Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 03/01/2024

Rentrée littéraire d'hiver 2024 : tous les livres de nos maisons

Rendez-vous incontournable des amoureux de lecture, la rentrée littéraire d'hiver revient avec un nouveau cru de romans. Découvrez-les.

 
Un soir d'été, Philippe Besson
Un soir d'été
« Nous étions six – cinq garçons et une fille – insouciants, frivoles, joyeux, dans un été de tous les possibles. Pourquoi a-t-il fallu que l’un d’entre nous disparaisse ? »
S’inspirant d’une histoire vécue, Philippe Besson retrace un drame de sa jeunesse, survenu dans l’île de Ré, un soir de juillet, au milieu des années 80.
 
American Mother, Colum McCann et Diane Foley
AMERICAN MOTHER - VERSION FRANÇAISE - MCCANN COLUM & FOLEY DIANE - Prix Transfuge du Meilleur Livre étranger
Comment rester debout face à la violence, à l'horreur ? Comment regarder dans les yeux celui qui vous a enlevé ce que vous aviez de plus précieux ? Comment pardonner à l'assassin d'un des siens ? Comment garder espoir quand tant d'atrocités sont commises au nom de la religion ?

Toutes ces questions qui nous assaillent dans une actualité toujours plus tragique, Colum McCann y a été confronté lors de sa rencontre avec Diane Foley. Jour après jour, il l'a accompagnée au procès des bourreaux de Daech et a vu une mère au courage exceptionnel puiser dans sa foi et son humanisme la force d'affronter un de ceux qui ont torturé et décapité son fils, le journaliste américain James Foley.

Ce roman nouveauté 2023 vous plonge au coeur du sujet difficile de l'intégrisme religieux et du fondamentaliste islamique, à travers l'histoire vraie de l'assassinat de James Foley par Daech en 2014.
Vous ne sortirez pas indemne de ce livre choc, qui vous permettra de comprendre ce que peuvent ressentir les victimes de la barbarie.
 
Le Sang des innocents, S.A. Cosby
Le Sang des innocents
Le Sud n’a pas changé. Ce constat, Titus Crown y est confronté au quotidien. Ancien agent du FBI, il est le premier shérif noir à avoir été élu à Charon, la terre de son enfance. Si son élection a fait la fierté de son père, elle a surtout provoqué la colère des Blancs, qui ne supportent pas de le voir endosser l’uniforme, et la défiance des Noirs, qui le croient à la solde de l’oppresseur. Bravant les critiques, Titus tente de faire régner la loi dans un comté rural frappé par la crise des opioïdes et les tensions raciales. Jusqu’au jour où Latrell, un jeune Noir, tire sur M. Spearman, le prof préféré du lycée, avant de se faire abattre par la police. Fanatisme terroriste, crient les uns. Énième bavure policière, ripostent les autres. À mesure que les dissensions s’exacerbent, Titus se retrouve lancé dans une course contre la montre pour découvrir la vérité.

Chez Sonatine, on ne dira jamais qu’on a un favori, et que son nom est S. A. Cosby. En trois romans, l’auteur s’est imposé comme une voix incontournable et un maître incontestable du thriller américain. Après Les Routes oubliées (prix Nouvelles voix du polar) et La ColèreLe Sang des innocents vient confirmer son talent pour les intrigues denses et sous pression, les personnages déchirés, et son regard remarquablement lucide sur l’Amérique et les dépossédés qu’elle coule dans son sillage.

Préfacé par David Joy


« L’une des voix les plus musclées, originales et captivantes de la fiction contemporaine. » The Washington Post
 
« L’héritier du thriller américain, et de tous les romans forts et marquants. » Michael Connelly
 
« Le roman noir a un avenir, et cet avenir s’appelle S. A. Cosby. » Dennis Lehane
 
Une femme debout, Catherine Bardon
Une femme debout
République dominicaine, 1963. Sonia Pierre voit le jour à Lechería, dans un batey, un campement de coupeurs de canne à sucre. Consciente du traitement inhumain réservé à ces travailleurs, elle organise, à treize ans seulement, une grève pour faire valoir leurs droits. Une des rares habitantes du batey à suivre des études, elle devient avocate et consacrera sa vie tout entière à combattre l’injustice jusqu’à sa mort tragique.

Catherine Bardon révèle l’existence de cette femme exceptionnelle et met en lumière la condition terrible des travailleurs migrants en République dominicaine, un sujet toujours d’actualité. Bouleversant plaidoyer pour la solidarité et la fraternité, Une femme debout est un roman puissant et terriblement humain.
 
Seuls les fantômes, Cyrille Falisse
Seuls les fantômes
Depuis que son ex l’a largué parce qu’il était faible et fragile, Melvile ressasse l’histoire d’amour qui vient de le terrasser. Sur les réseaux sociaux où il s’est réfugié, une rencontre virtuelle va réveiller ses disparues. Laetitia, la Galopante, Nina… Trois images manquantes, trois premières fois. Seuls les fantômes est un voyage dans le temps où tournoient les voix du passé. Les grandes vacances à Saint-Dalmas Valdeblore, les truites du Boréon, les émois et les malentendus…
Un premier roman à la poésie singulière, où un homme cherche sa place, où les fantômes parlent et consolent parfois.
 
« Une voix forte et bouleversante. » Jean-Baptiste Andrea, auteur de Veiller sur elle, prix Goncourt 2023.
 
Dans le ventre de Klara, Régis Jauffret
Dans le ventre de Klara - Rentrée littéraire d'hiver 2024
De juillet 1888 à avril 1889, Klara Hitler porte dans son ventre celui qui est destiné à devenir l'incarnation du mal absolu. Pour la première fois, la mère du monstre prend la parole sous la plume magistrale de Régis Jauffret, et nous confie le récit de sa grossesse funeste. 
Neuf mois de violence et de religiosité étouffante, desquels naîtra celui qui incarnera le nazisme et la Shoah. Neuf mois durant lesquels Klara est traversée, habitée, possédée déjà par l'innommable, partagée entre l'amour pour son enfant à venir et les visions qu'elle reçoit malgré elle des crimes que ce fœtus, une fois devenu homme, commettra contre l'humanité tout entière.

Peu d'auteurs ont su explorer l'indicible avec le génie narratif dont fait preuve Régis Jauffret. Lui seul pouvait faire ce voyage dans les abysses, avec la conscienceque seule la littérature peut explorer profondément l'âme humaine.
Un roman sombre, violent et magnifique. 

Régis Jauffret est né à Marseille en 1955. Il fait ses débuts d'écrivain en 1985 avec Seule au milieu d'elle. Il connaît un grand succès en 1998 avec Histoire d'amour. En 2007, il publie Microfictions et remporte le prix Goncourt de la nouvelle. Lauréat du prix Décembre pour Univers, univers, puis du prix Femina pour Asiles de fous, Régis Jauffret est l'une des voix les plus importantes de la littérature française contemporaine.
 
Les Mains vaines, Jérémie Decottignies
Les Mains vaines
Le premier roman d'un poète qui inaugure une nouvelle collection littéraire, Corps célestes.

L’arbre en face de la fenêtre, c’est l’unique paysage de Julien. Il vit seul depuis son accident. Parfois il y a du soleil, mais il ne voit rien : une brume d’alcool et d’antalgiques lui barre tout chemin comme toute croyance. Il ne fait qu’une chose : il attend.

Alors il n’est pas surpris quand Laure, une cousine éloignée, revient vers lui après quinze ans de silence. Enfants, ils passaient leurs vacances dans les Pyrénées. Ça s’est fini, sans explication. Aujourd’hui, Laure revient pour le guérir. C’est en tout cas ce qu’elle lui dit, mais Julien sait qu’elle n’a jamais été aimée. Une nuit d’orage, à la montagne, ils ont failli mourir. Tout vient de là, affirme-t-elle. Son mal à elle, l’accident, et tout le reste.

S’il accepte de l’accompagner, elle connaît un vieux couple de guérisseurs capables d’apaiser sa douleur. Julien ne croit en rien, pourtant il prend quelque plaisir à se laisser faire. Et puis Laure décide qu’il leur faut retourner dans les Pyrénées. La guérison, là-bas, vaudra levée du mystère. Mais qui, dans ces montagnes si loin de l’enfance, saurait les faire revivre ?
 
Les invités de Marc, Tiphaine du Boys
Les invités de Marc
Paris s’endort, Léonore s’impatiente. Ce samedi soir, ses amis lui ont promis une fête mémorable. Ils se retrouvent dans le très bel appartement d’un certain Marc où se presse une foule d’invités égotiques, pétris d’ambition et dévorés par leur volonté de paraître. Les masques tombent à mesure que la nuit avance. La tension monte, jusqu’à ce que, par mégarde, Léonore décèle le secret de leur hôte.

Ni amitié, ni faux-semblants ne résistent à cette découverte. Le monde de Léonore vacille, et une question demeure : qui étaient vraiment les invités de Marc ?

La forme resserrée du récit sert une narration tendue. L’esprit aiguisé de Tiphaine du Boÿs se révèle autant dans son humour caustique que dans ses descriptions inatten- dues, souvent à la faveur de flash-back savoureux. L’auteure témoigne d’un style bien à elle, nerveux, précis, tranchant, et façonne un premier roman qui navigue habilement entre comédie de mœurs et roman noir.
 
Place du Paradis, Xavier-Marie Bonnot
Place du Paradis - Rentrée littéraire d'hiver 2024
Raqqa, Syrie, 2017. Pierre Déjean, célèbre photographe de guerre, suit des Français enrôlés dans les YPG, les unités de protection du peuple kurde. Leur mission : libérer la place du Paradis, lieu hautement symbolique que Daesh a désigné comme la place des supplices. Dans les décombres de cette ville martyre, Marie, une jeune Française qui a choisi l'État islamique, est arrêtée par les YPG devant l'objectif du photographe. 

Cinq ans plus tard, alors que s'ouvre le procès des attentats du 13 novembre, une juge d'instruction convoque Pierre. Marie est désormais aux mains de la police française, prête à collaborer mais à une condition : qu'il lui soit permis de parler à Pierre. Tandis que les témoins défilent à la barre du tribunal, le photographe fait face, dans le huis clos d'un parloir de prison, à une femme brisée au caractère autrement plus complexe que celle qu'il avait découverte dans les rues de Raqqa.
 
Un si beau bleu, Florian Forestier
Un si beau bleu
« J’ai quarante ans. J’ai voyagé. Mais chaque fois que je pars, c’est le même cinéma. Je finis à genoux dans la chambre de ma mère. »
 
Il reste à Florian tant de choses à faire : trouver la paix et l’âme sœur, apprendre à vivre, et surtout gravir le Cervin, ce paysage qui a tout secoué chez lui. Il est entraîné, sportif, maladroit, anxieux. Raffaele, son guide, est convaincu qu’un bon guide doit être plus terrifiant que tous les dangers de la montagne. Morgane, une aspirante guide, l’encourage elle aussi à sa façon. À leurs côtés, Florian va tenter de se métamorphoser. Il va monter, échouer, monter encore, s’émerveiller face à ce si beau bleu. Lui qui connaît si bien le Cervin mais n’arrive pas à fixer ses crampons, en réussira-t-il l’ascension ?
Un roman picaresque et réjouissant, plein d’énergie et d’une grande force poétique.

 
 
Merci Julie, Sandra Mathieu
Merci Julie
Pourquoi Julie a-t-elle été agressée aussi sauvagement
dans une rue du vieux Nice ? Pourquoi sa
compagne alors présente sur les lieux a-t-elle disparu ?
Après la lecture d’un article relatant ce fait divers, Marc,
écrivain parisien reconnu, décide de rencontrer la jeune
femme pour comprendre, au fil de neuf entretiens, les
tenants et les aboutissants de ce drame.
Il s’implique de façon surprenante dans cette enquête.
 
Les détails, Ia Genberg
Les détails
Une femme est clouée au lit, fiévreuse. Sans pouvoir expliquer pourquoi, elle a soudain l’envie de relire la Trilogie new-yorkaise de Paul Auster. De là, elle commence à se remémorer des moments de sa vie, notamment sa vingtaine dans les années 1990, à l’aube du tournant de l’an deux-mille. Les méandres de ses souvenirs forment une prose magnétique nourrie de nostalgie et de réflexions existentielles irrésistibles. Le tout agrémenté de références réjouissantes à la littérature. Son existence semble se résumer à quatre relations dont un amour indélébile, une amitié sauvage, une rencontre électrique et éphémère. Elle en tire des portraits inoubliables dont les sujets sont à la fois celle qui raconte et ceux qui sont racontés, une perspective, des détails que l’on remarque ou pas, une histoire de relations qui se font et se défont avant que l’ère numérique ne vienne bouleverser les rapports humains.
 
Un beau jour, Agnès Laurent
Un beau jour
Tout commence un beau jour d’été. Claude et Marie Cotraz décident de partir faire une excursion en haute montagne, laissant leurs quatre enfants au chalet, seuls. Le temps change, le chien aboie, un violent orage se profile. L’inquiétude gagne la fratrie. Ils connaissent les dangers de la montagne. Elle a englouti tant d’hommes et de femmes sans un mot, et il arrive qu’elle prenne ceux qu’on aime.

Marie-Pierre, Luc, Paule et Jean se souviendront à jamais de l’attente, de l’angoisse, des éclairs, du sommeil qui vient quand même, et au réveil, de l’espoir d’entendre les parents dans la cuisine. Reviendront-ils ? La montagne livrera-t-elle son secret ?

Cinquante ans de la vie d’une fratrie, racontant le poids du silence, les destins contraires de chaque frère et soeur, aussi unis que déchirés par ce beau jour où tout a basculé. 

Agnès Laurent est grand reporter à L’Express. Passionnée par les histoires familiales et les liens qui se tissent entre les êtres, elle a publié en 2021 son premier roman, Rendors-toi, tout va bien (Pocket), sélectionné pour le prix Maison de la Presse 2021.
 
Camera obscura, Gwenaëlle Lenoir
Camera obscura
Un matin, un photographe militaire voit arriver, à l’hôpital où il travaille, quatre corps torturés. Puis d’autres, et d’autres encore. Au fil des clichés réglementaires qu’il est chargé de prendre, il observe, caché derrière son appareil photo, son pays s’abîmer dans la terreur. Peu à peu, lui qui n’a jamais remis en cause l’ordre établi se pose des questions. Mais se poser des questions, ce n’est pas prudent.
Avec une justesse troublante, ce roman raconte le cheminement saisissant d’un homme qui ose tourner le dos à son éducation et au régime qui a façonné sa vie. De sa discrétion, presque lâche, à sa colère et à son courage insensé, il dit comment il parvient à vaincre la folie qui le menace et à se dresser contre la barbarie.
 
La maison de mon père, Akos Verboczy
La maison de mon père
Un homme débarque à Budapest, sa ville natale, par un chaud matin d’automne, pour un séjour d’une semaine. Il a l’intention de revoir ses anciens amis, sa famille, son premier amour. De parcourir de bas en haut son arbre généalogique, ou du moins ce qu’il en reste, du petit cousin hooligan aux grands-parents qui dorment paisiblement, l’espère-t-il, sous les pierres moussues du cimetière.
Avec Petya, son compagnon d’enfance, il forme le projet d’aller visiter la maison que son père a chérie pendant des années, qu’il a longtemps espéré recevoir en héritage, mais qui a sombré avec tout le reste. Cette maison du lac Balaton, ancien pressoir de vignoble, à flanc de colline, où l’on entrait en passant par le grenier. Il faut donc s’empresser de griffonner sur un napperon le plan pour s’y rendre, mais ce geste n’est-il pas aussi dérisoire que de vouloir retracer les contours d’un rêve dont on émerge à peine avant qu’il nous échappe à jamais ?
 
Monkey Boy, Francisco Goldman
Monkey Boy - version française. Finaliste du Prix Pulitzer 2022
Monkey Boy raconte la quête d’identité, à travers ses racines multiples, juives et catholiques, blanches et noires, d’un écrivain américain de retour à New York et Boston, où il a vécu sa jeunesse avant de mener une vie de grand reporter en Amérique du Sud.
Revenu à New York après avoir subi des menaces de mort au Mexique, il a le désir de reprendre toute sa vie à zéro. Il fait la rencontre d’une jeune femme, promesse d’un nouvel amour. Il retrouve les êtres qui ont marqué son existence : sa mère, Yolanda, et la merveilleuse femme guatémaltèque qui l’a élevé, ainsi que le souvenir de son père, d’origine ukrainienne, violent mais attachant. Tout son passé remonte à la surface, à commencer par les humiliations de son adolescence qui lui valurent au lycée d’être affublé du surnom de « Monkey Boy ».
Ce sont les faux-semblants et les réalités parfois cruelles du « rêve américain » qui sont démasqués dans cette oeuvre majeure sur la complexité identitaire.
Finaliste du prix Pulitzer pour ce livre, l’auteur est une des voix les plus puissantes de la littérature américaine. Il signe ici son texte le plus personnel, entre autofiction et récit romanesque.
 
Flamboyant crépuscule d'une vieille conformiste, Emmanuelle Pirotte
Flamboyant crépuscule d'une vieille conformiste - Rentrée littéraire janvier 2024
Quand Alzheimer frappe à sa porte, Dominique, 81 ans, préfère ne pas s’attarder. Elle se prépare à dire adieu à sa petite vie, ses enfants, ses bibelots… Lorsqu’elle fait le tri dans ses souvenirs, c’est avec une réjouissante férocité. Car l’ennui bourgeois n’a pas réussi à priver Dominique d’une certaine hauteur de vue sur l’Existence.
 
Le plus difficile est de prendre congé de sa petite-fille adorée, Victoire, 20 ans. Que lui dire ? Que lui écrire ? Comment lui faire comprendre que le choix de sa grand-mère est celui de la liberté et, paradoxalement, de la vie ?
 
Dans un texte qui claque comme un uppercut, Emmanuelle Pirotte fait du lecteur le dépositaire d’une singulière confession, implacable, drôle et tendre. Travaillé par les problématiques qui hantent nos sociétés modernes, le roman interroge sans concession notre rapport à la mort et au libre arbitre.
 
Flamboyant crépuscule d’une vieille conformiste est le portrait d’une femme qui se lance, avec panache, dans un ultime face-à-face avec elle-même.
 
Le ciel t'attend, Grégor Péan
Le Ciel t'attend - Rentrée littéraire janvier 2024
12 avril 1961, URSS. Pour la première fois, un homme a volé dans
l’espace. Pourtant, rien ne prédestinait le jeune Youri Gagarine à
un tel exploit.
Quelques années auparavant, Khrouchtchev, aidé d’une ex-espionne
et d’un ingénieur des fusées, s’est lancé dans la course
aux étoiles.
La bouille joviale du cosmonaute devient dès lors plus convaincante
que n’importe quelle propagande communiste. Mais à quel prix ?
Derrière les sourires et la gloire, un homme se débat pour rester
lui-même…
 
Un été chez Jida, Lolita Sene
Un été chez Jida - Rentrée littéraire janvier 2024 - sélection prix Françoise Sagan 2024
Enfant, Esther passe ses vacances chez sa grand-mère Jida, regard intimidant et canines en or, dont le pavillon modeste, une fois la porte fermée, transporte en Kabylie. Les chants, les odeurs, la cuisine, les danses, les traditions… Tout rappelle le pays d’où la famille a émigré, après la guerre d’Algérie, en passant par des camps de réfugiés. Il y a du monde, une agitation permanente. Esther évolue au milieu de ses tantes, ses oncles, ses cousins, ses cousines.
Et parmi eux, il y a Ziri. Le fils chéri de Jida, qui aime trop les enfants.
Régulièrement, Ziri demande à Esther d’aller l’attendre dans une chambre à l’étage. Elle se demande si personne ne se rend vraiment compte de rien. Comme elle se demande, plus grande, pourquoi sa grand-mère et une partie de la famille s’évertuent à protéger cet homme qui lui a fait tant de mal.
Un été chez Jida raconte une famille de harkis, son héritage d’une richesse profuse et d’une violence terrible. Il raconte aussi l’obstination poignante d’une jeune femme à faire entendre sa voix, se battre contre des mœurs archaïques délétères et tenter de se réapproprier sa culture.

« Il s’agit, surtout, point aveugle au milieu de ce chatoiement, de dire
la douleur d’être une femme dans un monde où la religion et les moeurs imposent un secret ravageur. Dans sa grâce et sa brutalité, Un été chez Jida est le beau roman d'une mémoire en morceaux.» Le Monde des livres
 
Carpates, Liliana Lazar
Carpates
Un voyage dans les Carpates ne s’improvise pas.
Piégés par la neige au cœur de la montagne roumaine, Jeanne et Boris, un couple de Français, trouvent refuge dans un étrange hameau – la Colonie – dirigée par des femmes.
Alors qu’ils se croient sauvés, débute une plongée vertigineuse dans le monde des vieux-croyants, une communauté aux lois archaïques, qui protège un impensable secret.
 
L'enfant de la rage, Anne Boquel
L'enfant de la rage - Rentrée littéraire janvier 2024
C’est un môme. Yohann Bellanger. Un gamin de dix-sept ans qui, par un mélange de provocation et de révolte, s’est engagé dans une ZAD.
Un soir, les CRS débarquent, lacrymos, grenades, blindés. Côté militants, branchages, caillasses, adrénaline. Lorsque les ombres des combattants se retrouvent entre les fumigènes, Yohann manque à l’appel. Il est resté à terre, le corps disloqué. Sortira-t-il ou non du coma ? Et dans quel état ?
Pour ses parents, la vie s’est arrêtée. Il faut attendre. Répondre aux questions de la petite soeur qui cherche son grand frère sans comprendre. Découvrir la vie des activistes qui entouraient Yohann, leurs convictions, leur humanité. Jusqu’à ce que tout s’embrase. Une histoire qui prend aux tripes, car ce destin familial où se mêlent la fureur, l’espoir et la fièvre raconte la France d’aujourd’hui.
 
