RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Déracinés

            Les Escales
            EAN : 9782365693318
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 624
            Format : 140 x 225 mm
            Les Déracinés

            Collection : Domaine français
            Date de parution : 03/05/2018
            Des cafés viennois des années trente aux plages des Caraïbes, découvrez une formidable histoire d'amour et d'exil, et le destin exceptionnel d'Almah et de Wilhelm.
            Vienne, 1932. Au milieu du joyeux tumulte des cafés, Wilhelm, journaliste, rencontre Almah, libre et radieuse. Mais la montée de l’antisémitisme vient assombrir leur idylle. Au bout de quelques années, ils n’auront plus le choix ; les voilà condamnés à l’exil. Commence alors une longue errance de pays en pays,... Vienne, 1932. Au milieu du joyeux tumulte des cafés, Wilhelm, journaliste, rencontre Almah, libre et radieuse. Mais la montée de l’antisémitisme vient assombrir leur idylle. Au bout de quelques années, ils n’auront plus le choix ; les voilà condamnés à l’exil. Commence alors une longue errance de pays en pays, d’illusions en désillusions. Jusqu’à ce qu’on leur fasse une proposition inattendue : fonder une colonie en République dominicaine. En effet, le dictateur local a offert cent mille visas à des Juifs venus du Reich.
            Là, au milieu de la jungle brûlante, tout est à construire : leur ville, leur vie.

            Fondée sur des faits réels, cette fresque au souffle admirable révèle un pan méconnu de notre histoire. Elle dépeint le sort des êtres pris dans les turbulences du temps, la perte des rêves de jeunesse, la douleur de l’exil et la quête des racines.

            « Incontournable. Un grand roman, absolument extraordinaire. » – Gérard Collard - Le Magazine de la santé
            « Avec des personnages attachants, un univers dépaysant et une forte tension romanesque, Catherine Bardon signe une saga passionnante qui ravive un pan peu connu de l'Histoire. » – Version Femina
            « Fresque historique haletante. » – Lire
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782365693318
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 624
            Format : 140 x 225 mm
            Les Escales
            21.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Incontournable. Un grand roman, absolument extraordinaire. »
             
