Lisez! icon: Search engine

Dictionnaire amoureux de Bordeaux

Plon
EAN : 9782259212298
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 800
Format : 132 x 201 mm
Dictionnaire amoureux de Bordeaux

Date de parution : 18/10/2018
Bordeaux vu par l'artisan de son renouveau.
"Je ne suis pas né à Bordeaux. Ma ville natale est Mont-de Marsan, le chef-lieu du département des Landes, à 120 km environ au sud de Bordeaux. J’y ai vécu toute mon enfance et mon adolescence. Et Bordeaux dans tout cela ?   Mes grands-parents paternels habitaient Bordeaux. Nous leur rendions visite,... "Je ne suis pas né à Bordeaux. Ma ville natale est Mont-de Marsan, le chef-lieu du département des Landes, à 120 km environ au sud de Bordeaux. J’y ai vécu toute mon enfance et mon adolescence. Et Bordeaux dans tout cela ?   Mes grands-parents paternels habitaient Bordeaux. Nous leur rendions visite, mes parents, ma sœur et moi, de loin en loin. J’en garde peu de souvenirs. A chaque rentrée scolaire, ma mère nous traînait, ma sœur et moi, chez Mod, la boutique « chic » de la place de la Comédie où elle nous habillait pour l’hiver. Elle n’aimait pas vraiment Bordeaux. Nous nous sommes installés à Bordeaux, Isabelle et moi, en 1994. Nous trouvâmes la maison de nos rêves, dans un vieil immeuble de l’impasse des Tanneries. Nous y fûmes heureux. J’ai sottement vendu cette maison en 2004, sur un coup de tête. J’étais sous le choc de ma condamnation et j’avais besoin de rupture.
  Nous voici aujourd’hui en plein cœur de ville, entre deux sites stratégiques : la librairie Mollat et le Palais Rohan. Quel bonheur d’aller à pied, chaque matin, à mon bureau de l’Hôtel de Ville. Je repense à la ville telle qu’elle était il y a plus de deux décennies. Elle était certes déjà belle mais elle s’était assoupie. « La belle endormie », disait-on. Les touristes qui la traversaient sur le chemin du sud lumineux la trouvaient noire et ne s’y arrêtaient pas. Elle était noire en effet. Elle y mettait une sorte de coquetterie. Quand j’ai lancé ma première campagne de ravalement, je me souviens qu’un écrivain bordelais s’est affligé, dans la presse, de voir s’effacer la ville de suie… et sa poésie très particulière. Bien vite les Bordelais se sont aperçus que ravaler, c’était aussi restaurer des bâtisses qui en avaient souvent besoin ; que c’était surtout révéler les détails d’une architecture dissimulés sous la crasse. La contagion a vite joué et les Bordelais ont redécouvert leur ville.
En présentant mon premier projet urbain, j’avais deux idées directrices : d’abord doter l’agglomération d’un transport collectif moderne et puissant pour prévenir la congestion naissante des déplacements ; et reconquérir ou conquérir les deux rives de la Garonne pour ouvrir résolument Bordeaux sur son fleuve. La rive gauche avait été désertée par le port qui n’y avait laissé que des hangars en ruine. Quant à la rive droite, c’était encore, pour les Bordelais « classiques », un espace quasiment inconnu, un autre monde qu’on ne fréquentait pas. « Obscur tabou ? Loi non écrite ? » se demande J.M. Planes dans son opuscule sur les Quinconces.
Les temps ont changé. Le tramway est devenu une sorte de cordon ombilical entre la rive gauche et la rive droite qui n’est plus « le rognon racorni » dans le méandre du fleuve dont parlait J.M. Planes dans un autre texte. Le pont de pierre désormais réservé aux transports en commun et aux déplacements doux accueille jusqu’à 10 000 cyclistes par jour et une nuée de piétons. L’aménagement des quais est plébiscité. Il a transformé un no man’s land en lieu de vie quotidiennement fréquenté tant par les habitants de la ville et de la métropole que par les touristes. Quel bonheur pour moi d’y rencontrer des citoyens heureux, et fiers de leur ville !"   
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259212298
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 800
Format : 132 x 201 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Giraud_mm Posté le 12 Février 2019
    Je n'ai pas une énorme sympathie pour l'auteur, mais force est de constater : - qu'il a su transformer la vile de Bordeaux, pour le meilleur, en évitant le pire. Et ce n'est sans doute pas terminé. - que de toute évidence, il aime sa ville d'adoption (puisqu'il est landais, avant d'être bordelais). - qu'il sait en vanter les mérites, avec une érudition qui doit sans doute beaucoup à ses collaborateurs, mais qu'importe ? Le résultat, un livre qui se lit avec intérêt, nous en apprend beaucoup sur le passé, le présent et sans doute l'avenir d'une ville bien ancrée dans le territoire français. Dommage qu'Alain Juppé ne résiste pas à brocarder, à plusieurs reprises, ceux qu'il appelle son opposition. L'ouvrage devient alors suspect d'auto-justification, ce dont il n'a pas besoin. Dommage, vraiment !
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…