Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265155220
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 154 x 225 mm

La Prophétie de l'Arbre

Date de parution : 04/02/2021
 Le premier tome de la trilogie de Pandaemon
 
Il y a 1 400 ans, le Conflit Originel opposa Malévolents et Forces du Bien, éparpillant les lieux et les populations. Que les Forces du Bien l’aient emporté n’est finalement qu’anecdotique.
Nous sommes en 1422 de l’Ère de la Reconstruction, dans l’une des Sept Provinces,...
 Le premier tome de la trilogie de Pandaemon
 
Il y a 1 400 ans, le Conflit Originel opposa Malévolents et Forces du Bien, éparpillant les lieux et les populations. Que les Forces du Bien l’aient emporté n’est finalement qu’anecdotique.
Nous sommes en 1422 de l’Ère de la Reconstruction, dans l’une des Sept Provinces, le Comté d’Erceph. Un artefact aux étranges et importants pouvoirs, l’Entité, est à l’œuvre dans le cœur de chacun des Sept Suzerains et se transmet naturellement de père en fils le jour des vingt-trois ans de celui-ci.
Le Comte Portor, Suzerain d’Erceph, a deux filles : Layah et surtout Sarah qui approche de son vingt-troisième anniversaire. De nombreuses forces politiques ont espéré en vain un événement qui éviterait de faire face à cette échéance funeste : la Transmission de l’Entité à une femme. Nombreux sont ceux en effet qui interprètent les Prophéties d’Arkharon dans le sens d’un présage funeste pour toute l’humanité si une Entité venait à habiter le cœur d’une femme.

Il était écrit que cette transmission serait marquée par la trahison et la mort.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265155220
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 154 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mimi85600 Posté le 5 Octobre 2021
    Mon avis : Novice en matière de Fantasy, de prime abord, ce roman me faisait peur, je dois bien l'avouer. Le nombre de pages conséquent, la densité de l'histoire, le nombre faramineux de personnages, les différents comtés, les factions, les gentils, les méchants. Tout avait de quoi me rebuter. Et pourtant, j'ai réussi à aller au bout de cette grosse brique effrayante. Et si moi, débutante dans ce genre, j'y suis parvenue, alors tout le monde peut y arriver. Bien sur, il faut s'en donner les moyens. Ne pas lésiner sur les efforts pour retenir tous les noms, toutes les fonctions, tous les liens entre les personnages. Oui ce roman demande de l'investissement et de la concentration mais il en vaut clairement la peine. L'histoire est passionnante, les personnages sont soignés, certains sont très attachants. Vous aimez les complots politiques ? Vous allez être servis, ce roman n'en manque pas, bien au contraire. Bien évidemment, il s'agit du premier tome d'une trilogie, l'auteur met donc en place son histoire, son monde et ses personnages, ce n'est donc sûrement pas celui qui regorgera le plus d'actions. Mais il n'en manque pas non plus. Il se passe suffisamment de choses pour tenir... Mon avis : Novice en matière de Fantasy, de prime abord, ce roman me faisait peur, je dois bien l'avouer. Le nombre de pages conséquent, la densité de l'histoire, le nombre faramineux de personnages, les différents comtés, les factions, les gentils, les méchants. Tout avait de quoi me rebuter. Et pourtant, j'ai réussi à aller au bout de cette grosse brique effrayante. Et si moi, débutante dans ce genre, j'y suis parvenue, alors tout le monde peut y arriver. Bien sur, il faut s'en donner les moyens. Ne pas lésiner sur les efforts pour retenir tous les noms, toutes les fonctions, tous les liens entre les personnages. Oui ce roman demande de l'investissement et de la concentration mais il en vaut clairement la peine. L'histoire est passionnante, les personnages sont soignés, certains sont très attachants. Vous aimez les complots politiques ? Vous allez être servis, ce roman n'en manque pas, bien au contraire. Bien évidemment, il s'agit du premier tome d'une trilogie, l'auteur met donc en place son histoire, son monde et ses personnages, ce n'est donc sûrement pas celui qui regorgera le plus d'actions. Mais il n'en manque pas non plus. Il se passe suffisamment de choses pour tenir le lecteur en haleine et lui donner l'envie d'aller au bout du voyage. Et quel voyage ! Dépaysement garantie ! Sur Porminide vous allez rencontrer des humains, mais aussi des "hommes-poissons", des "hommes-lézards", des "nains" etc... Et la magie sera également au rendez-vous avec les "Utilisateurs". Quant à la fin, elle appelle la suite et je l'attends avec impatience. Vous l'aurez donc compris, j'ai adoré ce roman. Merci beaucoup aux éditions Fleuve pour cette belle découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeaTouchBook Posté le 16 Mai 2021
    La naissance d'une nouvelle voix dans le genre de la Fantasy est toujours un événement, voici mon avis sur le premier tome de la trilogie PanDaemon. Ce premier roman est très prometteur, il possède de belles qualités mais aussi des bémols (un en particulier) à souligner. Dès le départ, on sent que Christophe Misraki a construit un monde extrêmement riche et fascinant. Le lecteur est plongé au cœur de multiples intrigues et rencontre de nombreux personnages. On ressent les années de construction pour mettre en place un univers aussi fourni et complet, j'ai été vraiment impressionnée par cette imagination foisonnante de l'auteur et c'est sûrement la qualité première du livre. Après cette qualité majeure entraîne aussi un défaut. Souvent lors d'un premier tome d'une saga en Fantasy l'auteur tombe dans un piège : soit il veut expliquer de manière pointilleuse son univers et oublie de développer l'action soit a contrario il souhaite faire avancer l'histoire et présente l'univers (aussi riche soit-il) de façon succincte au risque de perdre le lecteur. En l'occurrence, l'auteur met en place tellement d'intrigues qu'il oublie de présenter progressivement son univers au lecteur. Le fait que ledit univers soit en plus extrêmement riche renforce le sentiment de perdition du lecteur.... La naissance d'une nouvelle voix dans le genre de la Fantasy est toujours un événement, voici mon avis sur le premier tome de la trilogie PanDaemon. Ce premier roman est très prometteur, il possède de belles qualités mais aussi des bémols (un en particulier) à souligner. Dès le départ, on sent que Christophe Misraki a construit un monde extrêmement riche et fascinant. Le lecteur est plongé au cœur de multiples intrigues et rencontre de nombreux personnages. On ressent les années de construction pour mettre en place un univers aussi fourni et complet, j'ai été vraiment impressionnée par cette imagination foisonnante de l'auteur et c'est sûrement la qualité première du livre. Après cette qualité majeure entraîne aussi un défaut. Souvent lors d'un premier tome d'une saga en Fantasy l'auteur tombe dans un piège : soit il veut expliquer de manière pointilleuse son univers et oublie de développer l'action soit a contrario il souhaite faire avancer l'histoire et présente l'univers (aussi riche soit-il) de façon succincte au risque de perdre le lecteur. En l'occurrence, l'auteur met en place tellement d'intrigues qu'il oublie de présenter progressivement son univers au lecteur. Le fait que ledit univers soit en plus extrêmement riche renforce le sentiment de perdition du lecteur. Ainsi plus d'une fois j'aurais aimé avoir quelques explications quant au fonctionnement de ce monde, le lecteur est obligé de faire un effort de concentration supplémentaire là où il aurait suffit de se mettre à sa place quelques instants et de voir les éléments où il aurait fallu fournir quelques indices/explications. Je pense que ce livre a de nombreux atouts pour plaire aux amoureux/adeptes de la Fantasy, ceux qui ont déjà lu leurs classiques et qui n'ont jamais été effrayés par les gros pavés. Je fais partie de cette catégorie, j'ai vraiment aimé me plonger dans ce roman mais il est vrai que si cela a été difficile, pour moi, pendant au moins le premier tiers du livre je pense qu'une personne qui ne connait pas vraiment ce genre littéraire risque d'être très vite découragée. Après il faut aussi parler du style de ce roman. J'ai trouvé l'écriture de l'auteur assez intrigante et un peu déstabilisante dans un roman de Fantasy. C'est une écriture qui se révèle saccadée, avec des phrases assez courtes à l'inverse de la plupart des romans dans ce genre littéraire. Personnellement j'ai trouvé que cela donnait un certain rythme au livre, c'est un style unique à l'auteur, un style qui plaira ou non et qui s'éloigne un peu des standards de la littérature SFFF en la matière. En définitive, La Prophétie de l'arbre est un premier tome avec de belles qualités mais aussi des bémols, si vous prenez le temps de vous plonger et de vous concentrer (notamment le premier tiers du livre) sur ce livre, cette lecture s'ouvrira progressivement à vous pour vous révéler une histoire passionnante et riche.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mylittlefish Posté le 3 Mai 2021
    Merci à Babelio et à Fleuve Editions pour l'envoi de ce livre dans le cadre de masse critique. Je m'excuse pour le petit retard, la covid a eu raison de moi... Peu habituée à la fantasy, je ne suis pas une fine connaisseuse, mais en général, j'apprécie souvent de découvrir ce genre littéraire. Ici, cela a fonctionné, même si le début de ma lecture a été assez laborieux. Les noms sont un peu déroutant, ils sont bien trouvés mais si différent des nôtres que cela peut rendre la lecture assez difficile par moment. La masse de personnages à connaître est assez importante, j'ai été perdu au départ mais on finit par les connaître, et à les apprécier, plus ou moins. Et passé ces détails, on se laisse finalement embarquer dans l'histoire. J'avoue que l'univers que nous propose l'auteur est dense, très recherché et très travaillé. Il crée des fonctions et des aptitudes que je n'ai jamais rencontré dans les autres fantasy, ce qui n'a pas aidé lors de ma lecture mais qui a su éveiller ma curiosité. Alors j'aurais beaucoup de mal à entrer dans les détails, les noms, comme je l'ai déjà dit, sont assez compliqués alors je ne les ai... Merci à Babelio et à Fleuve Editions pour l'envoi de ce livre dans le cadre de masse critique. Je m'excuse pour le petit retard, la covid a eu raison de moi... Peu habituée à la fantasy, je ne suis pas une fine connaisseuse, mais en général, j'apprécie souvent de découvrir ce genre littéraire. Ici, cela a fonctionné, même si le début de ma lecture a été assez laborieux. Les noms sont un peu déroutant, ils sont bien trouvés mais si différent des nôtres que cela peut rendre la lecture assez difficile par moment. La masse de personnages à connaître est assez importante, j'ai été perdu au départ mais on finit par les connaître, et à les apprécier, plus ou moins. Et passé ces détails, on se laisse finalement embarquer dans l'histoire. J'avoue que l'univers que nous propose l'auteur est dense, très recherché et très travaillé. Il crée des fonctions et des aptitudes que je n'ai jamais rencontré dans les autres fantasy, ce qui n'a pas aidé lors de ma lecture mais qui a su éveiller ma curiosité. Alors j'aurais beaucoup de mal à entrer dans les détails, les noms, comme je l'ai déjà dit, sont assez compliqués alors je ne les ai pas retenu, si ce n'est celui de Sarah, qui me semble être le seul prénom que je connais dans tout ce roman...Je peux seulement vous dire que le début vous lance directement dans l'ambiance du roman, une ambiance pesante et mystérieuse, qui ne vous lâche pas. Le monde des prophéties est toujours mystérieux me direz vous...Mais ici, on comprend vite que tout repose dessus. Le sort de Sarah est malheureux, mais il aurait pu être anticiper à mon avis. Le personnage de Sorann est intéressant à découvrir, la sage, qui connait beaucoup de choses et qui voyage à travers les dimensions ou le temps...on ne sait pas trop au final. La découverte et les recherches sur les prophéties sont plaisantes à suivre, tout comme l'évolution du personnage de Kern et Massili. Les complots qui se mettent en place peu à peu, les alliances assez cocasses qui se créent, les quêtes personnelles qui permettent de changer la phase du monde, au final on pourrait croire qu'il n'y a rien de bien neuf pour le genre mais j'ai vraiment trouvé que Christophe Misraki propose un univers hyper travaillé et qui va surprendre de plus en plus au fil des tomes. Je vais conclure simplement en m'excusant pour la piètre qualité de ma critique. Je peux seulement vous dire que malgré ma lecture assez ardue au départ, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cet univers plein de promesses.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Amnezik666 Posté le 8 Avril 2021
    Force est de reconnaître que Christophe Misraki tire plutôt bien son épingle du jeu en s’aventurant, pour un premier roman (et accessoirement le premier tome d’une trilogie annoncée), sur le terrain de la fantasy. Sans révolutionner le genre (et je doute que telle eut été l’intention de l’auteur), il décrit un univers de style heroic-fantasy bien pensé et suffisamment complexe pour nous réserver encore bien des surprises. Un monde où les relations entre les peuples occupent une place centrale, entre alliances, complots, trahisons et tutti quanti. Un monde dans lequel les enjeux politiques et religieux se côtoient… pas toujours en totale harmonie ! Mais plutôt selon les intérêts des uns ou des autres. Un monde dans lequel les forces magiques, à travers un système fort original et fort bien développé, peuvent faire pencher la balance en faveur de ceux qui sauront en maîtriser les arcanes. Un monde peuplé d’un large éventail de créatures, dont certaines encore à découvrir, qui devront choisir leur camp dans le conflit qui se prépare (les alliances ne sont pas aussi simplistes qu’une banale opposition entre humains et non-humains). Un tel univers, s’il veut tenir la route, ne se met pas en place en quelques pages. Christophe Misraki... Force est de reconnaître que Christophe Misraki tire plutôt bien son épingle du jeu en s’aventurant, pour un premier roman (et accessoirement le premier tome d’une trilogie annoncée), sur le terrain de la fantasy. Sans révolutionner le genre (et je doute que telle eut été l’intention de l’auteur), il décrit un univers de style heroic-fantasy bien pensé et suffisamment complexe pour nous réserver encore bien des surprises. Un monde où les relations entre les peuples occupent une place centrale, entre alliances, complots, trahisons et tutti quanti. Un monde dans lequel les enjeux politiques et religieux se côtoient… pas toujours en totale harmonie ! Mais plutôt selon les intérêts des uns ou des autres. Un monde dans lequel les forces magiques, à travers un système fort original et fort bien développé, peuvent faire pencher la balance en faveur de ceux qui sauront en maîtriser les arcanes. Un monde peuplé d’un large éventail de créatures, dont certaines encore à découvrir, qui devront choisir leur camp dans le conflit qui se prépare (les alliances ne sont pas aussi simplistes qu’une banale opposition entre humains et non-humains). Un tel univers, s’il veut tenir la route, ne se met pas en place en quelques pages. Christophe Misraki n’est pas avare en matière de renseignements sur le monde qu’il a imaginé. Ce qui explique (en partie) le temps qu’il m’a fallu pour venir à bout du présent bouquin. En fin de roman l’auteur intègre un lexique qui situe le contexte et les acteurs de son intrigue ; un bonus appréciable qui aurait été, selon moi, plus pertinent en début de roman (avant la carte du monde par exemple) afin de pouvoir s’y référer en cas de questionnement ou de doute quant au rôle ou à la position de tel ou tel intervenant. Malgré une réelle complexité, l’immersion en Porminide est totale. On s’attache facilement aux personnages, même certains « méchants » trouvent parfois grâce à nos yeux. L’intrigue est très prenante malgré quelques longueurs parfois (le temps de préciser certains éléments du contexte). Il n’en reste pas moins qu’en refermant ce premier tome on a clairement l’impression qu’il fait office de mise en bouche… ce n’est que dans les tomes suivants que les choses trouveront leur rythme de croisière. Alors que les choses semblaient suivre une voie toute tracée, la dernière partie du roman ouvre de nouvelles perspectives à l’intrigue et aux personnages. Il faut bien avouer qu’un tel revirement de situation est plutôt déconcertant… d’un autre côté c’est la fin de ce premier tome qui explique le titre et la couverture du bouquin. Ça n’en reste pas moins une mise en bouche alléchante. En espérant que Christophe Misraki ne se la joue pas G.R.R. Martin en nous faisant languir plusieurs années entre chaque tome !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tachan Posté le 16 Mars 2021
    Malgré un résumé fort classique par essence, j'attendais avec une certaine impatience de découvrir celui qu'on annonçait comme la nouvelle voix de la Fantasy française, un genre que j'affectionne particulièrement. Outrefleuve a en plus bien fait les choses en offrant à ses lecteurs des services presse superbes agrémentés de tote-bags à l'effigie de l'arbre emblématique de la couverture, de marque-pages et de dédicaces nominatives, et je les en remercie. Malheureusement mettre les petits plats dans les grands n'a pas suffit à me faire vibrer comme je l'espérais avec cette lecture. L'histoire démarrait plutôt bien. On m'avait dit que les débuts seraient difficiles car assez denses en noms et informations, pour autant, moi je suis directement rentrée dans l'histoire. J'ai été séduite par cette histoire de décès de l'héritière d'un Royaume mais également d'une Entité qui habite le coeur de chaque souverain humain d'un univers où ils côtoient aussi des créatures diverses et variées à leurs portes. On plongeait directement dans une ambiance sombre, un peu morose où les personnages étaient tous en pleine déprime face à ce deuil inattendu et arrivé au pire moment, avec des conséquences dramatiques en plus, puisqu'il met en danger tout leur univers. J'ai aimé ce côté intrigue... Malgré un résumé fort classique par essence, j'attendais avec une certaine impatience de découvrir celui qu'on annonçait comme la nouvelle voix de la Fantasy française, un genre que j'affectionne particulièrement. Outrefleuve a en plus bien fait les choses en offrant à ses lecteurs des services presse superbes agrémentés de tote-bags à l'effigie de l'arbre emblématique de la couverture, de marque-pages et de dédicaces nominatives, et je les en remercie. Malheureusement mettre les petits plats dans les grands n'a pas suffit à me faire vibrer comme je l'espérais avec cette lecture. L'histoire démarrait plutôt bien. On m'avait dit que les débuts seraient difficiles car assez denses en noms et informations, pour autant, moi je suis directement rentrée dans l'histoire. J'ai été séduite par cette histoire de décès de l'héritière d'un Royaume mais également d'une Entité qui habite le coeur de chaque souverain humain d'un univers où ils côtoient aussi des créatures diverses et variées à leurs portes. On plongeait directement dans une ambiance sombre, un peu morose où les personnages étaient tous en pleine déprime face à ce deuil inattendu et arrivé au pire moment, avec des conséquences dramatiques en plus, puisqu'il met en danger tout leur univers. J'ai aimé ce côté intrigue de cour en huis clos dans un univers très urbain. J'ai aimé découvrir les différents "clans" humains du royaume d'Erceph, qui mélangent croyances et politiques. La découverte des personnages clés de ce pan de l'histoire s'est fait suffisamment progressivement pour moi pour que j'en vienne à apprécier ce père, le Roi, qui ne parvient pas à faire son deuil, tout comme le fiancé de la défunte. On leur accole une galerie de personnages très variée, de la seconde fille un peu rebelle, à la conseillère ex-candidate au mariage, à la femme de petite vie. C'est classique mais éclectique. Il y a en plus un mystère croissant autour de ce qui est vraiment advenu de la princesse héritière et de son coeur, élément clé dans la passation de pouvoir, puisque c'est lui qui doit accueillir l'Entité qui donne la force et la légitimité aux souverains humains de ce coin du monde. On se demande aussi comment cela a pu arriver, si ce n'était pas fait exprès et qui serait à l'origine de tout ça. On s'interroge également sur la suite. On met tout ça en parallèle avec une prophétie disant qu'une femme avec une Entité serait la fin de tout. Et enfin, on fait de la recherche de ce coeur une quête bien légitime pendant que les hordes étrangères et maléfiques se lancent à l'assaut des royaumes humains. Ce début était donc vraiment prometteur pour moi même s'il a fallu lutter pour en arriver là. Cela avait beau reposer sur des ressorts ultra classique en héroïc fantasy, ça ne me dérangeait pas car je suis bon public du moment qu'il y a de l'aventure. Malheureusement tout s'est gâté ensuite... L'intérêt que j'avais pour cette quête en devenir et la peur qui montait progressivement autour de ce coeur perdu et des autres dangers qui menaçaient a été noyé sous une narration mal maîtrisée. Le problème vient du fait que l'auteur passe plus de temps à installer son univers qu'à poser son histoire, développer ses personnages et son intrigue. L'ensemble manque de caractère et de corps, et pour un récit d'aventure ce n'est pas assez percutant ni visuel. Du coup, à partir de la moitié (et peut-être même avant pour certains lecteurs), cela devient très / trop dense à lire, avec trop de noms, trop de lieux, trop d'intrigues en parallèle avec presque aucune qui sort vraiment du lot. Tout cela occupe tellement l'espace qu'on a l'impression que rien n'avance vraiment. La lecture devient même alors un peu floue par moment surtout si on fait des pauses plus ou moins longues entre la lecture de deux chapitres... L'intrigue pourrait avoir une belle ampleur grâce au groupe autour de Kern mais ils sont étouffés par le reste et rien ne prend l'ampleur que ça pourrait avoir. On a plutôt l'impression d'être dans une introduction qui n'en finit jamais, surtout que le rythme est trop lent et pas assez percutant. Il aurait fallu introduire les éléments du décor, de l'univers au fur et à mesure, mais sans oublier de bien lancer la quête de façon plus dynamique. Ici, les choix narratifs plombent la lecture. En plus, l'ensemble est vraiment très très manichéen avec les "méchants" qui comme par hasard sont les créatures qui font face aux humains. L'auteur se plaît à mettre en scène beaucoup de créatures et de peuples divers avec des caractérisations un peu éculées. Je m'attendais à plus d'originalité, mais je cherche encore. Pourtant j'aimais vraiment bien les éléments de départ avec cette Entité qui se niche dans le coeur des souverains, mais c'est à vouloir développer tout plein d'antagonistes non-humains que l'auteur s'est perdu, alors qu'il y avait déjà de quoi faire avec le premier pan de l'histoire qu'il avait introduit à Erceph. Resserrer le nombre de personnages et de clans qui s'opposent au début aurait été bénéfique. Je ressors de cette lecture assez mitigée. Alors que j'étais assez enthousiaste au début malgré son classicisme, l'absence de rythme a eu raison de moi. Je ne voulais pas lire une vaste introduction, je voulais découvrir une quête qui démarrait de façon plus percutante pour m'embarquer dès le tome 1 dans ce nouvel univers. Là, je suis restée un peu sur carreau passé le premier tiers et j'ai vainement attendu de me sentir impliquée par l'histoire ou attachée aux personnages. Ce premier titre pour Christophe Misraki est à mes yeux très perfectible car trop classique, trop dense dans son approche de l'univers qu'il veut déployer, trop maladroit dans sa présentation et manquant surtout de punch. Je ne lirai probablement pas la suite ayant peur que la direction ne me convienne pas au vu du choix fait pour l'intrigue dans les derniers chapitres. Cela conviendra peut-être à d'autres lecteurs mais ça ne correspondait pas à mes attentes et envies.
    Lire la suite
    En lire moins
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.