Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714479501
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 744
Format : 140 x 225 mm

Toutes blessent, la dernière tue

Date de parution : 29/03/2018
Maman disait de moi que j'étais un ange.
Un ange tombé du ciel.
Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais...
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…


Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre...
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…


Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin…
 
Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu’au dernier.


Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?
 
Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714479501
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 744
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

"Toutes blessent, la dernière tue est un roman noir magistralement bien mené par Karine Giebel qui n'a plus à prouver qu'elle est maître en la matière."
Dup / Book en stock

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • louisebruneaulatouche Posté le 30 Octobre 2020
    Un véritable chef d'œuvre, pas convaincue en achetant, une idée d'histoire d'amour en tête.... Mais tellement plus. Ce livre est poignant, bouleversant, renversant. D'une justesse totale sur ce que l'on ressent lors de sévices pareils... De la perte de l'innocence d'une jeune fille..si jeune... Si innocente... La compréhension d'un monde décrit comme mauvais.... J'ai pleure du début à la fin.... Je ne connaissais pas cet auteur, une véritable découverte, je lirais les autres de sa collection... Ca m'a ouvert les yeux si on peut dire.... Tama... Une reine jusqu'au bout.
  • Damexia Posté le 25 Octobre 2020
    Encore une fois je ne suis pas déçue!!! L'histoire est terrible, tellement riche en détails sur ce qu'a pu subir Tama... Ce personnage dont on se prend forcément d'affection tant les souffrances et les évènements qu'elle a vécu sont horribles ! L'esclavage sous toutes ses formes : violence physique, psychologique, viol, tentatives de culpabilité.... La fin m'a encore une fois époustouflée, je devrais pourtant m'y attendre avec l'auteure ! Je vous recommande ce thriller si poignant, âme sensible s'abstenir ! Il n'est pas à mettre entre les mains de tout le monde !
  • KarimaZar Posté le 24 Octobre 2020
    Roman qui m'a tenu en haleine mais dur par moment.
  • loeilnoir Posté le 22 Octobre 2020
    Il m’a fallu deux ans et demi avant de lire ce roman d’une auteure que j’aime pourtant beaucoup. Mais l’important est de l’avoir lu et apprécié car il s’agit d’une expérience complexe et profonde sur la cruauté humaine et la violence sans limite. Rares sont les récits d’une telle intensité, (je pense là encore à d’autres romans de Karine Giebel, comme Le Purgatoire des Innocents). Chapeau bas car l’auteure nous emmène très très loin. Personnellement, en lisant un roman, j’aime voyager géographiquement, découvrir de nouveaux univers même s’ils sont souvent très sombres, mais ici rien de tout cela, nous sommes en huis-clos comme souvent dans les romans de l’auteure. Or celle-ci nous transporte avec une facilité déconcertante vers les tréfonds les plus cruels de l’âme humaine : coeurs sensibles s’abstenir… Et pourtant c’est un roman que je conseillerai: c’est un uppercut qui a le mérite, au lieu d’assommer, de ramener à la vie. Dans ce roman, impossible de passer à côté des personnages, qu’ils soient bons ou mauvais, et ils sont souvent l’un et l’autre, ils nous collent à la peau comme de la terre glaise dont il est difficile de se débarrasser. Lecture éprouvante, forte, belle et cruelle, la plume de... Il m’a fallu deux ans et demi avant de lire ce roman d’une auteure que j’aime pourtant beaucoup. Mais l’important est de l’avoir lu et apprécié car il s’agit d’une expérience complexe et profonde sur la cruauté humaine et la violence sans limite. Rares sont les récits d’une telle intensité, (je pense là encore à d’autres romans de Karine Giebel, comme Le Purgatoire des Innocents). Chapeau bas car l’auteure nous emmène très très loin. Personnellement, en lisant un roman, j’aime voyager géographiquement, découvrir de nouveaux univers même s’ils sont souvent très sombres, mais ici rien de tout cela, nous sommes en huis-clos comme souvent dans les romans de l’auteure. Or celle-ci nous transporte avec une facilité déconcertante vers les tréfonds les plus cruels de l’âme humaine : coeurs sensibles s’abstenir… Et pourtant c’est un roman que je conseillerai: c’est un uppercut qui a le mérite, au lieu d’assommer, de ramener à la vie. Dans ce roman, impossible de passer à côté des personnages, qu’ils soient bons ou mauvais, et ils sont souvent l’un et l’autre, ils nous collent à la peau comme de la terre glaise dont il est difficile de se débarrasser. Lecture éprouvante, forte, belle et cruelle, la plume de Karine Giebel percute, cogne, blesse et caresse à la fois! Le sujet d’actualité qu’est l’esclavagisme moderne est la toile de fonds de ce roman. Lorsque nous la rencontrons, Tama a huit ans et devrait comme toutes les petites filles vivant en pays développé, être heureuse et choyée. D’origine marocaine, elle a déjà un lourd passé : sa maman est décédée, la laissant seule avec son père, qui décide, par l’intermédiaire de sa soeur, de l’envoyer en France où, croit-il, elle pourra être scolarisée. Il paye donc une somme chaque mois pour subvenir à ses besoins, à ses études. Mais la vie de Tama sera bien différente de ce qu’il imagine : de foyer en foyer, jusqu’à sa vie de « femme » auprès d’Yzri, qu’elle croit aimer mais dont elle est ultra dépendante, Tama n’est qu’une esclave, une petite bonniche, un objet dont chacun dispose à sa guise. Difficile, lorsque l’on est conditionné pour se taire, de se rebeller, et pourtant Tama a une force de caractère inégalable. Mais, si on ne compte pour personne, à quoi bon appeler du secours? Tama va vivre l’enfer, non pas quelques minutes, heures ou longues journées, mais toute son adolescence passée sous la croupe de ses tortionnaires successifs. Et puis, dans un hameau cévenole, se terre Gabriel, un homme reclus, qui ne vit que pour assouvir une vengeance mystérieuse… Lorsqu’un beau jour, il découvre dans sa grange, une jeune femme blessée et amnésique, il prévoit de s’en débarrasser rapidement, mais quelque chose le retient… Une étrange relation s’installe entre ces deux personnes malmenées par la vie… Qui sont-ils ? Comment leurs destins vont-ils s’unir à celui de Tama? Morceau choisi : « j’ai servi d’esclave à ceux qui ignorent la pitié. J’ai apprivoisé la peur, la solitude. J’ai appelé au secours, j’ai perdu ma voix, mon innocence et ma dignité. J’ai appris le silence, le deuil et la servitude. J’ai détesté et même haï. J’ai aimé si fort que je me suis consumée de l’intérieur. Je n’ai que 16 ans. Pourtant j’ai vécu mille vies ». Uppercut, je vous dis.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lapmad Posté le 21 Octobre 2020
    1er Giebel pour moi et sûrement pas le dernier ! Un peu de longueurs... mais vu le pavé de 800 pages, cela ne m a pas étonné ! Style fluide, agréable à lire. L’histoire s’accélère clairement 150 pages avant la fin. Très plaisant à lire .
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !