Lisez! icon: Search engine
Un invincible été
Collection : Domaine français
Date de parution : 08/04/2021
Éditeurs :
Les Escales

Un invincible été

Collection : Domaine français
Date de parution : 08/04/2021
Le dernier volet de l’inoubliable saga des Déracinés : roman de l’engagement et de la résilience, Un invincible été clôture avec passion une fresque romanesque bouleversante.
Depuis son retour à Sosúa, en République dominicaine, Ruth se bat aux côtés d’Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à... Depuis son retour à Sosúa, en République dominicaine, Ruth se bat aux côtés d’Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à déferler sur l’île.
Gaya, sa fille, affirme son indépendance et part aux États-Unis, où Arturo et Nathan mènent leurs vies d’artistes....
Depuis son retour à Sosúa, en République dominicaine, Ruth se bat aux côtés d’Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à déferler sur l’île.
Gaya, sa fille, affirme son indépendance et part aux États-Unis, où Arturo et Nathan mènent leurs vies d’artistes. Comme sa mère, elle mène son propre combat à l’aune de ses passions.
La tribu Rosenheck-Soteras a fait sienne la maxime de la poétesse Salomé Ureña : « C’est en continuant à nous battre pour créer le pays dont nous rêvons que nous ferons une patrie de la terre qui est sous nos pieds. »
Mais l’histoire, comme toujours, les rattrapera. De l’attentat du World Trade Center au terrible séisme de 2010 en Haïti, en passant par les émeutes en République dominicaine, chacun tracera son chemin, malgré les obstacles et la folie du monde.
 
Roman de l’engagement et de la résilience, Un invincible été clôt avec éclat une fresque romanesque impressionnante.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365695633
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm
EAN : 9782365695633
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« La saga de ces êtres liés les uns aux autres par leur incroyable aventure et leur attachement à cette terre du bout du monde, qu'ils ont façonnée et transformée en un endroit pacifique, se dévore d'une traite. »
Bruno Corty / Le Figaro Littéraire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ManouB 07/11/2022
    Quatrième opus de la saga "Les déracinés" Nous suivons la famille Rosenheck-Soteras des années 80 à l'année 2013. Ruth qui ne regrette pas d'être revenue vivre en République Dominicaine, va au cours de ces années voir ses enfants grandir et se disperser pour suivre chacun leur chemin. Le roman débute alors que Gaya fête ses 15 ans, un événement qui réunit tous les proches et qui est très important pour la famille. Gaya étant l''aînée, va être la première à quitter la famille pour poursuivre ses études aux États-Unis, sous la protection de Georges son grand-père qui n'a plus qu'elle à présent et compte bien profiter de cette petite-fille découverte sur le tard. Elle se passionne pour la biologie et en particulier, les baleines ce qui va la mener bien loin de son île. Gaya a un caractère très fort qui ne manque pas de nous rappeler celui de sa grand-mère et elle fait la fierté de sa famille. Mais son départ est une véritable souffrance pour Ruth qui se révèle être devenue, une vraie "maman juive", fragilisée par le départ de sa "nichée". Mais heureusement il lui reste ses deux fils, David qui va lui aussi bientôt prendre son envol, et le... Quatrième opus de la saga "Les déracinés" Nous suivons la famille Rosenheck-Soteras des années 80 à l'année 2013. Ruth qui ne regrette pas d'être revenue vivre en République Dominicaine, va au cours de ces années voir ses enfants grandir et se disperser pour suivre chacun leur chemin. Le roman débute alors que Gaya fête ses 15 ans, un événement qui réunit tous les proches et qui est très important pour la famille. Gaya étant l''aînée, va être la première à quitter la famille pour poursuivre ses études aux États-Unis, sous la protection de Georges son grand-père qui n'a plus qu'elle à présent et compte bien profiter de cette petite-fille découverte sur le tard. Elle se passionne pour la biologie et en particulier, les baleines ce qui va la mener bien loin de son île. Gaya a un caractère très fort qui ne manque pas de nous rappeler celui de sa grand-mère et elle fait la fierté de sa famille. Mais son départ est une véritable souffrance pour Ruth qui se révèle être devenue, une vraie "maman juive", fragilisée par le départ de sa "nichée". Mais heureusement il lui reste ses deux fils, David qui va lui aussi bientôt prendre son envol, et le petit Tomas qui vient de naître. Ruth continue à faire vivre la mémoire des pionniers de Sosúa, avec l'aide d'Almah et de Markus. Elle va s'engager de plus en plus pour son pays et se sentir de jour en jour davantage dominicaine. Elle continue néanmoins à rêver de partir un jour en Europe avec sa mère, pour visiter Vienne, et marcher dans les pas de ses parents. Mais Almah a tourné la page, elle veut rester avec ses souvenirs, n'accepte aucun dédommagement pour ce qu'elle a vécu ou pour ce que les nazis lui ont pris, même quand il s'agit des tableaux de son père qu'elle aimait tant. Arturo et Nathan vont vivre un drame mais ils sauront rebondir pour mettre à exécution leurs rêves. Bientôt Nathan à défaut de pouvoir danser lui-même, va être porté aux nues grâce à son ballet "Terre promise", dans lequel il retrace l'histoire et l'exil de la famille. Almah quant à elle, malgré son âge avancé, reste toujours le pilier de la famille, celle qui sait panser les plaies, donner espoir d'un avenir meilleur et avancer contre vents et marées. Comme toujours, en parallèle de leur vie de famille, des drames et des petits bonheurs de leur quotidien, de leur engagement pour diverses causes importantes, la grande Histoire les rattrape. Les tours jumelles s'effondrent alors que David, y travaille depuis peu, un terrible séisme dévaste Haïti et Ruth va s'y rendre avec Domingo pour aider les sinistrés...et la République dominicaine voit se soulever de terribles émeutes. Ce quatrième opus termine la saga en beauté et m'a permis de renouer avec tout ce que j'avais aimé dans le premier. L'émotion est bien au rendez-vous dans ce dernier tome. Il est normal que selon notre propre sensibilité chaque lecteur ait davantage aimé telle ou telle partie de l'histoire, mais dans chacun j'ai aimé l'écriture toute en finesse et délicatesse de l'auteur. J'ai aimé aussi la manière dont elle restitue la grande Histoire en l'intégrant dans le vécu de ses personnages. Dans celui-ci ce sont les pages où Ruth découvre les carnets de son père, les photos de famille, les souvenirs que j'ai trouvé les plus émouvantes. J'ai été également très touchée par les dialogues entre Almah et son petit-fils David, traumatisé par ce qu'il a vécu à New York. Dans ce tome encore une fois, la famille n'est pas épargnée. Elle va vivre des drames, des remises en question, des séparations mais chacun doit suivre son propre chemin et laisser la place aux nouvelles générations. Ceux qui vieillissent s'interrogent sur ce qui restera après eux de tout ce qu'ils ont créé, ce dont les nouvelles générations se souviendront d'heureux ou de moins heureux les concernant. Ils se questionnent aussi sur l'emprise du tourisme sur leur île, un tourisme qui permet aux uns de s'enrichir et au pays de survivre économiquement, mais un projet dans lequel la nature sauvage paradisiaque n'a pas de place ou sera détruite à jamais. En terminant la série je me suis dit que j'avais beaucoup de regrets de quitter cette famille, de dire adieu à ceux qui ne sont plus et que j'aurais encore aimer savoir ce que les plus jeunes allaient devenir à leur tour. C'est donc un livre un peu nostalgique, qui voit partir certains des personnages qui ont marqué la famille, comme Almah qui restera cependant jusqu'au bout une figure forte et tellement présente pour tous. J'ai beaucoup aimé cette saga car l'auteur a la faculté de nous décrire avec beaucoup de réalisme des personnages profondément humains. J'ai aimé en particulier... - Les portraits de femmes fortes ou fragiles, indépendantes ou profondément attachées à leur famille (l'un n'empêchant pas l'autre d'ailleurs). - L'importance de l'amitié et de l'amour dans leur vie. - La sincérité des relations humaines, l'entraide, la générosité dont ont fait preuve ces colons de la première heure après toutes les souffrances vécues. J'ai aimé aussi les dialogues magnifiques entre Almah et les personnes qu'elle aime, amis, enfants, petits-enfants : elle trouve toujours les mots justes et émouvants pour les réconforter. J'ai appris beaucoup de choses que j'ignorais sur l'histoire de la République dominicaine, et sur l'exil de ces autrichiens juifs qui ont créé cette petite communauté de Sosúa qui je le rappelle a réellement existé. Les principaux événements qui ont marqué le 20e siècle sont bien mis en avant et parfaitement documentés. L'auteur a fait des recherches considérables pour les retracer avec beaucoup de minutie et de patience. On sent qu'elle aime profondément ce pays. Tout cela fait de cette saga, une lecture passionnante à ne pas rater car à la fois historique, romantique, instructive et terriblement émouvante. Un seul conseil lisez-là dans l'ordre chronologique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zabeth55 28/10/2022
    Et voilà, la formidable aventure se termine. De 1980 à 2013, la suite de la vie de la famille Rosenheck Hannah aura vécu 101 ans. Ruth vieillit mais a toujours des projets. La descendance est assurée par Gaya l'indépendante et les autres. Ce dernier tome est la conclusion parfaite d'une saga remarquable. Catherine Bardon réussit à terminer en douceur, ne nous laissant aucune frustration. J'ai tout apprécié dans ces merveilleux tomes successifs. La qualité de l'écriture. La personnalité des personnages. Le talent pour nous faire partager l'histoire de la République dominicaine. Les enchaînements impeccables. Le respect du lecteur dans les rappels au début de chaque tome, le souci de la chronologie, les chapitres courts et aérés.......... La sensibilité des personnages, la beauté des lieux, la cohérence de l'histoire, tout est parfait. C'est vraiment un sans faute. Je ne suis pas prête d'oublier cette histoire. Et je mets cinq étoiles pour l'ensemble de la saga. Il me reste juste un rêve un peu fou : aller en République dominicaine pour prolonger l'aventure.
  • Puszi 24/10/2022
    1938 : alors que l’Europe s’apprête à basculer dans l’horreur nazie et que l’Autriche, annexée par les forces d’Hitler, vient de « céder à la force », les juifs d’Allemagne et d’Europe ont pris les routes de l’exil mais le monde lui, ferme déjà ses portes aux réfugiés… sauf la petite République Dominicaine située sur l’île d’Hispaniola. Catherine Bardon s’empare de ce fait historique pour nous entraîner pendant 4 romans dans les pas de Wilhem et Almah Rosenheck. De leur union sont nés deux enfants : Frederick en Autriche et Ruth à Sosua. Dans ce dernier volet de la saga, nous suivons particulièrement Ruth devenue à son tour mère de famille. Elle a hérité de la force de caractère de sa mère et se bat pour préserver sa famille et son ile. « La sage qui nous transporte » écrit Olivia de Lamberterie de Elle. Je partage totalement son point de vue.
  • Papyrusdunil 24/09/2022
    Ce dernier opus clôt une jolie saga que je quitte à regret. Finalement, c'est le deuxième tome que j'ai le moins apprécié. Celui – ci me semble avoir trouvé le ton juste. Ruth avance dans la vie et s'investit désormais dans la vie publique de son village dont elle devient maire. La vieillesse ne manque pas de nous ravir quelques protagonistes auxquels nous nous étions attachés. Les personnages continuent leur route plus ou moins semée d'embûches et de nouveaux rebondissements donnent du relief à cet invincible été, dont l'essentiel se déroule en République dominicaine. Ruth découvre Vienne et sait désormais d'où elle vient. La fabuleuse histoire d'Almah s'achève après tant de joies, de peurs, de détresse, d'espoirs, de rebonds, de larmes et de rires, toutes ses émotions qui font la richesse d'une vie longue et bien remplie. Un destin d'exception que la plume lyrique de Catherine Bardon sert avec finesse jusqu'au point final.
  • CathyBorie 24/09/2022
    Je me suis laissée embarquer comme tout le monde par cette saga familiale dont Almah est l'héroïne. Ecriture fluide, rebondissements multiples, et surtout restitution historique soignée, qui réussit pleinement à mêler la petite histoire avec la Grande. Je n'avais évidemment jamais entendu parler de la communauté juive de Sosua et c'est sans doute la partie du récit qui m'a le plus passionnée : l'installation de ces migrants autrichiens sur ces terres du bout du monde, sur lesquelles ils se construisent une nouvelle vie, grâce à leur résilience, leur créativité, leur énergie. Ce dernier tome conclut la saga avec l'entrée dans le troisième millénaire et la mort d'Almah, mettant en avant la recherche des origines de sa fille et de sa petite-fille, et ne nous épargne pas les émotions liées à ce retour aux sources, ainsi qu'aux différents deuils vécus par la famille. On ne peut que se passionner pour cette belle tranche d'histoire déroulée sur quatre tomes par des personnages hauts en couleurs.

les contenus multimédias

Chargement en cours...
Inscrivez-vous à la newsletter Les Escales
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !

Lisez maintenant, tout de suite !