Lisez! icon: Search engine
Mangez-le si vous voulez
Date de parution : 07/05/2009
Éditeurs :
Julliard

Mangez-le si vous voulez

Date de parution : 07/05/2009

Après le succès du Montespan, Jean Teulé retrace, avec l'humour noir et l'esprit décalé dont il a le secret, un événement historique extraordinaire et méconnu…

Nul n'est à l'abri de l'abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour...

Nul n'est à l'abri de l'abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C'est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte...

Nul n'est à l'abri de l'abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C'est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte acheter une génisse pour une voisine indigente et trouver un couvreur pour réparer le toit de la grange d'un voisin sans ressources. Il veut également profiter de l'occasion pour promouvoir son projet d'assainissement des marais de la région.
Il arrive à quatorze heures à l'entrée de la foire. Deux heures plus tard, la foule devenue folle l'aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé. Comment une telle horreur est-elle possible ? Comment une population paisible (certes angoissée par la guerre contre l'Allemagne et sous la menace d'une sécheresse exceptionnelle) peut-elle être saisie en quelques minutes par une telle frénésie barbare ? Au prétexte d'une phrase mal comprise et d'une accusation d'espionnage totalement infondée, six cents personnes tout à fait ordinaires vont pendant deux heures se livrer aux pires atrocités. Rares sont celles qui tenteront de s'interposer. Le curé et quelques amis du jeune homme s'efforceront d'arracher la malheureuse victime des mains de ces furieux et seule Anna, une jeune fille amoureuse, risquera sa vie pour le sauver.
Incapable de condamner six cents personnes d'un coup, la justice ne poursuivra qu'une vingtaine de meneurs. Quatre seront condamnés à mort, les autres seront envoyés aux travaux forcés. Au lendemain de ce crime abominable, les participants hébétés n'auront qu'une seule réponse : « Je ne sais pas ce qui m'a pris. »
Avec une précision redoutable, Jean Teulé a reconstitué chaque étape de cet atroce chemin de croix qui constitue l'une des anecdotes les plus honteuses de l'Histoire du XIXe siècle en France.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260017721
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 130 x 205 mm
EAN : 9782260017721
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 130 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Valkyrie_Lectrice 24/01/2024
    Avec cet ouvrage aussi court qu'intense, Jean Teulé a réussi à me prendre aux tripes. On se demande bien ce qui peut pousser l'être humain à des actes de barbarie aussi graves. Les mouvements de foule sont également des évènements qui peuvent conduire à des actes qui peuvent sembler relever de l'absurdité lorsque l'on porte un peu de recul dessus. Lorsque je termine un ouvrage de Jean Teulé, je me questionne beaucoup sur les hommes, leur stupidité et leur facilité à s'auto-détruire. Ce roman là ne fait pas exception. !j'ai juste du sauter quelques passages qui étaient bien trop violents pour moi, mais cela ne retire rien à la qualité du récit.
  • Yves_Bergeron 19/12/2023
    Un exemple à glacer le sang de jusqu'où peut aller la bassesse humaine lorsque les inhibitions fondent sous la chaleur d'une foule. L'histoire regorge de cas semblables où des gens ordinaires se sont transformés en monstres sous l'effet du nombre. Un récit court, rythmé et violent, donnant parfois la chair de poule, mais qui fait profondément réfléchir au fait que tout comme le bien, le mal sommeille en chacun de nous.
  • FloraRol 08/10/2023
    Deuxième lecture de Jean Teulé cette année, dont j'avais apprécié le très humoristique et décalé magasin des suicides. Il nous livre ici une histoire bien différente, celle d'Alain de Monéys, jeu notable apprécié et respecté de cette Dordogne de la fin du 19ème siècle. Celui-ci est victime d'un vrai lynchage par des dizaines de villageois lors d'une foire. Véritable phénomène du bouc émissaire, déclenché par un simple et malheureux malentendu... Les supplices infligés à ce pauvre Alain sont proprement insoutenables. Comment une telle ignominie a-t-elle pu avoir lieu ? Aujourd'hui encore, le village de Hautefaye reste honteux de ces événements et, bien que ces derniers soient romancés et, d'après ce que j'ai pu en lire, parfois amplifiés par Jean Teulé, l'on a du mal à croire qu'il s'agisse de faits réels. J'ai beaucoup apprécié l'écriture de Jean Teulé, fluide, belle et qui garde des touches d'humour malgré l'horreur des faits décrits. Un livre - sans mauvais jeu de mots - que j'ai dévoré d'une traite et dont la lecture m'aura profondément marquée.
  • Jucaflo 20/09/2023
    C'est le premier livre de cet auteur que j'ai lu. Je savais juste que cela pouvait être gore, sans plus. Je me suis jetée alors innocemment dans cette lecture, qui ne m'a pas laissée de marbre. Dès le début, j'ai a-do-ré l'écriture de Jean Teulé. La description théâtrale, grandiloquente de l'environnement, du village, de la famille. Dès le début, on sent qu'il en fait trop, et j'adore ça. Arrive ensuite le malentendu, puis la torture. Alors là, il m'a bien eu, Mr Teulé. Je ne m'attendais pas à des scènes d'une telle horreur décrites avec autant de ... grandiloquence, de manière aussi... théâtrale. Comme au début de l'histoire en fait, me direz vous. Oui tout à fait, mais pourtant, appliquées à ce genre de scène, j'étais simplement pas prête. J'ai donc dans un premier temps, j'ai ressenti beaucoup de dégoût en lisant ces scènes, disons, sensibles. Puis, je ne sais par quel procédé magistral de l'écriture, j'ai saisi l'ironie, le second degré, et ces derniers ont surpassé le dégoût. J'ai alors beaucoup ris. L'auteur m'a fait imaginer des scènes à vomir, et il m'a fait en rire de bon coeur. C'est terrible.
  • Westrier 17/02/2023
    Dans ce court roman, Teulé a choisi de nous faire partager les quelques heures qui ont suffi pour faire basculer une paisible foire de village en une vraie boucherie, où l’horreur s’amplifie à chaque phrase, écrivant par là l’une des plus sombres pages de l’histoire des campagnes au XIXe siècle. Il raconte en vingt chapitres, le chemin de croix d’Alain de Monèys, gentilhomme campagnard périgourdin de vingt-huit ans, de constitution. Peut-être pas un chef-d’œuvre, certes, mais un bon roman, instructif et distrayant, sur les débordements que peut entraîner l’effet de foule, ce qui n’est pas sans évoquer certaines circonstances présentes, preuve que la bêtise humaine n’a pas de limites.

les contenus multimédias

Abonnez-vous à la newsletter Julliard
Maison de littératures, les éditions Julliard publient des ouvrages de fiction et de non-fiction littéraire, en langues française et étrangères. Abonnez-vous pour recevoir toutes nos actualités !