Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714475022
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Terminus Elicius

Date de parution : 03/11/2016
Lettres d’amour d’un assassin…
 
« Ma chère Jeanne,
J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime.
Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître.
Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre.
D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.
Beaucoup jugeront, condamneront.
Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l’espère.
Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous.
Mais je...
« Ma chère Jeanne,
J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime.
Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître.
Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre.
D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.
Beaucoup jugeront, condamneront.
Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l’espère.
Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous.
Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.

Juste le temps de la tuer… »
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714475022
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

«Que faire quand on reçoit des lettres d’amour d’un mystérieux assassin ? Jeanne, jeune femme solitaire et peu sûre d’elle, vit chez sa mère à Istres. Chaque jour, elle prend le train pour se rendre à son travail au commissariat de Marseille et pour rentrer chez elle le soir. Elle a ses habitudes et s’assoit toujours à la même place. Mais un soir, un événement vient secouer le fil de son existence : elle trouve une lettre à son attention, glissée à côté de sa banquette et signée Elicius. C’est une véritable déclaration d’amour. Avec effroi, elle réalise qu’Elicius est le tueur en série qui défraie la chronique phocéenne. Les liens qui se tissent entre eux sont très ambigus. Jeanne ne peut en parler, sous peine de représailles. Dans ce premier roman sorti en 2004, l’auteur déclenche beaucoup d’émotions à travers le destin de son héroïne complexe. À l’occasion de cette réédition, le lecteur peut lire, à la suite du roman, une nouvelle inédite, « Aurore ». Inspirée par la tuerie de Columbine, elle rappelle le style de Thierry Jonquet par sa noirceur.»
Jean-Marie David-Lebret / Librairie Sauramps Polymômes - Montpellier - 34
"Un personnage principal qui peut surprendre tant il diffère des personnages habituels.
Un thriller psychologique qui vous étouffe.
Karine Giebel, fidèle à sa plume nous offre un roman bien pensé et très addictif."
Claire Lorvellec / Espace culturel Leclerc

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • countessmorphea Posté le 2 Juin 2020
    Je peux déjà dire que je n’ai pas été déçue ! Je me suis totalement laissée emporter par cette histoire que j’ai lu d’une traite. D’abord parce qu’elle est originale, ensuite parce que les personnages sont peu nombreux mais marquants. Jeanne est touchante, le tueur est-il réellement un monstre ? Il y a plusieurs zones d’ombres et l’autrice a parfaitement su en jouer et m’y plonger. Et ce, jusqu’à la dernière phrase qui ne m’a pas laissée de marbre. J’ai vraiment aimé l’histoire et l’aspect épistolaire. Il y avait un côté romantique qui dénotait avec l’horreur des meurtres. Je me suis demandée comment j’aurai réagit à la place de Jeanne, qui est quand même bien fragile. Impossible de répondre facilement. L’auteure sait jouer avec la morale et l’empathie de ses lecteurs, ce qui rend le roman captivant et, d’une certaine façon, plus complexe. Je lirai d’autres roman de Karine Giebel avec plaisir. Niveau thriller, un genre pas assez représenté par les femmes, je sens qu’elle va devenir une de mes préférées ! Bisous
  • jfponge Posté le 29 Mai 2020
    Un jour, un train, entre Istres et Marseille. Dans le train de 17h36, toujours à la même place au fond du dernier wagon, Jeanne trouve un jour une lettre qui lui est adressée par un inconnu. Lui la connait, et même très bien, il la trouve jolie, lui déclare son amour. Elle, secrétaire autant exemplaire que discrète au commissariat, va voir changer sa vie, surtout lorsque son amant épistolaire lui apprend une terrible vérité. De son côté, le capitaine Esposito enquête sur une série de meurtres inexpliqués, assortis d’un rituel particulièrement cruel. Tel est le départ d’un récit haletant, exécuté avec brio, où le mystère demeure jusqu’à la dernière page, conviant le lecteur à imaginer des pistes tout aussi fausses les unes que les autres. Une écriture efficace, où chaque mot semble définitivement à sa place, des personnages attachants, y compris ceux que l’on préférerait ne jamais rencontrer. Une réussite du genre…
  • Anais90 Posté le 22 Avril 2020
    J ai découvert Karine Giebel en janvier, après avoir lu "Ce que tu as fait de moi", que j ai trouvé sensationnel. Ensuite, j ai enchaîné ses romans avec un bonheur non dissimulé. Je n avais pas encore lu Terminus Elicius, dont le nom m attirait. Enfin, j ai pu l acheter... Je n ai pas été happée par l histoire comme ça a été le cas avec "Toutes blessent, la dernière tue" ou "Les morsures de l ombre". Le scénario m a peu convaincue. J avais l impression qu elle ne savait pas très bien où elle allait durant l écriture. Ensuite, contrairement à ses autres romans, je n ai jamais éprouvé de réelle empathie ou sympathie pour l héroïne. Elle était trop "coincée", trop rigide, trop attaquée moralement sans que ce soit une folie intrigante et captivante. J ai trouvé qu il y avait beaucoup de répétitions, que parfois cela tournait en rond. Et enfin... Je n ai pas compris la dernière page. Attention pour ceux qui ne l ont pas encore lu, ne continuez pas la suite de cette critique. Tout à coup, Elicius apparaît dans le train, ce n était pas credible. Son désir de tuer Jeanne qui tout à... J ai découvert Karine Giebel en janvier, après avoir lu "Ce que tu as fait de moi", que j ai trouvé sensationnel. Ensuite, j ai enchaîné ses romans avec un bonheur non dissimulé. Je n avais pas encore lu Terminus Elicius, dont le nom m attirait. Enfin, j ai pu l acheter... Je n ai pas été happée par l histoire comme ça a été le cas avec "Toutes blessent, la dernière tue" ou "Les morsures de l ombre". Le scénario m a peu convaincue. J avais l impression qu elle ne savait pas très bien où elle allait durant l écriture. Ensuite, contrairement à ses autres romans, je n ai jamais éprouvé de réelle empathie ou sympathie pour l héroïne. Elle était trop "coincée", trop rigide, trop attaquée moralement sans que ce soit une folie intrigante et captivante. J ai trouvé qu il y avait beaucoup de répétitions, que parfois cela tournait en rond. Et enfin... Je n ai pas compris la dernière page. Attention pour ceux qui ne l ont pas encore lu, ne continuez pas la suite de cette critique. Tout à coup, Elicius apparaît dans le train, ce n était pas credible. Son désir de tuer Jeanne qui tout à coup s étiole au bord de la mer, pareil. Comment cela se termine t il ? Elle se met en couple avec Fabrice ? Elle est enfermée ? Elle est dans train ? Quelqu'un peut il m expliquer ? En conclusion, c est un premier livre qui ne m a pas pleinement convaincue. Même si je le répète Karine Giebel est mon coup de cœur de l année, et de loin !
    Lire la suite
    En lire moins
  • syl2034 Posté le 18 Avril 2020
    Jeanne, jeune femme discrète et fragile, prend le train quotidiennement, pour rejoindre sa mère après son travail de secretaire, dans la police à marseille. Chaque jour se ressemble. Jusqu'à ce que Jeanne trouve une lettre dans on train pour rentrer.. une lettre d'amour... et de mort... c'est mon premier karine Giebel, je suis pas une lectrice régulière de polar, deux ou 3 par an me suffisent. j'ai bien aimé l'écriture de l'auteure, ça se lit vite, on a envie de tourner les pages, l'histoire tient en haleine. Après le final m'a un tout petit peu déçue, je m'attendais à un peu plus, un super rebondissement :p Bon ça a pas eu lieu mais ça reste un thriller très bien fait.
  • Tatane72300 Posté le 1 Avril 2020
    Quel bonheur à chaque fois de lire une oeuvre de Karine Giebel. Cette auteure réussi, dans ce livre à nous faire quasiment aimer le tueur recherché. On s identifie rapidement à cette pauvre Jeanne, déjà peu gâtée par la vie, qui se retrouve pris dans un engrenage impitoyable. Prenant, stressant, bouleversant....
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.