RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités
            Par Sonatine, publié le 01/03/2018
            L'interview de Sarah J. Naughton, la nouvelle sensation du thriller anglais

            Comment transforme-t-on un coup d'essai en coup de maître ? Une autre histoire s'empare des codes du thriller psychologique pour mieux les retourner et balader son lecteur de surprises en rebondissements. À l'occasion de la parution du roman chez Sonatine Éditions, Sarah J. Naughton s'est prêtée au jeu des questions-réponses pour notre plus grand plaisir.

             

            Vos premiers romans étaient des thrillers pour enfants, pourquoi avez-vous décidé d’en écrire un pour adultes ?

            Pour être honnête, je n’ai jamais vraiment choisi d’écrire des thrillers pour enfants en tant que tels, j’ai juste eu une idée qui fonctionnait mieux avec des personnages jeunes. Avec Une autre histoire, le sujet faisait que le roman devrait être destiné à des adultes, mais c’est toujours l’idée qui vient en premier. Je trouve que le processus d’écriture est presque identique. Avec la fiction pour jeunes adultes, vous avez affaire à un public très sophistiqué : l’intrigue, les personnages, le rythme et ainsi de suite doivent être aussi justes que pour des lecteurs adultes, donc la seule réelle différence était le sujet.

             Vos deux personnages féminins ont des relations très chaotiques avec leur famille. Pourquoi vouliez-vous explorer ce thème ?

            Tout le monde n’a-t-il pas des relations chaotiques avec sa famille ? Si ce n’est pas votre cas, alors je soupçonne que vous appartenez à la minorité. Malheureusement, il y a des parents comme ceux de Jodie. Quant à Mags, c’était une femme forte avec une idée précise de la direction que devait prendre sa vie, et son père avait des idées tout aussi précises, mais opposées. Ça s’est produit dans ma propre famille, et ça crée une dynamique intéressante. Même si nous pensons tous que nous aimerions appartenir à une famille heureuse, en fait elles sont très ennuyeuses (jusqu’à ce que quelqu’un meure – alors on peut écrire un roman sur la personne). Dans la vie, comme dans l’art, ce sont l’opposition et le conflit qui donnent de la couleur.

            L’endroit où tous les personnages principaux vivent – une église convertie en appartements – crée une atmosphère vraiment spéciale. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce lieu ? Est-il réel où l’avez-vous inventé ?

            C’est un véritable endroit, à Stockwell, à Londres. Un des amis de mon fils y habite. Le bâtiment en lui-même n’est pas du tout sinistre car sa transformation a été effectuée avec soin. À l’intérieur, on ne se rend même pas compte que c’était autrefois une église. Mais j’ai voulu en faire un endroit lugubre, plutôt menaçant, comme l’intérieur de la tête d’une personne dérangée. C’est mon éditrice, Sam Eades, qui m’a poussée à bien réfléchir au décor du roman, et c’est un des aspects qui ont le plus marqué les lecteurs. Je ne m’étais jusqu’alors jamais rendu compte à quel point les lieux étaient importants dans les livres, mais quand je repense à mes romans préférés j’ai toujours une image très précise de l’endroit où l’action se déroule. Parfois, c’est l’endroit lui-même qui déclenche l’intrigue.

            Quels sont vos auteurs préférés et vos sources d’inspiration ?

            En ce moment je lis Les Mandible de Lionel Shriver, qui est une de mes auteures préférées de tous les temps. Je corne la page quand une de ses idées me frappe particulièrement, et la plupart des pages sont cornées. Enfant, j’adorais Robert Westall, et son travail a été une grande source d’inspiration, particulièrement les histoires de voyage dans le temps, auxquelles je me suis moi-même essayée, mais elles n’ont jamais quitté le fond de mon tiroir. Je regarde beaucoup de documentaires historiques et ce sont eux qui ont été à l’origine de mes deux livres pour enfants, qui se déroulent à l’époque victorienne et pendant la première révolution anglaise. Il est difficile de savoir d’où viennent les idées, mais s’exposer à des expériences et des personnes différentes de celles auxquelles on est habitué aide certainement. Écrire est une activité solitaire et il peut être aisé d’oublier la diversité des expériences humaines de l’autre côté de la fenêtre.

             

            Plus d'infos sur sur Une autre histoire

            Plus d'infos sur Sarah J. Naughton

            Plus d'actualités de Sonatine

            Sonatine
            Sonatine Editions

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              5 romans placés sous le signe des nouvelles voix du thriller

              Ils n’ont qu’un roman derrière eux mais l’engouement des critiques et le bouche à oreille leur ont d’ores et déjà assuré une place dans la catégorie des auteurs à suivre de très près. Qu’elles nous entraînent sur les traces d’un serial killer ou qu’elles penchent vers l’ésotérisme, ces nouvelles voix du thriller ont compris comment jouer avec nos angoisses. La preuve par 5 romans.

              Lire l'article