Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221098271
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1410
Format : 132 x 198 mm
Les Rougon-Macquart - Tome 1
La Fortune des Rougon - La Curée - Le Ventre de Paris - La Conquête de Plassans
Colette Becker (textes réunis par)
Date de parution : 13/11/2002
Éditeurs :
Bouquins

Les Rougon-Macquart - Tome 1

La Fortune des Rougon - La Curée - Le Ventre de Paris - La Conquête de Plassans

Colette Becker (textes réunis par)
Date de parution : 13/11/2002

Différence entre Balzac et moi.
Balzac dit que l’idée de sa Comédie humaine lui est venue d’une comparaison entre l’humanité et l’animalité. Un type unique transformé par les milieux : comme...

Différence entre Balzac et moi.
Balzac dit que l’idée de sa Comédie humaine lui est venue d’une comparaison entre l’humanité et l’animalité. Un type unique transformé par les milieux : comme il y a des lions, des chiens, des loups, il y a des artistes, des administrateurs, des avocats, etc. Mais...

Différence entre Balzac et moi.
Balzac dit que l’idée de sa Comédie humaine lui est venue d’une comparaison entre l’humanité et l’animalité. Un type unique transformé par les milieux : comme il y a des lions, des chiens, des loups, il y a des artistes, des administrateurs, des avocats, etc. Mais Balzac fait remarquer que sa zoologie humaine devait être plus compliquée, devait avoir une triple forme : les hommes, les femmes et les choses. L’idée de réunir tous ses romans par la réapparition des personnages lui vint. […] La Comédie humaine devait contenir deux ou trois mille figures.
Mon oeuvre sera moins sociale que scientifique. Balzac à l’aide de 3 000 figures veut faire l’histoire des moeurs ; il base cette histoire sur la religion et la royauté. […]
Mon oeuvre à moi sera tout autre chose. Le cadre en sera plus restreint. Je ne veux pas peindre la société contemporaine, mais une seule famille, en montrant le jeu de la race modifiée par les milieux. Si j’accepte un cadre historique, c’est uniquement pour avoir un milieu qui réagisse ; de même le métier, le lieu de résidence sont des milieux. Ma grande affaire est d’être purement naturaliste, purement physiologiste. […]
Balzac dit qu’il veut peindre les hommes, les femmes et les choses. Moi, des hommes et des femmes, je ne fais qu’un, en admettant cependant les différences de nature, et je soumets les hommes et les femmes aux choses.
Émile Zola.

Ce premier volume contient : La Fortune des RougonsLa Curée Le Ventre de ParisLa Conquête de Plassans.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221098271
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1410
Format : 132 x 198 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CamilleBook 02/06/2022
    Sublime et bouleversant. J’ai enfin entamé ce monument de la littérature et je suis, dès les premières lignes, tombé sous le charme du premier tome, introductif, de la saga des Rougon-Macquart. Une plume et un style magnifiques, d’une étonnante fluidité, de longues, minutieuses et splendides descriptions, de l’action, de l’humour, parfois caustique : l’ensemble est savamment équilibré, à la fois poétique et vivant, intéressant et haletant. Émile Zola dépeint ses personnages avec une précision et une justesse redoutables et est autant capable de tendresse infinie pour brosser le portrait de Silvère et Miette, deux jeunes adolescents dont les amours naissantes et naïves sont délicieusement retranscrites, que d’âpreté pour analyser Pierre Rougon et sa femme Félicité ou Antoine Macquart qui usent de toutes les bassesses et les manigances les plus sordides pour parvenir à leurs fins dans leur poursuite désespérée de richesse, d’ascension sociale et de pouvoir, aussi minime soit-il. Le contexte historique est extrêmement riche et on est rapidement précipité dans cette époque tourbillonnante où les régimes se succèdent. De la Révolution de Février en 1848 qui instaure la Deuxième République au coup d’état du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte qui conserve le pouvoir à la fin de son mandat officiel de... Sublime et bouleversant. J’ai enfin entamé ce monument de la littérature et je suis, dès les premières lignes, tombé sous le charme du premier tome, introductif, de la saga des Rougon-Macquart. Une plume et un style magnifiques, d’une étonnante fluidité, de longues, minutieuses et splendides descriptions, de l’action, de l’humour, parfois caustique : l’ensemble est savamment équilibré, à la fois poétique et vivant, intéressant et haletant. Émile Zola dépeint ses personnages avec une précision et une justesse redoutables et est autant capable de tendresse infinie pour brosser le portrait de Silvère et Miette, deux jeunes adolescents dont les amours naissantes et naïves sont délicieusement retranscrites, que d’âpreté pour analyser Pierre Rougon et sa femme Félicité ou Antoine Macquart qui usent de toutes les bassesses et les manigances les plus sordides pour parvenir à leurs fins dans leur poursuite désespérée de richesse, d’ascension sociale et de pouvoir, aussi minime soit-il. Le contexte historique est extrêmement riche et on est rapidement précipité dans cette époque tourbillonnante où les régimes se succèdent. De la Révolution de Février en 1848 qui instaure la Deuxième République au coup d’état du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte qui conserve le pouvoir à la fin de son mandat officiel de Président et provoque le soulèvement des zones rurales. La fièvre républicaine pousse sur les routes de France des milliers d’insurgés, animés par un idéal de droit et de justice. La répression est sanglante, l’insurrection est matée et le Second Empire sera proclamé peu après. L’intérêt de ce roman, de ce premier tome, est autant littéraire qu’historique et c’est également un vibrant plaidoyer pour la République. Émouvant et magistral. Un mot sur l’édition de la Pléiade qui regroupe les cinq premiers tomes de la saga des Rougon-Macquart. Outre la beauté et la qualité de l’objet livre, sublime en tout point, on y trouve quantité d’informations supplémentaires sur le, ou plutôt les textes originaux de Zola. Les explications, les notes et variantes sont très intéressantes pour comprendre en détail comment l’auteur a construit ce premier tome, de ses notes préparatoires à la rédaction et enfin la publication en feuilleton dans le grand quotidien Le Siècle à partir de juin 1870. Je regrette toutefois que certaines annotations divulguent des éléments clefs du récit en avance. C’est un classique qui a 150 ans mais que certains lisent pour la première fois, dommage donc de leur gâcher une partie du plaisir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Anelor 25/04/2022
    Ce premier tome des Rongon-Macquart n'est décidément pas mon préféré. Je trouve dommage que beaucoup de lecteurs commencent par celui-ci et n'aillent pas plus loin car il est à bien des moments plutôt rébarbatif. Je conseillerais personnellement de découvrir Zola par un tome plus romanesque. Ceci étant dit, ce n'est pas sans intérêt que j'ai plongé dans les racines de la famille que je commence à plutôt bien connaître. J'avais déjà lu La Fortune des Rougon il y a presque 20 ans et je ne l'avais pas aimé. En effet les intrigues de Rougon, quand on n'est pas spécialement au fait de la politique de cette époque, sont plutôt obscures. Le contraste avec les longs passages contemplatifs des amours de Silvère est brutal. Mais bon, même s'il me plaît moins que d'autre, ça reste un Zola et tout sujet semble se parer d'intérêt sous sa plume.
  • Tvnlaurie 24/04/2022
    Écrit en 1869 et publié en 1871, La fortune des Rougon est le premier tome de la saga des Rougon Macquart qui se compose de 20 volumes. On va y suivre l'ascension d'une famille dans l'insurrection de la ville. Saga familiale, ce roman est également une fresque sociale. Zola va largement s'inspirer des décors de son enfance pour les descriptions de la ville de Plassans ( fictive ). Tout commence avec Pierre Rougon le premier enfant de la famille, il va naître en lui une envie de gloire et de fortune tellement forte qu'il va profiter de sa propre famille. Les membres de cette famille vont suivre des chemins bien différents mais toujours avec la même envie de réussir ce que chacun entreprend. Un premier tome qui m'a énormément plu, j'ai hâte de continuer la saga.
  • Florby75 14/03/2022
    Je relis tous les Rougon dans l'ordre ! Ce tome 1 se situe à Plassans dans le sud, une sous préfecture qui se prépare à vivre le coup d'état porté par Louis Napoléon Bonaparte ce 2 décembre 1851. C'est la fin de la 2eme République. Les ouvriers, paysans, prennent les armes pour défendre la République et les bourgeois, commerçants, notables veulent défendre Bonaparte et soutiennent le coup d'état. Au cœur de ce livre, l'histoire d'amour entre Miette, 13 ans, fille d'un bagnard et orpheline de mère qui s'est amourachée de Silvère, petit neveu d'un Rougon mais petit fils Macquart. Tous 2 insurgés et portés par leur amour naissant, ils prennent la route avec les insurgés. Pierre Rougon et sa femme Félicité, commerçants sans le sou ont à cœur de profiter du coup d'état pour se rehausser socialement en prenant le parti de Bonaparte. Zola nous présente les Rougon, les Macquart, nés d'une même mère atteinte de problèmes neurologiques et frères ennemis qui n'auront de cesse de se chicaner... Une saga familiale qui est introduite tambours battant !
  • smithro 25/02/2022
    L'histoire d'amour tragique de Silvère et Miette pendant le coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III (2 décembre 1851). Ce roman, le premier du cycle des Rougon-Macquart, nous conte à la fois une histoire d'amour tragique et l'ascension politique d'un couple d'arrivistes, les Rougon. À travers les portraits d'Adélaïde et d'Antoine Macquart, Zola explique l'origine des vices qui frapperont les protagonistes du cycle, tels l'alcoolisme et la folie. Bien que chaque roman puisse être lu indépendamment, la Fortune des Rougon constitue l'une formidable introduction au cycle. Enfin, un mot sur le style. Quelle beauté ! Zola se fait souvent lyrique et le résultat est magnifique.
Inscrivez-vous à la newsletter Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.