En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les déracinés

        Les Escales
        EAN : 9782365693318
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 225 mm
        Nouveauté
        Les déracinés

        Collection : Domaine français
        Date de parution : 03/05/2018
        Des cafés viennois des années trente aux plages des Caraïbes, découvrez une formidable histoire d'amour et d'exil, et le destin exceptionnel d'Almah et de Wilhelm.
        Vienne, 1932. Au milieu du joyeux tumulte des cafés, Wilhelm, journaliste, rencontre Almah, libre et radieuse. Mais la montée de l’antisémitisme vient assombrir leur idylle. Au bout de quelques années, ils n’auront plus le choix ; les voilà condamnés à l’exil. Commence alors une longue errance de pays en pays,... Vienne, 1932. Au milieu du joyeux tumulte des cafés, Wilhelm, journaliste, rencontre Almah, libre et radieuse. Mais la montée de l’antisémitisme vient assombrir leur idylle. Au bout de quelques années, ils n’auront plus le choix ; les voilà condamnés à l’exil. Commence alors une longue errance de pays en pays, d’illusions en désillusions. Jusqu’à ce qu’on leur fasse une proposition inattendue : fonder une colonie en République dominicaine. En effet, le dictateur local a offert cent mille visas à des Juifs venus du Reich.
        Là, au milieu de la jungle brûlante, tout est à construire : leur ville, leur vie.

        Fondée sur des faits réels, cette fresque au souffle admirable révèle un pan méconnu de notre histoire. Elle dépeint le sort des êtres pris dans les turbulences du temps, la perte des rêves de jeunesse, la douleur de l’exil et la quête des racines.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365693318
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        21.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Jardinssecrets Posté le 25 Mai 2018
          Je viens de terminer “Les déracinés“ et je me rends compte que Wilhem et Almah me manquent déjà… Quelle aventure. Une véritable épopée dans un pays envoûtant, qui s'est transformé en “bulle de paix” alors que Europe et une partie du monde est devenu fou. Ce roman pourrait s'adresser uniquement aux juifs ashkénazes puisque dès le début, l'histoire parle de leurs exodes, leurs traversées difficiles de l'Europe pour Lisbonne, puis d'un nouveau départ pour Sosúa, en République dominicaine… Mais il n'y a pas que ça… C'est surtout un roman de vie et de bonheur bien mérité, un hommage à des pionniers, des hommes et des femmes courageux dans un nouveau monde où tout est à construire. J'ai ressenti un véritable travail de titan de la part de Catherine au niveau des références historiques sans rien enlever au plaisir de la lecture qui alterne régulièrement entre dialogues, journal intime, courriers et récit très fluide qui va malgré tout de rebondissements en rebondissements… Les personnages sont très attachants, certains bouleversants… Ayant passé quelques semaines à Sosúa, j'ai retrouvé beaucoup de sensations ressenties sur place, la gentillesse des gens, la verdure luxuriante, les balades à cheval, les voyages en barque à Samaná, la vision des baleines autour de nous… J'ai... Je viens de terminer “Les déracinés“ et je me rends compte que Wilhem et Almah me manquent déjà… Quelle aventure. Une véritable épopée dans un pays envoûtant, qui s'est transformé en “bulle de paix” alors que Europe et une partie du monde est devenu fou. Ce roman pourrait s'adresser uniquement aux juifs ashkénazes puisque dès le début, l'histoire parle de leurs exodes, leurs traversées difficiles de l'Europe pour Lisbonne, puis d'un nouveau départ pour Sosúa, en République dominicaine… Mais il n'y a pas que ça… C'est surtout un roman de vie et de bonheur bien mérité, un hommage à des pionniers, des hommes et des femmes courageux dans un nouveau monde où tout est à construire. J'ai ressenti un véritable travail de titan de la part de Catherine au niveau des références historiques sans rien enlever au plaisir de la lecture qui alterne régulièrement entre dialogues, journal intime, courriers et récit très fluide qui va malgré tout de rebondissements en rebondissements… Les personnages sont très attachants, certains bouleversants… Ayant passé quelques semaines à Sosúa, j'ai retrouvé beaucoup de sensations ressenties sur place, la gentillesse des gens, la verdure luxuriante, les balades à cheval, les voyages en barque à Samaná, la vision des baleines autour de nous… J'ai adoré. Un véritable récit contre l'oubli mais qui est aussi et surtout une histoire pleine d'espoir ! “Je m'étais préparé avec soin, évaluant dans mon miroir mes atouts pour la séduire. Je n'avais pas la prestance de mon grand-père paternel qui était le genre d'homme qui plaît aux femmes. Je regrettais de ne pas avoir hérité de son regard bicolore qui avait échu à mon père, un regard singulier et déroutant qui le signalait comme un être d'exception. le miens était bêtement brun et je m'efforçais de le rendre incisif et pénétrant. J'avais lissé mon abondante chevelure châtain en arrière pour dégager mes tempes et mettre en valeur mais traits réguliers. J'avais choisi un costume gris flanelle sans gilet, une chemise blanche une cravate de soie vert profond.J'avais mis une pochette, puis je l'avais enlevée, essayé un chapeau et décidé de venir tête nue. Je tentais vainement de cacher ma nervosité en marchant nonchalamment, bien droit, les épaules rejetées en arrière.”
