Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707149718
Code sériel : 508
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 110 x 180 mm

La sociologie de la délinquance juvénile

Collection : Repères
Date de parution : 08/01/2009

Comment s'est constituée cette discipline ? Quelle est son histoire ? Comment son objet a-t-il évolué ?

Comment et pourquoi distinguer la « délinquance » de la « déviance », la « délinquance juvénile » de la délinquance, la délinquance des jeunes des classes populaires de la délinquance juvénile ? Répondre à ces questions, c'est d'abord construire l'objet de la sociologie de la délinquance juvénile.
Dans une...

Comment et pourquoi distinguer la « délinquance » de la « déviance », la « délinquance juvénile » de la délinquance, la délinquance des jeunes des classes populaires de la délinquance juvénile ? Répondre à ces questions, c'est d'abord construire l'objet de la sociologie de la délinquance juvénile.
Dans une perspective délibérément cumulative, ce livre propose ensuite une sorte d'inventaire raisonné des schèmes d'interprétation « utiles » empruntés aux diverses théories sociologiques, pour l'essentiel anglo-saxonnes. Il permet de présenter, à partir des enquêtes disponibles, une analyse sociologique de la délinquance des jeunes des classes populaires en France en distinguant deux configurations successives depuis la fin des années 1950. La première, associée aux stéréotypes médiatiques des « blousons noirs » puis des « loubards », correspond à la période qui s'étend de la fin des années 1950 à la fin des années 1970. La seconde, associée à la figure médiatique des « jeunes des cités », apparaît au début des années 1980 et perdure jusqu'à aujourd'hui.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707149718
Code sériel : 508
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 110 x 180 mm

Ils en parlent

« Travaillant depuis plus de trente ans sur la jeunesse dans les milieux populaires, le sociologue Gérard Mauger, jadis très proche de Pierre Bourdieu, a vu évoluer les images associées à la délinquance juvénile, depuis les bandes de "blousons noirs" jusqu'aux "jeunes des cités". Recensant les divers schémas théoriques d'interprétation, ce petit livre se propose d'abord de construire un véritable objet sociologique. et de balayer les clichés médiatiques sur lesquels s'appuient les politiques sécuritaires. »
POLITIS

« La crédibilité de la sociologie est fréquemment mise en cause au nom de la nécessité d'apporter des réponses immédiates aux problèmes de société. C'est notamment le cas lorsqu'il est question de "délinquance juvénile". Or, comme le montre ici Gérard Mauger, celle-ci est avant tout une construction, au croisement de deux types de récits, statistique et médiatique, ce dernier obéissant souvent à un impératif de rendement (sensationnalisme, etc.). La "concurrence politique" a aussi sa part de responsabilité dans la prédominance de telle ou telle théorie de la délinquance dans le débat public. Seront favorisées celle "qui n'impliquent pas de changements structurels" dans l'organisation sociale. Par une approche historique (des "blousons noirs" aux "jeunes des cités"), l'auteur déconstruit les lieux communs et interroge l'efficacité des réponses conjoncturelles. »
L'HUMANITÉ

« La délinquance juvénile, une délinquance à part ? C'est l'objet de l'étude du sociologue Gérard Mauger dans La sociologie de la délinquance juvénile. Les enquêtes mettent en évidence la surreprésentation des jeunes parmi les auteurs de pratiques délinquantes. Outre les statistiques, qui conduisent à faire de la délinquance juvénile une catégorie distincte au sein de la population délinquante, les dispositions juridiques arrêtées à l'égard des mineurs les soumettent depuis longtemps à une réglementation pénale partiellement spécifique. [...] Après avoir abordé la question de la mesure des pratiques délinquantes et les problèmes qu'elle soulève, ce livre propose une analyse de la délinquance des jeunes des classes populaires en France, qui distingue deux configurations successives depuis la fin des années 1950. La première est associée aux stéréotypes médiatiques des "blousons noirs" et la seconde, apparue au début des années 1980, à ceux des "jeunes des cités". »
ACTUALITÉS SOCIALES HEBDOMADAIRES

« 128 pages en forme de géniale synthèse, denses et claires, avec double entrée: la sociologie de la délinquance juvénile, donc (dans les classes populaires), via notamment de stimulants allers-retours entre les époques de la seconde moitié du XX° siècle, et une sociologie de la sociologie du sujet. Indispensable pour prendre du recul et comprendre comment fonctionne la recherche. »
LE POPULAIRE DU CENTRE

PRESSE
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION MENSUELLE DE LA COLLECTION REPÈRES
Pour connaître toutes les nouveautés et les nouvelles éditions de la collection !