Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221141250
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm

Journal- Tome 2

Mémoires de la vie littéraire 1866 - 1886

,

Robert KOPP (Préface)
Collection : Bouquins
Date de parution : 13/02/2014

Dans le salon de la princesse Mathilde, aux dîners Magny ou chez eux, les Goncourt côtoient tout ce que le Paris politique et littéraire compte de célébrités. Aussi leur Journal contient-il la plus étonnante galerie de portraits du XIXe siècle. Napoléon III : «Figure louche [...]. Homme dormant, mome, sinistre....

Dans le salon de la princesse Mathilde, aux dîners Magny ou chez eux, les Goncourt côtoient tout ce que le Paris politique et littéraire compte de célébrités. Aussi leur Journal contient-il la plus étonnante galerie de portraits du XIXe siècle. Napoléon III : «Figure louche [...]. Homme dormant, mome, sinistre. Il y a du conspirateur, du prisonnier et du faiseur de coup d'État dans sa marche, son regard, son air. Il a l'air d'une fausse pièce, frappée la nuit dans un bois, qui représenterait le Deux-Décembre sous la figure d'un sergent de ville.» Le prince de Galles, futur Édouard VII : «Un vrai filou», «un escroc, ne soldant jamais ses dettes de jeu». Thiers : «Le représentant le plus complet de sa caste [...] ; c'est comme si la bourgeoisie, avant de mourir, se couronnait de ses mains.» Renan : «Une tête de veau qui a des rougeurs, des callosités d'une fesse de singe.» Flaubert : «Il a l'esprit gros et empâté comme son corps. Il voyage pour épater les Rouennais.» George Sand : «Un sphinx ruminant, une vache Apis», «une nullité de génie». Baudelaire : «Le saint Vincent de Paul des croûtes trouvées, une mouche à merde en fait d'art.» Mallarmé : «Il faut le mettre à Sainte-Anne.» Barrès : «Un casuiste jésuite mélangé d'apothïcaire ; Ignace de Loyola se combine chez lui avec le bromure de potassium.» Portraits charges dignes des grands caricaturistes de l'époque, tels Daumier ou Gavami ; portraits de moralistes dans la tradition de La Bruyère, «le premier écrivain de tous les temps». Le Journal des Concourt est, avant ceux de Jules Renard, de Barrès, d'Henri de Régnier, de Gide, la chronique la plus virulente de la France littéraire et des Français dans la seconde moitié du XIXe siècle.
Robert Kopp.

Tome 1 : 1851-1865
Tome 2 : 1866-1886
Tome 3 : 1887-1896

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221141250
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Henri-l-oiseleur Posté le 26 Novembre 2015
    Ce second volume du journal des Goncourt appelle les mêmes remarques que le premier, mais des événements surviennent qui en changent la nature : d'abord, la mort du frère, qui laisse le diariste seul, ensuite, la guerre de 1870, la proclamation de la République et la Commune, quand les soubresauts de l'histoire viennent perturber la vie littéraire qui est ici racontée, décrite et moquée. Le livre gagne en douleur, peut-être en profondeur, sans rien perdre de sa drôlerie (occasionnelle) et de son acuité, ni de cet art du style qui l'a rendu célèbre. Le seul reproche que l'on pourrait faire à cette utile édition est l'absence d'une table des noms propres, travail titanesque certes, mais qui aurait été précieux pour guider le lecteur sélectif vers certains passages, et l'aurait aidé à voyager à travers cette chronique artistique, politique et littéraire qui va de 1855 à 1886.
Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.