            Gérard Collard / Le Magazine de la santé

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • eugeneac Posté le 10 Janvier 2019
              "Les déracinés" est un roman basé sur des faits historiques. Menacés par une Allemagne hitlérienne une famille éclate. En effet, les parents poussent leurs enfants à fuir cette Allemagne qui ne veut plus d'eux, eux les Juifs. Commence alors pour Wilheim et Almah un voyage tumultueux avec ses incertitudes et surtout ce sentiment d'injustice car après tout, qu'ont-ils fait de mal ? Au fil des pages le lecteur est témoin de la difficulté d'être déraciné, loin de ceux qu'on aime, loin de son pays et de sa culture. Comment se reconstruire ? Comment retrouver des racines ? Tel est le drame auquel Wilheim et Almah sont confrontés. C'est finalement en République Domincaine qu'ils vont renouer des liens et fonder leur propre famille. Mais que faut-il faire une fois la guerre finie ? Beaucoup de leurs amis les quittent pour reprendre leur vie ou la recommencer ailleurs. La vie réserve encore bien des surprises à ce couple. L'amour qui les unit suffira-t-il pour surmonter toutes ces épreuves ? La fin du livrevous le dira. Et même si le roman semble parfois un peu long Wilheim et Almahsont si attachants qu'ils donnent envie de lire leur histoire jusqu'au bout!
            • belaval Posté le 7 Janvier 2019
              Un gros coup de coeur! j'avais écrit mais ça n'est pas passé: je suis d'accord avec Isabelleapure. Il faut lire ce livre et ne pas craindre son nombre de pages. Dès le début, on est en empathie avec le jeune couple, lui journaliste, elle dentiste, juifs à Vienne en 1932. Ils sont angoissés par l'antisémitisme qui s'étend peu à peu. Plus les années passent et moins les juifs sont en sécurité et moins ils ont de droits; il faudrait partir mais laisser les parents est difficile: deux se suicident pour libérer les jeunes gens; la soeur de Wil est déjà partie aux EU avec son mari; ils se décident enfin mais c'est bien tard: les papiers sont difficiles à obtenir et s'avéreront faux. La route vers l'Amérique est longue, le couple connaîtra les camps où le provisoire dure longtemps. Enfin ils embarquent mais ne sont que de passage à New-York; ils devront aller en "république" dominicaine dont le dictateur offre des places pour créer de rien une sorte de kibbouz. Ils sont courageux même si parfois, ils flanchent; deux enfants naissent plus Sofie qui ne vivra que cinq jours, ce qui détruira le moral d'Almah..; On ne peut lâcher ce livre écrit... Un gros coup de coeur! j'avais écrit mais ça n'est pas passé: je suis d'accord avec Isabelleapure. Il faut lire ce livre et ne pas craindre son nombre de pages. Dès le début, on est en empathie avec le jeune couple, lui journaliste, elle dentiste, juifs à Vienne en 1932. Ils sont angoissés par l'antisémitisme qui s'étend peu à peu. Plus les années passent et moins les juifs sont en sécurité et moins ils ont de droits; il faudrait partir mais laisser les parents est difficile: deux se suicident pour libérer les jeunes gens; la soeur de Wil est déjà partie aux EU avec son mari; ils se décident enfin mais c'est bien tard: les papiers sont difficiles à obtenir et s'avéreront faux. La route vers l'Amérique est longue, le couple connaîtra les camps où le provisoire dure longtemps. Enfin ils embarquent mais ne sont que de passage à New-York; ils devront aller en "république" dominicaine dont le dictateur offre des places pour créer de rien une sorte de kibbouz. Ils sont courageux même si parfois, ils flanchent; deux enfants naissent plus Sofie qui ne vivra que cinq jours, ce qui détruira le moral d'Almah..; On ne peut lâcher ce livre écrit avec vigueur mais aussi sensibilité. On y découvre des faits peu connus. On a envie d'aller faire un tour en république dominicaine que l'auteure connait bien et j'ai personnellement envie de relire Dalembert avec un autre regard: Haïti, c'est l'autre morceau de l'île... Catherine Bardon est charmante et annonce un prochain livre pour mars.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Kathleene Posté le 22 Décembre 2018
              « Les déracinés » nous plonge dans une épopée retraçant un épisode méconnu de la seconde guerre mondiale. le début du livre se déroule à Vienne en Autriche dans les années 1920 où nous suivons la montée du nazisme au travers de la vie d'Almah Kahn, issue de l'élite, future dentiste, et du parcours de Wilhelm Rosenhec, aux origines plus modestes, qui aspire à devenir journaliste. Nous traversons ainsi ces années par le prisme d' Almah et Wilhelm, ce couple tellement attachant, dans leur trajectoire partagée avec tant d'autres juifs fuyants l'Europe centrale. J'ai ainsi découvert cette proposition de la République Dominicaine d'accueillir ces personnes juives dont personne ne voulait. Passés les critères de sélections, essentiellement basés sur les capacités des hommes à effectuer des travaux physiques conséquents, et la capacité des personnes élues à créer une nouvelle société. La vie d'Almah et Wihelm prend donc un autre tournant vers un avenir incertain vers lequel ils peuvent espérer retrouver une forme de liberté dont ils ont été dramatiquement privés. Ils découvrent ainsi, à Sosùa, la vie en communauté, ses aléas, ses atouts, ses contraintes. Ils abordent ainsi un autre versant de leur vie où la reconstruction de leur identité et de leur... « Les déracinés » nous plonge dans une épopée retraçant un épisode méconnu de la seconde guerre mondiale. le début du livre se déroule à Vienne en Autriche dans les années 1920 où nous suivons la montée du nazisme au travers de la vie d'Almah Kahn, issue de l'élite, future dentiste, et du parcours de Wilhelm Rosenhec, aux origines plus modestes, qui aspire à devenir journaliste. Nous traversons ainsi ces années par le prisme d' Almah et Wilhelm, ce couple tellement attachant, dans leur trajectoire partagée avec tant d'autres juifs fuyants l'Europe centrale. J'ai ainsi découvert cette proposition de la République Dominicaine d'accueillir ces personnes juives dont personne ne voulait. Passés les critères de sélections, essentiellement basés sur les capacités des hommes à effectuer des travaux physiques conséquents, et la capacité des personnes élues à créer une nouvelle société. La vie d'Almah et Wihelm prend donc un autre tournant vers un avenir incertain vers lequel ils peuvent espérer retrouver une forme de liberté dont ils ont été dramatiquement privés. Ils découvrent ainsi, à Sosùa, la vie en communauté, ses aléas, ses atouts, ses contraintes. Ils abordent ainsi un autre versant de leur vie où la reconstruction de leur identité et de leur vie sera le fil conducteur de leurs espoirs. Catherine Bardon a su allier un travail de documentation évident en le mêlant à une histoire de vie qui se lit comme une saga. le caractère agile, optimiste et rieur d'Almah nous entraine dans cette fresque historique où nous nous laissons embarquer les yeux fermés, guidés par l'histoire racontée par Wilhem. Une histoire qu'il est difficile de quitter et que je vous encourage à découvrir . Premier roman découvert grâce aux 68premieresfois
              Lire la suite
              En lire moins
            • nathiec44 Posté le 21 Décembre 2018
              Une fresque foisonnante, romanesque, historique et émouvante fort réussie. De l’Autriche en ébullition frappée par la guerre, à la création de l’Etat d’Israël, le lecteur suit le périple d’un couple, Wilhem et Almah sur plusieurs décennies, leur exil de Vienne jusqu’à leur installation en terre de République Dominicaine. Au travers de ces deux vies, de leurs émois, leurs choix, leurs douleurs et leurs joies, c’est la Grande Histoire qui défile. Le tout est fort documenté et très bien écrit. Les 615 pages se lisent avec passion. J’ai vraiment eu un grand plaisir à suivre ces personnages si attachants, ces pionniers déterminés, accueillis en République Dominicaine après avoir été refusés par d’autres terres d’accueil. Un premier roman abouti et réussi, un grand plaisir de lecture. Seul bémol : le côté romanesque parfois trop exploité qui n’était pas nécessaire pour scotcher le lecteur. Sans trahir un secret, l’auteure rencontrée lors de la soirée des #68premières fois# s’attelle à écrire à une suite à cette merveilleuse saga. Je suis impatiente !
            • hcdahlem Posté le 17 Décembre 2018
              La Seconde guerre mondiale et la Shoah alimentent régulièrement les libraires avec de nouveaux livres. Si Catherine Bardon a choisi ce créneau pour son premier roman, ce n’est toutefois pas par inconscience, mais bien parce qu’elle a découvert un épisode peu connu de ce conflit et qu’elle a eu accès à des documents inédits. Sa plume alerte et sa parfaire connaissance des lieux ont fait le reste, à savoir un roman chargé d’émotion et de suspense. Tout commence à Vienne en 1932 avec la rencontre de Wilhelm, jeune homme qui entend consacrer sa vie au journalisme et Almah, fille d’une riche famille juive pas très pratiquante. Leur amour va braver leurs différences, religieuses et sociales, pour s’épanouir au pied de la grande roue du Prater. Un feuilleton signé sous pseudonyme dans le quotidien Krone doublé d’en emploi à la Neue Freie Presse, principal quotidien d’Autriche, offrent de belles perspectives. Avec des éditorialistes et chroniqueurs tels que Stefan Zweig, Theodor Herzl, ou Arthur Schnitzler, on ajoutera que l’émulation était de haut niveau. Mais les années trente vont soudain se voiler d’une menace de plus en plus persistante venue d’Allemagne. Mais Wilhelm et Almah ne veulent pas croire les oiseaux de mauvais augure. Mais... La Seconde guerre mondiale et la Shoah alimentent régulièrement les libraires avec de nouveaux livres. Si Catherine Bardon a choisi ce créneau pour son premier roman, ce n’est toutefois pas par inconscience, mais bien parce qu’elle a découvert un épisode peu connu de ce conflit et qu’elle a eu accès à des documents inédits. Sa plume alerte et sa parfaire connaissance des lieux ont fait le reste, à savoir un roman chargé d’émotion et de suspense. Tout commence à Vienne en 1932 avec la rencontre de Wilhelm, jeune homme qui entend consacrer sa vie au journalisme et Almah, fille d’une riche famille juive pas très pratiquante. Leur amour va braver leurs différences, religieuses et sociales, pour s’épanouir au pied de la grande roue du Prater. Un feuilleton signé sous pseudonyme dans le quotidien Krone doublé d’en emploi à la Neue Freie Presse, principal quotidien d’Autriche, offrent de belles perspectives. Avec des éditorialistes et chroniqueurs tels que Stefan Zweig, Theodor Herzl, ou Arthur Schnitzler, on ajoutera que l’émulation était de haut niveau. Mais les années trente vont soudain se voiler d’une menace de plus en plus persistante venue d’Allemagne. Mais Wilhelm et Almah ne veulent pas croire les oiseaux de mauvais augure. Mais la vie devient de plus en plus difficile, la menace de plus en plus forte. Myriam, la sœur d’Almah, choisit de s’exiler à New York avec son mari Aaron. À 19h 45, le 11 mars 1938 une brève allocution annonce l’Anschluss. Wilhelm est arrêté et envoyé dans un camp d’où il ne sortira qu’après avoir abandonné tous ses biens et s’être acquitté d’une taxe exorbitante, sans oublier l’engagement de quitter le Reich avant la fin du mois de janvier 1939. Mais obtenir un visa et un permis de séjour devenait quasi impossible. Après avoir pu séjourner dans un camp en Suisse et tenté en vain de rejoindre New York, ils acceptent l’offre qui leur est faite de s’installer en République dominicaine. Laissant derrière eux «l’Europe malade de la guerre et de la folie des hommes», ils débarquent dans les Caraïbes avec pour objectif de fonder à Sosúa une communauté agricole sur le modèle de Degania, le premier kibboutz fondé en Palestine. Vont-ils réussir ce pari? Pourront-ils compter sur le soutien de la Diaspora? Le dictateur à la tête du pays ne va-t-il pas revenir sur ses promesses? Autant de questions qui vont trouver des réponses dans la seconde partie de ce roman passionnant à bien des égards. Le choix de Catherine Bardon de laisser la parole aux acteurs nous offre la possibilité de confronter les points de vue, les aspirations et les doutes. C’est à la fois formidablement documenté et très romanesque. Un vrai coup de cœur!
              Lire la suite
              En lire moins

            les contenus multimédias

            Chargement en cours...
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
            Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !