Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707183262
Code sériel : 415
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 280
Format : 125 x 190 mm

Que diraient les animaux, si... on leur posait les bonnes questions ?

Date de parution : 02/10/2014
Les singes savent-ils vraiment singer ? Les animaux se voient-ils comme nous les voyons ? À quoi s’intéressent les rats dans les expériences ? Pourquoi dit-on que les vaches ne font rien ? Ce livre pose vingt-six questions qui remettent en cause nos idées reçues sur ce que font, veulent... Les singes savent-ils vraiment singer ? Les animaux se voient-ils comme nous les voyons ? À quoi s’intéressent les rats dans les expériences ? Pourquoi dit-on que les vaches ne font rien ? Ce livre pose vingt-six questions qui remettent en cause nos idées reçues sur ce que font, veulent et même « pensent » les animaux. Elles permettent de raconter les aventures amusantes ou stupéfiantes qui sont arrivées aux animaux et aux chercheurs qui travaillent avec eux, mais aussi aux éleveurs, aux soigneurs de zoo et aux dresseurs.
À la lecture de ces récits désopilants, on se demande si les animaux n’ont pas un sens de l’humour bien à eux : ils semblent parfois trouver un malin plaisir à créer des situations qui aboutissent à ce que les plus savants des spécialistes soient désarçonnés, obligés de faire de nouvelles hypothèses risquées et, toujours, de constater que les animaux ne sont pas si bêtes que ça…
On se délectera de ces histoires incroyables qui nous invitent à faire de l’éthologie et de la philosophie. Après avoir lu ce livre, on ne regardera plus son chien de la même manière !
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707183262
Code sériel : 415
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 280
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

Pour décrire les comportements des animaux, montrer ce qu’ils font, «veulent» ou «pensent», Vinciane Despret se réfère autant à la littérature éthologique qu’aux pratiques des chercheurs dans les laboratoires et aux témoignages d’éleveurs et de dresseurs. Et il faut dire que dans son livre, organisé sous la forme d’un dictionnaire (Artistes, Délinquants, Exhibitionnistes… Watana, Xénogreffes, Youtube, Zoophilie), on en apprend de belles. Sur des coqs violeurs et des lamas mordeurs de testicules, des lions qui «signent» des compromis avec les villageois, des vaches de concours de beauté qui sur le podium «se mettent en pose» devant les photographes, des macaques ou des éléphants qui se révoltent et font de la «résistance face aux abus dont ils sont victimes», des oiseaux comme les cratéropes écaillés qui «ne cessent d’exhiber des actes coûteux» (se portent «volontaires» pour faire la sentinelle, nourrissent sans bénéfice des nichées, prennent des risques exagérés dans des combats…) juste pour «gagner du prestige aux yeux de leurs compagnons», des pies qui se regardent dans un miroir et comprennent «que l’autre devant elles n’était pas réellement un "autre"», des orangs-outans, donc, qui font de la géométrie dans l’espace… Mais Que diraient les animaux, si… on leur posait les bonnes questions ? n’est vraiment pas un simple recueil de cas ou d’anecdotes : la philosophe belge, en les racontant, avec beaucoup d’humour, laisse poindre à peu près toutes les questions théoriques relatives aux recherches sur les animaux, dans la perspective d’une épistémologie de l’éthologie, capable d’éteindre aussi bien les enthousiasmes trop faciles, qui naissent quand on interprète le comportement animal de façon anthropomorphe, que le scepticisme de ceux pour qui les animaux restent… des bêtes, mues, au mieux, par le seul instinct.
Robert Maggiori / Libération

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • unpeudeau Posté le 4 Mai 2019
    Alors là, je crie au scandale ! J'ai acheté ce livre parce que j'avais besoin d'un livre pour mes toilettes. Le genre de livre qu'on ouvre au hasard, plein de croustillantes anecdotes qu'on abandonne volontiers jusqu'à la prochaine visite des lieux. C'est plus ou moins ce que promettait la quatrième de couv, et je me demande si une petite attaque en justice ne serait pas envisageable. (est-ce qu'on n'est pas supposé lire un livre avant de rédiger la 4ème ?) Cela dit, c'est un livre beaucoup moins léger et anecdotique qu'annoncé, malgré effectivement une bonne dose d'humour. C'est réellement un livre qui fait réfléchir non seulement à notre relation aux animaux en tant qu'humain lambda mais surtout à tout ce que les sciences disent de nous (et c'est pas joli-joli). Un livre à partager avec tous les gens qui ne jurent que par la logique et la rationalité, et je dis cela en tant qu'amoureuse de la logique.
  • CS_Constant Posté le 11 Janvier 2016
    J'avais assisté à une conférence de Vinciane Despret à l'occasion du festival des idées "Mode d'emploi" à Lyon, fin 2013. La conférence était passionnante ; Despret est une philosophe brillante et elle a une grande présence face au public. Quelques mois après, j'ai emprunté ce livre à la bibliothèque et je l'ai avalé en une quinzaine de jours. C'est un ouvrage remarquable qui accompagne le lecteur dans un changement de point de vue difficile à opérer : celui de comprendre - ou du moins de le tenter - le point de vue animal et voir à quel point nos biais idéologiques ont pu restreindre notre perception de l'intelligence animale et la limiter à des cases préfabriquées par les êtres humains. Elle s'attaque surtout aux chercheurs qui expérimentent sur les animaux sans vraiment s'intéresser à eux, leur opposant le savoir de l'amateur - celui qui sait par ce qu'il aime. Le tout est mis en forme par une très bonne plume, pleine d'humour et de finesse. A lire et à relire, pour se décoloniser l'esprit de notre anthropocentrisme occidental. A lire sur le même thème : - L'Abécédaire, "A comme Animal", Gilles Deleuze et Claire Parnet (documentaire filmé) - Mondes animaux et monde humain, Jacob... J'avais assisté à une conférence de Vinciane Despret à l'occasion du festival des idées "Mode d'emploi" à Lyon, fin 2013. La conférence était passionnante ; Despret est une philosophe brillante et elle a une grande présence face au public. Quelques mois après, j'ai emprunté ce livre à la bibliothèque et je l'ai avalé en une quinzaine de jours. C'est un ouvrage remarquable qui accompagne le lecteur dans un changement de point de vue difficile à opérer : celui de comprendre - ou du moins de le tenter - le point de vue animal et voir à quel point nos biais idéologiques ont pu restreindre notre perception de l'intelligence animale et la limiter à des cases préfabriquées par les êtres humains. Elle s'attaque surtout aux chercheurs qui expérimentent sur les animaux sans vraiment s'intéresser à eux, leur opposant le savoir de l'amateur - celui qui sait par ce qu'il aime. Le tout est mis en forme par une très bonne plume, pleine d'humour et de finesse. A lire et à relire, pour se décoloniser l'esprit de notre anthropocentrisme occidental. A lire sur le même thème : - L'Abécédaire, "A comme Animal", Gilles Deleuze et Claire Parnet (documentaire filmé) - Mondes animaux et monde humain, Jacob von Uexküll
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !