Lisez! icon: Search engine
Le péril bleu
Collection : Suspense
Date de parution : 26/08/2021
Éditeurs :
Archipoche

Le péril bleu

Collection : Suspense
Date de parution : 26/08/2021
Maurice Renard, père de la science-fiction française, auteur des célébrissimes Mains d’Orlac, aborde dans ce roman le thème de l’abduction extraterrestre, promis à une riche postérité.
Depuis plusieurs nuits, dans la campagne du Bugey, des monuments sont vandalisés, des bêtes et des personnes disparaissent. Les habitants de ce secteur du Jura ne voient qu’un coupable plausible... Depuis plusieurs nuits, dans la campagne du Bugey, des monuments sont vandalisés, des bêtes et des personnes disparaissent. Les habitants de ce secteur du Jura ne voient qu’un coupable plausible : les « Sarvants », créatures malveillantes du folklore local.

Quand la fille de l’astronome Le Tellier est enlevée à son...
Depuis plusieurs nuits, dans la campagne du Bugey, des monuments sont vandalisés, des bêtes et des personnes disparaissent. Les habitants de ce secteur du Jura ne voient qu’un coupable plausible : les « Sarvants », créatures malveillantes du folklore local.

Quand la fille de l’astronome Le Tellier est enlevée à son tour, la presse et l’opinion sont en émoi. Le bruit court que les Sarvants, êtres « extraterrestres », mèneraient sur les hommes des recherches scientifi ques comparables à la vivisection …

Sommes-nous sûrs d’être seuls sur Terre ? Partant de cette interrogation, Maurice Renard, en digne héritier de H. G. Wells, interroge la présence d’aliens sur notre planète. L’inconnu, l’horreur mais aussi l’humour sont au rendez-vous de ce roman, le plus célèbre du père de la science-fi ction française.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791039200165
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 10,8 x 17,7 mm
EAN : 9791039200165
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 10,8 x 17,7 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Graloup 18/08/2022
    J'ai lu ce roman à l'époque où la collection Marabout poche avait un remarquable catalogue SF et fantastique. De Maurice Renard, je connaissais Les mains d'Orlac (il me semble qu'un film a été tiré de cette œuvre) et l'excellente nouvelle fantastique : "Le brouillard du 26 octobre". Mais "Le Péril bleu" est sans doute la réussite majeure de cet écrivain. Je goûte d'autant plus ce récit que j'habite près du Grand Colombier et que nous avons sans doute échappé, mes proches et moi-même, à un piège tendu par les Sarvants pour nous capturer. Cela doit remonter aux années 80. Passionné de cerf-volant, j'avais emmené ma femme et mes trois enfants au sommet du Grand Colombier pour essayer le dernier modèle que j'avais fabriqué. L'orage menaçait et un vent violent rabattit à chaque fois mon cerf volant vers le sol. Les premières gouttes commençaient à tomber. Nous redescendîmes jusqu' à ma voiture garée 100mètres plus bas. Stupeur: impossible d'entrer dans le véhicule. Les taquets de porte de ma vieille Kadett étaient abaissés et le trousseau de clefs oublié à l'intérieur. Pourtant j'étais sûr d'avoir laissé la voiture ouverte! Pas le moindre refuge, personne à l'horizon et le plus proche... J'ai lu ce roman à l'époque où la collection Marabout poche avait un remarquable catalogue SF et fantastique. De Maurice Renard, je connaissais Les mains d'Orlac (il me semble qu'un film a été tiré de cette œuvre) et l'excellente nouvelle fantastique : "Le brouillard du 26 octobre". Mais "Le Péril bleu" est sans doute la réussite majeure de cet écrivain. Je goûte d'autant plus ce récit que j'habite près du Grand Colombier et que nous avons sans doute échappé, mes proches et moi-même, à un piège tendu par les Sarvants pour nous capturer. Cela doit remonter aux années 80. Passionné de cerf-volant, j'avais emmené ma femme et mes trois enfants au sommet du Grand Colombier pour essayer le dernier modèle que j'avais fabriqué. L'orage menaçait et un vent violent rabattit à chaque fois mon cerf volant vers le sol. Les premières gouttes commençaient à tomber. Nous redescendîmes jusqu' à ma voiture garée 100mètres plus bas. Stupeur: impossible d'entrer dans le véhicule. Les taquets de porte de ma vieille Kadett étaient abaissés et le trousseau de clefs oublié à l'intérieur. Pourtant j'étais sûr d'avoir laissé la voiture ouverte! Pas le moindre refuge, personne à l'horizon et le plus proche village à 15 km. Heureusement, je connaissais la série Mac Gyver. Je cassai mon antenne radio, formai un crochet au bout, et en forçant sur le caoutchouc de la portière, je réussis après plusieurs tentatives à soulever le taquet. Nous rentrâmes précipitamment dans la voiture. A la lueur d'un éclair, je crus apercevoir une forme bizarre se perdre dans les nuages. Nous regagnâmes Culoz où des chocolats chauds nous permirent de nous remettre de nos émotions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MilleetunepagesLM 22/12/2021
    Le commentaire de Cathy : Deuxième roman que je lis de cet auteur et je vous l'avoue bien que cette histoire a été écrite il y a plus de cent ans elle n'a pas pris une ride. Maurice Renard fait preuve d'une grande imagination, il nous fait découvrir un petit coin de campagne où la nuit des objets disparaissent, ce qui aurait pu passer pour une farce prend une tout autre tournure lorsque ce sont des personnes qui sont enlevées à leur tour. Les habitants du coin pensent que " les ", créatures du folklore local, pourraient être les responsables. La première fois que j'avais lu cet auteur, il m'avait fallu un petit temps pour m'habituer à sa plume, cette fois-ci, je n'ai pas rencontré le moindre souci. Je me suis laissé prendre par l'intrigue, les retournements de situation se succèdent, le récit devient de plus en plus angoissant au fil des pages. Difficile de croire que cette histoire a été écrite depuis si longtemps, elle me paraît au contraire tout à fait d'actualité. La plume de l'auteur m'a bien plu, je viens de passer un bon moment de lecture.
  • Lunae 21/10/2021
    Un grand merci à Babelio et aux éditions Archipoche pour l’envoi de ce livre dans le cadre de l’opération masse critique de la rentrée, sans qui je n’aurais sans doute jamais eu l’occasion de lire Maurice Renard puisque je n’avais pas entendu parler de cet auteur auparavant ! Publié en 1911, ce roman semble assez peu lu de nos jours et pourtant, les sujets qu’il aborde sont tout à fait actuels et n’ont depuis jamais cessé d’être traités en littérature, sous différentes formes. L’histoire commence à la manière d’une simple enquête dans la campagne montagneuse, lorsque des pillages divers et variés surviennent dans plusieurs villages. En toute logique, chacun cherche à débusquer les coupables de ces vols absurdes afin de mettre fin à cette farce grotesque. Peu à peu, un climat étrange, de méfiance va s’installer chez les habitants alors que les choses dérobées sont toujours plus nombreuses et que l'affaire reste irrésolue. Irrésolu, cela ne peut rester ainsi pour nos personnages qui vont sans relâche chercher à comprendre ce qu’ils ne parviennent ni à voir ni à expliquer, d’autant plus quand les objets volés laissent place à des êtres vivants qui se font vraisemblablement enlever. Tout ce petit monde bourgeois s’affaire,... Un grand merci à Babelio et aux éditions Archipoche pour l’envoi de ce livre dans le cadre de l’opération masse critique de la rentrée, sans qui je n’aurais sans doute jamais eu l’occasion de lire Maurice Renard puisque je n’avais pas entendu parler de cet auteur auparavant ! Publié en 1911, ce roman semble assez peu lu de nos jours et pourtant, les sujets qu’il aborde sont tout à fait actuels et n’ont depuis jamais cessé d’être traités en littérature, sous différentes formes. L’histoire commence à la manière d’une simple enquête dans la campagne montagneuse, lorsque des pillages divers et variés surviennent dans plusieurs villages. En toute logique, chacun cherche à débusquer les coupables de ces vols absurdes afin de mettre fin à cette farce grotesque. Peu à peu, un climat étrange, de méfiance va s’installer chez les habitants alors que les choses dérobées sont toujours plus nombreuses et que l'affaire reste irrésolue. Irrésolu, cela ne peut rester ainsi pour nos personnages qui vont sans relâche chercher à comprendre ce qu’ils ne parviennent ni à voir ni à expliquer, d’autant plus quand les objets volés laissent place à des êtres vivants qui se font vraisemblablement enlever. Tout ce petit monde bourgeois s’affaire, chacun y va de sa théorie de la plus terre-à-terre à la plus abracadabrante, du scientifique très investi au petit enquêteur improvisé. Maurice Renard traite ses personnages avec beaucoup