Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 06/11/2023

Guerres mondiales : histoires de deux conflits à travers les livres

Plongez-vous dans l'histoire captivante des deux guerres mondiales avec notre sélection de livres incontournables. Explorez les émotions et les expériences des personnes qui ont vécu et combattu pendant ces terribles périodes de l'Histoire. Analyses, témoignages et romans vous attendent pour une immersions au coeur de ces moments sombres.

 

 

Première Guerre mondiale, au coeur de l'Histoire

 

Verdun 1916, Michaël Bourlet
Verdun 1916
Dans l’écosystème des batailles de la Grande Guerre, Verdun fait figure d'exception mais non à cause des pertes, objets de tous les fantasmes, ni du nombre d’obus tirés, de la violence, de tactiques nouvelles et de mille autres superlatifs – cet affrontement n’est ni plus ou moins « violent » ni plus meurtrier que d’autres. Cependant, elle dénote bel et bien par l’intensité du feu de l’artillerie, la concentration massive d’hommes et l’accumulation des moyens matériels. De ce point de vue, Verdun rassemble déjà toutes les caractéristiques de l’hyperbataille. Pourtant, ce sont les petits groupes de combattants qui font basculer ou relancent l’un des plus longs et meurtriers affrontements de l’histoire. 
Emblématique de la guerre de tranchées, immobile, Verdun est pourtant en mouvement incessant sur terre et dans les airs : la guerre de mouvement dans un mouchoir de poche. Discrète dans ses dimensions spatiales, colossale dans les moyens matériels mobilisés pour détruire la nature et tuer les hommes, cette bataille à somme nulle au plan militaire est un géant mémoriel. Une vraie métaphore de la guerre pour les Français tant dans le duel franco-allemand qu’elle représente que dans la cinématique de l’offensive. 
Verdun mérite son histoire intégrale dépoussiérée, rajeunie et démythifiée, connectée à l’histoire politique, sociale, économique, technique, culturelle mais avec ses spécificités, qui tiennent à la structure des armées, à leur finalité opérationnelle, aux relations intramilitaires. Ce présent livre l'aborde à hauteur d’hommes, de la vision du caporal à celle du général, de la tranchée aux états-majors, sans être une transcription de récits et sans opposer une histoire par le bas, celle des soldats et officiers qui se battent, souffrent, meurent à une histoire par le haut, celle des généraux et des décideurs. L’une n’existe pas sans l’autre.
 
Histoire anecdotique de la Première Guerre mondiale, Gérard Guicheteau et Jean-Claude Simoën
Histoire anecdotique de la Première Guerre mondiale
Découvrez la Première Guerre mondiale à travers huit histoires restées dans les mémoires des témoins du conflit, des histoires vraies qui abordent les « années sanglantes » sous des aspects qui, de nos jours, sont souvent oubliés : la dernière guerre des chevaux, menée de Liège à Compiègne, à la fin de l’été 1914, par la 5e division de cavalerie ; l’apparition des blindés, qui révolutionne l’art de la guerre ; les premiers bombardements de Paris par les zeppelins allemands, qui voient l’invention de l’alerte et des abris souterrains…
Des anecdotes palpitantes entièrement basées sur des éléments d’archives.
 
 
Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale, Rémo Porte
Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Voici un livre d’histoire globale, un outil essentiel pour connaître les faits et se repérer dans l’extrême complexité du premier conflit mondial. Cette guerre totale est ici reconstituée jour après jour, sur tous les fronts, européens et d’outre-mer, et selon le point de vue de tous les belligérants, de la lettre intime du simple soldat aux proclamations des responsables politiques et militaires.
Par cette chronique raisonnée, Rémy Porte met en perspective ces années 1914-1919 qui modifièrent si considérablement le visage du monde, nous entraînant dans les bureaux feutrés des chancelleries ou nous plongeant au coeur des champs de bataille. Il propose ainsi l’instrument indispensable pour qui veut comprendre la Première Guerre mondiale dans son extraordinaire diversité.

Docteur habilité en histoire, le lieutenant-colonel Rémy Porte est chef du bureau Recherche du Centre de doctrine d’emploi des forces (Ecole militaire). Il s’est progressivement spécialisé sur l’histoire militaire des IIIe et IVe Républiques et est en particulier l’auteur d’un Dictionnaire de la Grande Guerre (1914-1918).

 
1914, Jean-Ynes Le Naour
1914
En 1914, l’obsession de la guerre hante l’Europe. Elle occupe les esprits, s’affiche à la une des journaux, monopolise les conversations et les discours politiques sans que personne n’y croie véritablement.
Quand elle éclate en juin, à la suite de l’attentat de Sarajevo, elle s’impose comme la solution, promet l’émancipation des nationalités et l’avènement d’un nouveau monde. Autant d’illusions qui font basculer le monde dans un engrenage qui va le broyer : pendant quatre longues années, la guerre sera mondiale, totale et terroriste.
Conjuguant les approches diplomatiques, militaires, sociales et culturelles, Jean-Yves Le Naour fait revivre 1914 et renouvelle l’histoire de la Grande Guerre.
 
1914-1918, Jean-Yves Le Naour
1914-1918
Offrant une synthèse dynamique des événements, Jean-Yves Le Naour, restitue au galop de sa plume ces effroyables années de guerre, quatre années de malheur au plus près du quotidien des Français. Alternant les points de vue d'en haut et d'en bas, s'attachant aux rumeurs comme aux faits établis, au ressenti aussi bien qu'au vécu, l'auteur livre un récit haletant des cinq ans (1914,1915,1916,1917,1918) qui ont changé le monde.
 
Le Naour offre sa relecture singulière de ce moment de l'histoire, centrée sur l'être humain au cœur de ce drame mondial. Voici le roman vrai et la saga épique de la Grande Guerre. Un récit vivant, poignant, qui mêle avec brio faits, sentiments et réalités de la guerre.
 
La Grande Guerre, François Cochet
La Grande Guerre
Le conflit mondial de 1914-1918 ouvre tragiquement le xxe siècle. Sondant les mentalités, l’action des chefs comme des humbles, des civils comme des militaires, interrogeant les attitudes de ceux qui décident, autant que de ceux qui vivent la guerre dans le froid des usines ou dans la boue des tranchées, François Cochet englobe toutes les dimensions de ce conflit total. Synthèse d’ampleur refusant de céder à une lecture partisane et exclusivement hexagonale, l’ouvrage répond ainsi à toutes les questions sur cet affrontement dantesque.

« Ce livre demeure la meilleure synthèse disponible en français sur ce qui fut la première hyperguerre. »
XXe Siècle
 
« Menée selon une démarche d’historien, cette synthèse remarquable permet de comprendre cette période charnière. »
Le Figaro Histoire
 
 
Le petit théâtre des opérations, Julien Hervieux
Le petit théâtre des opérations
Saviez-vous que l’armée allemande avait fait appel à des pigeons pour tenter de photographier les lignes ennemies en toute discrétion ? Qu’un de ses commandos avait débarqué en Normandie dès 1914, au nez et à la barbe des Français ? Que ces derniers avaient abattu leur propre dirigeable, le confondant avec un zeppelin ? Ou encore que Mata Hari était en réalité une espionne médiocre qui faisait bien rigoler les services de renseignement français ?

Conflit abominable et particulièrement meurtrier, la Grande Guerre a aussi été le théâtre d’épisodes drôles et improbables, et d’actes de bravoure individuels et collectifs. Sur un ton décalé mais toujours documenté, Julien Hervieux ressuscite ces histoires et héros oubliés, pour le meilleur et pour le rire. Enrichie de plusieurs chapitres inédits, voici enfin l’édition en poche de ce livre aussi amusant qu’édifiant qui a déjà conquis des milliers de lecteurs.
 
 
La Première Guerre mondiale, John Keegan
La Première Guerre mondiale

John Keegan, considéré comme l'un des plus talentueux historiens de la guerre, présente une histoire de 1914-1918 sans équivalent aujourd'hui, celle d'une guerre qui implique Africains autant qu'Indiens, Canadiens ou Japonais. En même temps, il n'oublie ni les enjeux nationaux ni les tensions sur les lignes de front, et cette perspective lui permet de s'affranchir des stéréotypes couramment répandus, tels que la responsabilité écrasante de l'Allemagne dans le déclenchement du conflit, de la guerre fraîche et joyeuse des débuts, les « erreurs » allemandes sur la Marne ou à Verdun, les mauvais choix stratégiques anglais ou les insuffisances chroniques de la France. Il replace dans leurs justes proportions le rôle des Russes, le poids des Autrichiens, des Britanniques ou des Américains. Par son analyse originale, il réussit à donner la mesure mondiale de cette guerre et de ses conséquences.

John Keegan, professeur émérite à Princeton University, a publié de nombreux ouvrages, dont Stratégies et Anatomie de la bataille, devenus des classiques.

 
Encyclopédie de la Grande Guerre, tome 1, Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker
Encyclopédie de la Grande Guerre, tome 1

Loin d’être reléguée dans les archives de la mémoire collective, la Première Guerre mondiale est omniprésente dans nos sociétés contemporaines. Les changements d’orientation des recherches participent de cette étonnante « survie » historique : l’histoire nationale, militaire et événementielle de la guerre de 1914-1918 est aujourd’hui achevée ; reste à écrire une histoire internationale et totale de la Grande Guerre. Cette encyclopédie veut y contribuer.
Fruit d’un travail collectif de plusieurs années, elle rassemble des articles signés par les meilleurs spécialistes mondiaux du sujet. Son ambition est de couvrir tous les aspects de la guerre (militaire, politique, économique, social, technique, religieux, artistique, et plus largement culturel) afin de donner au lecteur une compréhension exhaustive de ce cataclysme qui fui la matrice du XXe siècle.

Ce premier tome rassemble les parties « Le monde en 1914 et l’éclatement de la guerre », « Combattre » et « Conduire la guerre ».

Nouvelle édition revue et augmentée.

 
La Grande Guerre vue du ciel, Michel Bernard
La Grande Guerre vue du ciel

« Jamais des hommes n’auront été davantage l’un pour l’autre. Jamais, même par les liens du sang, de la ressemblance ou de la croyance, ils n’auront été autant de frères humains. C’est cette guerre de quatre ans, monotone, d’une ennuyeuse horreur, cet enfer industriel et terreux sans héros, sans autre couleur que le rouge brillant du sang, c’est cet événement que nous appelons la Grande Guerre. »
Michel Bernard

un million quatre cent mille Français ont été tués entre 1914 et 1918. La plupart sont tombés entre les dunes des Flandres et les sommets des Vosges. Les survivants y ont laissé une partie de leur vie et toute leur âme. C’est en leur souvenir que sera commémoré le centenaire du début du premier conflit mondial. C’est leur histoire que retarde ce livre. Mêlant récit littéraire et photographies aériennes contemporaines des sites majeurs du conflit, il pose un regard émouvant et original sur la Grande Guerre.

Michel Bernard, haut fonctionnaire, a consacré une partie essentielle de son œuvre littéraire à la Première Guerre mondiale vue par ses écrivains-combattants, notamment Maurice Genevoix. Il est l’auteur du très remarqué La tranchée de Calonne (2007), couronné par le prix Erckmann-Chatrian, de La Maison du docteur Laheurte (2009), prix Maurice Genevoix, du Corps de la France (2010), prix Erwan Bergot de l’armée de terre, et de Pour Genevoix (2011).

 
 

Première Guerre mondiale, à travers les romans

 
Comme si nous étions des fantômes, Philip Gray
Comme si nous étions des fantômes
Trois mois après la fin de la Première Guerre mondiale, une jeune Anglaise, Amy Vaneck, arrive à Amiens afin d’en apprendre davantage sur l’homme qu’elle aime, Edward Haslam, porté disparu dans les tranchées. Les champs de bataille de la Somme sont désormais silencieux. Ne restent sur place que quelques hommes qui se livrent à la tâche difficile de rassembler les dépouilles et d’essayer de les identifier. Parmi eux, le capitaine Mackenzie, qui se propose d'aider Amy. Mais lorsqu'on retrouve treize cadavres dissimulés dans un tunnel au fond d’une tranchée, celle où Edward a été vu pour la dernière fois, tout change. D'autant plus qu'il apparaît bien vite que leur mort n'a rien à voir avec les combats, ni avec l’armée allemande.
 
S’inspirant de l’expérience de son grand-père, combattant de la Première Guerre mondiale, Philip Gray évoque avec virtuosité toutes les émotions humaines à travers cette période captivante de l'Histoire. Abordant certains aspects rarement évoqués de la Grande Guerre, tels le racisme ou la drogue, il se révèle également un bâtisseur d’intrigue hors pair, la solution du mystère n'étant donnée qu'à la toute dernière page du livre.
 
La villa aux étoffes, Anne Jacobs
La villa aux étoffes
À Augsburg, près de Munich, en 1913, la jeune Marie est embauchée en cuisine à la Villa aux étoffes, la résidence des Melzer, propriétaires d'une imposante usine de textile. Alors que la jeune orpheline tente de tailler sa place parmi les serviteurs, les maîtres anticipent le début de la saison des bals hivernaux qui permettra à la belle Katharina, la cadette de la famille, de briller de tous ses feux en société. Paul, l'héritier principal, se tient loin de ce genre de mondanités, car il préfère de loin sa vie d'étudiant à Munich. Du moins jusqu'à ce qu'il croise Marie... Lorsque la Première Guerre mondiale déchire l'Europe et le reste du monde, la Villa et ses habitants seront aux premières loges du conflit et subiront des bouleversements dont les effets feront trembler toute la maisonnée, l'usine ainsi que ses employés. De quoi l'avenir de Marie et de tous ces gens qui sont devenus sa famille sera-t-il fait ?
 
Maggie, une vie pour en finir, Patrick Weber
Maggie, une vie pour en finir
Les guerres sont propices à la naissance des grandes histoires d’amour. En période de conflit, on aime avec passion et rapidité, comme si chaque jour était le dernier. Des vies basculent au milieu des morts qui se succèdent. La société change de visage et l’Europe se dirige, sans le savoir, vers un autre désastre.
A l’occasion du centième anniversaire de la victoire de 1918, ce roman raconte le destin d’une femme dont la vie a été bouleversée par le conflit. On y retrouve l’esprit de Downton Abbey et celui de la jeunesse d’Agatha Christie qui se porta volontaire dans les hôpitaux et dont Maggie sera une fidèle lectrice. Mais on y croise aussi les affres de la Seconde Guerre mondiale, l’ombre de la Guerre Froide et la folie consumériste qui caractérise les lendemains de conflit. Un monde jeté à terre n’a qu’une seule volonté, celle de renaître plus grand, plus beau et plus fort. Mais quand les « golden sixties » surgissent, il est trop tard pour les témoins des heures sombres. Ils incarnent des épisodes tragiques que chacun cherche à oublier.
A travers la vie, les choix et la mort de Maggie, c’est l’histoire de ces innombrables femmes du XXe siècle qui s’incarne. On les a un peu oubliées mais les femmes d’aujourd’hui leur doivent beaucoup.
Parti sur les traces de sa grand-mère et de ses origines familiales, Patrick Weber nous conduit d’Altrincham à Manchester, de Londres à Bruxelles, d’Anvers aux camps de concentration allemands.
 
Seuls les vivants créent le monde, Stefan Zweig
Seuls les vivants créent le monde

Publiés dans la presse allemande entre août 1914 et août 1918, les textes réunis ici – articles, manifestes et reportages – montrent l’évolution de la pensée de Stefan Zweig. On y découvre que ses positions pendant la Grande Guerre sont mouvantes : elles ont changé l’homme et transformé l’artiste, lui donnant une épaisseur qu’il n’avait pas. D’abord humaniste, il se laisse emporter, comme bien d’autres, par un élan patriotique quasi mystique. Puis il rejoint peu à peu les idées pacifistes de son ami Romain Rolland, après avoir constaté les horreurs « réelles » de la guerre. En 1918, Zweig signe un texte saisissant, « Éloge du défaitisme », où il cherche à résister au « bourrage de crâne » qui s’exerce sans relâche sur les consciences individuelles.
Un siècle après, son appel à la résurrection de l’esprit et de l’Europe retentit avec plus de force que jamais.

 
Place aux immortels, Patrice Quélard
Place aux immortels
Front de la Somme, 1915. Ici, en première ligne, les gendarmes de la prévôté ont mauvaise presse. Pour les soldats qui reviennent du combat, s’ils en reviennent, ceux-ci ne sont guère qu’une bande de planqués, d’embusqués. Venu de Bretagne, le nouveau lieutenant Léon Cognard sait ce qui l’attend : désertions, marché noir, sauf-conduits bidon. Et quand survient un meurtre déguisé en suicide : le silence. Mais Cognard ne peut s’y résigner. Bravant l’hostilité des troupes et la loi du silence de l’état-major, le gendarme se lance alors à la poursuite d’une vérité que tous préféreraient voir crever sans moufter, au fond d’une tranchée…
 
Par un matin d'automne, Robert Goddard
PAR UN MATIN D'AUTOMNE
Fin des années 1990. Leonora Galloway entreprend un voyage en France avec sa fille Penelope. Toutes deux ont décidé de se rendre à Thiepval, près d’Amiens, au mémorial franco-britannique des soldats décédés durant la bataille de la Somme. Le père de Leonora est tombé au combat durant la Première Guerre mondiale, mais la date de sa mort gravée sur les murs du mémorial, le 30 avril 1916, pose problème. Leonora est en effet née près d’un an plus tard. Ce qu’on pourrait prendre pour un banal adultère de temps de guerre cache en fait une étrange histoire, faite de secrets de famille sur lesquels plane l’ombre d’un meurtre jamais résolu et où chaque mystère en dissimule un autre. Le lecteur est alors transporté en 1914 dans une grande demeure anglaise où va se jouer un drame dont les répercussions marqueront trois générations.

Dans ce livre envoûtant à l’épaisseur romanesque exceptionnelle, Robert Goddard allie le cadre et l’atmosphère des plus grands romans anglais, ceux d’Elizabeth George ou de Ruth Rendell, à un sens du suspense et de la réalité historique remarquables. Nous sommes très heureux de faire redécouvrir cet auteur d’une œuvre longtemps souterraine, qui vient d’être redécouverte en Angleterre et aux États-Unis, où elle connaît un succès sans précédent.
 
Le Tombeau d'Apollinaire, Xavier-Marie Bonnot
Le Tombeau d'Apollinaire - édition Petits Pointillés
Dans les tranchées de la Grande Guerre, le sergent Philippe Moreau dessine les horreurs qu’il ne peut dire. Son chef, le sous-lieutenant Guillaume de Kostrowitzky, écrit des articles, des lettres et des poèmes qu’il signe du nom de Guillaume Apollinaire. La guerre, comme une muse tragique, fascine l’auteur d’Alcools. Pour Philippe Moreau, jeune paysan de Champagne, elle est une abomination qui a détruit à jamais son village.
Blessés le même jour de mars 1916, les deux soldats sont évacués à l’arrière et se perdent de vue. Philippe Moreau va tout faire pour retrouver son lieutenant. Une quête qui l’entraîne jusqu’à Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, où il croise Cendrars, Picasso, Cocteau, Modigliani, Braque...
Guillaume Apollinaire est mort il y a cent ans. À travers le regard attendri et critique d’un sacrifié de la Grande Guerre, Xavier-Marie Bonnot raconte avec puissance les dernières années de la vie de l’auteur du Pont Mirabeau.

 

Seconde Guerre mondiale, au coeur de l'Histoire

 
Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale, Olivier Wieviorka
Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale
Cet ouvrage est né d’un constat paradoxal. Si nous croulons a priori sous les livres portant sur la Seconde Guerre mondiale, il existe en réalité peu de grandes synthèses sur le sujet – et aucune de l’envergure de celle que propose Olivier Wieviorka.
 
Fruit de nombreuses années de travail, elle innove d’abord par son approche globale qui la distingue des classiques anglo-américains qui privilégient les seules opérations militaires. Bien entendu, l’historien aborde tous les fronts : l’Europe évidemment, mais aussi l’Asie-Pacifique (si souvent négligée, en particulier la Chine), l’Afrique du Nord ou encore le Moyen-Orient. Il s’intéresse également à l’ensemble des acteurs (Canadiens, Australiens, Indiens…) et couvre tous les domaines : stratégique, comme il se doit, mais aussi idéologique, économique, logistique, diplomatique… – sans oublier l’histoire sociale et mémorielle habituellement traitée en parent pauvre. Enfin, l’auteur renouvelle largement la matière, souvent un peu datée, en intégrant les recherches les plus récentes dans une démonstration aussi rigoureuse sur le fond que limpide dans la forme.
En découle un grand récit, bien écrit et formidablement incarné, qui montre à quel point ce conflit fut véritablement mondial et total. Un ouvrage qui s’attache de concert à raconter, comprendre et expliquer en faisant sienne l’exigence formulée par Albert Camus dans L’Homme révolté : « On estimera peut-être qu’une époque qui, en cinquante ans, déracine, asservit ou tue soixante-dix millions d’êtres humains doit seulement, et d’abord, être jugée. Encore faut-il que sa culpabilité soit comprise. »
 
Histoire de la Résistance, Olivier Wieviorka
Histoire de la Résistance
Parce qu’elle repose sur l’engagement et se construit sur le secret, la Résistance reste à la fois un mystère et un enjeu de polémiques partisanes.
Amorcée dès juin 1940, elle parvint à s’unir à l’ombre de la croix de Lorraine, grâce aux patients efforts de Jean Moulin, tout en affirmant son indiscutable pluralisme. Elle resta néanmoins de bout en bout minoritaire, se préoccupa peu du sort des juifs et joua un rôle limité sur le plan militaire. Son apport politique fut en revanche immense : la Résistance évita à la France les affres de la guerre civile et favorisa, à la Libération, une transition pacifique du pouvoir au profit d’une résistance regroupée derrière l’altière figure du général de Gaulle.
Ce livre aborde sans tabous l’ensemble de ses enjeux, de la formation des premiers réseaux au couronnement de 1944. Il ne dissimule ni les conflits, ni les ambitions qui animèrent les promoteurs de l’armée des ombres, du rôle de la presse clandestine à l’efficacité des réseaux, de la répression allemande aux motifs de l’engagement, des idées politiques de la Résistance à sa mémoire dans la France contemporaine.
 
Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale, Olivier Wieviorka et Jean Lopez
Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale
La Seconde Guerre mondiale a duré près de six années, aussi longues que terribles. Cette durée s’explique, bien entendu, par les formidables moyens que les belligérants déployèrent sur terre, sur mer et dans les cieux : il était vain d’espérer abattre l’ennemi par une campagne unique ou une bataille décisive. Mais les erreurs commises expliquent aussi que ce conflit se soit éternisé. Si Hitler ne s’était pas obstiné à gagner la bataille d’Angleterre ou à prendre Stalingrad, si la France, en mai 1940, n’avait pas imprudemment lancé ses forces en Belgique et en Hollande, si les Anglo-Américains n’avaient pas débarqué en Afrique du Nord…, la face de la guerre en eût été changée et sa durée vraisemblablement raccourcie.
En traquant les erreurs commises par les deux camps, ce livre vise à explorer la rationalité des acteurs. Car les décisions prises par les dirigeants politiques ou les chefs militaires reposaient sur un ensemble de paramètres qu’il importe de décrire, afin de comprendre pourquoi ils menèrent à l’échec. Les stratégies se fondaient sur des informations parfois imparfaites, sur des moyens souvent limités, sur des hypothèses par moment fallacieuses. Autant de facteurs qui conduisirent, plus d’une fois, au désastre, comme aussi l’orgueil, l’obstination, le carriérisme et l’opportunisme menant à la prise de (mauvaises) décisions.
Autant de cas de figures qu’illustreront, de Stalingrad à « Market Garden », de la stratégie navale des Japonais à l’insurrection de Varsovie, vingt contributions proposées par les meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale.

Les erreurs : L’appeasement ; Le Japon attaque la Chine ; Hitler choisit l’Italie ; La manœuvre « Dyle-Bréda » ; Le Haltbefehl devant Dunkerque ; L’armistice de 1940 ; L’intervention italienne en Grèce ; « Barbarossa » ; Ne pas capturer Malte ; Dieppe 1942 ; L’abandon de Singapour ; Le débarquement en Afrique du Nord ; Midway ; La politique arabe du Reich ; Monte Cassino ; Stalingrad ; Le bombardement stratégique ; L’unconditional surrender ; L’insurrection de Varsovie ; « Market Garden ».
 
Les opérations les plus extraordinaires de la Seconde Guerre mondiale, Claude Quétel
Les opérations les plus extraordinaires de la Seconde Guerre mondiale
De nombreuses opérations ont lieu entre 1939 et 1945. Si Overlord – qui permet le débarquement de Normandie – ou encore Barbarossa – qui orchestre l’invasion de l’Union soviétique par le Reich – sont célèbres, il en existe pourtant beaucoup d’autres. Souvent moins imposantes, certaines sont toutefois bien plus exceptionnelles car elles font appel à l’audace incroyable, la ruse inouïe ou encore l’imagination débordante de leurs instigateurs.
Ainsi, saviez-vous que les Américains avaient voulu lâcher sur le Japon un million de chauves-souris lestées d’une charge incendiaire ? Que les services secrets britanniques avaient fait croire à une prétendue invasion de la Sardaigne grâce à un faux cadavre ? Que les nazis avaient fabriqué de la monnaie britannique factice ? Ou encore que les Anglais avaient voulu construire un porte-avions en glace ?
Claude Quétel, grand spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, nous narre le récit d’une trentaine d’opérations méconnues, souvent loufoques et improbables, mais pourtant bien réelles. Sources à l’appui, il nous dévoile la préparation et le déroulement de ces « coups tordus », tous plus spectaculaires les uns que les autres.

« Passionnant et haletant de bout en bout ! » Le Figaro Histoire
« Claude Quétel a un talent particulier pour faire revivre ces épisodes palpitants. » Ligne de front
 
Les grandes histoires navales de la seconde guerre mondiale, Loïc Guermeur
Les grandes histoires navales de la seconde guerre mondiale
La Seconde Guerre mondiale comme vous ne l’avez jamais vue, parcourue au gré des flots et d’aventures humaines hors du commun.

Stalingrad, El Alamein… toutes ces batailles et opérations terrestres sont connues, ont été analysées et disséquées.

La Seconde Guerre mondiale fit rage aussi sur les mers. Ce sont les combats et histoires navales les plus épiques, et les moins chroniqués, que l’auteur présente ici d’une plume affûtée. L’évasion du Jean Bart, l’évacuation de l’or de la Banque de France, la bataille de Koh Chang, le sabordage à Scapa Flow, etc.

Autant d’opérations téméraires et méconnues aux quatre coins des océans, menées par des héros de l’ombre qui ont parfois changé le cours de l’histoire.
 
Vous n'aurez pas les enfants, Valérie Portheret
Vous n'aurez pas les enfants
26 août 1942. Le gouvernement de Vichy ordonne la rafle des juifs étrangers dans la région de Lyon. Au petit matin, ils sont 1 016 à être arrêtés et rassemblés dans un camp de triage à Vénissieux.
Nuit du 28 au 29 août 1942. Des membres d’œuvres sociales présents dans l’enceinte convainquent les parents d’abandonner leurs enfants et de les confier à l’Amitié chrétienne.
108 enfants vont être séparés de leurs parents et exfiltrés du camp quand les adultes seront conduits à Auschwitz et gazés. La police lance une chasse pour retrouver ces enfants, mais la résistance prévient : « Vous n’aurez pas les enfants. »
L’histoire inédite du plus grand sauvetage d’enfants juifs entrepris en France pendant la Seconde Guerre mondiale.
 
Inclus un cahier photos
 
 
« Un travail de mémoire indispensable. » Paris Match
« Un livre formidable. » RTL
 
Et nous sommes revenus seuls, Lili Keller-Rosenberg
Et nous sommes revenus seuls
Revenue seule des camps de la mort avec ses deux petits frères, c’est avec ses yeux d’enfant que Lili revit chaque jour les longs mois de survie au cœur de la barbarie nazie.
 
« Quand nous sommes revenus, nous ne pouvions parler à personne de cet enfer, de ces souffrances quotidiennes, de cette vie de bêtes battues que nous avions menée pendant près de deux ans dans une inhumanité indigne et impardonnable. Nous étions traumatisés et nous nous taisions... Puis j’ai beaucoup réfléchi : afin que la vie ait un sens après ce passé ignominieux, il me fallait témoigner pour révéler à tous, au monde, cette tragédie à nulle autre pareille. »
 
« Le témoignage poignant à hauteur d’enfant d’une lutte pour la vie. » Vocable
 
Infographie de la Seconde guerre mondiale, collectif
Infographie de la Seconde guerre mondiale (l'édition définitive reliée)
Jean Lopez, Collectif
Dirigé par Jean Lopez, avec la collaboration de Nicolas Aubin et Vincent Bernard, et superbement mis en scène par le data designer Nicolas Guillerat, ce livre exceptionnel, tant par sa forme que son contenu, est le fruit de l’association de compétences complémentaires réunies pour la première fois. Il part d’un constat : la masse de données disponibles sur la Seconde Guerre mondiale n’a jamais été aussi importante mais il est devenu difficile de lui donner du sens et, surtout, d’en rendre compte à un large public. Il fallait donc inventer, dans une démarche historienne et en puisant aux meilleures sources internationales, une forme permettant à la fois de traiter la masse de données (data) disponible et de les rendre intelligible au plus grand nombre. Cette forme, c’est l’infographie. Et le résultat est époustouflant, qu’il s’agisse de renouveler nos connaissances, de visualiser les grandes lignes du conflit, de comprendre aisément des phénomènes complexes ou tout simplement de relier des aspects de la guerre jusqu’ici éclatés.
En quatre parties ‒ Mobilisations, productions et ressources, Armes et armées, Batailles et campagnes, Bilan et fractures ‒ rassemblant une soixantaine de grands thèmes ‒ l’équation pétrolière, l’opération Barbarossa, la logistique alliée en Europe, la reconquête américaine du Pacifique, le système concentrationnaire nazi, l’épopée de la France libre, les pertes allemandes, la guerre dans le désert… ‒, c’est bien tout le second conflit mondial qui est ici repensé à travers une forme particulièrement accessible, profondément originale et non moins esthétique.
Cette nouvelle édition a été revue et actualisée et paraît sous un nouveau format, pour offrir un confort de lecture idéal.
 
200 questions 200 réponses sur la Seconde Guerre mondiale, collectif
200 questions 200 réponses sur la Seconde Guerre mondiale
Collectif, Jean Lopez
Les Français ont-ils fait preuve de lâcheté lors de la campagne de 1940 ? Quelle a été la contribution de la France occupée à l'effort de guerre nazi ? Quels étaient les plans prévus par les Alliées en cas d'échec d'Overlord ? Quel a été le poids du facteur chance dans la victoire américaine à Midway ? Hitler est-il mort en Argentine, en 1962 ? Rommel était-il un nazi bon teint, ou simplement un grand chef militaire ? Quel est l'avion qui a obtenu le plus de victoires ? Quel a été le char le plus puissant produit en série durant la guerre ? Pourquoi l'Allemagne envahit-elle l'URSS au lieu de concentrer ses forces en Afrique, en 1941 ? Durant la guerre, les Allemands ont-ils souffert de la faim ? Qui a dessiné les uniformes de la SS ? Quel a été le poids réel des bombes atomiques sur la décision de la capitulation japonaise ? Que sont devenus après guerre les énormes stocks d'armes accumulés par les belligérants ? 
C'est à toutes ces interrogations, parmi beaucoup d'autres, que répondent les meilleurs spécialistes réunis par Jean Lopez. Réunies en grands thèmes - "La France dans la guerre", "Les opérations", "Les chefs", "Lers armes", "Productions de guerre", "La guerre en Asie-Pacifique", "Vivre en France occupée", "Les crimes" -, voici 200 questions, dont de nombreuses uchroniques ("Et si?..."), et autant de réponses pour tout savoir du plus grand conflit de tous les temps - par l'ampleur des territoires touchés, les pertes humaines et les dévastations.
Une somme incontournable.
 

Seconde Guerre mondiale, à travers les romans

 
Les Enfants de la liberté, Marc Levy
Les Enfants de la liberté - Collector
« Dis-leur Jeannot, dis-leur de raconter tout cela de ma part, avec leurs mots à eux, ceux de leur époque. Les miens ne sont faits que des accents de mon pays, du sang que j’ai dans la bouche et sur les mains. »
 
« On ne peut qu’être bouleversé par ces adolescents extraordinaires, qui crèvent de faim et de peur, mais refusent de se soumettre, dont Marc Levy rend fort bien la naïveté et la bravoure, la
modestie et l’héroïsme. » Olivia de Lamberterie – ELLE
 
« Et c’est là sa réussite : dépasser le témoignage ponctuel pour dire "l’envie de résister". » Josyane Savigneau - Le Monde des Livres
 
« Fort de cette densité différente, portée par une écriture simple, Les Enfants de la liberté fait partager au lecteur une tension permanente. » Pierre Vavasseur - Le Parisien
 
Gravé dans le sable, Michel Bussi, Jérôme Derache et Cédric Fernandez
Gravé dans le sable
Quel est le prix d’une vie ? Pour Lucky, joueur ayant la chance du diable, la mort est un jeu comme un autre. Alors, en juin 1944, à la veille du débarquement en Normandie, il n’hésite pas à miser sa vie pour une hypothétique fortune. Lucky va perdre la vie, persuadé que sa sublime fiancée Alice Queen empochera la mise… Mais ce n’est que 20 ans après la mort de son amour qu’Alice va découvrir des bribes de vérité… Et encore, comment le prouver ?

De la Normandie aux États-Unis, Alice se lance en quête du rétablissement de la mémoire de son homme… au risque de réveiller les démons du passé. Autour d’elle, chacun croit détenir la vérité et semble résolu à tuer pour la protéger.



Gravé dans le sable, paru en 2014, est la réédition du premier roman écrit par Michel Bussi, Omaha Crimes.
 
 
Si c'est un homme, Primo Levi
Si c'est un homme

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur.
Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité. »
Angelo Rinaldi

« Ce volume est aussi important que la Bible. Un Livre fonda une religion humaniste il y a des millénaires. Un autre Livre raconte la fin de l'humanité au XXe siècle. » Frédéric Beigbeder

 
V2, Robert Harris
V2
Automne 1944. Rudi Graf, ingénieur allemand, voit son rêve de conquête spatiale virer au cauchemar. La fusée qui devait lui permettre d'aller sur la Lune a été détournée par le Reich pour donner naissance à un missile balistique ultraperformant : le V2.
Détruire l'Angleterre, vite ; reprendre la main sur cette guerre qui s'enlise. Pour ce faire, dix mille missiles viennent d'être créés et c'est Rudi et son ami Wernher von Braun, ingénieur aérospatial devenu officier SS, qui sont chargés de mener à bien ce projet.
Le Blitz sous les V2, la Londonienne Kay Caton-Walsh le côtoie de près. Officier de la WAAF, la Women's Auxiliary Air Force, Kay est envoyée en Belgique pour trouver le site de lancement de ces missiles et l'anéantir.
La mission est périlleuse. Mais, au cœur de ce territoire ravagé, Kay va pouvoir compter sur un allié inattendu...
 
La voleuse de livres, Markus Zusak
La voleuse de livres

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité.
Liesel Meminger y est parvenue.
Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée.
Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt ? Ou sa force extraordinaire face aux événements ? À moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre et a même inspiré à la Mort ce joli surnom : la Voleuse de livres…

« Best-seller international, cette fable singulière envoûte par son audace et son originalité. » Questions de femmes

« Ironique et paradoxal, La Voleuse de livres appartient à ce genre hybride d'ouvrages destinés à la fois aux adolescents et aux adultes. » Le Monde des Livres

Cet ouvrage a reçu le prix Millepages Jeunesse

 
Indigne, Cécile Chabaud
Indigne
Le 6 décembre 1945, au palais de justice de Pau, s’ouvre un procès complexe : Georges Despaux, rescapé d’Auschwitz et de Buchenwald, était-il collabo ou résistant ?
Cet adhérent du P.P.F. de Jacques Doriot était-il en sous-main membre de l’Intelligence Service ? Doté d’une plume agile et d’un coup de crayon stupéfiant, Despaux doit-il être jugé à l’aune de ses articles antisémites ou de ses dessins de la vie dans les camps, qui constituent un témoignage d’une humanité bouleversante ? 
Ces questions agitent David, galeriste dont le père a été l’ami de Despaux. David n’aura de cesse d’enquêter pour comprendre. Quitte à douter de ses propres certitudes…
Un roman intense, construit en trois temps – le procès de Pau, la déportation, l’enquête de David –, qui interroge sur un personnage énigmatique et contrasté, reflet de ce que l’homme porte en lui de plus contradictoire.


 
 
Ombres portées, Ariana Neumann
Ombres portées
À Caracas, dans le vaste domaine familial, Ariana Neumann, huit ans, joue à l'espionne. En fouillant dans les affaires de son père, Hans, elle trouve une pièce d'identité. Elle reconnaît son père jeune homme, mais il porte un autre nom. Effrayée, elle tait cette découverte et s'efforce de l'oublier. Des années plus tard, à la mort de son père, Ariana retrouve ce mystérieux document dans une boîte contenant des photos, des lettres et d'autres souvenirs de la jeunesse de celui-ci à Prague. Elle mettra près d'une décennie à trouver le courage de faire traduire cette correspondance. Ce qu'elle découvre la propulse dans une quête pour découvrir l'histoire de sa famille, la vérité sur son père et les raisons de son silence...

 « Dans ce récit parfaitement maîtrisé, la tragédie monstrueusement banale des Neumann se lit comme un thriller sans effet de manches. Un poignant témoignage d’amour filial, doublé d’un périple intime au cœur de l’Histoire. » Télérama
« Une histoire pudique et exemplaire de la Shoah. » Dernières Nouvelles d’Alsace

Traduit de l'anglais par Nathalie Peronny.
 
Pour exister encore, Martine Duchesne
Pour exister encore
En pleine dépression et coincée dans un petit poste à la mairie de Lille, Emma s’ennuie dans sa vie. La restauration de la ferme qu’elle a achetée deux ans auparavant ne suffit plus à combler les vides. Lorsque le hasard place sur sa route un vieux document au message sibyllin, Emma est prise au jeu de l’enquête. Pour tout comprendre de la vieille dame qui l’a écrit et de son mutisme obstiné, il lui faudra repartir là où tout a commencé, pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais elle devra aussi y affronter sa propre mémoire…
 
Guetter l'aurore, Julie Printzac
Guetter l'aurore
Été 1941. Les Brodsky, juifs, ont fui la zone occupée et la menace nazie pour se réfugier dans le sud de la France. Rattrapés par les nouvelles lois de Vichy, ils se retrouvent en résidence forcée au pied des Pyrénées, dans une grande demeure délabrée.
Peu à peu, la vie s’organise. Esther, l’aînée des enfants, rencontre Clara. L’heure est à l’adolescence, aux premiers émois et aux grandes amitiés. C’est également le temps de l’engagement dans la Résistance, des luttes pour survivre, mais aussi des rafles. Dans la tourmente, Esther et Clara font tout pour rester maîtresses de leur destin. C’est compter sans la brutalité de l’Histoire…
 
La Race des orphelins, Oscar Lalo
La Race des orphelins
De beaux bébés blonds. Conçus par les maternités du Reich pour régner sur le monde. Mais la race des maîtres est devenue la race des orphelins.
Qui est Hildegard Müller ? Elle-même ne le sait pas. Comment savoir quand on lit si mal, qu’on écrit plus mal encore ? Alors cette petite fille de bientôt 77 ans engage un scribe pour partir sur les traces de sa mémoire dérobée...
 
La ferme des engoulevents - tome 1 Lilibeth, Maurice de Kervénoaël
La ferme des engoulevents - tome 1 Lilibeth (1939-1942)
Août 1939. La guerre est déclarée et n’épargne pas Lilibeth, épouse et mère, et ses amies Cécile, Maïté et Esther, liées par leur passion pour la peinture.

Après un bombardement allemand, Lilibeth se résout à fuir la Bourgogne avec ses jeunes enfants et sa mère pour se réfugier dans la propriété familiale de Bretagne : les Engoulevents. La traversée de la France en voiture est longue et dangereuse ; par chance, elle parvient à faire escale en Sologne chez son amie Maïté. Mais bientôt, malgré le péril, elle doit poursuivre sa route. Une équipée qui ne sera pas sans surprises...

De la drôle de guerre jusqu’à novembre 1942, ce roman à plusieurs voix mêle le destin de quatre femmes, d’origines sociales et d’opi- nions politiques ou religieuses différentes. Sous l’Occupation nazie, elles devront ensemble faire face à la tourmente.
 
Le Journal de Renia, Renia Spiegel
Le Journal de Renia
Pologne, 1939. Renia Spiegel a 15 ans. Dans son journal, elle note ses préoccupations d'adolescente : l'école, ses meilleures amies, ses rêves d'avenir. Apprentie poète, elle parsème son journal de ses œuvres.
Mais au fil des pages et des mois qui passent, les sujets se font plus graves. Pour Renia, qui est juive, et sa famille, les conditions de vie se détériorent. Peu à peu, l'angoisse s'immisce entre les tranches de vie quotidienne. L'étau se resserre et le danger se rapproche. L'horreur finira par rattraper l’adolescente en juillet 1942 lorsque, cachée par la famille de son petit ami, elle sera dénoncée par un voisin.
Renia meurt à l'âge de 18 ans, tuée par la Gestapo, laissant derrière elle un témoignage poignant.
 
 
La femme qui en savait trop, Marie Benedict
La femme qui en savait trop
En 1933, à 19 ans, Hedy Kiesler, séduisante actrice viennoise d'origine juive, épouse Friedrich Mandl, un riche marchand d'armes proche de Mussolini. Conscients de la menace qui vient d'Allemagne, ses parents cherchent, par ce mariage, à la protéger, quitte à accepter pour cela une conversion au catholicisme. Malheureusement, Mandl s'avère être un homme possessif et opportuniste. D'abord opposé à l'Anschluss, il finit par retourner sa veste et obtient les faveurs de Hitler. Horrifiée, Hedy décide de s'enfuir.
Installée aux États-Unis, elle rencontre le directeur de la MGM et devient sous ses mains Hedy Lamarr, superstar hollywoodienne. Malgré le faste et les mondanités, elle ne peut cependant oublier l'Europe et décide de contribuer à sa façon à l'effort de guerre. Grâce à son intelligence et avec l'aide d'un musicien, elle conçoit un système de codage des transmissions révolutionnaire – technologie qui sera à l'origine, entre autres, du Wifi et de nos téléphones portables. Mais comment accorder le moindre crédit scientifique à la plus belle femme du monde, d'origine autrichienne de surcroît ?
Dans ce récit à la première personne, Marie Benedict redonne vie à une femme hors du commun, dont le plus grand rôle fut oublié, voire ignoré, durant des décennies...         

PRESSE : 
«...une lecture digne de cette femme magnifique et talentueuse. » New York Journal of Books
« L'histoire captivante d'une femme complexe, d'une pionnière. » Kirkus Reviews

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Bourgeois
 
Sachez que nous sommes toujours là, Esther Safran Foer
Sachez que nous sommes toujours là
Esther Safran Foer a grandi dans une famille dans laquelle le passé n’existait pas. Ses parents, rescapés de la Shoah, ne parlaient jamais de ce qu’ils avaient vécu. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’elle parvient à combler les silences de son enfance.
 
Esther apprend fortuitement qu’avant la guerre, son père était marié avec une autre femme et qu’ensemble, ils avaient eu une fille. Elle est bouleversée d’apprendre l’existence de cette femme et de cette sœur inconnues, assassinées par les nazis. Esther décide alors de se mettre à la recherche de ce passé familial insoupçonné et de redonner une existence à ces deux personnes rayées de l’histoire.
 
Munie de quelques photos et d’une carte dessinée à la main, elle se met en quête de réponses et se rend en Ukraine. C’est ce voyage, empreint de tristesse et d’illuminations, qui l’aidera à donner une vie et un visage à ces inconnues, à les sortir de l’oubli et faire vivre leur souvenir. Une quête de vérité qui a inspiré à son fils Jonathan Safran Foer l’écriture de son best-seller Tout est illuminé.
 
Nous les Allemands, Alexander Starritt
Nous les Allemands
Longtemps, les questions posées par Callum à son grand-père allemand sur la guerre sont restées sans réponse. Et, un jour, Meissner s'est décidé à raconter. Sa vie de soldat sur le front de l'Est, les débuts triomphants, l'esprit de corps, l'ivresse des batailles, et puis le froid, la faim, la misère. Et surtout l'année 1944 quand lui et ses camarades ont compris que la guerre était perdue ; que tout ce en quoi ils avaient cru, tout ce qui les faisait tenir, l'appartenance à une nation, l'espoir d'une guerre rapide, les rêves de retour, tout était en train de s'écrouler ; que dans la déroute, les hommes ne sont plus des hommes ; que le désespoir vous fait accomplir le pire et que rien, jamais, ne permettra d'expier la faute de tout un peuple.
 
Les Nus et les morts, Norman Mailer
Les Nus et les morts
Sur les eaux du Pacifique, un peloton de treize soldats américains est envoyé en mission pour conquérir Anopopéi, une petite île du Sud, face aux forces japonaises. Au fil des pages, Norman Mailer déploie une vision de la guerre, basée sur sa propre expérience de soldat, dans laquelle se heurtent le quotidien terrible et les rêves de chacun, entre réalisme et révolte.
Témoignage d’une époque, ce premier roman de Norman Mailer, souvent comparé à Guerre et Paix, marque l’entrée dans la légende de celui-ci alors qu’il n’a que vingt-cinq ans. Aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands romanciers de tous les temps, couronné du prix Pulitzer en 1969 et 1980, il est aussi l’un des enfants terribles de la littérature américaine – provocateur, subversif et iconoclaste.

« Sept cents pages de bruit et de fureur racontées avec un
stylo en guise de lance-flammes. » Éric Neuhoff, Le Figaro
 
Un jeune homme si tranquille, Yves Viollier
Un jeune homme si tranquille
J'ai posé la question à mon oncle, la dernière fois que nous nous sommes vus, il y a plus d'un an, il était encore en pleine forme. « Est-ce que tu as parlé à tes amis ? » Il m'a répondu : « Je n'ai pas encore osé... »
 

Roger Martin les a séduits. Il a été accueilli dans ce bourg dont le narrateur est le maire, comme un ami de toujours. Veuf, à plus de soixante-dix ans, il avait besoin d'une famille. Et tous lui ont ouvert les bras. Il est devenu le père, le grand-père, le vieil homme que les jeunes aiment bien.
La déception a été aussi violente que l'amour et l'amitié avaient été doux. Le fil du temps s'est tendu. Roger, en jeune homme, est alors apparu dans sa vérité. L'Occupation avait été ce théâtre où il a joué un rôle funeste.

Écrivain de l’épure, Yves Viollier, avec ce texte chaleureux et glaçant à la fois, dont le sujet est dessiné avec la plus grande humanité, pourrait prendre pour sienne la devise simenonienne : « Comprendre et ne pas juger. »
 
Les Lueurs du lendemain, Jennifer Cody Epstein
Les Lueurs du lendemain
Berlin, 1933. Amies depuis leur plus tendre enfance, Ilse et Renate, deux adolescentes, sont confrontées aux bouleversements provoqués par la montée du nazisme. Séduite par l’esprit de corps et l’idéal prônés par les Jeunesses hitlériennes, Ilse incite Renate à s’enrôler, mais celle-ci, juive, est cruellement rejetée. Lorsque les lois de Nuremberg sont promulguées, les jeunes filles se retrouvent alors ennemies malgré elles… New York, 1989. Ava, la fille d’Ilse, hérite des lettres écrites par cette dernière à Renate. En les lisant, elle plonge avec stupeur dans l’histoire de cette femme qui n’a jamais su l’aimer. Fresque haletante et poignante, Les Lueurs du lendemain se penche sur les retombées intimes et invisibles du nazisme, et sur les conséquences dévastatrices des choix faits durant les heures les plus sombres de l’Allemagne.

"Ce récit terrible et humain le confirme, comme se confirme cette intuition : l’Histoire narrée par les femmes ne se contente pas de raconter des faits, elle explore toujours les zones intimes de l’être,  qui sont les moteurs de cette dernière."
Gérard de Cortanze, HISTORIA 


"Une belle amitié au péril de l'idéologie (...). Un roman très fort, très poignant."
LA MANCHE LIBRE
 
La Messe allemande, François Eurly
La Messe allemande
Prisonnier dans un oflag allemand en 1940, Joseph, un officier français, est amené à dire la messe à ses compatriotes. D’évidence, cette charge d’aumônier l’interroge et le bouleverse. Ce trouble affecte les relations qu’il noue avec ses compagnons : Paul, le curé breton qu’il remplace, Henri l’instituteur, Abel le militaire de carrière…
Qui est véritablement Joseph ? Pourquoi voue-t-il à Werner, l’officier allemand, une si grande reconnaissance ?
Ce huis clos au cœur d’un conflit mondial met au jour le rapport intime de chacun à la spiritualité et exacerbe les tensions entre les hommes. Comment rester soi-même quand l’histoire nous commande de survivre ? Entre affabulation et vérité, ce roman de la mémoire explore de manière obsédante les doutes des existences et la fidélité des âmes.
 
Déjà, l'air fraîchit, Florian Ferrier
Déjà, l'air fraîchit
1946. Hitler est mort, l’Allemagne plonge dans l’abîme.
Elektra, jeune allemande, bibliothécaire-expert pour la SS, attend son jugement par les alliés. En prison, elle revit son existence, hantée par l’absence de son père, et à travers elle, la montée du nazisme, l’occupation en France et la vie parisienne tant appréciée outre Rhin…
Dans une Europe dévastée par la guerre, Elektra tente de diriger sa vie et de s’émanciper.
Témoin privilégié de la voracité des services de spoliation dans l’Europe entière, alors que la défaite semble inéluctable, finira t’elle par prendre conscience de la brutalité de ce monde meilleur pour lequel elle pense œuvrer ?
 
 
L'armée des ombres, Joseph Kessel
L'armée des ombres
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Londres, 1943, Joseph Kessel écrit L'Armée des ombres, le roman-symbole de la Résistance que l'auteur présente ainsi : « La France n'a plus de pain, de vin, de feu. Mais surtout elle n'a plus de lois. La désobéissance civique, la rébellion individuelle ou organisée sont devenues devoirs envers la patrie. (...)

Jamais la France n'a fait guerre plus haute et plus belle que celle des caves où s'impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d'où partent ses enfants libres, des cellules de torture où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des Français meurent en hommes libres.

Tout ce qu'on va lire ici a été vécu par des gens de France. »
 
Deux femmes dans la tourmente, Teresa Messineo
Deux femmes dans la tourmente
Jo et Kay se sont rencontrées à New York au cours de leurs études d’infirmière à la fin des années 1930. Désireuses de partir à l’aventure, les deux jeunes femmes s'engagent aux côtés des Alliés. C'est là que leurs chemins se séparent.
Jo est envoyée sur le front de l’Ouest, en France, où elle doit superviser un hôpital de fortune comptant six blessés : des vies fragiles pour lesquelles elle représente le seul espoir et qu’elle entend protéger jusqu’au bout.
Kay est envoyée à Hawaï. Après une parenthèse enchantée sur les plages de sable blanc, l’attaque de Pearl Harbour signe pour elle le début du cauchemar : prisonnière des Japonais, elle est déportée dans un camp à Manille.
Dans l’horreur des corps mutilés, de la maladie et de la famine, chacune s’accroche à sa vocation, mais aussi à l’amour et à l’amitié, pour trouver le courage de supporter l’insupportable. L’espoir sera-t-il plus fort que la mort ? Que restera-t-il de leur précieux lien après ces années de séparation et de souffrance ?
 
Derniers témoins, Sveltlana Alexievitch
Derniers témoins
De tous les textes de Svetlana Alexievitch, celui-ci est le plus déchirant. Car qu'y a-t-il de plus terrible que l'enfance dans la guerre, de plus tragique que l'innocence soumise à l'abjection de la  violence ?  Les personnages de ce livre ont entre trois et douze ans. Garçons et filles, ils ont grandi au cœur des ténèbres du plus inhumain des conflits ; cette Seconde Guerre mondiale dont les plaies restent toujours béantes soixante ans après.  Il a fallu à Svetlana Alexievitch près d'un quart de siècle pour mettre un point final à ce monument de la littérature, dressé pour commémorer la plus injuste des souffrances.  Derniers témoins change notre regard sur l'histoire, sur le monde, sur la guerre, sur l'enfance, sur la vie.

« De ces récits d’une authenticité désarmante, Svetlana Alexievitch fait des livres, bouleversants, dérangeants, des livres de combat. » Télérama
 
 
Lisez
Lisez