Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266297226
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 225 mm

The Mortal Instruments, renaissance - tome 3 : La Reine de l'air et des ombres, partie 2

Aurore ALCAYDE (Traducteur)
Collection : The Mortal Instruments
Date de parution : 19/09/2019
Et si la damnation était le prix du véritable amour ?
La deuxième partie du dernier tome de la trilogie n°1 aux États-Unis.
Le roi de la Cour des Ténèbres est mort. Dans le chaos de la bataille, Emma et Julian n’ont eu d’autre choix que traverser le Portail de la salle du trône. Les voilà à Thulé, un univers parallèle dans lequel Sébastien a remporté la Guerre Obscure… Dans le monde réel,... Le roi de la Cour des Ténèbres est mort. Dans le chaos de la bataille, Emma et Julian n’ont eu d’autre choix que traverser le Portail de la salle du trône. Les voilà à Thulé, un univers parallèle dans lequel Sébastien a remporté la Guerre Obscure… Dans le monde réel, la maladie touchant les sorciers continue de faire des ravages et la Cohorte a pris le pouvoir. Plus que jamais, le Monde Obscur a besoin d’Emma et de Julian. Mais pourront-ils le sauver avant que la malédiction des parabatai les détruise, eux et tous ceux qu’ils aiment ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266297226
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 225 mm
Pocket jeunesse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nono19 Posté le 14 Septembre 2020
    Ce dernier tome clôt la trilogie (car oui, en anglais, les deux derniers tomes ne font qu'un). Je vais d'ailleurs ne faire qu'une critique pour les deux parties. Livvy et l'Inquisiteur Robert Lightwood viennent de mourir ce qui bouleverse l'univers des Chasseurs d'Ombres. Le nouvel Inquisiteur utilise la peur, la méfiance, le racisme pour contrôler son peuple et par extension les Créatures Obscures. Heureusement, la rébellion se prépare. SPOILERS Chaque personnage a son deuil à vivre, des histoires de cœur parfois très complexes, ... Jace, Clary, Magnus et Alec ont une certaine place dans l'histoire ce qui ne m'a pas gênée car leurs interventions ont du sens sans oublier que ça nous permet de savoir ce que sont devenus ces personnages que nous connaissons bien. J'ai trouvé dommage qu'Isabelle et Simon ne fassent que de la figuration (ce sont les personnages que je préfère de cette saga). Comme dans tous les livres de l'auteure, le rythme est assez rapide : chapitres courts, changements de décors, de points de vue, ... Les héros ne s'ennuient pas et moi non plus. Le trio Kieran/Mark/Cristina ne m'a toujours pas convaincue. Je n'aime déjà pas les triangles amoureux alors ça! Puis, tout le monde a l'air d'accepter cette configuration ce qui... Ce dernier tome clôt la trilogie (car oui, en anglais, les deux derniers tomes ne font qu'un). Je vais d'ailleurs ne faire qu'une critique pour les deux parties. Livvy et l'Inquisiteur Robert Lightwood viennent de mourir ce qui bouleverse l'univers des Chasseurs d'Ombres. Le nouvel Inquisiteur utilise la peur, la méfiance, le racisme pour contrôler son peuple et par extension les Créatures Obscures. Heureusement, la rébellion se prépare. SPOILERS Chaque personnage a son deuil à vivre, des histoires de cœur parfois très complexes, ... Jace, Clary, Magnus et Alec ont une certaine place dans l'histoire ce qui ne m'a pas gênée car leurs interventions ont du sens sans oublier que ça nous permet de savoir ce que sont devenus ces personnages que nous connaissons bien. J'ai trouvé dommage qu'Isabelle et Simon ne fassent que de la figuration (ce sont les personnages que je préfère de cette saga). Comme dans tous les livres de l'auteure, le rythme est assez rapide : chapitres courts, changements de décors, de points de vue, ... Les héros ne s'ennuient pas et moi non plus. Le trio Kieran/Mark/Cristina ne m'a toujours pas convaincue. Je n'aime déjà pas les triangles amoureux alors ça! Puis, tout le monde a l'air d'accepter cette configuration ce qui n'est pas très réaliste. Emma et Julian vont passer par pas mal d'épreuves. Le fait qu'ils soient parabatai leur interdit d'avoir une relation amoureuse et on comprend vers la fin du roman pourquoi :p. Cet amour interdit les fera souffrir sans oublier qu'ils doivent retrouver le Livre Noir et Annabelle. J'ai beaucoup aimé l'évolution de la relation Ty/Kit. J'espère d'ailleurs que la prochaine saga sera centrée sur eux ainsi que sur Dru et Ash :p. La famille Blackthorn est en deuil et on sent que tous les personnages surtout Julian et Ty tentent de gérer au mieux. Certaines scènes sont vraiment touchantes. La bataille finale est un peu courte à mon goût avec peu de pertes. Par contre, j'ai aimé la division que cela crée chez les Chasseurs d'Ombres. La fin fait très happy end rose bonbon... peut-être un peu trop. Même si j'ai aimé le mariage d'Alec et Magnus. Un tome (ou deux tomes) que j'ai lu avec plaisir malgré quelques bémols. J'ai cependant hâte de découvrir la prochaine saga!
    Lire la suite
    En lire moins
  • louji Posté le 18 Juin 2020
    Bon, la coupure du T3 aura été agaçante d’un PDV financier, mais agréable d’un PDV de lecteur. Effectivement, je pense que le T3 de Renaissance aurait été assez indigeste lu tout d’un coup… car bien trop long ! C’est ce que je reproche à Cassandra Clare depuis quelques tomes… Ses deux premières séries (The Mortal Instruments (TMI) The Infernal Devices (TID)) étaient bien mieux équilibrées : on ne perdait pas de temps, les descriptions étaient soignées et bien ajustées, chaque discussion avait son intérêt et on savourait les échanges entre personnages, les scènes d’action étaient assez nombreuses pour qu’on ne s’ennuie pas, mais pas trop fréquentes pour essouffler le lecteur. Mais avec The Dark Artificies (TDA)… trop de blabla, trop de chapitres, trop de scènes inutiles. J’apprécie le choix ambitieux de traiter autant de personnages d’un coup et c’est aussi l’intérêt de l’univers de faire des cross-over avec les précédentes (ou futures) séries, mais là… à vouloir tous les mettre en avant, on en perd la saveur. Les personnages m’ont paru plus fades dans ce tome, sauf pour certains cas (Kit et Dru, notamment, que j’affectionne beaucoup). Julian me plaît toujours, mais il a été mis en second plan... Bon, la coupure du T3 aura été agaçante d’un PDV financier, mais agréable d’un PDV de lecteur. Effectivement, je pense que le T3 de Renaissance aurait été assez indigeste lu tout d’un coup… car bien trop long ! C’est ce que je reproche à Cassandra Clare depuis quelques tomes… Ses deux premières séries (The Mortal Instruments (TMI) The Infernal Devices (TID)) étaient bien mieux équilibrées : on ne perdait pas de temps, les descriptions étaient soignées et bien ajustées, chaque discussion avait son intérêt et on savourait les échanges entre personnages, les scènes d’action étaient assez nombreuses pour qu’on ne s’ennuie pas, mais pas trop fréquentes pour essouffler le lecteur. Mais avec The Dark Artificies (TDA)… trop de blabla, trop de chapitres, trop de scènes inutiles. J’apprécie le choix ambitieux de traiter autant de personnages d’un coup et c’est aussi l’intérêt de l’univers de faire des cross-over avec les précédentes (ou futures) séries, mais là… à vouloir tous les mettre en avant, on en perd la saveur. Les personnages m’ont paru plus fades dans ce tome, sauf pour certains cas (Kit et Dru, notamment, que j’affectionne beaucoup). Julian me plaît toujours, mais il a été mis en second plan par Emma, qui a perdu de son charme de tome en tome (je la préférais largement au T1). Puis sincèrement, heureusement que leur idylle portait des enjeux pour l’univers des Chasseurs d’Ombres, car bonjours l’ennui autrement. Je ne les trouve pas très attachants, tandis que Will, Tessa et Jem (ou même Clary et Jace; Cristina, Mark et Kieran (Alec et Magnus, j’ai perdu l’étincelle d’affection que j’avais pour eux dans TMI, je les trouve hyper creux maintenant :v) me faisaient bien plus vibrer dans leurs échanges. Autrement, le développement des personnages est intéressant, parfois surprenant (bravo pour Cristina, Mark et Kieran… c’est osé, mais ça a bien marché), plutôt bien traité… mais je fais confiance à C. Clare pour ça. J’aimerais juste qu’on retrouve l’efficacité des premières séries : moins de discussions qui tournent en rond, moins de chapitres avec des mini-scènes où l’on voit 2-3 persos avant de sauter à une suivante (ça casse le rythme et l’intérêt pour les personnages, c’est une horreur). Question écriture, c’est toujours sympa, mais je pense que je me fais de plus en plus à sa plume, car de moins en moins de scènes me surprennent par leur qualité. Autrement, j’ai remarqué un changement de traductrice, donc certaines expressions font leur apparition dans le texte… pas dérangeant, ça va, faut juste s’y faire ! (En revanche, inverser les prénoms des personnages dans des dialogues, c’est toujours aussi chiant de la part de PKJ). En termes de scénario… c’était sympa, même si le décalage entre le T1 et le T3 me paraît assez gros. J’ai eu un coup de flippe au début du tome, quand les personnages [masquer] atterrissent à Thulé. JE DÉTESTE LES MONDES ALTERNATIFS. À mes yeux, c’est juste une excuse pour du fan-service afin de faire revenir des personnages disparus ou faciliter les magouilles scénaristiques des auteurs. Heureusement, ça a pas trop duré. Autrement, j’allais m’énerver mdr.[/masquer] Je ne m’attendais pas à certaines choses, d’autres, je m’y attendais… franchement, ça allait, la scène de bataille finale était bien sympa, quoique assez chaotique. La tournure qu’a pris la fin de la série m’a semblé assez tirée-par-les-cheveux, même si ça offre un joli terrain de développement pour la suite. Certaines révélations promettent du contenu pour The Wicked Powers, la série qui (normalement ?) clôturera l’univers des Chasseurs d’Ombres. Pour conclure, je dirais que j’apprécie mieux les ouvrages de C. Clare quand ils sont plus concis (car plus efficaces et page-turners) et mettent moins en avant la romance (aled, que j’aime pô ça, heureusement qu’il y avait des enjeux liés à l’idylle de Julian et Emma). Je salue toutefois l’ingéniosité de l’autrice à faire écho à des enjeux sociétaux actuels dans son propre univers et à l’imagination dont elle fait preuve à chaque série pour nous concocter de nouvelles aventures.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MariineJ Posté le 27 Mai 2020
    Coup de coeur pour cette fin. J'adore les Blackthorn et Emma !!
  • AnneClaire29 Posté le 24 Mai 2020
    Dans ce dernier volet, nous retrouvons Julian et Emma projetés dans la dimension de Thulé oú Sébastien Morgenstern a gagné la Guerre Obscure. Ils vont retrouver des personnes qu'ils aiment dont Livia qui est toujours vivante dans ce monde. Julian et Emma vont se battre a ses côté avec la Résistance pour venir à bout de Sébastien et retrouver leur monde. Dans notre monde, la Cohorte continue d'étendre son emprise et déclare que les créatures obscures ont tués Clary et Jace. Un dernier tome très riche en rebondissements, en combats et en révélation. J'ai aimé replonger dans cette saga auprès des néphilims et de leurs intrigues. Même quand on croit que l'histoire se clôt, il y a toujours un rebondissements qui annonce une suite.
  • florencem Posté le 17 Mai 2020
    Cela me chagrine un tout petit peu, mais il y a plusieurs passages pour cette dernière partie de La reine de l'air et des ombres qui ont quelque peu alourdi le récit et qui m'ont paru durer une éternité. Il n'en reste pas moins que j'ai tout de même adoré cette conclusion qui a été à la hauteur de mes attentes. Une jolie réussite qui me pousse à poursuivre avec les autres romans et les nouvelles de la saga. Après avoir échappé in extremis aux soldats de la Cour des Ténèbres, Emma et Julian se retrouve à Thulé, un monde parallèle plongé dans la terreur et sous la gouvernance de Sebastien. Je redoutais ce début de tome, je ne vais pas mentir. Déjà parce qu'il me rappelait beaucoup le passage à Edom et ensuite parce qu'on s'éloignait pour moi de l'intrigue principale. Ce passage dure d'ailleurs assez longtemps. Certes, on apprend certaines choses, et ce "voyage" a un intérêt à plusieurs niveaux même, mais j'ai cru qu'il ne se finirait jamais. Pour commencer une lecture, ce n'était pas l'idéal. Une fois terminé, j'ai retrouvé le monde que nous connaissons et les choses ont été de mieux en mieux. J'étais impatiente de voir... Cela me chagrine un tout petit peu, mais il y a plusieurs passages pour cette dernière partie de La reine de l'air et des ombres qui ont quelque peu alourdi le récit et qui m'ont paru durer une éternité. Il n'en reste pas moins que j'ai tout de même adoré cette conclusion qui a été à la hauteur de mes attentes. Une jolie réussite qui me pousse à poursuivre avec les autres romans et les nouvelles de la saga. Après avoir échappé in extremis aux soldats de la Cour des Ténèbres, Emma et Julian se retrouve à Thulé, un monde parallèle plongé dans la terreur et sous la gouvernance de Sebastien. Je redoutais ce début de tome, je ne vais pas mentir. Déjà parce qu'il me rappelait beaucoup le passage à Edom et ensuite parce qu'on s'éloignait pour moi de l'intrigue principale. Ce passage dure d'ailleurs assez longtemps. Certes, on apprend certaines choses, et ce "voyage" a un intérêt à plusieurs niveaux même, mais j'ai cru qu'il ne se finirait jamais. Pour commencer une lecture, ce n'était pas l'idéal. Une fois terminé, j'ai retrouvé le monde que nous connaissons et les choses ont été de mieux en mieux. J'étais impatiente de voir l'affrontement final arriver. Les agissements de la Cohorte devenaient de plus en plus énervants, pour rester polie, une autre guerre sanglante pointait le bout de son nez, et le destin de nos héros était sur la sellette. Pas de quoi se réjouir, certes, mais les émotions et la tension faisaient qu'il était impossible de lâcher le roman. La reine de l'air et des ombres arrivait à un tournant majeur pour l'Enclave et les Créatures de l'Ombre, et je m'attendais à quelque chose d'épique. Je n'ai pas été déçue le moins du monde. D'autant plus que Cassandra Clare a clairement joué avec ma corde sensible : l'effet de groupe. Voir les différentes forces en marche se rallier et agir ensemble pour le bien de tous. C'est quelque chose que j'adore. Il y a un élan d'espoir, des alliances qui se créent, une cause commune à défendre. Bien entendu, la peur de perdre l'un des personnages principaux était toujours là, mais il était difficile de ne pas être excitée de voir cet affrontement arriver, surtout pour rabaisser le caquet de la Cohorte. Epique et prenant, toute la partie centrale du roman tient en haleine. Sans temps mort, le tout est réalisé avec soin et cohérence. J'ai beaucoup aimé suivre les différents personnages et qu'on ne se focalise pas seulement sur Emma et Julian. Chacun a sa part, mention spéciale à Drusilla qui arrive enfin à s'imposer, et nous avons droit à une vue d'ensemble du dénouement. Ce n'était pas évident à gérer, mais il n'y a eu aucun couac pour moi. Nous obtenons une conclusion digne de l'ensemble de cette trilogie, avec des personnages qui portent l'histoire de façon prodigieuse. Bien entendu, il y a beaucoup de romance, un point que certains ont trouvé négatif. Pour ma part, j'ai toujours vu les différents trilogie de la saga comme des romances épiques. Et avec plus de personnages, il y a forcément plus de relations amoureuses à mettre en avant. Mais chacune est unique, ne prenant pas le pas sur une autre. Tout est encore une fois bien dosé. Si j'ai apprécié ce dernier tome, il n'est clairement pas une fin pour moi, et j'ai hâte de voir ce que donnera The Wicked Powers. Déjà du point de vue de la solution trouvée vis-à-vis de la Cohorte. Je la comprends, mais je ne sais pas si j'aurais fait la même chose dans cette situation. Elle est, pour moi, source de conflits à venir et ne clôt pas la discorde, ni le fanatisme. Mais elle est miséricordieuse et c'est aussi cela que Cassandra voulait mettre en avant. Le retour de la mission première des Chasseurs d'Ombre : être des protecteurs. Deuxième point : Kit. J'ai eu un réel plaisir à le suivre. Son évolution est potentiellement la plus spectaculaire. Cependant, même si son destin semble aller dans une direction plutôt heureuse, il y a un déchirement que je n'arrive pas à accepter. Ce qui me donne encore une fois envie d'avoir The Wicked Powers entre les mains, sans compter l'épilogue qui n'augure rien de bon. Fort heureusement, avant cela nous avons droit à une fin des plus plaisante, voire peut-être un peu trop. Je suis plutôt du genre à aimer les fins bisounours, mais à trop mettre de paillettes et d'arc-en-ciel avec des nounours tout doux... on casse tout. C'était mignon et adorable, mais il y avait tellement de couples à mettre en avant que cela s'est beaucoup éternisé. J'étais contente, ne vous méprenez pas, mais je pense qu'il y aurait pu avoir quelques petits coups de serpe pour alléger le tout. La reine de l'air et des ombres est donc une réussite (oui malgré mes deux points "négatifs"), qui arrive à clore un épopée tout en laissant la porte ouverte à de nouvelles aventures. Joli coup de maître. Si les personnages sont très réussis, c'est aussi les valeurs que l'auteur cherche à véhiculer qui rendent son histoire addictif. On aimerait avoir des héros comme cela à nos côtés pour nous défendre, et comme eux, nous souhaitons un monde plus harmonieux et respectueux (la perfection, c'est ennuyeux). J'aurais, pour finir, une critique concernant la traduction. Les erreurs de prénoms sont trop récurrentes, et cela est pénible... Etre obligée de revenir plus haut parce qu'on ne comprend pas qui parle est assez agaçant, et cela s'est ressenti dans les quatre tomes...
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.