À la lisière du monde, Ronald Lavallée
À la lisière du monde - Rentrée littéraire d'hiver 2024
Dans un village isolé et inhospitalier du Nord canadien, la rumeur court. Un homme en fuite, accusé d’avoir assassiné froidement sa femme et son enfant, se terrerait dans la forêt boréale.
Matthew Callwood vient de prendre son poste dans la région. Jeune policier idéaliste et téméraire, il se heurte rapidement à l’inertie de ses collègues, qui boivent et fricotent avec les trafiquants du coin. Malgré tout déterminé à retrouver la trace du meurtrier en cavale, Callwood entreprend une traque sans relâche.
Mais au fil des mois, dans un dédale de lacs et de marais aux confins indéfinissables, le policier comprend qu’il a affaire à plus fort que lui. Et le chasseur devient le chassé. Sur un territoire démesuré au climat féroce, la nature sauvage reprend toujours ses droits…
 
Cinq petites tristesses, Léontine Behaeghel
Cinq petites tristesses - Rentrée littéraire janvier 2024
Léonie a dix-neuf ans et ne connaît rien à l’amour, jusqu’à ce
qu’elle entame une relation avec Gilles, son parrain de soixante-deux
ans. En quelques semaines, Léonie se détache de sa réalité et se
jette à corps perdu dans cette liaison. Malgré les réactions de sa
famille, elle s’installe chez Gilles qui joue dangereusement de son
ascendance.
En écrivant son histoire, Léonie parvient peu à peu à se défaire
de cette emprise pour finalement porter plainte.
Un récit honnête et émouvant. Une voix lumineuse qui transcende
la noirceur de la situation.
 
Identité nomade, Jean-Marie Gustave Le Clézio
Identité nomade - Rentrée littéraire janvier 2024
« J’ai eu la chance et la malchance de naître pendant la guerre, or les enfants nés dans une guerre sont particulièrement attentifs au malheur et à la difficulté de la vie. Je me souviens très bien des bombardements, ma mère, ma grand-mère, mon frère et moi vivions à Nice à cette époque-là.
 
Mon père était médecin en Afrique. Nous étions séparés par la guerre. Il était né sur l'île Maurice qui appartenait à l’empire britannique. Il avait été expédié au Nigeria. Du côté de ma mère aussi, ils étaient mauriciens, ils étaient venus s’installer à Paris. Dans cette famille, on est alternativement prospères puis ruinés, on vient de pays différents mais on garde quelque chose en commun, j’y vois une espèce de goût pour l’aventure et une attirance pour ce qu’on peut apprendre en voyageant.
 
Je descends donc de toutes ces origines et je crois que j’ai hérité de ces traits familiaux. Mon identité est là : c’est une identité nomade. »

J. M. G. Le Clézio
 
Soupapes & Cie, Helen DeWitt
Soupapes & Cie - Rentrée littéraire janvier 2024
Joe est représentant de commerce aux États-Unis et tente vainement de vendre des Encyclopædia Britannica et des aspirateurs à une population indifférente. Il lui vient alors une idée originale pour s’enrichir rapidement : lutter contre le harcèlement sexuel en entreprise par un système de « soupapes ». Pour cela, il conçoit un système ingénieux permettant au personnel masculin d’assouvir, sur leur lieu même de travail, leur libido exacerbée. Cela en toute impunité et avec le consentement de partenaires… particulières. Cette invention peu orthodoxe est vite adoptée par diverses sociétés et finit par connaître un retentissement inouï, attirant alors l’attention du FBI.

Aussi irrévérencieux que drôle, Soupapes & Cie pousse jusqu’à l’absurde la gestion quasi scientifique des pulsions sexuelles masculines et le contrôle du harcèlement en entreprise. Digne de La Conjuration des imbéciles, le roman d’Helen DeWitt tire à boulets rouges sur l’hypocrisie de la société puritaine et entraîne le lecteur dans une série de péripéties où sexualité et consumérisme forment un cocktail explosif.
 
Les ardents, Alice Winn
Les ardents
1914. La public school de Preshute, en pleine campagne anglaise, forme l’élite de la nation. Nourris des récits classiques qui glorifient l’honneur et la patrie, les pensionnaires suivent avec enthousiasme le déroulement de la guerre.

Henry Gaunt, dix-huit ans, s’enrôle dans l’armée britannique pour prouver la loyauté de sa famille envers l’Angleterre et s’éloigner de Sidney, pour lequel il nourrit des sentiments très forts. Sidney, cependant, s’empresse de le rejoindre, bientôt talonné par le reste de leurs camarades. Tous sont alors confrontés à l’abomination des tranchées et à l’omniprésence de la mort. Dans ce décor tragique et sanglant, qu’en sera-t-il de leurs passions et de leurs espoirs ?
 
 
Trilogie de Helsinki – Tome 1 – Le plus petit dénominateur commun, Pirkoo Saisio
Trilogie de Helsinki – Tome 1 – Le plus petit dénominateur commun
Lorsque la narratrice de ce roman perd soudainement son père et voit sa vie bouleversée, elle se remémore son enfance. Alors qu’elle se confronte à ses souvenirs, celle-ci lui apparaît sous un jour nouveau, comme repeinte dans une teinte étrange. De sa maison d’enfance à l’hôpital et la morgue, Le plus petit dénominateur commun est le récit de cette femme et de la petite fille enfouie en elle : une petite fille qui a toujours voulu être un garçon, racontant sa propre histoire à la troisième personne.
Ce récit fragmenté qui interroge l’identité, la sexualité, le rapport au monde, est le premier volet d’une trilogie autofictionnelle dans laquelle on peut voir Helsinki, en toile de fond, évoluer au fil des décennies.

----------
" Si vous avez aimé Deborah Levy, vous adorerez Pirko Saiso. Elle a le même art que Deborah Levy pour nous rendre son monde étrangement familier. On a la sensation de faire la connaissance d’une amie, dans cette Finlande des année 50-60 communiste. Elle raconte  son histoire à hauteur d’enfant et ensuite elle donne le point de vue d’adulte, il y a donc un dédoublement de la narration et en même temps c’est extrêmement fluide.
On fait la connaissance d’une amie, mais surtout d’une écrivaine qui a un style poétique, lumineux, imagé : c’est magnifique !"
Elisabeth Philippe, Le Masque et la plume
 
 
Incandescentes, Hannah Kent
Incandescentes - Rentrée littéraire d'hiver 2024
1836. Dans un petit village de Prusse, Hanne, enfant de la nature, sent son destin de femme peser sur elle comme un fardeau. Entre corvées, sermons et injonctions, comment ne pas dépérir dans cette communauté rigoriste où tout lui rappelle sans cesse sa différence ?
Mais par un jour de neige et de brume émerge une silhouette. Thea sera un coup de foudre, une révélation. Deux âmes sœurs qui se trouvent, un amour qui se scelle. Et pour Hanne, une planche de salut.
Cette harmonie est cependant brisée par une annonce qui bouleverse l’existence de tous : le roi a consenti à l’exode de ces luthériens depuis longtemps persécutés. Exode lointain, sur des terres encore vierges, celles du sud de l’Australie. L’interminable traversée n’est pas sans danger, et l’avenir de la communauté est semé d’incertitudes. Malgré le lien indéfectible qui les unit, Hanne et Thea parviendront-elles au bout de l’aventure ?
 
Le soleil, la lune et les champs de blé, Temur Babluani
Le soleil, la lune et les champs de blé - Rentrée littéraire janvier 2024
Quand Djoudé Andronikachvili, fils de cordonnier d’un quartier populaire de Tbilissi, accepte de cacher de mystérieux films super-8 à la demande de son ami Haïm, il est loin d’imaginer combien cet acte va changer le cours de son existence. Peu de temps après, il se retrouve accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, sans comprendre pourquoi.
Une vie d’errance commence.
Happé par les rouages de l’ex-URSS, il est transporté jusque dans les camps de prisonniers soviétiques, les mines d’or de la Sibérie glaciale, les forêts russes où nul ne peut survivre seul, les contrées ensoleillées qui bordent la mer Noire, les hôpitaux psychiatriques.
Durant cet extraordinaire périple qui s’étend des années 1970 à nos jours, Djoudé n’abandonne jamais l’espoir de rentrer chez lui, où l’attendent son père et son amour d’enfance, et d’éclaircir le fond de l’histoire.
Dans ce roman géorgien à la portée universelle, Temur Babluani déploie une prose hautement cinématographique qui se lit d’une traite et qui révèle, aussi nettement que dans un documentaire, la réalité cachée derrière la façade du « bien-être » soviétique.
 
Service après-mort, Christophe Wojcik
Service après-mort
Antoine exerce un métier peu banal : il rédige des oraisons funèbres sur commande et des hommages larmoyants prêts à l’emploi. Sa petite entreprise ne connaît pas la crise, et tout semble aller pour le mieux… avant sa rencontre avec Mélina. Cette infirmière un brin mystérieuse, qui accompagne ses patients jusqu’à leur dernier souffle, a enflammé Antoine. Les deux tourtereaux sont au paradis. Enfin, presque. Car un dangereux piège se referme sur Mélina. Antoine s’inquiète. Pourront-ils continuer de jouer ainsi avec la mort, sans risquer qu’un jour elle finisse par les rattraper ?

Danse endiablée entre Éros et Thanatos, Service après-mort est un roman noir d’une terrifiante drôlerie. Cédez à la tentation, jetez-vous sur ce livre. Promis, vous n’en mourrez pas !
 
