Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092576755
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 408
Format : 154 x 225 mm

Le goût amer de l'abîme - Dès 14 ans

Lilas Nord (Traducteur)
Collection : Roman Grand format
Date de parution : 30/08/2018
Un roman bouleversant qui nous plonge au cœur de la schizophrénie
Résumé : Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s'intéresse à l'athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent... Résumé : Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s'intéresse à l'athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent le tuer... Dans son esprit, Caden est devenu le passager d'un navire voguant sur des mers déchaînées.
Lorsque cela devient trop difficile pour lui de garder le contact avec la réalité, ses parents doivent l'interner en asile psychiatrique. Commence pour le jeune homme un long voyage qui doit le mener au plus profond des abysses, au risque de s'y noyer…

Inspiré d'une histoire vraie, un roman d'une justesse incroyable sur les maladies mentales.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092576755
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 408
Format : 154 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PasUntitled Posté le 3 Mars 2020
    Plus tentée par le nom de l'auteur de la Faucheuse que par le résumé en lui-même, le goût amer de l'abime a su me séduire. Malgré un début un peu long qui laisse le lecteur à la dérive en ses eaux troubles, la structure du récit s'éclaire au bout d'une centaine de pages. Si le thème de la maladie mentale peut rappelé Je t'ai rêvé de Francesca Zappia, l'écriture en est totalement différente. Plongé dans l'esprit de Caden, on ne peut que sombrer dans les méandres qui le traverse. Le récit est double, deux visions du monde s'opposent mais se complètent malgré tout. La vie lambda d'un adolescent de 15 ans et l'autre. Outre la façon d'aborder la schizophrénie d'une manière très touchante puisque Neal Shusterman connait bien le sujet, ce roman est une petite pépite d'écriture. Notamment grâce à la galerie de personnages incroyable de couleur, de sentiments et d'humanité (parfois et pour certains). Je ne peux recommander ce roman qui ne plaira sans doute pas à tous mais je pense que le sujet évoqué est trop rare en YA pour passer à côté de celui-ci.
  • lemiroirdeslivres Posté le 28 Octobre 2019
    J'ai d'abord acheté ce livre parce que c'était Neal Shusterman, et que j'avais trouvé «La Faucheuse» incroyable. Mais ce roman, bien que dans un tout autre registre, est tout aussi magnifique. «Le goût amer de l'abîme» est inspiré de son fils Brendan, touché par la schizophrénie, qui l'a illustré. Au début, on est un peu perdu, puisque il y a deux histoires en une. La première, celle qui se concentre sur la réalité de Caden. Et la seconde, où Caden est un passager d'un bateau, métaphore de sa maladie mentale. Au fur à mesure de la lecture, on fait le rapprochement entre les deux. On fait le lien entre les personnages à bord du bateau et l'entourage de Caden, par exemple. L'histoire n'est jamais larmoyante, mais elle n'en reste pas moins très touchante. Je ne saurais pas vraiment expliquer ce roman, mais il y a une véritable atmosphère qui se dégage de ce récit. J'ai vraiment été embarquée dans ce voyage. Caden est un personnage très attachant, et quand il laisse parfois la maladie prendre le dessus, on a peur pour lui, peur qu'il ne revienne jamais des profondeurs. Ce roman nous apprend beaucoup de choses sur la schizophrénie et sur la maladie mentale... J'ai d'abord acheté ce livre parce que c'était Neal Shusterman, et que j'avais trouvé «La Faucheuse» incroyable. Mais ce roman, bien que dans un tout autre registre, est tout aussi magnifique. «Le goût amer de l'abîme» est inspiré de son fils Brendan, touché par la schizophrénie, qui l'a illustré. Au début, on est un peu perdu, puisque il y a deux histoires en une. La première, celle qui se concentre sur la réalité de Caden. Et la seconde, où Caden est un passager d'un bateau, métaphore de sa maladie mentale. Au fur à mesure de la lecture, on fait le rapprochement entre les deux. On fait le lien entre les personnages à bord du bateau et l'entourage de Caden, par exemple. L'histoire n'est jamais larmoyante, mais elle n'en reste pas moins très touchante. Je ne saurais pas vraiment expliquer ce roman, mais il y a une véritable atmosphère qui se dégage de ce récit. J'ai vraiment été embarquée dans ce voyage. Caden est un personnage très attachant, et quand il laisse parfois la maladie prendre le dessus, on a peur pour lui, peur qu'il ne revienne jamais des profondeurs. Ce roman nous apprend beaucoup de choses sur la schizophrénie et sur la maladie mentale en général, sur ce qu'on ressent lorsqu'on en est atteint, même si on ne peut pas tout à fait le comprendre lorsqu'on ne le vit pas. Si vous vous laisser entraîné dans cette histoire, si vous osez vous perdre en réalité et hallucinations, vous allez vivre une lecture inoubliable. Neal Shusterman a fait en sorte que même ceux qui n'ont jamais rien vécu de semblable, comprenne un tout petit peu de ce que c'est de vivre ça en étant à la place de Caden. Il nous fait également ressentir, par moment, l'impuissance de l'entourage. Ce fossé qui se creuse entre les deux, comme s'ils ne faisaient plus partie du même monde, et derrière ces mots, on sent ce qu'a pu ressentir l'auteur lorsque son fils a été au plus bas. Je vous le conseille, au risque que vous passiez complètement à côté de l'histoire, ce que je peux comprendre car c'est assez spécial. Mais j'espère au fond, que vous vivrez cette lecture comme moi je l'ai vécu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Anaaklusmos_ Posté le 22 Septembre 2019
    Neal Shusterman est un auteur que j’aime beaucoup car il a écrit La Faucheuse, une série coup de cœur mais également car j’ai pu le rencontrer deux fois, et il était très agréable. C’est donc avec curiosité que je me suis plongée dans Le goût amer de l’abîme qui est à l’opposé complet de sa dystopie intitulée La Faucheuse que je connais si bien. Pour votre information, ce livre traite de la schizophrénie et l’auteur s’est inspiré de l’expérience de son fils. Le sujet m’intéresse grandement, j’ai beaucoup d’affinité pour tout ce qui traite de maladie mentale ou d’addiction en générale, car je trouve ça très intéressant et important d’en connaître les détails, et les manières de se soigner. Dans ce récit porté jeunesse, on suit deux histoires reliées entre elle d’une manière intelligente. D’un côté Calden, un adolescent qui commence à montrer ses symptômes dans son quotidien, et d’un autre côté sa vie sur un bateau sous les ordre d’un Capitaine, coupée du monde réel qu’il connait. C’est assez déroutant au début et puis finalement plus on avance, plus on apprécie la maîtrise de l’auteur à ficeler son histoire et faire s’emboiter les éléments petit à petit. Les personnages sont très humains et... Neal Shusterman est un auteur que j’aime beaucoup car il a écrit La Faucheuse, une série coup de cœur mais également car j’ai pu le rencontrer deux fois, et il était très agréable. C’est donc avec curiosité que je me suis plongée dans Le goût amer de l’abîme qui est à l’opposé complet de sa dystopie intitulée La Faucheuse que je connais si bien. Pour votre information, ce livre traite de la schizophrénie et l’auteur s’est inspiré de l’expérience de son fils. Le sujet m’intéresse grandement, j’ai beaucoup d’affinité pour tout ce qui traite de maladie mentale ou d’addiction en générale, car je trouve ça très intéressant et important d’en connaître les détails, et les manières de se soigner. Dans ce récit porté jeunesse, on suit deux histoires reliées entre elle d’une manière intelligente. D’un côté Calden, un adolescent qui commence à montrer ses symptômes dans son quotidien, et d’un autre côté sa vie sur un bateau sous les ordre d’un Capitaine, coupée du monde réel qu’il connait. C’est assez déroutant au début et puis finalement plus on avance, plus on apprécie la maîtrise de l’auteur à ficeler son histoire et faire s’emboiter les éléments petit à petit. Les personnages sont très humains et très attachants, je me suis vraiment sentie proche d’eux, j’ai eu beaucoup de tendresse pour chacun d’entre eux. Je pense sincèrement que ce livre m’a marqué, il me donne d’ailleurs encore plus envie de lire des romans sur ce sujet. Je ne vais pas vous faire une grande chronique sur ce roman qui se laisse découvrir, mais je vous conseille vraiment de lui laisser sa chance car il vaut la peine d’être lu à mes yeux, pour tous les problèmes dont il traite et ses métaphores intelligentes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Guizotte Posté le 5 Août 2019
    Caden est un adolescent de 15 ans dont le comportement change peu à peu au point de devenir inquietant : paranoïa, marches incessantes, oubli du temps, oubli de soi, raisonnements particuliers, perte de la réalité... Ses parents doivent alors l’interner en hôpital psychiatrique. Pour faire face à la réalité et, aussi, pris dans la spirale des médicaments, Caden, dans son esprit, est devenu le passager d’un navire sur des mers déchaînées. On alterne alors des chapitres (très courts) de Caden passager du navire et de Caden développant les premiers signes de la maladie. C’est un récit en grande partie autobiographique, qui relate le combat du fils de l’auteur. Cela explique qu’il y a une très grande justesse dans le vécu de la schizophrénie, de l’internement, de l’effet des médicaments. On plonge complètement dans l’esprit de Caden. Et malgré le sujet difficile, c’est un livre qui reste totalement positif et humain.
  • de_poudlard_a_anima Posté le 20 Juillet 2019
    Le goût amer de l’abîme aborde le sujet des maladies mentales, et en particulier celui de la schizophrénie. J’ai tellement de choses à dire sur ce roman, mais j’ai si peur de vous gâcher le plaisir de sa découverte ! Neal Shusterman a su mettre son talent d’écriture au service de son roman, lui dont le fils est schizophrène et dont il s’est inspiré. Caden est un adolescent à part. Comme dans sa tête, le livre est divisé en chapitres qui oscillent entre la réalité et le monde imaginaire qu’il s’est inventé, et dans lequel il est un matelot à bord d’un navire. Au début, comme s’il parvenait encore à faire la différence, les chapitres sont bien définis, les deux mondes bien distincts et, au fur et à mesure que l’on sent Caden se perdre en lui-même, les deux mondes se mélangent. Le champ lexical de la mer, des bateaux, des pirates, commence à apparaître par touches dans le texte, en plein cœur du monde réel plus si réel que ça. On commence à remarquer des similitudes entre le monde réel du début et des éléments du monde imaginaire. Et on sent que l’on perd Caden, comme s’il nous échappait. D’un point de... Le goût amer de l’abîme aborde le sujet des maladies mentales, et en particulier celui de la schizophrénie. J’ai tellement de choses à dire sur ce roman, mais j’ai si peur de vous gâcher le plaisir de sa découverte ! Neal Shusterman a su mettre son talent d’écriture au service de son roman, lui dont le fils est schizophrène et dont il s’est inspiré. Caden est un adolescent à part. Comme dans sa tête, le livre est divisé en chapitres qui oscillent entre la réalité et le monde imaginaire qu’il s’est inventé, et dans lequel il est un matelot à bord d’un navire. Au début, comme s’il parvenait encore à faire la différence, les chapitres sont bien définis, les deux mondes bien distincts et, au fur et à mesure que l’on sent Caden se perdre en lui-même, les deux mondes se mélangent. Le champ lexical de la mer, des bateaux, des pirates, commence à apparaître par touches dans le texte, en plein cœur du monde réel plus si réel que ça. On commence à remarquer des similitudes entre le monde réel du début et des éléments du monde imaginaire. Et on sent que l’on perd Caden, comme s’il nous échappait. D’un point de vue du monde réel, Caden passe une grande majorité du roman interné dans un hôpital psychiatrique. Neal Shusterman développe alors la vie dans ces endroits ; à travers les yeux de la famille de Caden et de Caden lui-même. En somme, c’est un roman très particulier, qui ne ressemble à rien d’autre. N’attendez pas de l’action à chaque page, une intrigue qui se développe. Non, Le goût amer de l’abîme, c’est un roman qui tente de retracer ce que peut ressentir et vivre une personne atteinte de schizophrénie, et Neal Shusterman le fait d’une façon poétique, réaliste et immersive. J’avais trouvé le début du roman un peu long. En effet, lorsque l’on suit Caden dans sa vie de tous les jours encore un peu « normale, classique », il y a de quoi s’ennuyer. Cependant, au fur et à mesure de l’histoire et à mesure que Caden sombre dans sa propre tête, le récit devient très prenant et on a envie de savoir s’il va réussir à se sortir de tout cela. Je ne peux pas recommander ce roman à tous car il a vraiment ses particularités et pourrait ne pas plaire, ne pas toucher tout le monde. Quoiqu’il en soit, c’est une histoire extrêmement poétique, loufoque, conduite par une plume irréprochable qui a su jouer avec les mondes, les mots, les émotions d’une main de maître. Je ne peux même pas exprimer à quel point je suis admirative de ce talent d’écriture qu’a Neal Shusterman. Il me tarde de découvrir les trois autres romans de cet auteur qui dorment toujours dans ma PAL.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER NATHAN !
De nouvelles idées de lecture jeunesse, chaque mois, dans votre boîte mail