d’ironie, non sans un certain humour qui m’a quelque peu rappelée la manière satirique donc Barjavel fait preuve vis-à-vis de l’humain dans ses oeuvres. Les disparitions se poursuivent, s'accélèrent, la terreur se répand. De l’enquête, on glisse progressivement vers une autre dimension : Quel Homme est capable de ces actes ? Si on ne parle pas d’Homme, alors de qui ? De quoi ? Pourquoi ? Comment ? Faut-il y chercher une explication rationnelle, scientifique, spirituelle ? Si la première moitié de l’intrigue a pour moi un peu trop trainé en longueur et m’a lassée sur la fin (j’avais hâte que l’histoire avance), la seconde moitié accélère significativement la résolution du mystère et nous offre des perspectives très intéressantes (dont je ne donnerai pas les détails pour ne pas en gâcher le plaisir !), jusqu'à un dénouement passionnant. Les réponses qui nous sont données sont assez fascinantes et n’ont selon moi pas pris une ride, car intemporelles et empreintes d’une certaine poésie. La touche d’humour est aussi présente jusqu’au bout et contribue à nous faire sourire. Ce livre a plus de cent ans et pourtant, il me semble avant-gardiste tant la thématique de la peur de l’inconnu, de l’invisible, de la présence des « autres » nous parle toujours, avec ici un vrai charme désuet lié justement à sa date de parution. Certains concepts sont même vraiment surprenants et modernes pour l’époque, originaux et symboliques à la fois, j’ai totalement oublié au fil de ma lecture que ce livre n’était pas plus récent. En resurgissant tant de temps après, Maurice Renard nous rappelle que la question de notre place dans l’univers nous fascine autant qu’elle nous effraie, et cela depuis toujours. L’auteur nous dit d’ailleurs: « Regardez. Puis réfléchissez. Puis rêvez. Cela n’est pas impossible ». Cette phrase résume à mon sens parfaitement bien ce roman !
    Lire la suite
    En lire moins
  • fanculo 06/10/2021
    Je remercie les éditions Archipoche et Babelio de m'avoir permise de lire cette réédition du roman : le péril bleu de Maurice Renard qui a été écrit il y a plus de 100ans. Maurice Renard est un des précurseurs de la science fiction en France. C'est avec beaucoup d'empressement que le narrateur, un historien accepte l'offre de l'homme illustre de 1912 , Jean Le Tellier, directeur de l'observatoire. De faire le récit de ce que l'on nomme Le Péril Bleu. Le Tellier lui apporte tous les documents référencés en sa possession : lettres, journaux, croquis,notes... Qu'il a conservé de l'année 1912. Il souhaite qu'il raconte ce qui c'est passé durant cette année effroyable et mystérieuse. Dans L'Ain , la région du Bugey, les habitants de la région sont confrontés à des incidents inexpliqués. Des objets de toutes sortes disparaissent des outils simplement un de chaque sorte et même Le coq de l'église, des animaux, des plantes ainsi que des branches d'arbres coupées. Devant l'incompréhension les anciennes croyances rurales reviennent . La rumeur enfle mettant en cause les Savants, des extraterrestres qui seraient à l'origine du désordre ambiant. La peur s'installe avec la disparition de personnes dont plusieurs membres de la famille Le Tellier. Les investigations policières... Je remercie les éditions Archipoche et Babelio de m'avoir permise de lire cette réédition du roman : le péril bleu de Maurice Renard qui a été écrit il y a plus de 100ans. Maurice Renard est un des précurseurs de la science fiction en France. C'est avec beaucoup d'empressement que le narrateur, un historien accepte l'offre de l'homme illustre de 1912 , Jean Le Tellier, directeur de l'observatoire. De faire le récit de ce que l'on nomme Le Péril Bleu. Le Tellier lui apporte tous les documents référencés en sa possession : lettres, journaux, croquis,notes... Qu'il a conservé de l'année 1912. Il souhaite qu'il raconte ce qui c'est passé durant cette année effroyable et mystérieuse. Dans L'Ain , la région du Bugey, les habitants de la région sont confrontés à des incidents inexpliqués. Des objets de toutes sortes disparaissent des outils simplement un de chaque sorte et même Le coq de l'église, des animaux, des plantes ainsi que des branches d'arbres coupées. Devant l'incompréhension les anciennes croyances rurales reviennent . La rumeur enfle mettant en cause les Savants, des extraterrestres qui seraient à l'origine du désordre ambiant. La peur s'installe avec la disparition de personnes dont plusieurs membres de la famille Le Tellier. Les investigations policières sont menées par des enquêteurs venus de Paris où la méthode d'un adepte de Sherlock Holmes sont tournées en dérision. Il est très intéressant de voir la réaction de la population face à un problème qu'elle ne maîtrise pas et pense avoir affaire à la malédiction des Savants. Le récit du narrateur est bien structuré, plaisant à lire avec ses côtés invraisemblables et d'un style désuet- (1913)- La chronologie des évènements aux références bien détaillées et les sources fournies par Le Tellier respectées. L'intrigue mystérieuse garde toute notre attention jusqu'à la fin surprenante. Maurice Renard m'a agréablement surprise, C'est un livre que l'on ne lâche pas avant la fin .j'en recommande la lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • VeroClaire 05/10/2021
    Je remercie les éditions ArchiPoche pour l’envoi du Roman « Le Péril bleu » de Maurice Renard dans le cadre de l’opération masse critique de septembre 2021. Nous voici devant un roman d’un des pères de la science-fiction, écrit il y a plus de 100 ans. Ce fut un vrai plaisir de parcourir cet ouvrage avec son écriture riche et fournie de l’époque. Le théâtre des évènements se situe en France, dans l’Ain et plus particulièrement dans le Bugey, entre Belley et Seyssel. Notre personnage principal est l’illustre astronome Le Tellier. Il exerce à Paris, mais ayant eu vent d’évènements étranges, il revient sur sa terre natale, au château de Mirastrel au cœur du Bugey. Evènements des plus bizarres : des disparitions mystérieuses se produisent : tout d’abord des choses, puis des outils, des végétaux, des animaux et maintenant des humains. Pas de trace, pas d’indice, rien. Monsieur Le Tellier est touché en plein cœur lorsque c’est 3 personnes de sa famille dont sa fille elle-même qui disparaissent à leur tour. L’enquête piétine et bien vite, on accuse les sarvants d’être à l’origine de tout cela. Les sarvants, mot tiré du folklore local, êtres probablement extra-terrestres, utiliseraient la voie des... Je remercie les éditions ArchiPoche pour l’envoi du Roman « Le Péril bleu » de Maurice Renard dans le cadre de l’opération masse critique de septembre 2021. Nous voici devant un roman d’un des pères de la science-fiction, écrit il y a plus de 100 ans. Ce fut un vrai plaisir de parcourir cet ouvrage avec son écriture riche et fournie de l’époque. Le théâtre des évènements se situe en France, dans l’Ain et plus particulièrement dans le Bugey, entre Belley et Seyssel. Notre personnage principal est l’illustre astronome Le Tellier. Il exerce à Paris, mais ayant eu vent d’évènements étranges, il revient sur sa terre natale, au château de Mirastrel au cœur du Bugey. Evènements des plus bizarres : des disparitions mystérieuses se produisent : tout d’abord des choses, puis des outils, des végétaux, des animaux et maintenant des humains. Pas de trace, pas d’indice, rien. Monsieur Le Tellier est touché en plein cœur lorsque c’est 3 personnes de sa famille dont sa fille elle-même qui disparaissent à leur tour. L’enquête piétine et bien vite, on accuse les sarvants d’être à l’origine de tout cela. Les sarvants, mot tiré du folklore local, êtres probablement extra-terrestres, utiliseraient la voie des airs pour exercer leurs méfaits : un ballon ? un dirigeable ? Toutes les hypothèses vont bon train. Mais, Monsieur Le Tellier s’est saisi de l’enquête et la met en œuvre scrupuleusement. Maurice Renard nous décrit les étapes de son enquête avec subtilité et patiente, une première partie où il raconte les évènements et une deuxième partie qui dévoile petit à petit la nature du mystère. A noter, une pointe d’humour avec la présence d’un personnage truculent Tiburce, adepte de Sherlock Holmes. Ce roman dénonce les expérimentations sur le vivant, les parcs animaliers de toute sorte, etc. des sujets toujours d’actualité à ce jour. La nature des sarvants est extrêmement surprenante et tout à fait moderne. Les réactions populaires et politiciennes sont décrites avec finesse. Jusqu’à une fin extrêmement bien jouée, où tout s’imbrique où tout se démêle. J’ai eu un vrai plaisir à découvrir cet ouvrage, je vous le recommande chaudement.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés