En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Dieu n'habite pas La Havane

        Julliard
        EAN : 9782260024217
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 130 x 205 mm
        Dieu n'habite pas La Havane

        Date de parution : 18/08/2016

        À l’heure où le régime castriste s’essouffle, « Don Fuego » chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Aujourd’hui, les temps ont changé et le roi de la rumba doit céder la place. Livré à lui-même, il rencontre Mayensi, une jeune fille...

        À l’heure où le régime castriste s’essouffle, « Don Fuego » chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Aujourd’hui, les temps ont changé et le roi de la rumba doit céder la place. Livré à lui-même, il rencontre Mayensi, une jeune fille « rousse et belle comme une flamme », dont il tombe éperdument amoureux. Mais le mystère qui entoure cette beauté fascinante menace leur improbable idylle.
        Chant dédié aux fabuleuses destinées contrariées par le sort, Dieu n’habite pas La Havane est aussi un voyage au pays de tous les paradoxes et de tous les rêves. Alliant la maîtrise et le souffle d’un Steinbeck contemporain, Yasmina Khadra mène une réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue, sans cesse contrebalancée par la jubilation de chanter, de danser et de croire en des lendemains heureux.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260024217
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 130 x 205 mm
        Julliard
        19.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • natn Posté le 7 Juin 2018
          Juan alias Don Fuego est un chanteur célèbre vieillissant à l'ego surdimentionné qui se retrouve à 60 ans au chomage à la Havane. La ville et la vie là bas sont très bien esquissées à travers ses déambulations, ses souvenirs, ses rencontres. Franchement, j'y étais avec lui. Personnage insupportable car trop obnubilé par son image mais aussi plein de tendresse et que j'ai adopté de suite avec ses paillettes, son talent, sa vieillesse, son égoisme. Des personnages secondaires si attachants comme le fils Ricardo qui rêve d'exil, la soeur Sérena au grand coeur etc,,, Et puis il y a Mayensi, jeune et trop jolie jeune femme trouvée dans un vieux tram à l'abandon, et Juan va en devenir fou. Il va l'apprivoiser car elle semble craindre les hommes, au point de vivre avec, jusqu'à ce que l'on découvre sa vraie nature. Un vrai plaisir de se promener dans ce roman habité par le soleil et la musique cubaine mais pas forcément d'habiter dans cette ville qui est encore trop sous le joug de Fidel et du despotisme.
        • Wilena Posté le 28 Février 2018
          Un très bon livre, qui nous entraîne dans La Havane post-révolutionnaire, où la débrouille et le chômage sont le quotidien d'un bon nombre de cubains. Le style de l'auteur est léger et poétique. Je me suis prise d'amitié pour Juan, ce chanteur un brin démodé qui n'envisage pas sa vie sans la scène et la musique, et qui retombe amoureux "comme un adolescent de son institutrice" d'une jeunette du tiers de son âge.
        • SenoritaLibertad Posté le 2 Février 2018
          Un livre très touchant, rempli de citations, de morale, de poésie tout en restant dans la vie quotidienne cubaine. On peut s'identifier facilement au personnage car leurs émotions, leurs envies, leurs alertes sont connus de tous, au moins des "humains". J'ai pu m'enfoncé dans ce livre, revoir des lieux où je suis allée, et donc m'y retrouvé aux endroits et être en présence des personnages. Le fait de connaitre la plus grande île des Caraïbes de l'Occident à l'Oriente m'a permis de mieux imprégner le roman et donc de mieux comprendre ses personnages. Car ce que les personnages vivent, sont la vie réelle et quotidienne des Cubains. C'est le premier livre de Yasmina Khadra que j'ai lu et je ne suis pas déçue de l'avoir fait. J'ai acheté ce livre par le fait que j'adore Cuba, qui est mon pays favori et dont j'ai envie de lire tous les livres qui la concerne. De plus, ce livre me donne l'envie de lire d'autres livres du même auteur.
        • Bobby_The_Rasta_Lama Posté le 29 Janvier 2018
          Mon premier livre de Yasmina Khadra. C'est un peu la honte, mais c'est seulement maintenant que j'apprends que cet écrivain au nom si douce est, en fait, un homme, Mohammed Moulesshoul. Acheté grâce à un grand coup de coeur pour la couverture...ça me fait penser à la Buena Vista Social Club, à la musique d'Ibrahim Ferrer, Compay Segundo, Rubén Gonzales.... J'ai compté d'y retrouver un peu de cette atmosphère surannée de la musique cubaine, quand elle est "bonne". Bon, il faut admettre que l'histoire a ses hauts et ses bas - tout comme son héros Juan del Monte Jonava, mieux connu sous le sobriquet de Don Fuego. Fils d'un père mélomane et d'une mère chanteuse, la vie entière de Juan se résume en un seul mot - chanter ! Faire le show, la bringue, faire tomber las nanas dans les pommes, chanter pour Fidel Castro en personne ! Chanter en détriment de tout, même de sa propre famille. Mais son établissement, la Buena Vista (tiens !), change de propriétaire, et Juan doit se "recycler" ailleurs. Pourquoi c'est si dur ? N'est- il pas le grand Don Fuego qui a tout le monde à ses pieds ? Il découvre... Mon premier livre de Yasmina Khadra. C'est un peu la honte, mais c'est seulement maintenant que j'apprends que cet écrivain au nom si douce est, en fait, un homme, Mohammed Moulesshoul. Acheté grâce à un grand coup de coeur pour la couverture...ça me fait penser à la Buena Vista Social Club, à la musique d'Ibrahim Ferrer, Compay Segundo, Rubén Gonzales.... J'ai compté d'y retrouver un peu de cette atmosphère surannée de la musique cubaine, quand elle est "bonne". Bon, il faut admettre que l'histoire a ses hauts et ses bas - tout comme son héros Juan del Monte Jonava, mieux connu sous le sobriquet de Don Fuego. Fils d'un père mélomane et d'une mère chanteuse, la vie entière de Juan se résume en un seul mot - chanter ! Faire le show, la bringue, faire tomber las nanas dans les pommes, chanter pour Fidel Castro en personne ! Chanter en détriment de tout, même de sa propre famille. Mais son établissement, la Buena Vista (tiens !), change de propriétaire, et Juan doit se "recycler" ailleurs. Pourquoi c'est si dur ? N'est- il pas le grand Don Fuego qui a tout le monde à ses pieds ? Il découvre alors son pays sous un angle différent - et au même moment la belle Mayensi fait l'irruption dans sa vie. Une fille étrange avec bien des secrets, de quarante ans sa cadette, mais Fuego s'enflamme comme un bout de papier. Pourquoi Panchito, son meilleur ami, n'aime pas Mayensi ? Juan ne comprend pas, d'ailleurs, il ne comprend plus rien - il est possédé, dévoré - et perdu, quand cette "chose" se produit. Le réveil est lent et dur, mais cette fois c'est pour de vrai; une sorte de réconciliation douce-amère avec la vie, non sans rappeler "Lolita" de Nabokov. J'avais envie d'une bonne fin, sans trop savoir pourquoi, je me suis quand même attachée à ce vieux bougre ! J'aimerais bien le voir monter sur scène et entonner son "Oye Como Va".... Est-ce que je tomberais dans les pommes ?
          Lire la suite
          En lire moins
        • SydneyLove Posté le 18 Janvier 2018
          Différent de ses autres romans, c'est vrai. Mais cette histoire m'a envoûtée. M. Khadra est un poète et un compteur exceptionnel. Les personnages évoluent au gré de leurs émotions primaires, basiques. La passion, la haine, la compassion, la solidarité, la joie, la fête, la souffrance, la violence. Tout ceci au milieu des difficultés du quotidien difficile et "rationné" de La Havane

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Puissamment lyrique, conteur et rageur… Khadra suit son homme, et raconte Cuba, la musique, la politique, dans un texte qui s'appuie sur une certaine légèreté non dénuée de générosité. Homogène, fluide, c'est aussi un hommage romanesque aux chanteurs de rue, qui évite la nostalgie pour mieux composer une histoire de musique et d'amour » 
        Hubert Artus / Lire
        « Il a parlé d’attentats, de guerres, de dictateurs et d’exils. Mais Yasmina Khadra s’était rarement attaqué au plus difficile des sujets : l’amour […] Le fabuleux conteur sait aussi sonder les âmes bouleversées. » 
        Mohammed Aissaoui / le Figaro littéraire
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
        Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com