Lisez! icon: Search engine

Orphéa Fabula et l'étoile de St-Pétersbourg

Poulpe Fictions
EAN : 9782377420605
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 168
Format : 140 x 210 mm
Orphéa Fabula et l'étoile de St-Pétersbourg

,

Collection : Orphéa Fabula
Date de parution : 11/04/2019
Orphéa découvre la Russie impériale !
Cette fois, c’est dans la Russie des tsars qu’est envoyée Orphéa ! Projetée en 1903 à Saint-Pétersbourg dans un contexte politique tendu, elle se retrouve sous la protection de l’exigeant maître de ballet Marius Petipa. Malheureusement, cet allié inattendu pourrait bien lui mettre des bâtons dans les roues : il convoite l’Étoile... Cette fois, c’est dans la Russie des tsars qu’est envoyée Orphéa ! Projetée en 1903 à Saint-Pétersbourg dans un contexte politique tendu, elle se retrouve sous la protection de l’exigeant maître de ballet Marius Petipa. Malheureusement, cet allié inattendu pourrait bien lui mettre des bâtons dans les roues : il convoite l’Étoile du Soir, le cristal qu’est justement venu récupérer Orphéa !
 
La série d’aventures historiques d’une espionne détonante ! Dans la même collection : Orphéa Fabula et le Cristal d’Osiris, Orphéa Fabula et les coulisses de Versailles et Orphéa Fabula et les Larmes du Dragon.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377420605
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 168
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lilo0606160616 Posté le 1 Septembre 2019
    Petit topo sur l’histoire : Sous ses apparences de jeune fille classique, Orphéa Fabula cache une espionne aussi téméraire que joyeuse. Alors qu’elle tente d’éloigner ses petits frères de sa chambre et par extension de ses secrets, elle et son fidèle félin Sphynx se retrouve propulsés dans le Saint-Saint-Pétersbourg du 19ème siècle en 1903 soit quelques années avant la chute du tsar Nicolas II. Entre entrechats, demi-pointes et enquête autour d’une mystérieuse pierre, Orphéa n’aura plus une minute à elle. Attirée par tous ce qui se rapporte à la Russie, ce roman jeunesse m’a tout de suite intriguée. La couverture met en avant une petite fille aux grands yeux et au sourire franc sur un fond rose bonbon très peps. Comment ne pas ne serait-ce que parcourir les premières pages d’une si attirante couverture ? Le contenu n’en est pas moins désagréable puisque nous pouvons retrouver des illustrations (de Miss Paty 😉 ) qui viennent animer le récit avec parcimonie et efficacité. L’histoire est parfaitement bien maîtrisée tant sur le fond que sur la forme. L’héroïne est dynamique, pleine de ressources et et de fraîcheur. Sa bonne humeur et sa curiosité sont communicatives et nous entraînent dans une aventure aussi ludique qu’attractive.... Petit topo sur l’histoire : Sous ses apparences de jeune fille classique, Orphéa Fabula cache une espionne aussi téméraire que joyeuse. Alors qu’elle tente d’éloigner ses petits frères de sa chambre et par extension de ses secrets, elle et son fidèle félin Sphynx se retrouve propulsés dans le Saint-Saint-Pétersbourg du 19ème siècle en 1903 soit quelques années avant la chute du tsar Nicolas II. Entre entrechats, demi-pointes et enquête autour d’une mystérieuse pierre, Orphéa n’aura plus une minute à elle. Attirée par tous ce qui se rapporte à la Russie, ce roman jeunesse m’a tout de suite intriguée. La couverture met en avant une petite fille aux grands yeux et au sourire franc sur un fond rose bonbon très peps. Comment ne pas ne serait-ce que parcourir les premières pages d’une si attirante couverture ? Le contenu n’en est pas moins désagréable puisque nous pouvons retrouver des illustrations (de Miss Paty 😉 ) qui viennent animer le récit avec parcimonie et efficacité. L’histoire est parfaitement bien maîtrisée tant sur le fond que sur la forme. L’héroïne est dynamique, pleine de ressources et et de fraîcheur. Sa bonne humeur et sa curiosité sont communicatives et nous entraînent dans une aventure aussi ludique qu’attractive. On parcourt les treize chapitres avec une fluidité et un plaisir non négligeable, dans un univers artistique qui nous fait (re)découvrir les grands noms de la musique et de la danse classique. Le vocabulaire utilisé par l’auteur Marie Alhinho m’a semblé plus soutenu que d’autres livres jeunesses que j’ai pu lire, proposant ainsi aux lecteurs les plus jeunes une terminologie riche et intéressante pour l’apprentissage de la langue française. Le fond de l’histoire propose de nombreux points historiques parfaitement relatés par l’auteur qui prend soin de ne pas alourdir son récit de détails, préférant des explications simples et aériennes. Le passé de la Russie est loin d’être simple néanmoins nous pouvons retrouver dans ce roman un pan de sa construction au travers de la formation du parti communiste et l’importance qu’elle donne à l’art sous toutes ses formes (architecture, danse, mode etc.). Le lecteur est spectateur du paysage que dresse Marie Alhinho qui ne manque pas de jouer avec ce dernier en proposant des énigmes subtiles avant de donner la réponse quelques pages plus loin (je pense notamment à l’apparition du personnage de Lénine en fin de récit qui est présenté quelques pages auparavant et qui laisse au lecteur le soin de retrouver qui se cache derrière Vladimir Ilitch par le biais d’un portrait robot révélateur). En conclusion, Orphéa Fabula est un réel coup de cœur tant pour la profondeur de ses personnages qui usent à la fois d’humour et de dynamisme, que pour le récit jeunesse qui propose un réel point historique au plus jeune. Les chapitres présentent aux lecteurs des informations sur l’histoire, sur la technologie, sur les us et coutumes d’un pays, des informations qui rendent la lecture agréable et instructive. Je vais désormais me pencher d’un peu plus près sur cette maison d’édition qui semble receler des petits trésors 😉
    Lire la suite
    En lire moins
  • lireetsortir Posté le 23 Août 2019
    « Orphéa Fabula et l'étoile de Saint-Péterbourg Tome 4» de Marie Alhinho Orphéa part pour de nouvelles aventures. Après la Norvège, c'est en Russie qu'on la retrouve pour une nouvelle mission. Les enfants vont adorer en savoir davantage sur la culture Russe. Le C.O.R.P.S pour lequel Fitz et elle travaille, ont prévu de les envoyer à Saint-Pétersbourg. Orphéa fait tout son possible pour intégrer une école de ballet connue afin de dégoter un cristal noir perdu. Vont-ils réussir à contrer leur adversaire ? Ce roman jeunesse dès 9 ans va embarquer vos enfants. J'ai trouvé ce roman fluide à lire, enrichissant concernant la culture russe. Édité par Éditions Poulpe Fictions, 28 mars 2019 9,95€
  • Lunartic Posté le 27 Juin 2019
    Bonjour mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique du quatrième tome d'une saga historique pour enfants pétillante et haute en couleurs, Orphéa Fabula ou une intrépide héroïne qui nous fait à chaque opus de ses aventures voyager dans le temps et de l'espace. Cette fois-ci, c'est pour Saint-Pétersbourg et la Russie tsariste de Nicolas II qu'elle nous embarque et je remercie infiniment les éditions Poulpe Fictions pour l'envoi de ce très beau roman qui fonctionne comme une véritable capsule temporelle ! Avant toute chose, je tiens à préciser que je n'avais pas lu les trois premiers tomes d'Orphéa Fabula avant d'entamer celui-ci. On m'avait assuré que les tomes étaient suffisamment indépendants les uns les autres, chacun nous proposant une mission inédite de la jeune espionne, pour être lus séparément, sans même forcément respecter un ordre. Et c'est effectivement le cas. Je ne me suis pas sentie perdue ou perplexe lors de ma lecture. J'avais plutôt la sensation très agréable de regarder l'épisode d'un de mes dessins animés d'enfance, au hasard, et j'ai simplement savouré ce pur instant de nostalgie que m'a offert ici Marie Alhinho, dont je découvrais alors la plume très dynamique et enjouée. Par ailleurs, si... Bonjour mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique du quatrième tome d'une saga historique pour enfants pétillante et haute en couleurs, Orphéa Fabula ou une intrépide héroïne qui nous fait à chaque opus de ses aventures voyager dans le temps et de l'espace. Cette fois-ci, c'est pour Saint-Pétersbourg et la Russie tsariste de Nicolas II qu'elle nous embarque et je remercie infiniment les éditions Poulpe Fictions pour l'envoi de ce très beau roman qui fonctionne comme une véritable capsule temporelle ! Avant toute chose, je tiens à préciser que je n'avais pas lu les trois premiers tomes d'Orphéa Fabula avant d'entamer celui-ci. On m'avait assuré que les tomes étaient suffisamment indépendants les uns les autres, chacun nous proposant une mission inédite de la jeune espionne, pour être lus séparément, sans même forcément respecter un ordre. Et c'est effectivement le cas. Je ne me suis pas sentie perdue ou perplexe lors de ma lecture. J'avais plutôt la sensation très agréable de regarder l'épisode d'un de mes dessins animés d'enfance, au hasard, et j'ai simplement savouré ce pur instant de nostalgie que m'a offert ici Marie Alhinho, dont je découvrais alors la plume très dynamique et enjouée. Par ailleurs, si je devais comparer ce livre à un dessin animé, ce serait certainement Kim Possible ! Les deux intrigues ont en effet beaucoup de points communs : une jeune héroïne, espionne, jolie, courageuse et ingénieuse, avec aussi ses tracas d'adolescente ; ses deux petits frères, des jumeaux qui sont de vraies piles électriques et qui lui mènent la vie dure ; des parents exemplaires mais qui font des cachotteries ; des gadgets à gogo mais surtout beaucoup de matière grise et d'agilité ; des contacts réguliers avec une société d'espionnage secrète par le biais d'un intermédiaire indispensable et tout aussi jeune que l'héroïne qui fait office d'associé, un animal de compagnie qui fait un super sidekick... Même la grand-mère délurée et incomparable à aucune autre est présente ! La seule différence majeure au fond, et qui fait qu'à mes yeux Orphéa est encore plus incroyable que ma chère Kim Possible, si cela est justement possible, c'est que la première voyage dans le temps (et qu'il lui manque un Robin Trépide bébé d'amour aussi) ! Si ce n'est pas trop stylé, ça ! Enfin, le voyage dans le temps bien sûr car, ne pas avoir son Robin Trépide, c'est triste... Cependant, le but de cette chronique n'est pas de présenter Orphéa Fabula comme étant la pâle copie de Kim Possible car ce n'est pas la réalité. En effet, la patte de Marie Alhinho se ressent tout au long du récit. C'est son univers, son imaginaire, sa trame narrative qu'elle nous livre entre ces pages. Son écriture, tout comme l'héroïne de sa saga, a une réelle personnalité. Par ailleurs, j'ai ressenti au cours de ma lecture un réel lien entre Orphéa et sa créatrice, Marie Alhinho. Je ne connais pas cette dernière personnellement, bien sûr, mais je reste persuadée, et cette impression s'est renforcée avec mon "analyse" d'après-lecture que j'essaye d'effectuer avec chaque œuvre dans laquelle je me suis plongée, que l'autrice a mis beaucoup d'elle-même dans la série littéraire qu'elle a créé, c'est juste indéniable. Orphéa et elle sont, je pense, très semblables : malicieuses, pleines d'énergie, captivantes et joliment culottées. Bref, elles ne sont pas comme les autres, elles ont leur personnalité bien affirmée et qui nous éblouit. Cela me donne d'autant plus envie de me délecter des autres ouvrages de l'autrice. Cela me plairait effectivement énormément de retrouver sa plume qui a le pouvoir de charmer petits et grands. Avant d'aborder d'autres points de ma chronique, je tenais aussi à souligner que la comparaison que j'ai fait avec Kim Possible est à mes yeux très flatteuse car ce dessin animé m'a profondément marqué et a une petite place spéciale qui lui est attribué dans mon cœur. Justement, ce parallèle que j'ai établi entre Orphéa Fabula et Kim Possible m'a permis de réaliser que j'aurais adoré lire une telle série livresque durant mon enfance. De l'aventure, des péripéties, des complots déjoués, des personnages attachants aux fortes personnalités, un brin d'humour juste ce qu'il faut pour égayer ma journée bénie de petite lectrice insouciante et toujours joyeuse, la tête dans les nuages et les yeux dans les étoiles... Que demander de plus ? Orphéa Fabula regorge de cette magie bienveillante et extraordinaire de l'enfance. Ce livre dégage une aura qui nous apaise et qui nous enferme comme dans un cocon de douceur. Il a un savant goût de nostalgie, telle une madeleine de Proust salvatrice qui viendrait nous rappeler nos jours heureux et notre innocence quand cela ne va pas. Je dis sûrement cela parce que j'ai lu ce roman à un moment où je me sentais patraque, tant physiquement que moralement, le premier état influant sur le second. Orphéa Fabula a agi sur moi à ce moment-là comme un pansement pour mes bobos de fillette en quête de palpitant et de compagnons de route qui lui ressemblent. En effet, je me suis pas mal identifiée à Orphéa, ainsi qu'aux deux amis qu'elle va se faire au cours de son incroyable quête. Comment ne pas les aimer tous les trois ? J'avoue adorer particulièrement les grands yeux si expressifs que Miss Paty, une illustratrice fabuleuse dont je vais décidément suivre de très près le minutieux et adorable travail à partir de maintenant, a fait à Orphéa, qui est d'autant plus mignonne dans mon imaginaire grâce à elle, je trouve ! Mascha et Kostia (et non Mischka) sont eux aussi deux personnages absolument charmants, j'aurais voulu en savoir beaucoup plus sur eux ! J'ai trouvé cela dommage qu'ils n'aient pas un rôle plus important que ça mais, la discrétion d'Orphéa pour garder sa mission secrète oblige, il ne pouvait en être autrement. Cela me permet d'aborder un des seuls "véritables" points négatifs que j'ai pu trouver au roman, si je peux le dire ainsi : son manque de contenu. Certes, c'est palpitant, l'histoire se boit comme du petit lait et m'a indéniablement fait retomber en enfance. Cependant, elle m'a aussi permis de réaliser qu'en tant qu'adulte, mes attentes étaient désormais différentes. Pourtant, j'ai souvent lu des livres jeunesse au nombre de pages certes petit mais ces dernières contenaient juste ce qu'il faut, à la bonne mesure, pour pleinement me satisfaire. Rien ne manquait et il n'y avait pas forcément besoin d'épiloguer davantage sur des pages et des pages, bien au contraire. Ici, j'ai trouvé que ce livre, L'étoile de Saint-Petersbourg, manquait de beaucoup d'informations sur la période qu'il couvrait, ainsi que sur les personnages historiques qu'il mettait en scène. Par ailleurs, en parlant de la fameuse étoile de Saint-Pétersbourg, à savoir la pierre précieuse qu'Orphéa doit aller chercher, on n'en parle in fine pas tant que ça ! On sait qu'il est urgent de la mettre en lieu sûr, entre de bonnes mains, mais on ne sait pas pourquoi ! Le mystère reste entier et j'imagine que, si j'avais lu les tomes précédents, j'aurais compris l'importance de ces artéfacts... Mea culpa. J'ai aussi trouvé cela bizarre qu'Orphéa soit acceptée aussi facilement au sein des ballets russes. Car oui, la danse classique est au cœur de l'histoire également et du coup, cela m'a fait d'autant plus plaisir de lire ce livre. Toutefois, je déplore la facilité de l'avancement de l'intrigue. Certes, on nous explique qu'Orphéa pratique régulièrement la gymnastique et a fait de la danse classique par le passé. Néanmoins, cela fait longtemps qu'elle ne s'y est pas remis et, si la gymnastique aide sûrement grandement à la pratique de la danse classique, l'un ne peut remplacer l'autre ! Surtout qu'Orphéa n'a jamais connu les conditions d'apprentissage au sein des ballets russes, ni ce qui y était clairement requis pour y assurer sa place. Or, elle arrive à s'intégrer avec une aisance déconcertante ! Cela m'a pas mal perturbée au début mais in fine, j'ai réussi à passer outre. Malgré ces petits bémols que j'ai soulevé, je considère néanmoins que ce tome quatre, à défaut de pouvoir le comparer à ses prédécesseurs, est une jolie petite réussite. En effet, je suis d'avis que, si un livre parvient à allumer la flamme vibrante et vorace de l'insatiable curiosité dans l'esprit éveillé d'un jeune lecteur, ou même d'un moins jeune d'ailleurs, le combat est déjà gagné selon moi. Surtout qu'un roman, quelqu'il soit, n'est pas censé se substituer au thème/domaine qu'il aborde, ou ici à un livre d'histoire. J'aurais juste aimé un peu plus de profondeur et de détails mais je suis sûre que Marie Alhinho n'a pas lésiné en matière de recherches et de véracité. Elle a romancé son sujet de façon à le rendre attractif et vivant aux yeux de son lectorat, et c'est tout à son honneur car cela fonctionne très bien. Oui, j'en attendais plus, c'est certain. Néanmoins, je n'oublie pas le fait que ce roman a su me prendre par la main et me faire m'évader le temps de deux cent pages qui ont passé bien trop vite à mon goût, ni la volonté de Marie Alhinho d'insuffler de la fraîcheur et son petit grain d'écrivaine passionnée au sujet déjà bien sombre qu'est la naissance du communisme en Russie. Cela permet au moins aux jeunes lecteurs comme aux grands nostalgiques de ne pas avoir comme seule image des Romanov et de leur pays celle du film d'animation Anastasia, aussi belle, triste, grandiose, fantastiquement racontée soit-elle. En tout cas, j'espère que ce roman se basant sur un sujet d'histoire qui me fascine depuis toujours saura donner l'envie à quiconque de se renseigner par lui-même et d'élargir ainsi son champ de connaissances. Mais je ne m'inquiète pas trop pour ça ! Et puis, je suis assez médisante à ce niveau là car les pages de fin d'ouvrage nous offrent de beaux renseignements sur cette Russie tsariste qui a pris l'ampleur d'un véritable mythe au fil des décennies et sur laquelle il y aurait encore tant à dire. Au fond, je dirais pour conclure que j'ai juste essayé de mettre à mal avec cette chronique un livre dans lequel j'aurais tout simplement souhaité rester beaucoup plus longtemps. Trois cent, quatre cent, même cinq cent pages d'Orphéa Fabula ne m'auraient pas dérangées, bien au contraire. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et toutes mes histoires d'enfance, comme un opus d'Orphéa, se terminaient bien trop rapidement, au point que je m'y replongeais inlassablement. Ce sera sûrement le cas avec ce livre. Mais, avant cela, et avant de découvrir avec une excitation folle le cinquième tome de la saga, j'ai déjà trois missions spéciales qui m'attendent ! Et je suis prête à relever le défi à trois reprises avec panache et ferveur, comme Orphéa ! Cette héroïne colorée, très attirante, attachante, tellement bien dessinée par la brillante Miss Paty, dont je découvrais pour la première fois aussi le superbe travail, m'aura résolument séduite. Je la remercie infiniment d'être devenue l'héroïne de mes jours d'enfance alternatifs, dirons-nous. Mais l'enfance a-t-elle véritablement une fin ? Avec Orphéa, la réponse est indéniablement non. J'ai retrouvé avec ce livre le goût des chocolats chauds, de mes innombrables peluches qui m'entourent durant ma lecture, de mes rêves de voir la vie en grand et constellée de paillettes, de tout simplement ouvrir mon cœur et mon esprit à l'aventure avec un grand A et de me montrer toujours courageuse et fidèle à mes valeurs. Eh oui, un petit livre comme celui-là a in fine beaucoup de choses à nous apprendre quand on y pense...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Felina Posté le 6 Juin 2019
    Orphéa est de retour... dans le passé. Après avoir découvert - et adoré - le troisième des aventures de cette petite espionne qui voyage dans le temps, c'est avec curiosité, et le sourire aux lèvres que le lecteur plonge aux côtés de la fillette aux cheveux roses, pour une nouvelle mission. Information intéressante: les tomes peuvent être lus - et relus également ^^ - indépendamment les uns des autres car le contexte historique est différent, et à chaque fois c'est une nouvelle découverte. Orphéa se retrouve dans la Russie tsariste, en 1903. Elle a été envoyée à Saint-Petersbourg pour récupérer le cristal de l'étoile du soir, pour le compte du C.O.RP.S. Pour se faire elle intègre le corps de ballet, dirigé par le très strict et exigeant maître Marius Petipa. Mais son protecteur pourrait bien se révéler sous un autre jour, car lui aussi a des vues sur le cristal. Encore une fois c'est avec plaisir que le lecteur suit les pas d'Orphéa Fabula dans cette Russie fascinante des tsars. le pays est agité par des troubles politiques, qui se transformeront bientôt en révolution russe. Marie Alhinho en plus de posséder une plume attrayante et dynamique, permet au jeune lecteur d'apprendre... Orphéa est de retour... dans le passé. Après avoir découvert - et adoré - le troisième des aventures de cette petite espionne qui voyage dans le temps, c'est avec curiosité, et le sourire aux lèvres que le lecteur plonge aux côtés de la fillette aux cheveux roses, pour une nouvelle mission. Information intéressante: les tomes peuvent être lus - et relus également ^^ - indépendamment les uns des autres car le contexte historique est différent, et à chaque fois c'est une nouvelle découverte. Orphéa se retrouve dans la Russie tsariste, en 1903. Elle a été envoyée à Saint-Petersbourg pour récupérer le cristal de l'étoile du soir, pour le compte du C.O.RP.S. Pour se faire elle intègre le corps de ballet, dirigé par le très strict et exigeant maître Marius Petipa. Mais son protecteur pourrait bien se révéler sous un autre jour, car lui aussi a des vues sur le cristal. Encore une fois c'est avec plaisir que le lecteur suit les pas d'Orphéa Fabula dans cette Russie fascinante des tsars. le pays est agité par des troubles politiques, qui se transformeront bientôt en révolution russe. Marie Alhinho en plus de posséder une plume attrayante et dynamique, permet au jeune lecteur d'apprendre de nombreuses choses sur l'époque historique traverser, pour un tome, par la jeune espionne, mais également sur l'univers intransigeant du ballet. Le personnage d'Orphéa est époustouflant. Espionne moderne, qui n'est jamais à cours d'idées, elle est curieuse et ouverte. Les illustrations monochromes de Miss Paty mettent bien en valeur cet esprit feu follet. Elles donnent une dimension supplémentaire à ce récit haletant et divertissant. le lecteur, comme Orphéa, ne souffle pas une minute. (...)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sami33 Posté le 20 Mai 2019
    Après avoir été en Egypte, à Versailles faire un petit coucou à Louis XIV, faire une balade chez les Vikings. Aujourd'hui, je vous propose de faire un petit tour à Saint-Pétersbourg, début XXème siècle. Orphéa et Sphinx sont de retour pour une nouvelle mission ! Elle a la chance de pouvoir parcourir le globe et le temps pour ses missions d'espionne. Cette nouvelle mission emmène nos jeunes espions en herbe à Saint-Pétersbourg où ils doivent retrouver et ramener l'étoile du soir qui se trouve en Russie. Pour cette nouvelle mission, non seulement, elle devra se rendre en Russie mais elle devra également intégrer une école de danse pour passer incognito dans le décor sans compter qu'elle devra aussi déjouer les plans de notre nouveau méchant ! Sans surprise, une fois de plus, je suis littéralement tombée sous le charme de ce quatrième opus ! Orphéa est un personnage des temps modernes que j'aime beaucoup suivre dans ses missions à travers le temps et la planète. La plume de l'auteur est belle, fluide, dynamique, très addictive. Je me suis vite laissée happer par les pages de cette nouvelle aventure qui se dévore sans modération. Les illustrations de Miss Paty sont un véritable délice, elles... Après avoir été en Egypte, à Versailles faire un petit coucou à Louis XIV, faire une balade chez les Vikings. Aujourd'hui, je vous propose de faire un petit tour à Saint-Pétersbourg, début XXème siècle. Orphéa et Sphinx sont de retour pour une nouvelle mission ! Elle a la chance de pouvoir parcourir le globe et le temps pour ses missions d'espionne. Cette nouvelle mission emmène nos jeunes espions en herbe à Saint-Pétersbourg où ils doivent retrouver et ramener l'étoile du soir qui se trouve en Russie. Pour cette nouvelle mission, non seulement, elle devra se rendre en Russie mais elle devra également intégrer une école de danse pour passer incognito dans le décor sans compter qu'elle devra aussi déjouer les plans de notre nouveau méchant ! Sans surprise, une fois de plus, je suis littéralement tombée sous le charme de ce quatrième opus ! Orphéa est un personnage des temps modernes que j'aime beaucoup suivre dans ses missions à travers le temps et la planète. La plume de l'auteur est belle, fluide, dynamique, très addictive. Je me suis vite laissée happer par les pages de cette nouvelle aventure qui se dévore sans modération. Les illustrations de Miss Paty sont un véritable délice, elles apportent un plus non négligeable au récit. Cerise sur le gâteau : un bonus ! Mais je ne vous en dis pas plus afin que vous puissiez le découvrir par vous-même ! Si vous avez raté mes précédents billets, suivez les liens : - tome 1, "Orphéa Fabula et le cristal d'Osiris" : https://leslecturesdeladiablotine.blogspot.com/2018/04/orphea-fabula-et-le-cristal-dosiris-de.html - tome 2, "Orphéa Fabula et les coulisses de Versailles" : https://leslecturesdeladiablotine.blogspot.com/2018/07/orphea-fabula-et-les-coulisses-de.html - tome 3, "Orphéa Fabula et les larmes du dragon" : https://leslecturesdeladiablotine.blogspot.com/2018/10/orphea-fabula-et-les-larmes-du-dragon.html Pour répondre à votre question qui revient souvent, vous n'êtes pas obligé d'avoir lu les premiers livres, ils peuvent tous êtres lus indépendamment des uns des autres et si vous souhaitez les lire dans le désordre, il n'y a pas de soucis non plus. Tout ça pour vous dire que je vous recommande vivement la lecture de cet opus et me tarde de voir arriver la cinquième enquête de mon espionne préférée ! #OrphéaIsBack #Russie #NouvelleEnquête #Espionne #CoupDeCoeur #ALireDeTouteUrgence
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DU POULPE !
Ne manquez aucune info sur nos parutions délirantes et les événements autour de notre catalogue !