenti à une terrible métamorphose pour rester en vie. Pour préserver l’avenir de l’humanité, il a sacrifié la sienne en fusionnant avec des truites des sables, ce qui lui confère une quasi-immortalité en tant qu’Empereur-Dieu de Dune.
Sa transformation a modifié non seulement son apparence, mais aussi sa moralité, et c’est d’une main de fer qu’il dirige son empire. Siona, une Atréides elle aussi, fomente une rébellion pour mettre fin à sa tyrannie... ignorant qu’elle fait partie intégrante des plans du despote. Le Sentier d’Or que Leto appelle de ses voeux se paiera au prix fort.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221252321
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 486
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SaigneurDeLivres Posté le 15 Janvier 2022
    Un tome particulier. Comme à son habitude, c'est très calme, pas beaucoup d'action, très posé. Mais je dirai que ça l'est encore plus dans ce quatrième tome. Et fait surprenant (surtout pour moi), ça ne m'a pas dérangé, bien au contraire. Ici, Herbert concentre l'attention sur l'introspection, sur des questions sur le pourvoir absolu, la position du tyran, la position de Dieu,... J'ai beaucoup aimé le choix de Leto de devenir un tyran pour sauver l'humanité. C'est toujours très intéressant et très agréable à lire. Dune va certainement faire parti de mes saga SF préférées.
  • taganga2000 Posté le 28 Décembre 2021
    3500 ans se sont écoulés depuis que l’empereur Leto II a commencé sa mutation en ver géant. Afin d’imposer une paix éternelle il s’est transformé en tyran qui contrôle aussi bien la Guilde spatiale, le Bene Gesserit ou le Bene Tleilax. Ses dons de prescience et une mémoire génétique infinie lui permette de maîtriser toutes les composantes nécessaires à la vie sur Arrakis et d’anticiper toutes les actions qui pourraient être menées contre lui. Un tome basé sur l’introspection de l’Empereur- Dieu, lui qui agit pour amener l’humanité sur le chemin du Sentier d’Or souffre d’une extrême solitude, il s’est bien commandé des gholas copies conformes de Duncan Idaho mais tous finissent par essayer de l’éliminer. Même l’amour charnel lui est désormais interdit car il n’est déjà plus un homme et pas encore tout à fait un ver. L’homme qui exerce le pouvoir est-il forcément appelé à être seul, en tout cas c’est le parti pris par @Herbert, celui qu’il développe dans son roman. Les réflexions sur la démocratie et l’immaturité des Hommes à mériter celle-ci sont très intéressantes même si je ne les partage pas, loin de là. Un roman assez cérébral donc mais au combien passionnant. La capacité d’@Herbert... 3500 ans se sont écoulés depuis que l’empereur Leto II a commencé sa mutation en ver géant. Afin d’imposer une paix éternelle il s’est transformé en tyran qui contrôle aussi bien la Guilde spatiale, le Bene Gesserit ou le Bene Tleilax. Ses dons de prescience et une mémoire génétique infinie lui permette de maîtriser toutes les composantes nécessaires à la vie sur Arrakis et d’anticiper toutes les actions qui pourraient être menées contre lui. Un tome basé sur l’introspection de l’Empereur- Dieu, lui qui agit pour amener l’humanité sur le chemin du Sentier d’Or souffre d’une extrême solitude, il s’est bien commandé des gholas copies conformes de Duncan Idaho mais tous finissent par essayer de l’éliminer. Même l’amour charnel lui est désormais interdit car il n’est déjà plus un homme et pas encore tout à fait un ver. L’homme qui exerce le pouvoir est-il forcément appelé à être seul, en tout cas c’est le parti pris par @Herbert, celui qu’il développe dans son roman. Les réflexions sur la démocratie et l’immaturité des Hommes à mériter celle-ci sont très intéressantes même si je ne les partage pas, loin de là. Un roman assez cérébral donc mais au combien passionnant. La capacité d’@Herbert à prendre des virages à 90° tout en gardant le fil de l’histoire m’impressionne et me donne très envie de continuer l’aventure avec @les hérétiques de Dune. Challenge pavé Challenge Multi-Défis
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tachan Posté le 18 Novembre 2021
    Avec cette saisissante couverture signé Aurélien Police, nous retrouvons donc Leto II, fils de Paul dans cette suite se déroulant des millénaires plus tard. Si le tome précédent avait été un gros coup de coeur et mon préféré jusqu'à présent, le soufflet est quelque peu retombé ici. Qu'on ne se mente pas, cela reste de la SF diablement prenante à lire, très bien écrite et où la plume de l'auteur devient vraiment de mieux en mieux. Le hic ? C'est que malgré cela, j'ai clairement l'impression que le fond devient de plus en plus classique et répétitif. Ce n'est donc plus la claque des débuts. Pourtant, on ne peut être que fasciné avec un héros comme Leto, cet homme qui s'est laissé transformé en ver des sables géants pour le bien de tous. J'adore tous les passages décrivant celui-ci, son corps mais aussi son état d'esprit et ses sentiments. Il me fascine, certes d'une manière un peu glauque et frissonnante, mais quand même. Je trouve l'idée du saut dans le temps pour le retrouver une fois la transformation bien avancée et son projet politico-écologique également, très bien vue. On se retrouve ainsi face à un nouvel univers, un nouveau paysage et de... Avec cette saisissante couverture signé Aurélien Police, nous retrouvons donc Leto II, fils de Paul dans cette suite se déroulant des millénaires plus tard. Si le tome précédent avait été un gros coup de coeur et mon préféré jusqu'à présent, le soufflet est quelque peu retombé ici. Qu'on ne se mente pas, cela reste de la SF diablement prenante à lire, très bien écrite et où la plume de l'auteur devient vraiment de mieux en mieux. Le hic ? C'est que malgré cela, j'ai clairement l'impression que le fond devient de plus en plus classique et répétitif. Ce n'est donc plus la claque des débuts. Pourtant, on ne peut être que fasciné avec un héros comme Leto, cet homme qui s'est laissé transformé en ver des sables géants pour le bien de tous. J'adore tous les passages décrivant celui-ci, son corps mais aussi son état d'esprit et ses sentiments. Il me fascine, certes d'une manière un peu glauque et frissonnante, mais quand même. Je trouve l'idée du saut dans le temps pour le retrouver une fois la transformation bien avancée et son projet politico-écologique également, très bien vue. On se retrouve ainsi face à un nouvel univers, un nouveau paysage et de nouveaux personnages. Le hic à nouveau, c'est que l'ensemble reste assez superficiel. L'auteur répète sans cesse les mêmes phrases et l'intrigue tiendrait sur bien moins de pages s'il divaguait moins... J'aurais vraiment aimé plus de force et d'audace. On se retrouve à la place avec un récit centré à la fois sur le projet de Leto, celui des Ixiens avec sa fiancée Hwi mais aussi des forces de l'Empire qui sont encore pas loin malgré le sommeil qu'on leur impose. Nous découvrons tout cela à travers les Mémoires volées de Leto qui accompagnent chaque chapitre en incipit mais également l'histoire à travers le personnage de Siona, la fille de Moneo, sur laquelle Leto compte beaucoup pour la suite de son mystérieux projet. Et avec eux, nous avons également la société des Truitesses, nouvelle armée d'élite des Atréïdes et les Freemen de musée, qui portent bien leur nom, et ont totalement dépéri. Tout cela donne une ambiance qui se veut assez morose, celle d'un monde sur le déclin, c'est du moins l'apparence qu'il veut donner mais au fond tout bouillonne et c'est là que ça devient passionnant. Malgré une narration un peu mollassonne et répétitive qui manque de nerf, on ne peut que suivre, fascinée, le plan que Leto tente de mettre en branle à la fois autour du ver qu'il devient et des implications de ceci sur la nouvelle transformation d'Arakis, et également autour de Siona et du nouveau ghola de Duncan pour créer de nouveaux Atréïdes qui échapperaient aux plans des autres instances de pouvoir de l'Empire. Excellent ! Tout se met en place assez lentement et de nombreux coups de théâtre viennent émailler cela, ralentissant et faisant diverger les projets parfois, montrant que même le meilleur plan a des failles. Ce mélange de politique, d'écologie, de génétique et d'introspection qui se fait ici a de quoi surprendre. On prend une toute autre direction que celle des débuts, je trouve. L'auteur remet à nouveau en question la figure du héros qu'il avait monté avec Paul. Il en donne un nouvel écho déformé qui interroge avec cet Empereur-Dieu martyr qui se sacrifie pour le bonheur du plus grand nombre, du moins selon son idée, mais se comporte en tyran en attendant, donnant une vision assez sombre et sans concession du pouvoir sur la masse populaire. J'aime énormément ces noires nuances. En revanche, je suis bien plus partagée une fois de plus quant à la question des femmes dans cette oeuvre. L'auteur me met souvent mal à l'aide avec l'utilisation qu'il fait d'elle. Tantôt, il semble créer des personnages d'une grande finesse et/ou force qui m'émeuvent comme Hwi et Siona. Tantôt, il propose une instrumentalisation de celles-ci et de leur sexualité qui me dérange profondément, mais je crois que c'est justement son but et il y réussit donc parfaitement. La nouvelle proposition de l'auteur pour qu'un "messie" échappe à son destin m'a donc autant fascinée que perturbée. J'ai adoré le personnage de Leto, probablement celui qui m'a le plus fascinée dans la saga avec Alia. Mais j'ai trouvé la narration vraiment bancale dans ce nouveau tome et j'aurais aimé une intrigue moins en huis clos, plus sensationnelle et en écho avec la qualification d' "oeuvre-monde" qu'on donne souvent à la saga. Là, je me suis sentie un peu enfermée, à l'étroit, dans une histoire de famille qui finalement se répète un peu avec ces héros cherchant à protéger leur descendance en échappant à leur destin. Émouvant, remuant et foncièrement intrigant, Dune reste un indispensable dans ma culture SF mais un indispensable non moins dépourvu de failles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Emiliec28 Posté le 18 Septembre 2021
    Tome 4 achevé et le tome 3 reste encore, de loin mon préféré. Dans ce quatrième volume, des millénaires ont passé et Leto II, fils de Paul, demeure empereur et est considéré comme un Dieu. Sa fusion avec les truites des sables le transforme progressivement en Ver, prolongeant sa vie mais réduisant son humanité. Autour de lui les complots sont nombreux pour le faire chuter. D'une certaine façon il ne demande que ça tout en punissant sévèrement ceux qui échouent. Encore une intrigue originale, je commence à m'habituer à ce style très particulier de Herbert, ponctué de réflexion sur le pouvoir, la nature humaine, la guerre, l'amour. Leto s'est transformé en tyran pour mieux sauver l'humanité. N'est-ce pas l'objectif de tous les tyrans ? Il intrigue, pose des jalons, prépare le sentier d'or... il me semble que c'est un roman transition, il me tarde d'avoir le tome suivant dans les mains.
  • Horizon_Universe Posté le 12 Juillet 2021
    Eh bien, ce n’est absolument pas ce que j’attendais … Mais c’est mieux ! Vous le savez maintenant, je suis une grande fan de l’univers de Dune, et ce livre ne fait pas exception. Se déroulant plusieurs milliers d’années après Children of Dune, nous y retrouvant Leto II, toujours en vie et muté en une sorte de mélange entre un vers des sables et un être humain, contrôlant d’une main de fer son empire. C’est un livre très intéressant. Définitivement très différent des trois premiers livres, il reste néanmoins dans la même veine. J’ai vraiment beaucoup apprécié ce livre, même si, étant assez dense et plein d’informations, il m’a pris quelque temps à lire et à rentrer dedans. Un beau voyage, que je vous recommande.

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.