Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264079244
Code sériel : 5716
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Frangipanier

Henri THEUREAU (Traducteur)
Date de parution : 20/05/2021
Une savoureuse et réjouissante tranche de vie tahitienne.
Deuxième tome d'une trilogie qui dépeint la vie dans les quartiers populaires à Tahiti, Frangipanier nous fait retrouver son attachante communauté et les liens qui la font vivre : Materena, Pito et leurs enfants qui ont grandi ainsi que tous les membres de leur quartier, cousins, cousines et taties. Toujours dans la fraîcheur... Deuxième tome d'une trilogie qui dépeint la vie dans les quartiers populaires à Tahiti, Frangipanier nous fait retrouver son attachante communauté et les liens qui la font vivre : Materena, Pito et leurs enfants qui ont grandi ainsi que tous les membres de leur quartier, cousins, cousines et taties. Toujours dans la fraîcheur et la gaieté qui traversent L'Arbre à pain, Leilani, la fille de Materena, y manifeste ses élans d'émancipation, pour elle comme pour sa mère, face aux pesanteurs de la société tahitienne. Abordée avec la drôlerie, la sensibilité et le style rythmé par les accents d'un parler vrai, cette réalité se laisse déguster dans un cocktail qui a fait le succès du roman précédent et n'a rien perdu de sa saveur.
Notamment édité en Hollande, en Angleterre, aux États-Unis, au Canada, en Italie, en Espagne, en Norvège, en Finlande et au Brésil, Frangipanier a été finaliste au Grand prix littéraire de New South Wales-Australie en 2005 et le Prix Orange en 2006.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264079244
Code sériel : 5716
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mapagelecture Posté le 6 Octobre 2021
    Nous retrouvons Materena et sa famille dans ce tome 2, principalement centrée sur la relation entre une mère et sa fille. Leilani, adolescente, va entrer au collège et se pose de multiples questions. Météo, révolution française, extra terrestres, … rien n’échappe à sa curiosité acérée. Leilani mûrie et Materena pense enfin à elle même. Etre femme de ménage professionnelle lui suffit-il? Ce deuxième tome m’a beaucoup plu. L’autrice a développé avec des détails touchants et cocasses la relation tumultueuse et aimante entre une mère et sa fille, de l’adolescence à l’âge adulte. L’évolution des personnages m’a semblé bien plus profonde et trépidante que la relation entre Materena et son mari dans le premier tome. Tout au long des pages, j’ai été ravie et émue d’assister à l’épanouissement personnel et professionnel de chacune. Un tome 2 rafraîchissant et léger, parfait pour une seconde escapade à Tahiti!
  • Leya-niess Posté le 4 Octobre 2021
    Avec ce deuxième tome, Frangipanier (et encore le nom d’un arbre qui tiendra une grande importance), Célestine Hitiura Vaite poursuit son tableau de la vie des gens ordinaires de Tahiti. ici, elle commence par un retour en arrière dans la vie de nos deux personnages principaux, Materena, cette femme que nous avons suivie lors du premier tome, et Pito, son homme (tané, en tahitien), devenu son mari après bien des aventures. Mais nous n’en sommes pas encore là au début de Frangipanier : Pito et Materena sont encore un jeune couple avec un seul enfant et Pito a la fâcheuse habitude de passer ses soirées au bar. Rapidement, on comprend où l’autrice veut en venir : cette deuxième partie va se focaliser sur la naissance de Leilani, la fille de Materena et de Pito, et deuxième enfant du couple. Puis, peu à peu, on plonge à nouveau dans la vie de la famille : les trois enfants grandissent mais on s’attache surtout à Leilani, son éducation, ses relations avec sa mère. Leilani est brillante, éduquée. Elle ne suivra pas la route de nombreuses femmes tahitiennes de son milieu :se marier jeune, renoncer aux études, avoir beaucoup d’enfants, supporter un conjoint... Avec ce deuxième tome, Frangipanier (et encore le nom d’un arbre qui tiendra une grande importance), Célestine Hitiura Vaite poursuit son tableau de la vie des gens ordinaires de Tahiti. ici, elle commence par un retour en arrière dans la vie de nos deux personnages principaux, Materena, cette femme que nous avons suivie lors du premier tome, et Pito, son homme (tané, en tahitien), devenu son mari après bien des aventures. Mais nous n’en sommes pas encore là au début de Frangipanier : Pito et Materena sont encore un jeune couple avec un seul enfant et Pito a la fâcheuse habitude de passer ses soirées au bar. Rapidement, on comprend où l’autrice veut en venir : cette deuxième partie va se focaliser sur la naissance de Leilani, la fille de Materena et de Pito, et deuxième enfant du couple. Puis, peu à peu, on plonge à nouveau dans la vie de la famille : les trois enfants grandissent mais on s’attache surtout à Leilani, son éducation, ses relations avec sa mère. Leilani est brillante, éduquée. Elle ne suivra pas la route de nombreuses femmes tahitiennes de son milieu :se marier jeune, renoncer aux études, avoir beaucoup d’enfants, supporter un conjoint parfois violent comme le racontent les petites anecdotes au fil de l’eau narrées par les multiples interlocuteurs.rices de Materena. Leilani se montre indépendante, féministe, et Materena l’y encourage. De même qu’elle pousse son plus jeune fils à choisir sa voie professionnelle (cuisinier) alors que Pito et son fils aîné se moquent continuellement de lui. Même si j’ai trouvé le début un peu plus faible que L’arbre à pain, sans doute à cause de l’aspect redondant (je n’aime pas les redites dans un roman, je n’y peux rien), Frangipanier m’a ensuite, au fil des chapitres, totalement emportée. Les expressions en tahitien (avec le lexique) sont un plus (je suis absolument fan)
    Lire la suite
    En lire moins
  • archi41 Posté le 24 Septembre 2021
    Le deuxième volet de la trilogie de Celestine Hitiura Vaite commence par un retour en arrière dans la vie de Materena, puis deux chapitres plus loin on reprend la vie de la famille Mahi/ Tehana où on l'avait laissé lors du premier volet, l'arbre à pain. On suit l'évolution des enfants du couple au sein de la grande famille. C'est avec plaisir que l'on lit le suite de cette fresque sur 'ile de Tahiti. Les personnages sont attachants avec des leçons de vie à chaque page et du vocabulaire Tahitien distillé à bonne dose. Je n'ai pas pu attendre pour lire le troisième et dernier volet pour connaitre l'épilogue de cette sage. Le seul regret de ce livre c'est le racisme et la haine que l'auteur à pour le France et les Français qu'elle fait rejaillir toutes les 3/4 pages, c'est bien dommage
  • grenouille88 Posté le 27 Février 2021
    Quelle superbe trilogie ! Sitôt terminé le premier, je me suis dépêchée d'acheter le deuxième puis le troisième. Comme pour toute série, j'avais peur que le suite ne soit pas aussi bien, mais ça n'a pas été le cas. Je me suis régalée du début à la fin des aventures de Matarena et des siens. On a l'impression d'être à Tahiti rant les descriptions sont savoureuses, ça m'a encore plus donné envie de découvrir la Polynési les personnages sont crédibles et attachants, et la traduction tellement fluide qu'on a peine à croire que c'en est une. Bravo.
  • EvlyneLeraut Posté le 1 Octobre 2020
    Pittoresque, captivant, voici Le voyage à Tahiti qui vaut tous les détours du monde, « Frangipanier » de Célestine Hitiura Vaite. Quel style ! qu’il fait bon le lire. Fouler cette île, respirer les parfums, imaginer les poussières s’élever sous le soleil lourd comme du plomb. Regarder les femmes se mouvoir dans cet entrelac fabuleux. Etre au cœur de l’idiosyncrasie d’une île chaleureuse, éprise de coutumes, de rites, de croyances et de superstitions, mais pas que. Attention ! une fois en main impossible d’arrêter la lecture. Le charme est enivrant. La teneur : les bruissements de cette île qui se réenchantent. L’empreinte d’un habitus déployé en version 3D. La voici, la plongée fabuleuse : une famille, celle de Materena, Pito (son mari) et leurs enfants Leilani, Moana et Tamatoa. « A sa fille qui n’est pas encore née, Materena parle de Tahiti pour lui donner une idée du pays qui sera bientôt le sien. Cet endroit où le soleil cogne à midi, où l’air est immobile avant la pluie… » Materena est une femme vigoureuse, altière et combattante. Elle est le midi de « Frangipanier ». L’emblème des femmes tahitiennes, persévérantes, vaillantes et dignes. Elle éduque ses enfants en équité,... Pittoresque, captivant, voici Le voyage à Tahiti qui vaut tous les détours du monde, « Frangipanier » de Célestine Hitiura Vaite. Quel style ! qu’il fait bon le lire. Fouler cette île, respirer les parfums, imaginer les poussières s’élever sous le soleil lourd comme du plomb. Regarder les femmes se mouvoir dans cet entrelac fabuleux. Etre au cœur de l’idiosyncrasie d’une île chaleureuse, éprise de coutumes, de rites, de croyances et de superstitions, mais pas que. Attention ! une fois en main impossible d’arrêter la lecture. Le charme est enivrant. La teneur : les bruissements de cette île qui se réenchantent. L’empreinte d’un habitus déployé en version 3D. La voici, la plongée fabuleuse : une famille, celle de Materena, Pito (son mari) et leurs enfants Leilani, Moana et Tamatoa. « A sa fille qui n’est pas encore née, Materena parle de Tahiti pour lui donner une idée du pays qui sera bientôt le sien. Cet endroit où le soleil cogne à midi, où l’air est immobile avant la pluie… » Materena est une femme vigoureuse, altière et combattante. Elle est le midi de « Frangipanier ». L’emblème des femmes tahitiennes, persévérantes, vaillantes et dignes. Elle éduque ses enfants en équité, sans aucun clivage. « Et à Tamatoa, debout devant le frigidaire, qui est en train de renifler de mépris, toi, à partir de maintenant, tu changes tes draps toi-même. Tu vas bientôt avoir quatorze ans et j’ai pas du tout envie de changer les draps d’un garçon de quatorze ans. » Elle est femme de ménage côté ville. « Une chose est sûre : les doigts des deux mains ne suffisent pas pour compter le nombre de femmes de la tribu Mahi qui sont femmes de ménage. » Une charte d’honneur enveloppe Materena, son travail est glorification, respect et indépendance. Ses enfants grandissent. Leilani est brillante, éveillée, intuitive. La voici femme devenue. « Après les larmes, les lamentations et les embrassades, la mère et la fille, comme le veut la tradition, s’asseyent à la table de la cuisine pour le Discours de bienvenue dans le monde des femmes. » Le discours sera tout autre. Ainsi est « Frangipanier » L’arbre amour-amour, l’arbre symbolique, celui qui retient les sèves générationnelles. « Frangipanier » est extraordinaire. Une myriade de bonne humeur, de constance et de loyauté. La rencontre est belle, apprenante. Elle incite à l’exemplarité. Materena est féministe, avant-gardiste, éclairée et intuitive. « Frangipanier » est une onde bienfaisante. Il aspire à l’évasion et à l’envie fulgurante de fouler Tahiti et de boire une citronnade avec Materena. Brillant. (Deuxième tome d’une trilogie) qui peut se lire individuellement. « Frangipanier) a été finaliste au Grand prix littéraire de New South Wales-Australie en 2005 et le Prix Orange en 2006. Publié par les majeures Editions Au vent des îles.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Fête des Pères : 20 livres pour gâter ton papa !

    Ton père, il est tellement génial que t’es obligé de le gâter pour la fête des Pères. Thriller, biographie, roman historique ou grand classique… les Éditions 10/18 te soufflent 20 (bonnes) idées de livres à offrir pour fêter ton papa comme il se doit !

    Lire l'article
  • Sélection
    10/18

    Fête des Mères : 24 idées de cadeaux qui emballeront votre maman !

    Enfant, vous brandissiez fièrement votre porte-clé en pâte à sel. Aujourd’hui, vous vous creusez la cervelle pour dénicher le cadeau qui fera mouche à la fête des Mères. Bonne nouvelle : les Éditions 10/18 et Maison Bouture vous soufflent de jolies idées de surprises pour emballer votre maman le jour J !

    Cerise sur le cadeau : les deux marques offriront un joli bouquet de fleurs séchées et une pile de livres à une chanceuse maman ! Rendez-vous très vite sur le compte Instagram de 10/18 et Maison Bouture pour participer au jeu-concours !

    Lire l'article