RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Personne ne m'a dit

            Solar
            EAN : 9782263159343
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe
            Personne ne m'a dit

            Collection : Solar Bien-être
            Date de parution : 13/09/2018
            Une voix puissante de femme libre qui se raconte sur le vif et qui démonte tous les tabous sur la sexualité, l’allaitement, notre rapport au corps, l’éducation des filles, la question du genre, le rôle du père, la couleur de peau, l’état du monde…
            « Au cours de la matinée, je ne trouve plus mon stylo. Je le cherche partout sur mon bureau. Quand je demande à ma collègue si elle le voit, elle rit d’un air entendu en disant que j’ai le syndrome du neurone unique. J’entends souvent cette expression aux réunions du groupe... « Au cours de la matinée, je ne trouve plus mon stylo. Je le cherche partout sur mon bureau. Quand je demande à ma collègue si elle le voit, elle rit d’un air entendu en disant que j’ai le syndrome du neurone unique. J’entends souvent cette expression aux réunions du groupe pour les parents de nouveau-nés. Elle renvoie à la théorie, dénuée de tout fondement scientifique, selon laquelle le cerveau de la femme se remplit de ouate après l’arrivée de l’enfant. Seules les femmes ont l’air d’user de cette expression. Les hommes du groupe, non. Je n’ai jamais entendu parler du syndrome du neurone unique des papas. Les hommes ne disent pas cela. Parce qu’ils n’en souffrent pas : ils appellent ça être “défoncés de fatigue”, reflet plus fidèle de la réalité. Bien joué, les papas.
            Pour les mamans, j’ajouterais volontiers quelques mots, pour dire qu’elles sont “défoncées de fatigue alors qu’elles gèrent les effets psychologiques et physiques d’une transformation interne et externe totale de leur corps”. »
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782263159343
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe
            Solar
            12.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Elodieuniverse Posté le 5 Décembre 2018
              Sous forme de journal intime, Holly McNish nous raconte sa grossesse, son accouchement et ses premiers pas en tant que mère au côté de sa fille. Dans ce journal, l'auteure se confie, nous dévoile toutes les difficultés qu'elle a rencontrées comme l'allaitement puis l'alimentation, la sexualité et bien d'autres sujets. Elle utilise un ton léger, souvent drôle pour parler des aléas que connaissent finalement tous les parents. Elle ose aborder des sujets difficiles dont on parle difficilement et des diktats de la société. Papa, les grands-parents ne sont pas oubliés. Elle nous transmet sa colère, ses peurs, son amour, sa joie, ses incompréhensions... C'est un livre d'une femme pour toutes les femmes qui sans aucun doute se reconnaîtront. Une lecture mitigée pour moi parce que sur certains points, je suis parfaitement d'accord mais pas sur d'autres et je trouve qu'elle énumère beaucoup de clichés. Tout le monde n'a pas ces problèmes et heureusement. Personnellement, je ne conseillerais pas ce livre aux jeunes mamans (qui risquent de partir en courant) mais plutôt aux mamans qui ont déjà passé ce cap... (...) Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
            • mybooksntea Posté le 22 Novembre 2018
              Personne ne m’a dit est un roman hybride qui m'a complètement prise au dépourvu. Hollie McNish est une poétesse et slammeuse anglaise que je ne connaissais pas. J'ai pu la découvrir à travers son livre, pendant sa grossesse puis les trois premières années de la vie de sa fille. Personne ne m'a dit est divisé en plusieurs parties, chacune correspondant à une année. Le texte est à la fois écrit sous forme de journal intime/journal de bord, où Hollie nous partage ses réflexions et ses pensées ;  et sous forme de poèmes en lien avec certains événements de sa vie. J'ai beaucoup aimé ce mélange des genres. Le côté prose pour la franchise des paroles de l'autrice, et le côté poèmes pour les émotions qu'ils transmettent. Je trouve que cela renforce tout ce qu'Hollie partage avec nous. Elle le fait sans aucun fard, avec beaucoup de justesse : ses peurs, ses doutes, ses coups de gueule, ses moments de bonheur…  Je n’ai pas vu passer les 400 et quelques pages. A vrai dire, en refermant le livre, j’avais encore envie d’en lire plus. Hollie évoque quantité de thèmes actuels concernant la grossesse et la maternité, avec un éclairage féministe. Elle parle de la couleur... Personne ne m’a dit est un roman hybride qui m'a complètement prise au dépourvu. Hollie McNish est une poétesse et slammeuse anglaise que je ne connaissais pas. J'ai pu la découvrir à travers son livre, pendant sa grossesse puis les trois premières années de la vie de sa fille. Personne ne m'a dit est divisé en plusieurs parties, chacune correspondant à une année. Le texte est à la fois écrit sous forme de journal intime/journal de bord, où Hollie nous partage ses réflexions et ses pensées ;  et sous forme de poèmes en lien avec certains événements de sa vie. J'ai beaucoup aimé ce mélange des genres. Le côté prose pour la franchise des paroles de l'autrice, et le côté poèmes pour les émotions qu'ils transmettent. Je trouve que cela renforce tout ce qu'Hollie partage avec nous. Elle le fait sans aucun fard, avec beaucoup de justesse : ses peurs, ses doutes, ses coups de gueule, ses moments de bonheur…  Je n’ai pas vu passer les 400 et quelques pages. A vrai dire, en refermant le livre, j’avais encore envie d’en lire plus. Hollie évoque quantité de thèmes actuels concernant la grossesse et la maternité, avec un éclairage féministe. Elle parle de la couleur de peau de son compagnon, de celle de sa fille et le racisme qui en découle. Elle parle du fait qu'une femme ne puisse pas allaiter en public parce que "cachez moi ce sein que je ne saurais voir" (La sexualisation du corps de la femme est telle qu’on oublie que les seins ne sont pas des jouets sexuels pour le plaisir de l’homme, mais destinés avant tout à NOURRIR un bébé). Hollie parle aussi de la pression sur le corps de la femme, avant et après accouchement. Pendant sa grossesse, son corps a complètement changé, on lui a touché le ventre sans sa permission. Après sa grossesse, elle a du s’adapter ce nouveau corps qui ne ressemblait en rien à celui qu’elle avait avant. Elle explique sa détresse et son incompréhension face à l'idée que les femmes doivent avoir un corps ferme et parfait quelques semaines après l’accouchement. Au delà de son ressenti personnel, de la fatigue et de la joie d’avoir un enfant, Hollie explique également ses inquiétudes pour l’avenir de sa fille, qui va grandir dans une société patriarcale. Dès son plus jeune âge elle reçoit des messages genrés, que ce soit pour ses vêtements, ses jouets, les films qu’elle regarde (relooking de Merida)... En tant que fille, elle est conditionnée par ce que la société lui renvoie, et il est très dur de lutter contre ce courant. En bref, Personne ne m'a dit est un gros gros coup de coeur. Hollie McNish m'a apporté un éclairage nouveau sur ce que je pensais savoir de la grossesse et de la maternité. C'est à la fois décomplexant et angoissant. Elle m'a donné matière à réfléchir, et je compte bien la suivre dans ses autres écrits !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Deslivresetlesmots Posté le 6 Novembre 2018
              Je remercie Babelio et Solar Éditions de m’avoir envoyé ce livre en échange d’une chronique honnête. Et pourtant, c’était pas couru d’avance ! Quand j’ai reçu la proposition de Babelio j’ai un peu hésité : voulais-je vraiment lire 462 pages sur la maternité alors que c’est quelque chose que je n’envisage aucunement pour moi-même et pour lequel j’ai généralement peu d’intérêt ? Je ne connaissais même pas l’autrice alors qu’elle est une artiste reconnue. Comme l’ouvrage était présenté comme féministe, je me suis dit que c’était l’occasion, que ça pouvait être très intéressant. Je ne regrette pas du tout puisque c’était en effet une très chouette lecture. Ce livre est un mélange de journal où l’autrice donne son ressenti des événements, la découverte de sa grossesse puis sa progression jusqu’à l’accouchement et les premières années de sa fille, et de recueil de poésie puisqu’elle en profite pour coucher sur papier des poèmes. Ceux-ci sont toujours en rapport avec son expérience du moment et c’était très intéressant d’avoir la version « brute » suivie par un poème qui la plupart du temps, reprenait tout à fait l’essence du sentiment, de l’expérience en question. Mais surtout, l’autrice ne s’arrête pas à raconter sa vie :... Je remercie Babelio et Solar Éditions de m’avoir envoyé ce livre en échange d’une chronique honnête. Et pourtant, c’était pas couru d’avance ! Quand j’ai reçu la proposition de Babelio j’ai un peu hésité : voulais-je vraiment lire 462 pages sur la maternité alors que c’est quelque chose que je n’envisage aucunement pour moi-même et pour lequel j’ai généralement peu d’intérêt ? Je ne connaissais même pas l’autrice alors qu’elle est une artiste reconnue. Comme l’ouvrage était présenté comme féministe, je me suis dit que c’était l’occasion, que ça pouvait être très intéressant. Je ne regrette pas du tout puisque c’était en effet une très chouette lecture. Ce livre est un mélange de journal où l’autrice donne son ressenti des événements, la découverte de sa grossesse puis sa progression jusqu’à l’accouchement et les premières années de sa fille, et de recueil de poésie puisqu’elle en profite pour coucher sur papier des poèmes. Ceux-ci sont toujours en rapport avec son expérience du moment et c’était très intéressant d’avoir la version « brute » suivie par un poème qui la plupart du temps, reprenait tout à fait l’essence du sentiment, de l’expérience en question. Mais surtout, l’autrice ne s’arrête pas à raconter sa vie : elle en profite pour partager des réflexions pertinentes, sur le sexisme et le racisme ambiant de nos sociétés, sur ce qu’on impose aux parents, sur le rôle des pères, sur ce que signifiait la maternité pour la génération précédente, et même sur le végétarisme ! Bien sûr toutes ces réflexions tournent beaucoup autour de la maternité et le titre n’est pas choisi aux hasards puisque Hollie McNish découvre au fur et à mesure de nombreuses choses dont personne ne lui avait parlé, alors qu’il s’agit d’expériences majoritairement communes. Par exemple, elle parle de ne plus reconnaître son corps après l’accouchement, des saignements qui suivent ce dernier pendant de nombreux jours, de la difficulté à allaiter en public au point de devoir aller se « cacher » dans des toilettes sales pour le faire… Autant d’éléments qui donnent des envies de hurler, que ce soit à l’autrice, mais au lectorat également ! Ce qui m’a particulièrement plu finalement, c’est que l’autrice n’enjolive pas son expérience : elle parle des bons moments, de la beauté d’avoir mis au monde sa fille et de la tenir dans ses bras, des moments de complicité avec elle, etc. Mais elle mentionne aussi les moments où elle en a assez de la grossesse, où sa fille fait un caprice en pleine rue et que tous les passant·e·s y vont de leur regard noir ou de leurs remarques désobligeantes et qu’elle aimerait que ça cesse, qu’elle aimerait pleurer et hurler elle aussi mais qu’elle doit garder sa contenance et être patiente. De plus, je n’ai pas l’impression qu’il y ait de tabou dans ce livre : comme je l’ai mentionné l’autrice parle de saignements, elle parle même de ses règles en expliquant justement qu’elle ne compte pas cacher cela à sa fille pour que ça ne devienne pas un secret terrible à cacher. Elle parle de sexe également avec pas mal de liberté, et en profite pour relever les incohérences des sociétés qui sexualisent les femmes mais leur reprochent d’avoir une vie sexuelle… Beaucoup de passages m’ont particulièrement touchée et c’est pour ça que j’ai pleins de citations à vous partager : elles ont eu beaucoup d’impact sur moi et, il me semble, sont pleines de justesse. Du coup c’est le moment parfait pour souligner le travail de la traductrice puisque le livre se lit sans accro et surtout, on voit bien dans les poèmes qu’il y a eu un gros travail de traduction pour qu’ils soient aussi beaux en français que ce qu’ils doivent l’être en langue originale. Sans que je m’y attende et sans que je puisse le prévoir, ce livre a été un coup de cœur. J’ai envie de le partager à toutes les personnes intéressées par la parentalité, peu importe leur genre. Si le sujet vous intéresse foncez, et si lire l’expérience d’une femme sur quelque chose d’aussi complexe que la grossesse et la parentalité vous botte, foncez aussi !
              Lire la suite
              En lire moins
            • AudreyMarie Posté le 24 Octobre 2018
              Voilà un livre fort et original. Fort puisqu'il témoigne de la parole d'une femme et d'une mère, avec ses pensées, ses ressentis, ses émotions en toute sincérité. Original puisqu'il combine poèmes et écrits. Cela permet parfois une transition entre deux chapitres, mais aussi de percevoir encore plus les émotions de l'auteur. Par ailleurs, même si le livre parle de la grossesse et des trois premières années d'une femme en tant que mère, de nombreux sujets sont amenés, et de nombreuses causes sont défendues. En effet, Hollie McNish, tombe enceinte à 26 ans, sans être marié, le papa est noir, leur bébé métisse, et en plus de ça... elle allaite ! Car oui, toutes ces cases, tout ces stéréotypes au 21ème siècle font encore souffrir, et servent encore à pointer du doigts. Elle compare sa grossesse à celle des femmes ailleurs dans le monde (plus particulièrement là où la misère prône...). Remercie sa mère et sa belle mère pour leur aide, et dit tout haut ce que tous le monde pense tout bas. Chapeau bas, Madame ! J'ai eu, ceci dit, parfois l'impression de m'introduire dans leur vie, et d'avoir face à moi des détails qui n'étaient pas forcément utiles. L'impression... Voilà un livre fort et original. Fort puisqu'il témoigne de la parole d'une femme et d'une mère, avec ses pensées, ses ressentis, ses émotions en toute sincérité. Original puisqu'il combine poèmes et écrits. Cela permet parfois une transition entre deux chapitres, mais aussi de percevoir encore plus les émotions de l'auteur. Par ailleurs, même si le livre parle de la grossesse et des trois premières années d'une femme en tant que mère, de nombreux sujets sont amenés, et de nombreuses causes sont défendues. En effet, Hollie McNish, tombe enceinte à 26 ans, sans être marié, le papa est noir, leur bébé métisse, et en plus de ça... elle allaite ! Car oui, toutes ces cases, tout ces stéréotypes au 21ème siècle font encore souffrir, et servent encore à pointer du doigts. Elle compare sa grossesse à celle des femmes ailleurs dans le monde (plus particulièrement là où la misère prône...). Remercie sa mère et sa belle mère pour leur aide, et dit tout haut ce que tous le monde pense tout bas. Chapeau bas, Madame ! J'ai eu, ceci dit, parfois l'impression de m'introduire dans leur vie, et d'avoir face à moi des détails qui n'étaient pas forcément utiles. L'impression de partager leur album de souvenir, et cela m'a un peu mise mal à l'aise. Mais c'est un livre écrit avec brio, ou la parole d'une femme englobe et dénonce les problèmes des femmes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • mesechappeeslivresques Posté le 23 Octobre 2018
              De l’annonce de sa grossesse au troisième anniversaire de sa fille, la slameuse et poétesse britannique Hollie McNish a couché des mots sur le papier. Des poèmes et des états d’âmes, rédigés sur le vif, qui s’enchevêtrent dans ce livre avec authenticité. Etant moi-même maman d’un garçon de trois ans, je me suis aisément identifiée à l’auteure. Si ce témoignage n’est pas révolutionnaire, il sonne juste et la perception de la jeune femme sur le monde d’aujourd’hui se révèle pertinent. Dommage toutefois que cet écrit souffre de quelques longueurs avec la présence, à certains moments, de détails qui ne suscitent que peu d’intérêt pour le lecteur. Malgré tout, les propos demeurent tour à tour mordants, touchants ou drôles autour de sujets comme l’allaitement, la sexualité, les changements opérés sur le corps ou encore l’éducation. Émerveillement des premières fois, colère attisée par le jugement des autres, fatigue face aux difficultés du quotidien ou encore bonheur partagé à trois. Une palette d’émotion multiple pour évoquer tous les bouleversements engendrés par la naissance d’un enfant. Et si j’ai apprécié la lecture des poèmes de la slameuse, j’ai eu néanmoins l’impression que ses mots avaient perdu de leur force avec la traduction. Un témoignage plaisant à découvrir sur le quotidien... De l’annonce de sa grossesse au troisième anniversaire de sa fille, la slameuse et poétesse britannique Hollie McNish a couché des mots sur le papier. Des poèmes et des états d’âmes, rédigés sur le vif, qui s’enchevêtrent dans ce livre avec authenticité. Etant moi-même maman d’un garçon de trois ans, je me suis aisément identifiée à l’auteure. Si ce témoignage n’est pas révolutionnaire, il sonne juste et la perception de la jeune femme sur le monde d’aujourd’hui se révèle pertinent. Dommage toutefois que cet écrit souffre de quelques longueurs avec la présence, à certains moments, de détails qui ne suscitent que peu d’intérêt pour le lecteur. Malgré tout, les propos demeurent tour à tour mordants, touchants ou drôles autour de sujets comme l’allaitement, la sexualité, les changements opérés sur le corps ou encore l’éducation. Émerveillement des premières fois, colère attisée par le jugement des autres, fatigue face aux difficultés du quotidien ou encore bonheur partagé à trois. Une palette d’émotion multiple pour évoquer tous les bouleversements engendrés par la naissance d’un enfant. Et si j’ai apprécié la lecture des poèmes de la slameuse, j’ai eu néanmoins l’impression que ses mots avaient perdu de leur force avec la traduction. Un témoignage plaisant à découvrir sur le quotidien d’une mère qui nous retrace sa grossesse ainsi que les trois premières années de vie de sa fille. La slameuse britannique Hollie McNish mêle à ses poèmes des anecdotes personnelles tout en nous offrant un regard piquant sur la société d’aujourd’hui. Une lecture sans filtre sur la parentalité.
              Lire la suite
              En lire moins
            Abonnez-vous à la newsletter Solar
            Faites le plein d'idées gourmandes, de conseils bien-être et d'actu sportives avec les éditions Solar