Lisez! icon: Search engine
Editions Héloïse D'Ormesson
EAN : 9782350871158
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 266
Format : 140 x 205 mm

Un hiver avec Baudelaire

Date de parution : 07/05/2009

Où l’on découvre qui est le meilleur ami de l’homme.

Au printemps, Philippe se sépare de sa femme et perd son travail. Il est alors happé dans la spirale infernale : sans emploi, pas de logement, et sans logement, pas d’emploi. Devenu SDF, il est confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte, et...

Au printemps, Philippe se sépare de sa femme et perd son travail. Il est alors happé dans la spirale infernale : sans emploi, pas de logement, et sans logement, pas d’emploi. Devenu SDF, il est confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte, et de violence. Jusqu’au jour où, au cœur de l’hiver, il rencontre Baudelaire, un irrésistible corniaud. Grâce à ce compagnon d’infortune, Philippe se lie d’amitiés avec les commerçants du 14e. Un soir, sur une péniche qui accueille les sans abris et leurs animaux, le vétérinaire du bord diagnostique un cancer au chien. Le traitement est cher. Pour sauver Baudelaire, Philippe doit gagner de l’argent et donc s’en sortir. Avec l’aide d’un vendeur de kebab, d’une riche veuve et d’une dame pipi, il réussit à remonter la pente et à soigner Baudelaire. Mais au moment où il retrouve une vie normale, et où Baudelaire semble définitivement tiré d’affaire, celui-ci meurt.
L’animal a sauvé l’homme qui était devenu bête.
Harold Cobert mêle romanesque et vérité sociale, poésie et âpreté. Son récit du processus de marginalisation est aussi une poignante histoire d’amitié.

« Je chante les chiens calamiteux, soit ceux qui errent solitaires, dans les ravines sinueuses des immenses villes, soit ceux qui ont dit à l’homme abandonné, avec des yeux clignotants et spirituels : “ Prends-moi avec toi, et de nos deux misères nous ferons peut-être une espèce de bonheur! ” »
Charles Baudelaire, extrait des Bons Chiens

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350871158
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 266
Format : 140 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Clytemnestre Posté le 19 Août 2021
    Errance dans les rues de Paris au côté de Philippe qui découvre la vie brutale et désespérante des sans domicile fixe. L'auteur analyse finement les conditions de la déchéance sociale et notamment sa rapidité. Un bémol concernant le retour en grâce, un peu trop pétri de bons sentiments à mon goût.
  • Rhapsodie Posté le 18 Décembre 2020
    J'aime ce genre de romans humains où l'auteur, en nous racontant le récit d'un homme, arrive à nous mettre dans la peau d'un être humain, nous faire voir un pan de la réalité et de la vie différent, nous faire ressentir des émotions réelles, ressenties par des millions d'êtres humains. J'avais beaucoup aimé, dans le genre "humain", Ulysse from Bagdad de Eric-Emmanuel Schmitt, qui lui mentionnait le récit d'un immigré. Ici, on partage la vie, les sentiments, les aventures d'un homme qui se retrouve SDF. Ce roman est déroutant, il peut mettre un peu mal à l'aise malgré toute sa bienveillance, sa poésie, sa tendresse, car il pointe du doigt un tabou, il montre l'homme assis par terre, sans famille, vivant éternellement dans la crainte, le besoin, la faim, sans considération, l'homme en bas de votre porte, démuni, ou celui que vous croisez dans la rue. Ce sujet est tellement d'actualité ! Même moi je me sens bizarre après cette lecture hyper réaliste car je me demande non seulement quel regard avoir à présent sur les SDF mais que faire aussi pour leur donner un petit plus, ce petit rien, un sourire peut être, un mot de conversation, qui leur... J'aime ce genre de romans humains où l'auteur, en nous racontant le récit d'un homme, arrive à nous mettre dans la peau d'un être humain, nous faire voir un pan de la réalité et de la vie différent, nous faire ressentir des émotions réelles, ressenties par des millions d'êtres humains. J'avais beaucoup aimé, dans le genre "humain", Ulysse from Bagdad de Eric-Emmanuel Schmitt, qui lui mentionnait le récit d'un immigré. Ici, on partage la vie, les sentiments, les aventures d'un homme qui se retrouve SDF. Ce roman est déroutant, il peut mettre un peu mal à l'aise malgré toute sa bienveillance, sa poésie, sa tendresse, car il pointe du doigt un tabou, il montre l'homme assis par terre, sans famille, vivant éternellement dans la crainte, le besoin, la faim, sans considération, l'homme en bas de votre porte, démuni, ou celui que vous croisez dans la rue. Ce sujet est tellement d'actualité ! Même moi je me sens bizarre après cette lecture hyper réaliste car je me demande non seulement quel regard avoir à présent sur les SDF mais que faire aussi pour leur donner un petit plus, ce petit rien, un sourire peut être, un mot de conversation, qui leur redonnera confiance et humanité. Ce roman m'a touché, m'a donné de la pitié, m'a fait peur aussi quand je vois avec quelle rapidité et quelle facilité on peut se retrouver sans rien. Cela fait froid dans le dos et c'est là que l'on relativise, malgré tous nos soucis. On voit ce que certains n'ont plus, on voit les trésors que l'on a et qu'on n'arrive pas à voir tous les jours. Clin d'oeil aussi sur la fidélité et l'amitié des chiens, les meilleurs compagnons des hommes. :) Parfois, quand on n'a plus rien, on se rend mieux compte de ce qui compte dans la vraie vie : l'amour que va apporter le chien au personnage principal va véritablement l'aider et le sauver de sa situation. Belle lecture très instructive, pleine d'humanité, qui pousse à l'entraide et à la solidarité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Okenwillow Posté le 1 Octobre 2020
    Ce livre m'a été chaudement recommandé par Tatiana de Rosnay lors de la Comédie du Livre. Le début de son résumé, fort enthousiaste, me laissait penser qu'il ne serait pas bon du tout pour mon moral de me plonger dans une histoire de SDF, le genre d'histoire qui vous plombe l'humeur un peu plus de par son réalisme et son actualité. Puis vint l'argument décisif : un chien change la vie du jeune SDF. Un brin de poésie dans un monde de brute. Il n'en fallu pas plus pour me convaincre, que voulez-vous je suis comme ça moi !Je n'ai donc pas tardé à le lire, d'autant que l'illustration de couverture, signée Christine Cobert, est magnifique, et annonce bien le ton et l'esprit du livre : tendre, sobre, poétique.Le récit, écrit au présent pour plus de réalisme, s'en tient aux faits. Pas de fioritures ou d'effets de manche à faire pleurer dans les chaumières. La dégringolade sociale de Philippe est simple et inéluctable. Une succession de causes et d'effets malencontreux dont l'issue immédiate est la rue. Simple, mais pas simpliste, réaliste, mais pas misérabiliste. Le roman s'ancre dans notre (triste) époque sans en faire trop. Déprimé par son divorce,... Ce livre m'a été chaudement recommandé par Tatiana de Rosnay lors de la Comédie du Livre. Le début de son résumé, fort enthousiaste, me laissait penser qu'il ne serait pas bon du tout pour mon moral de me plonger dans une histoire de SDF, le genre d'histoire qui vous plombe l'humeur un peu plus de par son réalisme et son actualité. Puis vint l'argument décisif : un chien change la vie du jeune SDF. Un brin de poésie dans un monde de brute. Il n'en fallu pas plus pour me convaincre, que voulez-vous je suis comme ça moi !Je n'ai donc pas tardé à le lire, d'autant que l'illustration de couverture, signée Christine Cobert, est magnifique, et annonce bien le ton et l'esprit du livre : tendre, sobre, poétique.Le récit, écrit au présent pour plus de réalisme, s'en tient aux faits. Pas de fioritures ou d'effets de manche à faire pleurer dans les chaumières. La dégringolade sociale de Philippe est simple et inéluctable. Une succession de causes et d'effets malencontreux dont l'issue immédiate est la rue. Simple, mais pas simpliste, réaliste, mais pas misérabiliste. Le roman s'ancre dans notre (triste) époque sans en faire trop. Déprimé par son divorce, ignorant ses droits en tant que chômeur, le héros se laisse sombrer assez vite, donnant l'impression de s'auto-détruire. La chute tient à peu de chose. Le manque d'information, la déprime, la peur, le découragement, tout contribue à tirer Philippe vers le bas, jusqu'au moment, bien vite arrivé, où il se retrouve de l'autre côté, sans adresse, sans compte en banque, sans preuve sociale de son existence. Commence alors la survie dans la rue, la manche, la recherche d'un endroit où se poser la nuit.Puis un jour la rencontre a lieu, et on tombe dans la pure poésie. Le chien qui sauve l'homme d'autres hommes, qui le guide. Ce chien, baptisé Baudelaire, joue un rôle aussi bref que capital dans la vie de Philippe. Sa présence le réconcilie avec celles des hommes, lui redonne l'espoir perdu au fil des mois de sa déchéance. D'autres rencontres contribueront à le rendre à la société, mais celle de Baudelaire sera la première à lui montrer la voie.Si vous ne le saviez pas déjà, ce livre met l'accent sur le fait que tout peut arriver, que rien n'est acquis, que la dégringolade peut toucher tout le monde n'importe quand, tout n'étant qu'une question de circonstances. Et si vous êtes un tant soit peu sensible au monde animal, en l'occurrence aux chiens et aux hommes (oui l'homme en est !), ce roman ne pourra que vous toucher.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Shabanou Posté le 5 Avril 2020
    " Un Hiver avec Baudelaire" d' Harold Cobert (288p) Ed. Le Livre de Poche Bonjour les fous de lectures …. Voici un roman " feel good" comme on dit . Une histoire somme toute assez banale. Pour Philippe, en quelques mois, c'est la descente aux enfers. Mis dehors par sa femme, dans la fouée son contrat professionnet n'est pas renouvelé et il se retrouve SDF arpentant les trottoirs parisiens loin de sa fille qu'il adore. Pas évident de surnager, plus facile de se laisser sombrer et envahir par les démons. Mais c'est sans compter sur sa bonne étoile qui va se matérialiser en la forme de Baudelaire, fidèle compagnon d'infortune, et de quelques jolies rencontres. Philippe s'en sortira car c'est une fable, donc cela finit bien … Mais il y aura des larmes. C'est avec ce livre que je découvre l'auteur qui n'en est pas à son coup d'essai. Récit touchant traduisant bien le ressenti d'une plongée en chute libre. Les émotions sont finement traduites, que ce soit les désespoirs, les doutes ou les petites étincelles positives. Tout cela est finement ciselé, distillé. On dirait une jolie dentelle. Voici un joli moment de lecture qui met du baume au cœur. On a envie d'y croire, de se dire que tout est possible. Mais, hélas, tout n'est... " Un Hiver avec Baudelaire" d' Harold Cobert (288p) Ed. Le Livre de Poche Bonjour les fous de lectures …. Voici un roman " feel good" comme on dit . Une histoire somme toute assez banale. Pour Philippe, en quelques mois, c'est la descente aux enfers. Mis dehors par sa femme, dans la fouée son contrat professionnet n'est pas renouvelé et il se retrouve SDF arpentant les trottoirs parisiens loin de sa fille qu'il adore. Pas évident de surnager, plus facile de se laisser sombrer et envahir par les démons. Mais c'est sans compter sur sa bonne étoile qui va se matérialiser en la forme de Baudelaire, fidèle compagnon d'infortune, et de quelques jolies rencontres. Philippe s'en sortira car c'est une fable, donc cela finit bien … Mais il y aura des larmes. C'est avec ce livre que je découvre l'auteur qui n'en est pas à son coup d'essai. Récit touchant traduisant bien le ressenti d'une plongée en chute libre. Les émotions sont finement traduites, que ce soit les désespoirs, les doutes ou les petites étincelles positives. Tout cela est finement ciselé, distillé. On dirait une jolie dentelle. Voici un joli moment de lecture qui met du baume au cœur. On a envie d'y croire, de se dire que tout est possible. Mais, hélas, tout n'est pas toujours aussi rose que l'histoire de Philippe . N'oublions pas qu'il s'agit d'une jolie fable parfaitement réussie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • klimt4 Posté le 9 Décembre 2019
    AUTEUR : Harold Cobert TITRE : Un hiver avec Baudelaire PAGES : 267 P. "Prends moi avec toi , et de nos deux misères, nous ferons peut- être une espèce de bonheur." Charles Baudelaire. Lecture terminée ! Je vous livre mon ressenti. Ce roman est à lui seul , une leçon de vie. Ce qui arrive à Philippe peut arriver à chacun d'entre nous . Heureusement , il existe des personnes qui vous tendent une main chaleureuse. Cet auteur nous ouvre les yeux sur notre société , bien réelle , nous permet de nous interroger , de nous questionner. Il nous ouvre une porte sur la solidarité , le soutien. Ce livre m'a émue tel un Spleen de Baudelaire.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés