RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Caroline Bonaparte

            Perrin
            EAN : 9782262040680
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 210 mm
            Caroline Bonaparte
            Soeur d'Empereur, femme de Roi

            Date de parution : 13/11/2014
            Napoléon au féminin.
            Caroline Bonaparte, née en 1782, la plus jeune sœur de Napoléon, épouse Murat en 1800 et partage son destin. Grande duchesse de Berg en 1806, puis reine de Naples deux ans plus tard, elle joue un rôle actif aux côtés de son mari. Lorsque celui-ci va se battre en Russie... Caroline Bonaparte, née en 1782, la plus jeune sœur de Napoléon, épouse Murat en 1800 et partage son destin. Grande duchesse de Berg en 1806, puis reine de Naples deux ans plus tard, elle joue un rôle actif aux côtés de son mari. Lorsque celui-ci va se battre en Russie en 1812, elle occupe la régence. Après le départ de Murat qui tente de rallier l’Empereur au moment des Cent-Jours, elle fait tout pour se maintenir au pouvoir mais est finalement contrainte à l’exil par les alliés. Elle meurt à Florence en 1839.
            La postérité a été cruelle avec elle, et la plupart des historiens l’ont dépeinte comme  ambitieuse, égoïste, méchante même. Certains, aveuglés par le soleil impérial, simplifient les conflits familiaux pour mieux servir leur idole, Napoléon. D’autres se laissent tromper par les mémorialistes contemporains, en particulier les femmes, qui accumulent les contre-vérités souvent calomnieuses. Il s’ensuit des ouvrages souvent peu rigoureux et partisans. Se gardant de tout jugement, comme de toute réponse romanesque aux obscurités de l’histoire, l’auteur nous guide dans l’ascension vertigineuse de Caroline et de sa famille, puis de leur chute tout aussi fulgurante. À la différence de ses frères et sœurs, Caroline a fait un vrai mariage d’amour qui, malgré les orages, ne s’est jamais rompu. Douée d’une réelle intelligence politique, c’est elle qui ressemblait le plus à Napoléon, raison pour laquelle elle a fini par s’opposer à lui. Oui, elle a voulu être reine et le rester – et pourquoi dans ce contexte incomparable ne l’aurait-elle pas voulu ? – et elle l’a été, parfois seule quand Murat était en campagne militaire, avec une sagesse, un sérieux, une autorité que n’ont jamais eus ses frères. Douée d’un goût inné pour les arts, elle a su embellir les palais qu’elle habitait. Elle a conduit avec maîtrise les fouilles de Pompéi, protégé les peintres, architectes, musiciens et sculpteurs. Après la perte de son royaume et l’exécution de son mari, elle a vécu encore vingt-quatre ans, dans la discrétion la plus totale, se soumettant au vainqueur autrichien, mais se battant pour sauvegarder l’héritage de ses quatre enfants. S’ouvre alors une période peu connue : la relation de Caroline avec sa famille, leurs problèmes d’héritages, la persécution des souverains napolitains, français et espagnols qui l’empêchaient de circuler librement en Europe, ses angoisses de mère sachant ses fils loin et capables de sottises. Enfin, dans la maladie qui la fit longtemps souffrir avant de l’emmener à la mort, elle s’est montrée d’un courage exemplaire, tenant sous son charme la société florentine qui se pressait dans son salon.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782262040680
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 210 mm
            Perrin
            24.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Un livre passionnant pour une héroïne qui ne l'est pas moins. 
            Vincent Meylan / Point de vue

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Zippo Posté le 2 Novembre 2018
              Caroline Bonaparte, la plus jeune des sœurs de Napoléon, est le plus intéressant des membres de la proche famille de l'Empereur. Pleine de charme, elle avait une très forte personnalité. Florence de Baudus nous fait partager sa jeunesse, ses chamailleries avec sa belle-soeur Hortense de Beauharnais. Nous assistons à son coup de foudre : la jeune fille croise dans un salon le fougueux cavalier Joachim Murat. C'est un moment très émouvant. Et malgré tous les aléas de leur vie commune (goût prononcé de Murat pour la gente féminine, chute de l'Empire...) ils s'aimèrent. Ascension vertigineuse : grand-duché de Berg et de Clèves, puis en 1808 le royaume de Naples. Rappelons que Murat, maréchal de France puis roi de Naples, était fils d'aubergiste : la Révolution avait remplacé par le mérite l'accession à de bons postes qui auparavant s'obtenaient par la naissance… Caroline aime son royaume de Naples. C'est grâce à elle que les fouilles de Pompéi se développèrent considérablement. Elle avait d'ailleurs la délicieuse habitude, lorsqu'elle invitait des proches à se promener dans les ruines, de faire cacher des objets antiques qu'elle leur offrait quand les invités les découvraient. Les Murat donnèrent une constitution au peuple napolitain. Caroline régnait lorsque son mari était appelé sur le théâtre des... Caroline Bonaparte, la plus jeune des sœurs de Napoléon, est le plus intéressant des membres de la proche famille de l'Empereur. Pleine de charme, elle avait une très forte personnalité. Florence de Baudus nous fait partager sa jeunesse, ses chamailleries avec sa belle-soeur Hortense de Beauharnais. Nous assistons à son coup de foudre : la jeune fille croise dans un salon le fougueux cavalier Joachim Murat. C'est un moment très émouvant. Et malgré tous les aléas de leur vie commune (goût prononcé de Murat pour la gente féminine, chute de l'Empire...) ils s'aimèrent. Ascension vertigineuse : grand-duché de Berg et de Clèves, puis en 1808 le royaume de Naples. Rappelons que Murat, maréchal de France puis roi de Naples, était fils d'aubergiste : la Révolution avait remplacé par le mérite l'accession à de bons postes qui auparavant s'obtenaient par la naissance… Caroline aime son royaume de Naples. C'est grâce à elle que les fouilles de Pompéi se développèrent considérablement. Elle avait d'ailleurs la délicieuse habitude, lorsqu'elle invitait des proches à se promener dans les ruines, de faire cacher des objets antiques qu'elle leur offrait quand les invités les découvraient. Les Murat donnèrent une constitution au peuple napolitain. Caroline régnait lorsque son mari était appelé sur le théâtre des campagnes militaires de Napoléon. A la chute de l'Empire et après l'exécution de Murat le 13 octobre 1815, elle affronta les temps dfficiles avec curage et dignité. Un aïeul de Florence de Baudus ayant occupé un poste élevé dans l'administration du royaume de Naples sous Murat, elle a utilisé pour son ouvrage ses archives familiales. Une belle biographie.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…