Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260020592
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 1 x 225 mm

Sulak

Date de parution : 22/08/2013

Aucun romancier n’aurait pu inventer un personnage aussi fascinant que celui de Bruno Sulak. Tout au long des années 80, ses braquages audacieux et ses évasions répétées – sans la moindre effusion de sang – ont défrayé la chronique judiciaire. Ancien légionnaire, parachutiste émérite, charmeur, généreux et intègre, follement épris...

Aucun romancier n’aurait pu inventer un personnage aussi fascinant que celui de Bruno Sulak. Tout au long des années 80, ses braquages audacieux et ses évasions répétées – sans la moindre effusion de sang – ont défrayé la chronique judiciaire. Ancien légionnaire, parachutiste émérite, charmeur, généreux et intègre, follement épris de liberté, Bruno Sulak a marqué les mémoires avec ses casses spectaculaires. Pendant dix ans ce jeune homme a défié les lois de la République, s’est joué du système carcéral, a bravé l’ensemble d’une société contre laquelle il était entré en guerre à force d’injustices, aux côtés de Steve, son ami et complice, et de Thalie, grande et belle brune, son amour hors la loi. Aussi fulgurante que rocambolesque, son existence s’est achevée sur un point d’interrogation : une mort dans des circonstances obscures qui suscite encore la polémique.
Aucun autre romancier que Philippe Jaenada, doté d’un humour irrésistible, d’un style inimitable et d’une tendresse non dissimulée pour ses personnages, n’aurait pu s’emparer de la vie mouvementée de Bruno Sulak et retracer avec autant de talent ce temps où les gangsters avaient encore du panache.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260020592
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 1 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • metteholl Posté le 29 Août 2020
    J'ai été très sensible à ce récit car je suis fascinée par les voyous au grand cœur et avouons-le admirative ! Ce roman se lit comme une biographie, la biographie d'un gentleman cambrioleur. Philippe Jaenada nous raconte les aventures de Bruno Sulak, tant il est vrai que ce voleur ressemble plus à un aventurier qu'à un truand professionnel. Tout au long de ce récit, l'auteur fait preuve d'un humour salutaire et nous donne plein de raisons de sourire. J'ai beaucoup aimé son écriture pleine de verve et de petites phrases décalées. On sent la tendresse et la sympathie que lui inspirent Sulak et ses proches. Notre héros est d'abord légionnaire par goût de l'action et des shuts d'adrénaline. Puis il deviendra déserteur, premier faux papier, première planque, le début de sa carrière de voleur car il faut bien vivre et que "voler c'est le seul moyen pour lui de poursuivre une vie agréable". Et toujours l'action et l'adrénaline et bientôt de l'argent, beaucoup d'argent. Au départ, ce sera les supermarchés, dans les années 70, il faut bien se faire la main. Première arrestation, première évasion. Il va falloir apprendre la cavale, "apprendre à devenir un chat qui mange où il... J'ai été très sensible à ce récit car je suis fascinée par les voyous au grand cœur et avouons-le admirative ! Ce roman se lit comme une biographie, la biographie d'un gentleman cambrioleur. Philippe Jaenada nous raconte les aventures de Bruno Sulak, tant il est vrai que ce voleur ressemble plus à un aventurier qu'à un truand professionnel. Tout au long de ce récit, l'auteur fait preuve d'un humour salutaire et nous donne plein de raisons de sourire. J'ai beaucoup aimé son écriture pleine de verve et de petites phrases décalées. On sent la tendresse et la sympathie que lui inspirent Sulak et ses proches. Notre héros est d'abord légionnaire par goût de l'action et des shuts d'adrénaline. Puis il deviendra déserteur, premier faux papier, première planque, le début de sa carrière de voleur car il faut bien vivre et que "voler c'est le seul moyen pour lui de poursuivre une vie agréable". Et toujours l'action et l'adrénaline et bientôt de l'argent, beaucoup d'argent. Au départ, ce sera les supermarchés, dans les années 70, il faut bien se faire la main. Première arrestation, première évasion. Il va falloir apprendre la cavale, "apprendre à devenir un chat qui mange où il peut". Rencontre avec Thallie, la femme de sa vie, qui pressent "qu'il n'est pas un représentant de cocottes minute". Déserteur, voleur, évadé. Tout va très vite pour cet homme pressé. Dans sa tête, il a "un flic", en fait un sixième sens, une intuition qui lui sert de voyant vert ou rouge. A propos de flic, il va naître une sorte de sympathie, en tout cas un respect mutuel avec le commissaire Moréas chargé de le traquer. Confidence pour confidence, "j'aurais pu être un flic comme toi", lui dira Sulak, "et moi