La Roche, Martin Lichtenberg
La Roche
 
Tous rêvent de fuir cette île désolée, où la ressource en eau est rare et contrôlée. La plupart des habitants s’épuisent à pomper des nappes inaccessibles. Ceux qui refusent cette cadence infernale n’ont d’autre choix que de se tapir dans l’obscurité. Mais dans cet univers de violence, une poignée d’individus n’a pas renoncé à la poésie. Au péril de leur vie, ils vont conjuguer leurs forces et chercher l’espoir et la beauté jusque dans les recoins les plus sombres de cette terre.
Que reste-t-il de l’humanité quand les corps et les esprits sont aliénés? Quel avenir se dessine quand les ressources sont mises sous scellés? Roman d’anticipation à l’onirisme fabuleux qui déploie un monde hostile et fragmenté, La Roche choisit de livrer combat grâce à une langue dont chaque mot virevolte, percute et vient nourrir la possibilité d’un renouveau.
 
Dans l'obscurité scintillent les fragiles étoiles, Marjolaine Solaro
Dans l'obscurité scintillent les fragiles étoiles
À 13 ans, Solal est un collégien pas tout à fait comme les autres. Avec son année d’avance, sa puberté qui se fait attendre, et malgré l’interdiction d’avoir un téléphone portable, il navigue avec agilité dans les méandres de l’adolescence.
Un jour, la très populaire Sterenn, camarade de sa classe de 3e, se suicide sans préavis. Pour Solal, c’est le choc. Depuis plusieurs semaines, Sterenn et lui avaient noué une amitié sincère, mais secrète.
Comment surmonter la culpabilité de ne pas avoir su l’aider alors qu’ils étaient devenus si proches ? Comment faire le deuil d’un lien qui n’a pas existé aux yeux des autres ?
Solal a beau être entouré par une famille aimante et des copains fidèles, peut-il continuer à vivre sans Sterenn ?
 
La encomienda, Margarita Garcia Robayo
La encomienda
À 5 000 kilomètres de son pays natal, la Colombie, une jeune femme qui travaille dans une agence de publicité de Buenos Aires tente d’obtenir une bourse d’écriture aux Pays-Bas. Elle échange régulièrement avec sa sœur qui lui envoie des encomiendas, des colis contenant de la nourriture, des dessins de ses neveux, et parfois une surprise, comme une vieille photo. Souvent, la nourriture arrive avariée et les dessins tachés.
Peu à peu, des événements et des personnages viennent révéler les fissures qui creusent le quotidien de la jeune femme : l’arrivée d’un colis énorme et difficile à ouvrir, un chat qui erre dans son immeuble, les voisins absents et ceux qui frappent à sa porte, les allées et venues de son petit ami, la réapparition de sa mère, une vagabonde… Soudain, tout vacille : « Avec quelle rapidité se brise la coquille d’une routine. N’importe quelle routine, aussi solide soit-elle, peut être balayée par l’imprévu. »
 
Margarita García Robayo entraîne le lecteur au cœur d’un labyrinthe d’incertitudes, de souvenirs et de peurs, dans un roman troublant qui évoque la solitude, la maternité et les liens familiaux.
Un livre d’une intensité contenue, illuminé par des images fugaces, qui confirme l’auteure comme l’une des voix essentielles de la narration latino-américaine actuelle.


« García Robayo s’en prend brillamment aux mythes fondateurs de l’individu, qui portent les noms de père, mère, couple, foyer ou sexe » – El País
 
« Elle narre l’exceptionnel à partir du minuscule avec un ton unique, comme si, pour regarder ces catastrophes en face, il fallait se servir d’un appareil basse définition » – Revista Ñ
 
« Elle éblouit par sa prose minutieuse, une écriture précise et consciencieuse » – El Mundo
 
« Dans ses histoires, les petites passions éclatent entre les lettres, les mots et les verbes, et restent là, planantes, comme si elles étaient réelles, comme si l’ordinaire et le quotidien se hissaient au rang de l’art » – El Mercurio
 
« Je crois que c’est la personne qui écrit le mieux sur l’intimité » – Mariana Enríquez
 
Lisez
Lisez

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Sonatine

    S.A. Cosby : une voix incontournable du rural noir américain

    S. A. Cosby est né dans le sud-est de la Virginie, où sa famille est installée depuis plusieurs générations. Il a été comparé à Dashiell Hammett, Sam Peckinpah et Attica Locke. Après Les Routes oubliées et La Colère, Le Sang des innocents est son nouveau roman, publié chez Sonatine Éditions.

    Lire l'article