Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823859829
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe

Saint Seiya - Les Chevaliers du Zodiaque - The Lost Canvas - La Légende d'Hadès - Chronicles - tome 07

,

Pierre GINER (Traducteur)
Collection : mangas
Date de parution : 13/04/2017

Retrouvez dans cette nouvelle série la suite de Saint Seiya - The Lost Canvas, les origines des Chevaliers d’Or d’Athéna ! Ce septième volume contant les péripéties des Chevaliers d’Athena, met en scène Regulus le Chevalier d’Or du Lion. Accompagnez Regulus dans sa toute première mission!

Regulus le Chevalier d'Or du Lion va affronter le Démon Balor pour protéger une jeune fille et son pays !
La lumière dorée va pourfendre les ténèbres et illuminer le monde ! Regulus qui vit dans l'ombre de son père, va accomplir sa première grande mission !!!
EAN : 9782823859829
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Alfaric Posté le 25 Octobre 2015
    Je n’ai jamais rien attendu de ces gaiden / spin-off de "Saint Seiya Lost Canvas", mais je dois avouer que je suis régulièrement agréablement surpris du résultat. Visiblement les auteurs sont plus à l’aise avec la formule des tomes indépendants qui les soustrait aux enfers de la deadline car les scenarii de Masami Kurumada explorent plein de nouvelles voies et les dessins de Shiori Teshirogi ne font que gagner en clarté et en lisibilité. Après les mythes aztèques dans le tome 2, les légendes poitevines dans le tome 3, les légendes chinoises dans le tome 6, ce tome 7 explore la mythologie celte… Le Grande Pope envoie le jeune prodige Régulus, Chevalier d’or du signe du Lion, enquêter dans les îles au Nord-Ouest de l’Europe et c’est pour lui l’occasion de se frotter aux choses de la vie car sans la maîtrise du cœur la puissance de la cosmoénergie n’est rien. Il doit protéger Dame Connor et la chevalière Failinis des druides noirs de Cruach menés par la terrible Banshee. Pour vaincre Cruach, l’élu de Balor le dieu des ténèbres, Régulus va devoir invoquer Brionac, la lance de lumière du dieu Lug ! Pas mal de choses sympas dans cet opus volontairement celtisant... Je n’ai jamais rien attendu de ces gaiden / spin-off de "Saint Seiya Lost Canvas", mais je dois avouer que je suis régulièrement agréablement surpris du résultat. Visiblement les auteurs sont plus à l’aise avec la formule des tomes indépendants qui les soustrait aux enfers de la deadline car les scenarii de Masami Kurumada explorent plein de nouvelles voies et les dessins de Shiori Teshirogi ne font que gagner en clarté et en lisibilité. Après les mythes aztèques dans le tome 2, les légendes poitevines dans le tome 3, les légendes chinoises dans le tome 6, ce tome 7 explore la mythologie celte… Le Grande Pope envoie le jeune prodige Régulus, Chevalier d’or du signe du Lion, enquêter dans les îles au Nord-Ouest de l’Europe et c’est pour lui l’occasion de se frotter aux choses de la vie car sans la maîtrise du cœur la puissance de la cosmoénergie n’est rien. Il doit protéger Dame Connor et la chevalière Failinis des druides noirs de Cruach menés par la terrible Banshee. Pour vaincre Cruach, l’élu de Balor le dieu des ténèbres, Régulus va devoir invoquer Brionac, la lance de lumière du dieu Lug ! Pas mal de choses sympas dans cet opus volontairement celtisant : - le côté fantasy totalement assumé qui pioche dans la légendaire saga "Lodoss", ce qui nous offre quelques planches du plus bel effet qui me font regretter que le manga n’exploite pas plus franchement le genre - l’amitié (la romance ?) entre Régulus et Connor tous les deux adolescents et orphelins de fraîche date - la dualité entre la lumière et les ténèbres, ici plus proche du mazdéisme perse que du paganisme celtique - les thématiques écologistes, décidément à l’honneur dans ces extras de "Saint Seiya Lost Canvas" - le pathos classique du méchant traumatisé par la vie qui veut plonger le monde dans ses propres ténèbres intérieures pour faire partager sa souffrance à défaut de l’exorciser - la quête personnelle de Régulus qui en renonçant à la rationalité des arts martiaux souhaite apprendre la magie avant de comprendre que cette dernière n’est guère différente du panthéisme de son défunt père : que la Force soit avec lui ! (et avec nous, on en a bien besoin par les temps qui courent…) Après j’ai longtemps hésité, et j’hésite encore entre 3 et 4 étoiles. Mais je crois que comme pour toute la saga Saint Seiya, et donc comme pour l’ensemble des shonens classiques, cela dépend autant du vécu de chacun que de l’humeur du moment… blink
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pavlik Posté le 30 Janvier 2015
    Tenma, qui a survécu à l'attaque des spadassins envoyés par Pandore, se sent responsable de la mort d'Aldebarran, le chevalier d'or du Taureau, qui l'a protégé. Ne voulant risquer la vie d'autres personnes il décide de quitter le sanctuaire. Mais le grand Pope ne l'entend pas de cette oreille et décide de missionner Manigoldo, chevalier d'or du Cancer pour l'en empêcher. En effet, il est maintenant claire pour tout le monde que Tenma est amené à jouer un rôle déterminant dans cette guerre. [masquer] Si Hypnos et Thanatos (les véritables boss des forces du mal) se méfie d'Hadès c'est bien parce qu'il existe toujours un lien très fort entre Alone (le réceptacle d'Hadès) et son ami de toujours, Tenma. Ainsi, en quelque sorte, la réincarnation demeure inachevée. C'est pourquoi Pandore est chargée par les dieux jumeaux de le surveiller, tâche qui s'avère compliquée par les sentiments qu'elle éprouve envers lui. Néanmoins, elle n'aura d'autre choix que de l'enfermer dans un atelier, hors du temps et de l'espace.[/masquer] Finalement, grâce à l'insistance du maître de Jamir [masquer] dont on apprend au passage qu'il est le frère du grand Pope, se nomme Hakurei, est chevalier d'argent de l'Autel, même s'il pourrait largement être chevalier... Tenma, qui a survécu à l'attaque des spadassins envoyés par Pandore, se sent responsable de la mort d'Aldebarran, le chevalier d'or du Taureau, qui l'a protégé. Ne voulant risquer la vie d'autres personnes il décide de quitter le sanctuaire. Mais le grand Pope ne l'entend pas de cette oreille et décide de missionner Manigoldo, chevalier d'or du Cancer pour l'en empêcher. En effet, il est maintenant claire pour tout le monde que Tenma est amené à jouer un rôle déterminant dans cette guerre. [masquer] Si Hypnos et Thanatos (les véritables boss des forces du mal) se méfie d'Hadès c'est bien parce qu'il existe toujours un lien très fort entre Alone (le réceptacle d'Hadès) et son ami de toujours, Tenma. Ainsi, en quelque sorte, la réincarnation demeure inachevée. C'est pourquoi Pandore est chargée par les dieux jumeaux de le surveiller, tâche qui s'avère compliquée par les sentiments qu'elle éprouve envers lui. Néanmoins, elle n'aura d'autre choix que de l'enfermer dans un atelier, hors du temps et de l'espace.[/masquer] Finalement, grâce à l'insistance du maître de Jamir [masquer] dont on apprend au passage qu'il est le frère du grand Pope, se nomme Hakurei, est chevalier d'argent de l'Autel, même s'il pourrait largement être chevalier d'or, et que les deux frangins sont des survivants de la guerre sainte précédente [/masquer], Tenma est libéré de la prison où l'avait jeté Manigoldo. Accompagné de Yato et de Yuzuriha, qui s'avère être, malgré les déclarations du maître de Jamir dans un tome antérieur, un chevalier d'argent (de la grue), il décide de se rendre au château d'Hadès. Mais Hypnos et Thanatos ont dressé sur son chemin la terrifiante forêt de la mort, animée par Véronica de la Nasu, spectre de l'étoile céleste suprême... Je n'ai pas trop apprécié l'aspect horrifique de ce tome, incarné par cette forêt de la mort, avec marais putride, insectes bizarres et morts-vivants, en veux-tu en voilà. Par contre, la caractérisation des chefs des deux camps s'affine, ainsi que leurs relations et j'ai par ailleurs beaucoup aimé la personnalité de Manigoldo, en totale décalage (pour une fois) avec son homologue de la bataille du Sanctuaire (plutôt bienveillant, assez bout-en-train, direct et qui n'a pas l'air de se prendre la tête plus que de raison). En bref, un tome sympa mais sans plus.
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !