Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221238936
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 1 x 182 mm

La Confusion des sentiments

Tatjana MARWINSKI (Traducteur, Introduction), Tatjana MARWINSKI (Traducteur, Introduction)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 24/01/2019
Considéré comme un chef-d'œuvre par Freud, à qui il est dédié, ce classique de la littérature, sans cesse réédité depuis sa parution en 1927, paraît aujourd'hui dans une traduction inédite en poche.

À soixante ans, le professeur Roland de D. se remémore sa rencontre, alors qu’il n’avait que dix-neuf ans, avec celui qui devint rapidement un maître pour lui.
Dans la fascination que le mentor exerce sur son élève se mêlent amitié, admiration, désir charnel et amour. Leur relation établit alors pour le...

À soixante ans, le professeur Roland de D. se remémore sa rencontre, alors qu’il n’avait que dix-neuf ans, avec celui qui devint rapidement un maître pour lui.
Dans la fascination que le mentor exerce sur son élève se mêlent amitié, admiration, désir charnel et amour. Leur relation établit alors pour le jeune homme une réalité nouvelle où les catégories habituelles n’ont plus cours. Face au comportement de son professeur, qui oscille entre chaleur et rejet, Roland hésite entre haine et amour. Et cette confusion le plonge dans de profonds tourments.

« Dans La Confusion des sentiments, Stefan Zweig cherche à cerner ce qui n’a pas encore été exprimé, ce qui est en dehors des catégories conscientes et rationnelles d’une société limitée. C’est ce qui fonde et permet l’originalité de son style. » Tatjana Marwinski

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221238936
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 1 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Foufoubella Posté le 6 Février 2020
    La confusion des sentiments est certainement le (petit) roman le plus connu de Stefan Zweig avec le joueur d'échecs, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme ou encore Amok. Stefan Zweig nous plonge dans les souvenirs de Roland, un éminent professeur à l'aube de sa vie. Il ne se rappelle finalement ni de ses moments de gloire, ni de ses publications mais de LA rencontre, celle qu'il a faite alors qu'il était jeune étudiant, cette rencontre envoûtante et passionnée, celle qu'il n'a jamais pu oublier mais celle aussi dont il n'a jamais pu parler car tabou et interdite. Car Roland était tombé sous le joug, je ne vois pas d'autre mot, de son professeur, aussi charismatique que torturé. J'avoue ne pas être sortie transcendée par cette histoire, je suis restée en surface ne réussissant pas à m'immerger totalement. Si je salue la plume de l'auteur, j'ai trouvé le tout un peu trop ... confus. Les choses sont davantage suggérées que dites, c'était peut-être d'ailleurs l'effet recherché ou l'époque qui le voulait, on devine plus qu'on ne comprend finalement, ce qui fait que si je ne me suis pas ennuyée, je ne peux pas non plus dire que j'ai été enthousiasmée. En résumé,... La confusion des sentiments est certainement le (petit) roman le plus connu de Stefan Zweig avec le joueur d'échecs, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme ou encore Amok. Stefan Zweig nous plonge dans les souvenirs de Roland, un éminent professeur à l'aube de sa vie. Il ne se rappelle finalement ni de ses moments de gloire, ni de ses publications mais de LA rencontre, celle qu'il a faite alors qu'il était jeune étudiant, cette rencontre envoûtante et passionnée, celle qu'il n'a jamais pu oublier mais celle aussi dont il n'a jamais pu parler car tabou et interdite. Car Roland était tombé sous le joug, je ne vois pas d'autre mot, de son professeur, aussi charismatique que torturé. J'avoue ne pas être sortie transcendée par cette histoire, je suis restée en surface ne réussissant pas à m'immerger totalement. Si je salue la plume de l'auteur, j'ai trouvé le tout un peu trop ... confus. Les choses sont davantage suggérées que dites, c'était peut-être d'ailleurs l'effet recherché ou l'époque qui le voulait, on devine plus qu'on ne comprend finalement, ce qui fait que si je ne me suis pas ennuyée, je ne peux pas non plus dire que j'ai été enthousiasmée. En résumé, ce n'est pas mon préféré de Stefan Zweig- mais je n'en ai pas lu énormément non plus- mais à découvrir pour l'univers et l'écriture de l'auteur. Challenge multi-défis 2020 Challenge Riquiqui 2020 Challenge XIXème siècle 2020 Challenge solidaire 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cricri08 Posté le 2 Février 2020
    Un roman intemporel : un jeune étudiant, Roland, est tenté de profiter de cette liberté nouvelle qui s'offre à lui à Berlin : les filles, les bars, les copains, ... jusqu'à ce que son père lui pose une question toute simple "que restera-t-il de cette période?" Une prise de conscience brutale le pousse à s'inscrire dans une université d'une petite ville où il rencontre un professeur de littérature anglaise charismatique. Cet homme le fascine car il transmet sa passion pour Shakespeare d'une manière brillante et suscite l'envie d'apprendre. Confusion des sentiments? Oui car à côté des cours enflammés existe aussi une part plus sombre, plus triste et renfermée du professeur. Pourquoi ce côté terne? Pourquoi ce silence avec sa femme? Une très belle lecture
  • Sea Posté le 11 Décembre 2019
    J’écris court parce que beaucoup de choses élogieuses ont déjà été semées sur la confusion des sentiments, ce texte remarquable. J’ai lu, la confusion des sentiments dans un état quasi hypnotique, à cause du style et de la conception des phrases de M.Zweig. Il m’apparait que Stefan Zweig surprend la liberté d’aimer, il défend la liberté d’aimer n’importe quel sexe, nous aimons d’abord une personnalité, nous aimons le genre humain, le sexe peut passer après. Ce texte prouve à quel point il est compliqué de parler de sentiments. Deux hommes ensembles peuvent réaliser tellement de choses et abolir autour d’eux et de leur amour, les barrières du jugement incessant des autres. Encore une pierre étincelante de Stefan Zweig que je n'oublie pas puisqu'elle parle de l'épreuve que traverse les coeurs des hommes et des femmes.
  • Patrijob Posté le 9 Décembre 2019
    Et bien voilà, j'ai moi aussi succombé au style à la fois puissant et élégant de Stefan Zweig ! Quelle excellence dans la manière de décortiquer une émotion, un sentiment, une situation ! L'art de décrire avec pudeur mais sans détours le trouble d'une passion ambivalente dans son exhaltation ou, au contraire, dans l'abattement qu'elle provoque, frise la perfection. D'un récit sans intérêt particulier sinon qu'il traite d'un sujet audacieux pour l'époque, il fait un chef d'oeuvre d'un plaisir de lecture incomparable et d'une profondeur émouvante. La qualité de sa plume anime une simple gestuelle d'une vie propre qui lui donne lascivité et grâce. "Malgré moi, je m'approchai d'avantage, afin de voir, par-dessus les paroles, les gestes remarquablement arrondis et élargis des mains, qui parfois, lorsque sonnait un mot puissant, s'écartaient comme des ailes, s'élevaient en frémissant et puis s'abaissaient peu à peu musicalement, avec le geste modérateur d'un chef d'orchestre." Que dire de plus ? Séduite, complètement séduite ! ⭐⭐⭐⭐⭐
  • aurel75 Posté le 24 Novembre 2019
    Une jolie histoire masculine, pleine d'emotions ! Se joue jusqu'au 09/03 au théâtre Espace Marais à Paris.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.