Lisez! icon: Search engine
Par LArchipel, publié le 24/01/2022

"Délivre-nous du mal" le nouveau suspense de Chrystel Duchamp

Chrystel Duchamp est l’autrice, aux éditions de l’Archipel, de L’Art du meurtre et Le Sang des Belasko, deux suspenses salués par la critique : « Un page turner haletant qui se termine par une pirouette inattendue. » (Beaux-Arts Magazine) ; « Une écriture enlevée, sombre et claquante… Un polar addictif et original. » (Le Parisien-Aujourd’hui en France) ; « Un bonbon de polar ! » (Gérard Collard, « L’Info du vrai »).

L'Interview par Yvan Fauth – 1 livre en 5 questions :
"Délivre-nous du mal" – Chrystel Duchamp

 "Ton roman nous plonge dans une enquête policière qui parle de disparitions et d’étranges décès…"

En effet ! L’intrigue débute en 2018 avec des jeunes femmes qui disparaissent sans laisser de traces et sans informer quiconque de leur départ. Un an plus tard, des cadavres sont retrouvés pendus et mutilés dans des sites désaffectés. Puis, en 2020, alors que les deux premières enquêtes piétinent, les habitants d’un petit village du Rhône sont frappés par d’inquiétantes crises de folie.

Ce pitch de départ est somme toute assez classique : disparitions, meurtres… Les ingrédients incontournables d’un polar ! Toutefois, j’ai tenté d’apporter de l’originalité à cette histoire, que ce soit dans sa construction et par les thématiques qu’elle aborde.

"Oui, davantage qu’un polar, ton roman se veut ancré dans la société actuelle…"

Je me pose toujours d’innombrables questions sur l’être humain, sur la société actuelle et ses dérives. Écrire est un exutoire à mes incompréhensions et aux injustices dont je peux être témoin. Il m’est indispensable de proposer des récits qui amènent mon lectorat à se questionner.

D’une manière globale, mes romans s’ancrent dans la problématique de la limite : jusqu’où peut-on aller au nom de… Dans L’art du meurtre, mon premier roman, je m’interrogeais sur les limites de l’art ; dans Le sang des Belasko, j’évoquais les limites que peut repousser la jalousie au sein d’une famille. Enfin, dans Délivre-nous du mal, j’aborde les limites qui peuvent être franchies au nom d’une cause. Quels extrêmes peuvent naître de combats, aussi légitimes soient-ils ?

Retrouvez l'article complet ICI 

Délivre-nous du mal
Février 2018. Anaïs sollicite l’aide de son ami Thomas Missot, commandant à la PJ de Lyon. Pour elle, pas de doute, sa soeur Esther a été enlevée. Pourquoi aurait-elle, sinon, laissé derrière elle ses clés de voiture, ses papiers et son téléphone portable ?
Les mois passent et, tandis que l’enquête s’enlise, d’autres jeunes femmes se volatilisent. Jusqu’à ce qu’un corps soit retrouvé pendu dans une usine désaffectée, le crâne rasé, la langue sectionnée. Puis un deuxième...
Thomas sait désormais qu’un tueur en série sévit dans la région. Mais il ignore encore que ces cadavres ne sont que la partie immergée du plan machiavélique d’un individu avide de vengeance…

Paraît en simultané, Le Sang des Belasko (Archipoche, 300 pages, 6.95 €)

Le Sang des Belasko
Cinq frères et soeurs sont réunis dans la maison de famille, la Casa Belasko, une vaste bâtisse isolée au coeur d’un domaine viticole de Provence.
Leur père, un vigneron taiseux, vient de mourir. Il n’a laissé qu’une lettre à ses enfants, et ce qu’il leur révèle les sidère : leur mère ne se serait pas suicidée – comme l’avaient affirmé les médecins six mois plus tôt. Elle aurait été assassinée…
Au cours de la nuit, non-dits, jalousies et rancoeurs accumulés au fil des années vont se déverser. Quant à la maison, coupée du monde extérieur, elle semble douée de sa propre volonté…

LArchipel

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Nos thrillers à découvrir en format poche !

    Lisez vous aide à mettre à jour votre liste de lecture, pour que vous n'ayez jamais à vous demander quoi lire après avoir fini un livre !

    Retrouvez quelques idées de thrillers à ajouter à cette dernière ! 

    Lire l'article