          Lire la suite
          En lire moins
        • isabelleisapure Posté le 21 Mai 2018
          Un livre indispensable ! Il y a plusieurs vies dans une vie, Pour Wilheim et Almah, en tous cas. Lorsqu’ils se sont connus à Vienne en 1932, leur route semblait toute tracée. Lui, jeune journaliste était promis à un brillant avenir au sein d’un prestigieux journal autrichien, elle avait choisi une profession médicale pour rester dans la lignée de son père célèbre chirurgien, elle entreprit des études de dentiste. Une vie de confort, de plaisir et d’amour jusqu’à ce que des bruits de bottes se fassent entendre aux portes de l’Autriche. Peu à peu l’insouciance laisse place à la peur et aux brimades. L’antisémitisme devient chaque jour plus violent, les artistes, les intellectuels commencent à s’exiler. En 1939, après mille persécutions, ils partent avec des visas américains qui se révèlent être des faux. Après une année passée dans un camp en Suisse, ils traversent la France, l’Espagne et embarquent au Portugal pour la République Dominicaine où 100 000 visas ont été accordés à des juifs venant de toute l’Europe pour construire une communauté, sorte de Kibboutz. A peine arrivés sur une terre hostile, au milieu de nulle part, brulée par un soleil implacable, la vie s’organise et peu à peu, des bâtiments et un village sortent... Un livre indispensable ! Il y a plusieurs vies dans une vie, Pour Wilheim et Almah, en tous cas. Lorsqu’ils se sont connus à Vienne en 1932, leur route semblait toute tracée. Lui, jeune journaliste était promis à un brillant avenir au sein d’un prestigieux journal autrichien, elle avait choisi une profession médicale pour rester dans la lignée de son père célèbre chirurgien, elle entreprit des études de dentiste. Une vie de confort, de plaisir et d’amour jusqu’à ce que des bruits de bottes se fassent entendre aux portes de l’Autriche. Peu à peu l’insouciance laisse place à la peur et aux brimades. L’antisémitisme devient chaque jour plus violent, les artistes, les intellectuels commencent à s’exiler. En 1939, après mille persécutions, ils partent avec des visas américains qui se révèlent être des faux. Après une année passée dans un camp en Suisse, ils traversent la France, l’Espagne et embarquent au Portugal pour la République Dominicaine où 100 000 visas ont été accordés à des juifs venant de toute l’Europe pour construire une communauté, sorte de Kibboutz. A peine arrivés sur une terre hostile, au milieu de nulle part, brulée par un soleil implacable, la vie s’organise et peu à peu, des bâtiments et un village sortent de terre. Au fil des mois, ils apprennent à relever la tête, à oublier la peur et le besoin vital de passer inaperçu. La vie reprend son sens avec en souvenir de fond un paradis perdu. Ils deviennent agriculteurs, éleveurs, bâtisseurs et les jours se succèdent dans harmonie tranquille. « C’était à la fois enivrant, exaltant et émouvant » « Nous sommes arrivés sans illusions et maintenant nous partageons un rêve ». Ce livre est à découvrir en priorité, je ne comprends pas que l’on n’en parle pas davantage dans la presse. J’ai tout aimé dans ce livre, Wil et Almah sont attachants, courageux. Les personnages secondaires tissent des liens d’amitié, d’amour,Il y a des naissances, des mariages, des drames, des rencontres inoubliables. Catherine Bardon nous propose un profond et superbe roman sur l'amitié, la richesse des relations humaines, l'évolution des individus au fil de la vie ainsi que celle des rapports entre les êtres humains, la nostalgie, l'exil. « Les déracinés » se lit comme un roman feuilleton, les paysages défilent tant la description en est précise. On sent la chaleur, le vent, la poussière. Cette lecture m’a bouleversée et n’est pas prêt de quitter ma mémoire. J’adresse un immense merci à NetGalley et aux Editions Les Escales.
