Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823876505
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe
Père Fouettard Corporation - tome 01
Sarah Provost (traduit par)
Collection : mangas
Date de parution : 12/11/2020
Éditeurs :
12-21

Père Fouettard Corporation - tome 01

Sarah Provost (traduit par)
Collection : mangas
Date de parution : 12/11/2020
Découvrez le côté obscur du Père Noël !
Au Japon, c'est la crise. Pas facile d'avoir un boulot quand on n'a pas de diplôme. Miharu Hino, 22 ans et abonné aux CDD pourris, en sait quelque chose. Et... Au Japon, c'est la crise. Pas facile d'avoir un boulot quand on n'a pas de diplôme. Miharu Hino, 22 ans et abonné aux CDD pourris, en sait quelque chose. Et le Père Fouettard, vous connaissez ? Celui qui se balade à Noël avec un douet et un grand sac pour... Au Japon, c'est la crise. Pas facile d'avoir un boulot quand on n'a pas de diplôme. Miharu Hino, 22 ans et abonné aux CDD pourris, en sait quelque chose. Et le Père Fouettard, vous connaissez ? Celui qui se balade à Noël avec un douet et un grand sac pour y plonger les vauriens. Miharu s'apprêt à le rencontrer.

Bien loin d'être un affreux moutard, notre héros se retrouve malgré lui au fond du sac du père Fouettard, en route pour le pôle Nord ! Il y découvre le véritable visage de Noël, plus proche d'une multinationale peu scrupuleuse que d'un atelier coquet. 

La petite entreprise du Père Fouettard ne connaît pas la crise
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823876505
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

Un récit bien inscrit dans la modernité réaliste de notre époque, qui va jouer sur plein de petits vices de la société pour offrir une comédie aux petits oignons.
Koiwai / Manga-News
Définitivement, la prêtresse du manga humoristique fait son retour en librairie, plus en forme que jamais. Père Fouettard Corporation s'impose dès ses débuts comme une lecture incontournable de Noël.
Joan Lainé / AnimeLand

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LeManegeDePsylook 23/12/2021
    En début de mois j’ai vu le numéro 5 de cette série et ça m’a interpellé… ça avait forcément un rapport avec Noël, donc l’idée m’est venue de m’y essayer. J’ai donc acheté le premier, en plus la couverture est trop belle. Avec un titre pareil, je m’attendais à ce que ce soit une histoire de baston comme c’est très à la mode en ce moment, mais non, du tout. Miharu a 22 ans. Il ne trouve pas de CDI et pour survivre, il travaille dans un konbini (supérette ouverte 24h sur 24). Son collègue est un gros connard qui abuse de sa gentillesse, il récupère les invendus alors que c’est interdit. Miharu le couvre et la seule fois où il fait une incartade, il est découvert par le père Fouettard qui le catalogue comme “enfant méchant” donc il kidnappe notre héros qui est contraint de travailler pour son organisation. Quand j’ai commencé cette lecture, la première chose que je me suis dit c’est que les dessins n’étaient quand même pas terrible ! Le héros a une tête de con et son collègue encore pire. Quant aux autres personnages, le style graphique est assez classique. Ce qui contraste fortement avec Knecht (le père... En début de mois j’ai vu le numéro 5 de cette série et ça m’a interpellé… ça avait forcément un rapport avec Noël, donc l’idée m’est venue de m’y essayer. J’ai donc acheté le premier, en plus la couverture est trop belle. Avec un titre pareil, je m’attendais à ce que ce soit une histoire de baston comme c’est très à la mode en ce moment, mais non, du tout. Miharu a 22 ans. Il ne trouve pas de CDI et pour survivre, il travaille dans un konbini (supérette ouverte 24h sur 24). Son collègue est un gros connard qui abuse de sa gentillesse, il récupère les invendus alors que c’est interdit. Miharu le couvre et la seule fois où il fait une incartade, il est découvert par le père Fouettard qui le catalogue comme “enfant méchant” donc il kidnappe notre héros qui est contraint de travailler pour son organisation. Quand j’ai commencé cette lecture, la première chose que je me suis dit c’est que les dessins n’étaient quand même pas terrible ! Le héros a une tête de con et son collègue encore pire. Quant aux autres personnages, le style graphique est assez classique. Ce qui contraste fortement avec Knecht (le père Fouettard qui est sur la couverture) : alors OK, il n’a pas de visage, malgré ça, il a la classe que ce soit ses postures ou ses vêtements ! Je suis fan du perso, non seulement il a la classe, mais en plus il est rusé cet enfoiré. Par la suite, soit les dessins s’améliorent, soit je m’y suis fait, je n’ai pas assez de recul pour savoir. Le gros point fort de ce manga, c’est l’univers… il est déjanté, il suffit de penser au père Bonnet et à ses bonnet-lutins. Je n’en dis pas plus, c’est un personnage aussi fou que glauque. En ce qui concerne l’atmosphère, c’est typique de Noël avec ses décors, l’usine du père Fouettard au Pôle Nord, etc. J’ai trouvé que c’était parfait en cette période de fête : pas trop joyeux, loin d’être neuneu, un brin sombre sans être excessif. Un juste milieu. Une histoire comme je les aime. C’est un coup de cœur pour cette lecture et il me faudra absolument la suite !
    Lire la suite
    En lire moins
  • unegeekselivres 23/05/2021
    Miharu est un employé de supérette. Le jour de noël, il vole un gâteau périmé qu’il est censé jeter. Alors il va se faire embarqué par le Père Fouettard afin de travailler pour lui et le Père Noël. Il trouve enfin un cdi, mais il est clair, que les aventures ne font que commencer. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en prenant ce manga, mais c’est une bonne surprise. Un manga fun et très intéressant. J’aime beaucoup les personnages, mais aussi l’histoire. Un tome qui donne tout de suite envie de lire la suite, c’est vraiment top. J’ai ri, j’ai passé un bon moment, et c’est entraînant. C’est sûr je lirais la suite.
  • Erik_ 01/11/2020
    Ce n'est qu'au milieu de la lecture de ce manga que je me suis aperçu que le héros était un jeune homme tant les traits de son visage faisait un peu féminin. Mise à part cela, ce fut une entrée en matière à peine crédible mais il y a de la matière pour de l'humour corrosif sur l'entreprise de Noel qui ne connaît pas la crise. On connait tous l'auteur qui a fait Les Vacances de Jésus Bouddha. Elle réitère dans un même genre pour nous parler de l'avatar noir du Père Noël à savoir le Père Fouettard qui s'occupe des petits garnements. Le récit s'inscrit dans la modernité avec certaines trouvailles assez intéressantes comme la multinationale peu scrupuleuse dirigée par ce fameux Père fouettard. La fête de Noël risque de perdre un peu de sa magie légendaire.
  • pommerouge 28/12/2019
    Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. Ça faisait un moment que j’avais envie de découvrir l’univers de ce manga au nom très intriguant. De plus, nous sommes en pleine période de Noël, idéal pour se plonger dans l’ambiance ! Nous suivons le personnage de Miharu. Il n’a que 22 ans, mais sa vie est misérable. Il n’a pas réussi à rentrer à l’université, mais pour lui cela n’était pas un problème, il allait trouver un boulot rapidement. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Il a négligé la crise actuelle ! Les seuls emplois qu’il trouve sont des CDD pitoyables. Il trime vraiment pour vivre correctement. N’en pouvant plus, même si cela est interdit, il décide de prendre un gâteau qui est un invendu et de l’emmener chez lui. Sauf que quelqu’un va très rapidement remarquer ce faux pas… Le père fouettard. Oui, l’acolyte opposé du père Noël. Son but ? Donner des jouets aux petits vauriens. Du charbon, des tripes ou même des jouets, mais le plus décevant possible. Le but est d’atteindre un but d’insatisfaction, afin que l’enfant ne recommence plus. Sans savoir comment, ni pourquoi, Miharu va se retrouver plongé dans cette entreprise et bosser pour eux. Après... Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. Ça faisait un moment que j’avais envie de découvrir l’univers de ce manga au nom très intriguant. De plus, nous sommes en pleine période de Noël, idéal pour se plonger dans l’ambiance ! Nous suivons le personnage de Miharu. Il n’a que 22 ans, mais sa vie est misérable. Il n’a pas réussi à rentrer à l’université, mais pour lui cela n’était pas un problème, il allait trouver un boulot rapidement. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Il a négligé la crise actuelle ! Les seuls emplois qu’il trouve sont des CDD pitoyables. Il trime vraiment pour vivre correctement. N’en pouvant plus, même si cela est interdit, il décide de prendre un gâteau qui est un invendu et de l’emmener chez lui. Sauf que quelqu’un va très rapidement remarquer ce faux pas… Le père fouettard. Oui, l’acolyte opposé du père Noël. Son but ? Donner des jouets aux petits vauriens. Du charbon, des tripes ou même des jouets, mais le plus décevant possible. Le but est d’atteindre un but d’insatisfaction, afin que l’enfant ne recommence plus. Sans savoir comment, ni pourquoi, Miharu va se retrouver plongé dans cette entreprise et bosser pour eux. Après tout, il cherchait un CDI et c’est ce qu’on lui propose. Mais il va vite se rendre compte que l’entreprise du père Noël et du père Fouettard, ressemble énormément à une grosse industrie… L’univers abordé est intéressant. On ne parle pas réellement du père Noël, mais de son opposé, de celui qui est en charge de punir les mauvais enfants, ceux qui ne sont pas sages. J’ai vraiment beaucoup apprécié le contexte. De plus, les autres personnages ne sont pas mis de côté, on va même apprendre le passé d’un des personnages secondaires, les raisons de sa venue ici. L’univers est riche et vraiment intéressant. En bref, c’est un manga idéal pour se plonger dans l’ambiance de Noël actuel ! L’univers est original et innovant ! J’ai apprécié les personnages et le style graphique du mangaka. L’histoire est très intriguant et on se pose beaucoup de questions, surtout sur le fameux père Fouettard ! 😉
    Lire la suite
    En lire moins
  • mimouski 16/04/2019
    Pour commencer, j'ai décidé d'emprunter ce manga car le mangaka ne m'était pas inconnu (Vacances de Jésus et Bouddha). Avec Père Fouettard Corporation, il prend une nouvelle orientation et s'est approprié ce personnage mythique pour en faire une autre série déjantée toujours reliée à la société actuelle. L'histoire a du mal à démarrer dans les premiers chapitres, il faut poser et bâtir le contexte et l'environnement quotidien de Miharu, c'est long, très tiré par les cheveux ce dernier licenciement.. le héros n'a vraiment pas eu de chance. Il va jusqu'à rencontrer le Père Fouettard qui le chope le jour de Noël à voler un gâteau invendu ! le premier et donc le dernier.. J'ai mieux accroché quand on commence à lui découvrir un talent, le caractère s'affirme enfin (yayy!) et surtout quand il s'embourbe de plus en plus dans ses mensonges avec sa mère.
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !