Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377359738
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

813. La double vie d'Arsène Lupin

suivi de Les trois crimes d'Arsène Lupin

Collection : Classique
Date de parution : 04/03/2021
Alors que Netflix diffuse une série inspirée des aventures d’Arsène Lupin, avec Omar Sy pour interpréter le personnage créé par Maurice Leblanc, Archipoche publie, dans une élégante édition collector, les meilleures aventures du gentleman cambrioleur. 
Monocle, haut-de-forme, fleur à la boutonnière et revolver en poche : depuis son apparition en 1905, la silhouette d’Arsène Lupin a effrayé et diverti des générations de lecteurs. Dandy et bagarreur, scélérat et charmeur, ce gentleman a sévi dans plus d’une vingtaine d’œuvres, nées de l’imagination de Maurice Leblanc (1864-1941).

C’est...
Monocle, haut-de-forme, fleur à la boutonnière et revolver en poche : depuis son apparition en 1905, la silhouette d’Arsène Lupin a effrayé et diverti des générations de lecteurs. Dandy et bagarreur, scélérat et charmeur, ce gentleman a sévi dans plus d’une vingtaine d’œuvres, nées de l’imagination de Maurice Leblanc (1864-1941).

C’est toutefois un autre Lupin que l’on découvre dans 813 : plus sombre, presque effrayant. Confronté au machiavélique et invisible L. M., il lui faudra s’innocenter d’unmeurtrecrapuleux:celuidumilliardaireKesselbach. Et, pour cela, retrouver un lot de lettres au contenu politique explosif et décrypter la signification de ce « 813 », dont la clef pourrait avoir de profondes répercussions sur l’Europe tout entière, sur fond de rivalités franco-allemandes...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377359738
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LaurenaLJ Posté le 8 Octobre 2021
    Ce nouveau volume des aventures d'Arsène Lupin aura su me tenir en haleine tout du long! Comme toujours avec Maurice Leblanc, l'intrigue est bien construite et foncière intelligente, avec de nombreux retournements de situation que je n'ai pas tous vu venir. J'ai également apprécié découvrir une facette un peu plus "torturée" d'Arsène Lupin, de le voir douter, ce qui ne le rend que plus humain.
  • KiriHara Posté le 4 Août 2021
    « 813 » est une aventure, double aventure, rocambolesque et passionnante d’Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur né de la plume de Maurice Leblanc. Est-il encore besoin de présenter et le personnage et l’auteur ? Je serai tenté de dire « Oui » puisque, moi-même, bien qu’étant un passionné de littérature populaire du début du XXe siècle, j’avais une idée erronée de l’un et de l’autre. Car, Maurice Leblanc (1864 - 1941), n’était pas un simple auteur de littérature populaire, mais un romancier ambitieux dépassé par le succès de son personnage comme l’a pu être, avant lui, Conan Doyle face à son Sherlock Holmes. Est-ce la raison pour laquelle, l’un comme l’autre, a tenté de détruire sa création, la plongeant dans une mort certaine ? Très probablement. Mais le succès et la liesse populaire est autant une malédiction qu’une bénédiction pour certains auteurs et quand tout le monde vous réclame de nouvelles aventures de votre personnage, il est difficile de refuser et impossible de proposer autre chose. Quant à Arsène Lupin, j’en avais l’image d’un cambrioleur mondain certes un peu fantasque, mais relativement simple à cerner. Il n’en est rien ! Arsène Lupin est un personnage fort et complexe, sensible et ambitieux, courageux et présomptueux… « 813... « 813 » est une aventure, double aventure, rocambolesque et passionnante d’Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur né de la plume de Maurice Leblanc. Est-il encore besoin de présenter et le personnage et l’auteur ? Je serai tenté de dire « Oui » puisque, moi-même, bien qu’étant un passionné de littérature populaire du début du XXe siècle, j’avais une idée erronée de l’un et de l’autre. Car, Maurice Leblanc (1864 - 1941), n’était pas un simple auteur de littérature populaire, mais un romancier ambitieux dépassé par le succès de son personnage comme l’a pu être, avant lui, Conan Doyle face à son Sherlock Holmes. Est-ce la raison pour laquelle, l’un comme l’autre, a tenté de détruire sa création, la plongeant dans une mort certaine ? Très probablement. Mais le succès et la liesse populaire est autant une malédiction qu’une bénédiction pour certains auteurs et quand tout le monde vous réclame de nouvelles aventures de votre personnage, il est difficile de refuser et impossible de proposer autre chose. Quant à Arsène Lupin, j’en avais l’image d’un cambrioleur mondain certes un peu fantasque, mais relativement simple à cerner. Il n’en est rien ! Arsène Lupin est un personnage fort et complexe, sensible et ambitieux, courageux et présomptueux… « 813 » marque un tournant dans la carrière d’Arsène Lupin. Déjà parce qu’il fut publié en feuilleton dans le Journal en 1910 là où les précédentes aventures étaient parues dans le magazine « Je sais tout ». C’est dire la promotion pour le personnage et son auteur d’être propulsé au-devant d’un des quotidiens les plus lus de son époque. Ensuite parce que le roman est plus grand, plus dense, plus ambitieux que le précédent ou les nouvelles d’avant. Aussi parce que, au lieu de se pencher sur le passé comme c’était le cas dans « L’aiguille creuse », le roman s’intéresse au présent et, surtout, à l’avenir puisqu’il est question du conflit avec l’Empire allemand et la restitution de l’Alsace et la Lorraine qui interviendra près de dix ans après la parution du roman. Enfin, par l’ambition ! Ambition de l’auteur, de l’intrigue et du héros. Ambitieux, Maurice Leblanc, de vouloir traiter, dans un feuilleton populaire, de ces sujets complexes ! Ambitieuse, l’intrigue qui navigue depuis un simple crime jusqu’à un possible bouleversement géopolitique ! Ambitieux, surtout, Arsène Lupin, qui ne se contente plus de voler les riches, mais veut, désormais, être le Maître de l’Europe, diriger dans l’ombre, obtenir le pouvoir. L’assassinat de Kesselbach est retentissant. Déjà parce qu’Arsène Lupin, que l’on croyait mort, revient sur le devant de la scène. Ensuite parce qu’il sera suivi d’autres exécutions sanglantes et mystérieuses. Enfin, parce que le but du génial cambrioleur, ainsi que de ses ennemis, est ni plus ni moins de tenir le destin de l’Europe entre leurs mains… On retrouve donc un personnage toujours aussi fantasque, ambitieux, cabotin, vantard, généreux, passionné, mais qui montre aussi d’autres facettes de lui : la soif du pouvoir, l’obsession, la peur, l’angoisse, le renoncement… On le quittait désespéré après le décès de la femme qu’il aimait, on le retrouve encore plus flamboyant, plus ambitieux, plus taquin, plus cabotin, plus volontaire… mais cela va-t-il durer face au pire ennemi qu’il a jamais eu à combattre. Car, si la grandeur d’un héros se mesure à celle de son ennemi, Arsène Lupin pouvait entrer au panthéon des grands personnages après ses luttes avec Herlock Sholmes ou le jeune Isidore Beautrelet. Pourtant, cette adversité n’était rien comparée au monstre sanguinaire et invisible qu’il va devoir combattre. Car, en plus de rivaliser d’intelligence et de moyens avec lui, celui-ci a un avantage sur Arsène Lupin, il n’hésite pas à tuer ceux qui le gênent et il ne s’en privera pas. Ambitieux, donc, que ce récit, cette intrigue qui démarre par un simple meurtre, la quête d’un secret, puis d’un homme, puis de lettres dans le seul but de conquérir l’Europe toute entière. Pour ce faire Arsène Lupin montrera donc d’autres facettes de sa personnalité et pas forcément les plus sympathiques. Manipulation, mépris de l’autre, il n’hésitera pas à traumatiser celui dont il veut se servir et à manipuler l’être le plus cher à son cœur pour obtenir ce qu’il désire. Parfois drôle, parfois exaltant, toujours ambitieux, ce récit rocambolesque, tout comme le précédent, s’inscrit dans l’Histoire avec un grand H. L’histoire passée, comme dans « L’aiguille creuse », mais également dans l’histoire présente (à l’époque de l’écriture du récit) à travers la rivalité des royaumes qui a bouleversé la géopolitique européenne, mais surtout la future avec la recherche du moyen de reconquérir l’Alsace et la Lorraine qui redeviendront françaises en 1919, soit 9 ans après la publication du récit. Sans temps mort, s’appuyant sur une intrigue mouvementée et complexe, Maurice Leblanc ne se contente pas de s’amuser avec son personnage fantasque, il lui offre encore une fois une véritable histoire pour s’épanouir, chose pas si fréquente que cela dans la littérature populaire qui se doit d’aller au plus vite, dans l’écriture, dans la publication et, par ce fait, ne s’embarrasse pas souvent de complexité. Paradoxalement, les faiblesses affichées par Arsène Lupin finissent par le rendre encore plus fort, ses défauts par le rendre plus attachant et le final donne envie de découvrir sa prochaine aventure. Au final, un récit prenant, enthousiasmant, virevoltant et, surtout, ambitieux pour un récit de littérature populaire. À redécouvrir d’urgence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BookFan Posté le 11 Mai 2021
    813 est un roman à couper le souffle, qui prend aux tripes et laisse pantois. Impossible de poser ce livre ! le suspense est palpable, les yeux ne quittent plus les pages, volent plus vite que les mots. Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur arrogant, sûr de lui, superbe, se retrouve acculé, désespéré et désespérant. L'histoire est splendide, violente, accablante et vibrante d'angoisse. En bref, vous l'aurez compris : j'ai adoré.
  • Pedro_Esc Posté le 21 Février 2021
    Le qualificatif qui convient le mieux à ce roman (comme d'ailleurs à toute la collection Arsène Lupin), c'est "divertissant". Arsène Lupin, c'est de la bande dessinée en roman. C'est le Musso du début du siècle dernier en bien meilleur. En effet, on y trouve un nombre incroyable de péripéties, invraisemblances, coïncidences, etc. La différence avec Musso, c'est que M. Leblanc ne prend pas ses lecteurs pour des idiots. Il y a un effort sur le style (très moyen néanmoins) et tout est finalement expliqué grâce à des pirouettes plus ou moins crédibles mais acceptables dans le cadre du divertissement. Ce n'est pas comme Musso (décidemment, je le déteste !) qui explique ses pitreries en prenant pour argument que toutes les aventures inouïes qui arrivent à son héro (ou son héroïne) étaient une mise en scène organisée par ses "amis" dans son intérêt. Je ne m'étale pas là-dessus parce que je serai accusé de "divulgâcher" la matière de bien des "romans" de ce marchand de salades. Dans Arsène Lupin, il y a beaucoup d'habileté dans le scénario et on sait qu'il finira toujours par gagner même après l'avalanche de mésaventures qui lui tombent dessus, en particulier dans ce "813". Donc, laissez tomber la littérature... Le qualificatif qui convient le mieux à ce roman (comme d'ailleurs à toute la collection Arsène Lupin), c'est "divertissant". Arsène Lupin, c'est de la bande dessinée en roman. C'est le Musso du début du siècle dernier en bien meilleur. En effet, on y trouve un nombre incroyable de péripéties, invraisemblances, coïncidences, etc. La différence avec Musso, c'est que M. Leblanc ne prend pas ses lecteurs pour des idiots. Il y a un effort sur le style (très moyen néanmoins) et tout est finalement expliqué grâce à des pirouettes plus ou moins crédibles mais acceptables dans le cadre du divertissement. Ce n'est pas comme Musso (décidemment, je le déteste !) qui explique ses pitreries en prenant pour argument que toutes les aventures inouïes qui arrivent à son héro (ou son héroïne) étaient une mise en scène organisée par ses "amis" dans son intérêt. Je ne m'étale pas là-dessus parce que je serai accusé de "divulgâcher" la matière de bien des "romans" de ce marchand de salades. Dans Arsène Lupin, il y a beaucoup d'habileté dans le scénario et on sait qu'il finira toujours par gagner même après l'avalanche de mésaventures qui lui tombent dessus, en particulier dans ce "813". Donc, laissez tomber la littérature débilitante de Messieurs Musso, Lévy, Dicker et consorts et laissez vous balader par Arsène. Vous n' y trouverez que du plaisir. Un dernier mot : évitez comme la peste la série "Lupin" de Netflix qui bat tous les records de nullité et n'a strictement rien à voir avec le sujet.
    Lire la suite
    En lire moins
  • m1rtial Posté le 29 Novembre 2020
    Je viens de relire 813 mais cette fois dans la nouvelle édition de Manucius promettant de nombreux épisodes inédits, les textes des romans parus depuis 1910 étant tronqués J'ai retrouvé intact le plaisir de la lecture de cette aventure d'Arsène Lupin que j'avais lu déjà a de nombreuses reprises Avec
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Focus
    Archipoche

    Une édition collector d'Arsène Lupin préfacée par Michel Bussi

    Les éditions Archipoche rééditent, sous jaquette stylisée, six volumes rassemblant les plus célèbres aventures d’Arsène Lupin, dont L’Aiguille creuse et L’île aux trente cercueils. Dans sa préface, Michel Bussi explique comment Arsène Lupin fut à l’origine de sa vocation.

    Lire l'article