          Lire la suite
          En lire moins
        • motspourmots Posté le 5 Mai 2018
          C'est un premier roman impressionnant. D'abord par sa taille, un peu plus de 600 pages, ensuite et surtout par sa capacité à vous embarquer immédiatement et à ne plus vous lâcher. Je me souviens avoir dû interrompre ma lecture après la première partie pour respecter les délais dans lesquels je m'étais engagée à lire un autre roman, et je n'avais qu'une hâte : retrouver Almah et Will, le couple flamboyant de cette superbe fresque. Alors oui, il s'agit encore de la seconde guerre mondiale. Et oui, d'un épisode totalement méconnu. Mais le talent de Catherine Bardon est de maintenir tout au long du livre un haut degré de puissance romanesque tout en mettant en lumière l'incroyable destinée des juifs fuyant l'Europe centrale et accueillis par la République Dominicaine, un des rares états à accepter de leur ouvrir ses portes. Une dictature, un espace totalement vierge et un formidable défi à relever pour ceux qui ont tout quitté pour sauver leurs vies. La première partie du livre se déroule à Vienne à partir des années 1920 jusqu'aux événements que l'on connaît. Sous la plume de l'auteure apparaît la Vienne intellectuelle et artistique et son formidable bouillonnement cosmopolite. La jeune Almah Kahn est... C'est un premier roman impressionnant. D'abord par sa taille, un peu plus de 600 pages, ensuite et surtout par sa capacité à vous embarquer immédiatement et à ne plus vous lâcher. Je me souviens avoir dû interrompre ma lecture après la première partie pour respecter les délais dans lesquels je m'étais engagée à lire un autre roman, et je n'avais qu'une hâte : retrouver Almah et Will, le couple flamboyant de cette superbe fresque. Alors oui, il s'agit encore de la seconde guerre mondiale. Et oui, d'un épisode totalement méconnu. Mais le talent de Catherine Bardon est de maintenir tout au long du livre un haut degré de puissance romanesque tout en mettant en lumière l'incroyable destinée des juifs fuyant l'Europe centrale et accueillis par la République Dominicaine, un des rares états à accepter de leur ouvrir ses portes. Une dictature, un espace totalement vierge et un formidable défi à relever pour ceux qui ont tout quitté pour sauver leurs vies. La première partie du livre se déroule à Vienne à partir des années 1920 jusqu'aux événements que l'on connaît. Sous la plume de l'auteure apparaît la Vienne intellectuelle et artistique et son formidable bouillonnement cosmopolite. La jeune Almah Kahn est la fille unique d'un couple appartenant à l'élite viennoise, belle, indépendante et étudiante en dentisterie, père médecin oblige. Curieuse et férue d'art, elle rencontre Wilhelm, jeune critique d'art pour un grand quotidien viennois, issu d'une famille beaucoup plus modeste, propriétaire d'une imprimerie. Coup de foudre, mariage, et début d'une vie active de jeune couple en vue tandis que bruissent déjà les échos inquiétants venus du voisin allemand. Viendront l'annexion, les mesures anti-juives, les violences... et la décision de fuir, un peu trop tardive alors que la sœur de Wilhelm et son mari ont eu la bonne idée de filer à New York dès les premières menaces. Les frontières se ferment, les visas se font rares puis introuvables. Après de nombreuses péripéties, le couple accepte la proposition d'une organisation juive en quête de volontaires pour créer une colonie en République Dominicaine, sur le modèle des premiers kibboutz. La rencontre avec cette nouvelle terre sera un choc et le début d'une nouvelle vie... Ce sera la deuxième moitié du livre et je vous laisse la découvrir. Imaginez Wilhelm, un intellectuel dont le seul talent est d'écrire se transformer en travailleur manuel, maçon, charpentier puis agriculteur. Imaginez une terre sèche, où toutes les tentatives de culture ont échoué, un climat tropical bien différent de celui du continent européen, une langue inconnue. Imaginez une vie en communauté où chaque voix compte mais où les moments d'intimité se font rares. C'est à partir de ces éléments que Wilhelm et Almah vont pourtant construire leur vie, et que ces déracinés transplantés dans un environnement étranger vont faire en sorte de puiser les ressources nécessaires à leur survie gagnée de haute lutte. Avant que la question ne se repose une fois la guerre terminée : rester ? partir ? La trame sur laquelle Catherine Bardon bâtit son intrigue est d'une richesse incroyable, basée sur des faits et un contexte totalement réels tandis que ses personnages sont l’œuvre de son imagination. On apprend énormément sur cette initiative, forcément intéressée de la part du dictateur dominicain mais qui était pour les associations juives une sorte d'expérimentation destinée à éprouver des méthodes qui seront ensuite mises en œuvre lorsqu'il s'agira de créer l'état d'Israël. L'occasion de rappeler (comme l'a fait dernièrement Louis Philippe Dalembert avec Avant que les ombres s'effacent au sujet d'Haïti) à quel point les portes se sont fermées à l'époque face à l'afflux de réfugiés juifs, et de constater que l'Histoire bégaye décidément un peu trop. Mais si le livre est à ce point réussi c'est que la relation entre Will et Almah donne à l'ensemble le souffle romanesque nécessaire pour faire vibrer le lecteur. "Cette nuit-là, je découvris que j'avais besoin d'Almah pour former un tout parfait et, dans sa façon de m'aimer, je devinai une exigence d'éternité."... Lorsqu'il se fait cette réflexion, Will est encore loin d'imaginer ce que leur réserve le destin. Et il faudra toute la force de cet amour exceptionnel pour affronter les bourrasques de l'Histoire. Bravo, donc. Pour cette fresque vibrante, passionnante, enthousiasmante et inspirante. Puisse-t-elle murmurer aux oreilles de nombreux lecteurs.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Incontournable. Un grand roman, absolument extraordinaire. »
         
        Gérard Collard / Le Magazine de la santé
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com