Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348057564
Code sériel : 394
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 300
Format : 125 x 190 mm

Une brève histoire des crises financières

Des tulipes aux subprimes

Date de parution : 13/02/2020
La finance a pris une place démesurée dans nos économies, et ses dérapages pèsent lourdement sur le bien-être des populations. Mais il n’est pas facile pour le simple citoyen de comprendre les ressorts de l’instabilité financière, afin d’apprécier la pertinence des politiques qui prétendent la combattre. D’où l’intérêt de revenir... La finance a pris une place démesurée dans nos économies, et ses dérapages pèsent lourdement sur le bien-être des populations. Mais il n’est pas facile pour le simple citoyen de comprendre les ressorts de l’instabilité financière, afin d’apprécier la pertinence des politiques qui prétendent la combattre. D’où l’intérêt de revenir sur les grandes crises du passé.
Ce livre enlevé fait le récit des plus exemplaires d’entre elles : la fameuse bulle sur les tulipes dans la Hollande du XVIIe siècle ; la première bulle boursière dans la France du Régent ; la crise financière de 1907, qui a conduit à créer la banque centrale des États-Unis. Puis il revient de manière originale sur la crise de 1929, en montrant comment Roosevelt a imposé avec habileté les régulations qui allaient assurer plusieurs décennies de stabilité.
Se dessine ainsi une « économie politique des bulles », dans laquelle s’inscrivent parfaitement le dérapage des subprimes et la crise des dettes publiques en Europe. On comprend mieux alors les mécanismes à l’œuvre, mais aussi le rôle joué par les inégalités, les rapports de forces politiques et les batailles idéologiques.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348057564
Code sériel : 394
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 300
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

C’est un ouvrage didactique qui revoit le jour aux éditions La Découverte : Une brève histoire des crises financières met à profit les talents de conteur de Christian Chavagneux, éditorialiste à Alternatives économiques, pour expliquer les grands épisodes de krach économique et leur enchaînement. Crédits faciles, opacité, spéculation, actifs toxiques, titrisation, ventes à découvert, bulles : si la terminologie des désastres financiers est bien connue, leur caractère itératif et/ou causal méritait sans conteste que l’on s’y attarde. C’est précisément ce qu’entreprend Christian Chavagneux, dans un double mouvement : tirer les leçons de krachs passés pour le moins édifiants et montrer en quoi la régulation se heurte aux résistances politiques ou économiques.
Jonathan Fanara / Le Mag du ciné

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marie987654321 Posté le 2 Janvier 2021
    Etonnamment, ce livre est presque optimiste, alors que sa progression devrait nous conduire à l'inquiétude. La démonstration part de la spéculation historique sur les bulbes de tulipes au XVIIeme siècle pour aboutir à la crise des subprimes et la crise des dettes européennes qui a suivi en passant par l'affaire John Law, la crise de 1907 et celle de 1929. Un chapitre est consacré à décrypter ce qu'est une crise financière, montrant l'imbrication de mécanismes économiques lié au développement d'outils de spéculation et d'innovation financière sans contrôle des risques, de montées des inégalités, de comportements individuels ou systémiques de fraudes à dimension mafieuse, d'éléments psychologiques comme "l'aveuglement au désastre", fondé tant sur l'idéologie et que sur l'intérêt égoïste; et d'insuffisants contrôles publics. L'irrationnalité des comportements des acteurs de la finance, qui semblent parfois jouer au poker menteur, est particulièrement effrayant quand on songe aux sommes en jeu et aux conséquences pour l'économie réelle. La lecture en est très instructive, relativement accessible au non spécialiste un peu curieux. Il a d'ailleurs la qualité de nous montrer que ces hautes spéculations, titrisation et vente à découvert, qui peuvent... Etonnamment, ce livre est presque optimiste, alors que sa progression devrait nous conduire à l'inquiétude. La démonstration part de la spéculation historique sur les bulbes de tulipes au XVIIeme siècle pour aboutir à la crise des subprimes et la crise des dettes européennes qui a suivi en passant par l'affaire John Law, la crise de 1907 et celle de 1929. Un chapitre est consacré à décrypter ce qu'est une crise financière, montrant l'imbrication de mécanismes économiques lié au développement d'outils de spéculation et d'innovation financière sans contrôle des risques, de montées des inégalités, de comportements individuels ou systémiques de fraudes à dimension mafieuse, d'éléments psychologiques comme "l'aveuglement au désastre", fondé tant sur l'idéologie et que sur l'intérêt égoïste; et d'insuffisants contrôles publics. L'irrationnalité des comportements des acteurs de la finance, qui semblent parfois jouer au poker menteur, est particulièrement effrayant quand on songe aux sommes en jeu et aux conséquences pour l'économie réelle. La lecture en est très instructive, relativement accessible au non spécialiste un peu curieux. Il a d'ailleurs la qualité de nous montrer que ces hautes spéculations, titrisation et vente à découvert, qui peuvent apparaitre mystérieuses voir ésotériques au profane, ne le sont pas tant que cela. Elles sont basées sur un principe simple : se garantir sur un risque à venir, principe à partir duquel des petits malins jouent pour gagner plus d'argent en faisant parfois survenir des déroutes. L'auteur nous signale le cas du philosophe Thales de Milet qui acheta, en versant seulement des arrhes, les pressoirs de sa région car il prévoyait une récolte d'olive prometteuse. Il détint ainsi le monopole des pressoirs, fit fortune et ne paya les pressoirs qu'après la récolte.. Il épingle aussi beaucoup les économistes pour leur aveuglement en partie idéologique sur les risques que faisaient courir le déploiement de la spéculation totalement dérégulée par les marchés financiers. Il met en cause pour certains leur collusion avec les milieux financiers. Les différentes crises étudiées ont des mécanismes communs malgré l'éloignement historique. On pourrait se dire que les humains sont irrécupérables et n'apprennent jamais de leurs erreurs. Chaque période de crise engendre des mesures politiques pour réparer et éviter que cela se reproduise. Mais il semble qu'avec le temps, les économistes, les financiers et les politiques oublient pourquoi certaines règles limitent les spéculations et retombent dans les mêmes travers de dérégulation. Jusqu'à la nouvelle crise. Ce fut le cas des mesures mises en place suite à la crise de 29, qui furent rognées à partir des années 70 et 80 aboutissant à la crise des subprimes. En exergue une citation du président Roosevelt, le 4 mars 1933 > En fin de compte, dans le chemin qui nous fait avancer vers la création d'emplois, nous avons besoin de deux garde-fous pour éviter le retour des problèmes passés : nous devons mettre en place une stricte surveillance des banques, de la distribution des crédits et des investissements ; nous devons mettre fin à la possibilité de spéculer avec l'argent des autres, et nous devons prendre des mesures pour disposer d'une monnaie en quantité suffisante mais saine. L'auteur présente les mesures de regulation mises en place au niveau mondial et les juge pertinentes et adaptées à quelques exception près. D'où son optimisme peut être, mais si on en croit l'expérience historique qu'il nous décrit dans son livre; il va falloir surveiller de près pour qu'elles ne soient pas grignotées. La thèse donne toute son importance aux régulations publiques et rappellent le rôle des états et des politiques : car c'est d'eux et des impôts des citoyens qu'est venue la solution pour éviter une catastrophe économique. L'économie est une chose trop sérieuse pour la laisser aux économistes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bigmammy Posté le 5 Février 2020
    Du même auteur que l'ouvrage racontant plus belles histoires des escroqueries, ce livre parfaitement documenté est plus spécialement destiné à des étudiants en science économique. Avec en plus, un réel talent de conteur, Christian Chavagneux décortique les mécanismes déclencheurs des crises économiques qui ont ébranlé l'économie mondiale du XVIIème siècle à 2013. Le propos est de nous débarrasser de l'hypothèse que les marchés financiers se régulent parfaitement tout seuls et que les banques s'imposent une stricte discipline censée leur éviter une prise de risque excessive … C'est loin d'être le cas et tout est mis en oeuvre du côté des banques pour éviter toute tentative de surveillance et de régulation assurant la stabilité du système. Cependant, c'est à la suite de crises systémiques que la finance mondiale a commencé à envisager une certaine forme de régulation. Malheureusement, ces dispositifs sont prévus pour organiser le sauvetage d'un établissement en faillite mais pas pour freiner les activités qui le rendent nécessaire. Les grandes crises du XXème siècle – la crise de 1907, le krach de 1929, la crise des subprimes et la faillite de Lehman Brothers puis la crise des dettes souveraines en Europe présentent un certain nombre de points communs : - Des innovations financières... Du même auteur que l'ouvrage racontant plus belles histoires des escroqueries, ce livre parfaitement documenté est plus spécialement destiné à des étudiants en science économique. Avec en plus, un réel talent de conteur, Christian Chavagneux décortique les mécanismes déclencheurs des crises économiques qui ont ébranlé l'économie mondiale du XVIIème siècle à 2013. Le propos est de nous débarrasser de l'hypothèse que les marchés financiers se régulent parfaitement tout seuls et que les banques s'imposent une stricte discipline censée leur éviter une prise de risque excessive … C'est loin d'être le cas et tout est mis en oeuvre du côté des banques pour éviter toute tentative de surveillance et de régulation assurant la stabilité du système. Cependant, c'est à la suite de crises systémiques que la finance mondiale a commencé à envisager une certaine forme de régulation. Malheureusement, ces dispositifs sont prévus pour organiser le sauvetage d'un établissement en faillite mais pas pour freiner les activités qui le rendent nécessaire. Les grandes crises du XXème siècle – la crise de 1907, le krach de 1929, la crise des subprimes et la faillite de Lehman Brothers puis la crise des dettes souveraines en Europe présentent un certain nombre de points communs : - Des innovations financières complexes, mal contrôlées, intervenant généralement en période de croissance économique, systématiquement établies pour naviguer par beau temps et sous-estimant le risque de gros temps ; - Des possibilités de contournement réglementaire, légal et fiscal (recours aux Paradis fiscaux) ; - Des crédits faciles qui nourrissent la spéculation par stimulation réciproque : le crédit pousse la demande qui fait monter les prix ; - Un défaut de gouvernance des acteurs financiers incités à toujours risquer plus pour obtenir des bonus énormes ; - La fraude (qui n'est découverte qu'à l'occasion des krachs (Enron, WorldCom, Parmalat …) ; - La connivence entre les plus riches et la classe politique (issus du même milieu, des mêmes écoles) qui favorise la dérégulation financière et est influencée par les lobbies des preneurs de risques ; - Les économistes et idéologues libéraux ; - L' « aveuglement au désastre ». En conclusion : lorsque les tuyaux de la finance sont propres, ils sont capables de supporter la pression. Les crises financières sont endogènes au fonctionnement des marchés financiers, elles se développent d'autant plus que les autorités politiques privées ou publiques ne font pas leur travail – ou sont empêchées de le faire par une administration ultralibérale – et que les financiers sont incapables d'une autodiscipline efficace et intrusive. Lentement, les autorités monétaires et les Etats mettent en place des dispositifs de contrôle au niveau national et interétatique … Après cette lecture, vous vous demanderez donc comment placer vos trois francs six sous ailleurs que dans un livret rapportant un demi pour cent l'an … en redoutant la prochaine explosion de la bulle financière en train de gonfler grâce aux crédits à 0% !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jackiedream Posté le 18 Août 2017
    Une analyse très intéressante des différentes crises financières de l'ère moderne. Analyse oui, mais critique - ce qui n'étonnera pas quiconque connaît Christian Chavagneux. Je le recommande particulièrement aux étudiants en économie, c'est assez synthétique et il y a des données qu'on ne trouve pas ailleurs.
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !