Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260017721
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 130 x 205 mm

Mangez-le si vous voulez

Date de parution : 07/05/2009

Après le succès du Montespan, Jean Teulé retrace, avec l'humour noir et l'esprit décalé dont il a le secret, un événement historique extraordinaire et méconnu…

Nul n'est à l'abri de l'abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C'est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte...

Nul n'est à l'abri de l'abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C'est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte acheter une génisse pour une voisine indigente et trouver un couvreur pour réparer le toit de la grange d'un voisin sans ressources. Il veut également profiter de l'occasion pour promouvoir son projet d'assainissement des marais de la région.
Il arrive à quatorze heures à l'entrée de la foire. Deux heures plus tard, la foule devenue folle l'aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé. Comment une telle horreur est-elle possible ? Comment une population paisible (certes angoissée par la guerre contre l'Allemagne et sous la menace d'une sécheresse exceptionnelle) peut-elle être saisie en quelques minutes par une telle frénésie barbare ? Au prétexte d'une phrase mal comprise et d'une accusation d'espionnage totalement infondée, six cents personnes tout à fait ordinaires vont pendant deux heures se livrer aux pires atrocités. Rares sont celles qui tenteront de s'interposer. Le curé et quelques amis du jeune homme s'efforceront d'arracher la malheureuse victime des mains de ces furieux et seule Anna, une jeune fille amoureuse, risquera sa vie pour le sauver.
Incapable de condamner six cents personnes d'un coup, la justice ne poursuivra qu'une vingtaine de meneurs. Quatre seront condamnés à mort, les autres seront envoyés aux travaux forcés. Au lendemain de ce crime abominable, les participants hébétés n'auront qu'une seule réponse : « Je ne sais pas ce qui m'a pris. »
Avec une précision redoutable, Jean Teulé a reconstitué chaque étape de cet atroce chemin de croix qui constitue l'une des anecdotes les plus honteuses de l'Histoire du XIXe siècle en France.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260017721
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 130 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • OnTheMoon Posté le 11 Octobre 2020
    Jean Teulé est un auteur réputé pour rédiger des romans basé sur des faits réels, tout en ajoutant une bonne couche d'humour noire. Le livre est plutôt court mais il n'empêche que j'ai mis un peu de temps à le lire, non pas à cause de la plume de l'auteur, qui est fluide, mais bien à cause du fait que j'ai parfois due reprendre ma respiration. Cette histoire est terrible, écœurante et complètement dingue. Je m'en suis presque voulu d'avoir souri durant certains passages. Ce pauvre Alain de Monéys, connu pour sa gentillesse et sa compassion, pour aider son prochain. Ce pauvre Alain qui ne reviendra pas d'une simple ballade à la foire. C'est une période de guerre et à la campagne, les habitants subissent aussi la soif et la faim, les récoltes qui sont mauvaises et ainsi de suite. Autant dire que les gens peuvent être tendus ! Ce qui va faire que ces gens vont devenir une foule sans foi ni loi, atteignant le pic de la monstruosité, c'est un simple quiproquo. Une phrase qui va être déformée. Une accusation visant Alain d'avoir crié "VIVE LA PRUSSE !". Quelques personnes qui vont l'injurier et le traiter de Prussien. Puis d'autres gens... Jean Teulé est un auteur réputé pour rédiger des romans basé sur des faits réels, tout en ajoutant une bonne couche d'humour noire. Le livre est plutôt court mais il n'empêche que j'ai mis un peu de temps à le lire, non pas à cause de la plume de l'auteur, qui est fluide, mais bien à cause du fait que j'ai parfois due reprendre ma respiration. Cette histoire est terrible, écœurante et complètement dingue. Je m'en suis presque voulu d'avoir souri durant certains passages. Ce pauvre Alain de Monéys, connu pour sa gentillesse et sa compassion, pour aider son prochain. Ce pauvre Alain qui ne reviendra pas d'une simple ballade à la foire. C'est une période de guerre et à la campagne, les habitants subissent aussi la soif et la faim, les récoltes qui sont mauvaises et ainsi de suite. Autant dire que les gens peuvent être tendus ! Ce qui va faire que ces gens vont devenir une foule sans foi ni loi, atteignant le pic de la monstruosité, c'est un simple quiproquo. Une phrase qui va être déformée. Une accusation visant Alain d'avoir crié "VIVE LA PRUSSE !". Quelques personnes qui vont l'injurier et le traiter de Prussien. Puis d'autres gens qui s'agglutinent dans la foule (ont-ils seulement compris eux-mêmes pourquoi ils étaient en colère contre leur adorable voisin ? Je ne pense pas). Voilà que l'effet boule de neige se fait. La foule perd la boule et se met à frapper Alain, à lui cracher dessus. Ils ne le reconnaissent plus. Seul quelques pauvre bougres tentent de raisonner la foule et d'aider leur ami Alain, en vain. Alain de Monéys n'existe plus pour la foule. C'est un Prussien. C'est un Prussien à abattre. J'ai souris oui, par l'absurdité de cette foule. J'ai été en colère aussi, de cette folie prouvant une fois de plus, que la folie humaine n'a aucune limite. Mais aussi du fait que le Maire de la ville n'a pas daigné aider ce pauvre homme, ne souhaitant pas "s'en mêler". J'ai été attristée par le sort de ce pauvre homme qui n'avait rien à se reprocher et qui a subit des tortures à vous en faire vomir. C'est difficile à croire tout ça, tant ça paraît dingue. Comment une foule peut devenir bestiale à ce point ? Comment, sous l'emprise d'une folie soudaine, ne peut-on plus reconnaître son voisin ? Comment peut-on brûler un homme et utiliser sa graisse comme confiture pour garnir son pain ? Incroyable. C'est cru, passionnant, terrifiant, triste. Un condensé d'émotion. Mangez-le si vous voulez ? Ok, avec des fèves au beurre et un excellent chianti peut-être...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Okenwillow Posté le 1 Octobre 2020
    Encore un fruit de mon escapade à Montpellier. Mais celui-là je l'avais prévu dans ma liste. J'avais adoré Le magasin des suicides et je comptais bien retrouver un jour la plume de Jean Teulé, et ce fut donc l'occasion, car son nouveau livre m'a de suite interpelée dès que j'en ai eu vent.Le récit est court, se lit vite. Le style est toujours aussi agréable et le ton employé délicieux ! Pour les amateurs d'humour et pince-sans-rire comme moi c'est un petit bijou. Comment raconter un événement monstrueux avec humour et détachement, sans pour autant en occulter l'horreur et la barbarie ? Je n'en ai pas la moindre idée, mais Jean Teulé le sait lui, il y arrive même très bien le bougre !J'avoue, j'ai ri quand le pauvre Alain de Monéys échappe momentanément à ses agresseurs en furie, sa fuite m'a fait rigoler, si si, je n'ai pas honte de le dire, c'est carrément poilant.La naïveté de la victime, qui pendant un bon moment continue d'appeler ses agresseurs ses amis" et tente de leur faire entendre raison
  • Kodi12 Posté le 30 Septembre 2020
    Un livre très dur, choquant, même pour des lecteurs habitués à des auteurs qui ne font pas dans la dentelle. Ce roman relate un fait divers réel de la fin du XIXème siècle en France. C'est proche de nous géographiquement et pas si loin que cela dans le temps. Et c'est là que l'horreur nous prend à la gorge : un vrai lynchage par une foule déchaînée. Petit à petit tout s'amplifie jusqu'à un point de non retour. Bravo à l'auteur d'avoir pu nous faire à ce point rentrer dans son récit. J'ai ressenti un réel sentiment de malaise qui a perduré une fois le livre terminé.
  • nico60 Posté le 27 Septembre 2020
    bonjour , ce livre a été un plaisir a lire premièrement car cet auteur a une très belle plume mais aussi car c'est un petit livre léger qui permet de respiré . ce livre qui ai tiré du histoire vrais , c'est le meurtre d'un homme et surtout c'est une description du pouvoir que une foule de gens peuvent faire . ce livre c'est aussi une période de notre pays que nous connaissons mal et qui mériterai d'être mieux connu . bonne lecture les amis
  • ManonReal Posté le 29 Août 2020
    1870. Année particulière pour la France, empêtrée dans une guerre contre la Prusse, ce qui lui vaudra une mémorable défaite à Sedan et la capitulation de Napoléon III. Adieu le second empire... Dans ce contexte politique pour le moins agité, un jeune notable nommé Alain de Monéys et propriétaire du château de Bretanges, situé entre Hautefaye et Beaussac, doit se rendre à la foire de Hautefaye, un 16 août de cette même année tendue.. A son arrivée, un très gros malentendu se produit puisque certains badauds l'accusent d'avoir crié "Vive la Prusse!" alors que le responsable en question n'est autre que son cousin, Camille de Maillard. Notre pauvre Alain va alors commencer un chemin de croix avec autant de souffrance que l'aura enduré Jésus en montant péniblement sur le Golgotha. La foule va le lyncher et lui infliger des atrocités physiques que je préfère ne pas détailler. Le malheureux finira brûlé et...mangé...Ce fait divers est vrai et seulement quatre des condamnés seront exécutés...était-ce suffisant pour réparer la mort d'Alain? J'en doute fortement... Jean Teulé, que j'ai découvert avec Héloise Ouille! et que j'ai vite abandonné, m'a, avec cette histoire, donné envie de continuer chaque page. L e réalisme de l'affaire est raconté... 1870. Année particulière pour la France, empêtrée dans une guerre contre la Prusse, ce qui lui vaudra une mémorable défaite à Sedan et la capitulation de Napoléon III. Adieu le second empire... Dans ce contexte politique pour le moins agité, un jeune notable nommé Alain de Monéys et propriétaire du château de Bretanges, situé entre Hautefaye et Beaussac, doit se rendre à la foire de Hautefaye, un 16 août de cette même année tendue.. A son arrivée, un très gros malentendu se produit puisque certains badauds l'accusent d'avoir crié "Vive la Prusse!" alors que le responsable en question n'est autre que son cousin, Camille de Maillard. Notre pauvre Alain va alors commencer un chemin de croix avec autant de souffrance que l'aura enduré Jésus en montant péniblement sur le Golgotha. La foule va le lyncher et lui infliger des atrocités physiques que je préfère ne pas détailler. Le malheureux finira brûlé et...mangé...Ce fait divers est vrai et seulement quatre des condamnés seront exécutés...était-ce suffisant pour réparer la mort d'Alain? J'en doute fortement... Jean Teulé, que j'ai découvert avec Héloise Ouille! et que j'ai vite abandonné, m'a, avec cette histoire, donné envie de continuer chaque page. L e réalisme de l'affaire est raconté de manière assez cru mais je pense que c'était nécessaire! Lisez-le, le récit n'est pas long :)
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.