j'aurais pu être un truand comme toi" lui rétorque le commissaire. On se souhaite même "bonne route" et on se répond "fait gaffe à toi". Le chat se transforme en pirate, un pirate à "l'abordage de scintillants vaisseaux immobiles", les bijouteries. Il est révolté par la norme, le fric, l'hypocrisie. Il va "leur" prendre tout ce qui brille. Sulak va dévaliser beaucoup, et souvent, des bijouteries et amasser des fortunes. Pour vivre la dolce vita en cavale avec Thallie. Il finira par se faire arrêter sur un mauvais concours de circonstances. Animal capturé, le chat devient loup. Les médias le présentent comme l'ennemi public numéro 1 mais le public a une certaine indulgence voire de l'admiration pour ce cambrioleur car Bruno Sulak c'est le contraire de la violence dans ses cambriolages. Notre prisonnier supporte très mal sa captivité, il déprime, il pense beaucoup à la mort - son juge lui conseille même une psychanalyse, il en a pris pour 20 ans, il a le temps. En prison, il étudie les lettres, il écrit beaucoup, même des articles pour un journal, articles intitulés " Braquages mode d'emploi" où il raconte quelques unes de ses prouesses joaillères, donne des conseils aux apprentis cambrioleurs ... Bruno Sulak va tenter une nouvelle évasion de Fleury Mérogis (il a de l'ambition), mais qui lui sera fatale. Il mourra à 29 ans, seulement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • eco Posté le 23 Octobre 2019
    Excellente biographie que ce Sulak. Pour tout vous dire, j’avais acheté le livre en pensant que ça parlait de quelqu’un d’autre et je fus un tantinet déçu de ma méprise. Mais j’ai continué ma lecture car le ton de Philippe Jaeneda a rapidement titillé mon iris… Très fan du gentleman cambrioleur, l’auteur nous livre ici une biographie à décharge ce qui, je pense, a pu en froisser plus d’un. Jaeneda inclut également ci et là quelques éléments autobiographiques ou remarques tintées de second degré. J’ai adoré, c’est un pote bienveillant qui nous raconte la super histoire d’un homme qu’on a du mal à ne pas aimer. J’imagine qu’il existe des ouvrages sur Sulak plus nuancés mais franchement, je m’en fous ; ce n’est peut-être pas très moral mais il m’a presque donné envie de braquer des bijouteries sans violences et en étant super sympa avec tout le monde. Addendum pour le FBI : Je plaisante, j’ai volé un snickers quand j’avais 14 ans et je m’en veux encore, pardon.
  • Sevlipp Posté le 8 Septembre 2019
    J'adore le style de Jaenada et là encore je ne suis pas déçue. Cette fois-ci, il raconte Sulak, un sorte d'Arsène Lupin qui cambriole supermarchés puis bijouteries sans violence. Comme tous les personnages contés par Jaenada celui-ci est terriblement attachant avec ses failles mais surtout son grand cœur avec sa famille (surtout ses sœurs), ses amis, Thally, toutes les femmes, ses amis voyous et même le commissaire Moréas. On sait dès le début que cela va mal finir mais on ne peut s’empêcher d'avoir de l'espoir. Cela se lit d'une traite en retenant son souffle. C'est raconté à la sauce Philippe Jaenada avec ses digressions, ses propres anecdotes, ses commentaires, et moi cela me plait.
  • Bill Posté le 24 Juillet 2019
    Marie m'avait chaudement recommandé cet auteur il y a déjà quelques années, mais je n'avais pas encore franchi le pas ... mais j'aurais dû !  Je me suis régalée avec cette biographie romancée de Bruno Sulak, le fameux braqueur de supermarchés et de bijouteries des années 70-80, champion de l'évasion et de cavale ! Bien qu'il n'aie jamais fait usage de ses armes (d'ailleurs parfois factices) il a été considéré comme un ennemi public numéro un ... sans doute parce qu'il se jouait des policiers et gendarmes lancés à ses trousses ... Dans cette biographie bien ficelée, on se prend au jeu et il nous devient très sympathique, enjôleur, séducteur ...  Le style particulier de l'auteur qui mêle ses propres souvenirs autobiographiques (entre parenthèses, lorsqu'il peur se rattacher à l'une des dates mentionnées) au récit de la vie de Bruno Sulak, est déroutant au départ puis devient de plus en plus attachant ...  Un roman qui m'a tant plus que je l'ai savouré, le lisant à petites doses pour le faire durer plus longtemps !  Une belle découverte !  Un auteur à suivre. 
  • Clytemnestre Posté le 20 Juillet 2019
    Très bon Jaenada pour qui aime son style littéraire avec ses digressions personnelles. J'ai découvert l'histoire fascinante de ce gentleman cambrioleur agissant entre 1978 et 1984. C'est bien documenté, relevant davantage de l'hagiographie que de la biographie mais c'est ce que j'apprécie chez cet auteur, son parti pris, assumé. Beaucoup de suspens dans cette vie tourmentée, ce qui fait de ce livre un vrai polar.

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.