Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377359721
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Arsène Lupin. Le bouchon de cristal

suivi de La demoiselle aux yeux verts

Collection : Classique
Date de parution : 04/03/2021
Alors que Netflix diffuse une série inspirée des aventures d’Arsène Lupin, avec Omar Sy pour interpréter le personnage créé par Maurice Leblanc, Archipoche publie, dans une élégante édition collector, les meilleures aventures du gentleman cambrioleur. 
Monocle, haut-de-forme, fleur à la boutonnière et revolver en poche : depuis son apparition en 1905, la silhouette d’Arsène Lupin a effrayé et diverti des générations de lecteurs. Dandy et bagarreur, scélérat et charmeur, ce gentleman a sévi dans plus d’une vingtaine d’œuvres, nées de l’imagination de Maurice Leblanc (1864-1941).

Le...
Monocle, haut-de-forme, fleur à la boutonnière et revolver en poche : depuis son apparition en 1905, la silhouette d’Arsène Lupin a effrayé et diverti des générations de lecteurs. Dandy et bagarreur, scélérat et charmeur, ce gentleman a sévi dans plus d’une vingtaine d’œuvres, nées de l’imagination de Maurice Leblanc (1864-1941).

Le Bouchon de cristal (1912) le met aux prises avec le député Daubrecq, maître-chanteur sans vergogne, détenteur d’un document explosif. La tête d’un innocent en dépend... mais que contenait le bouchon égaré dans sa fuite ?

Quinze ans plus tard, nous le retrouvons dans les rues de Paris, sur les traces d’un homme élégant qui lui- même suit une blonde Anglaise aux yeux verts. Sous le nom d’emprunt de « Raoul », Lupin court cette fois le risque... de tomber amoureux.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377359721
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nathys Posté le 8 Septembre 2021
    Troisieme roman d'Arsene Lupin que je lis et j'ai encore une fois adoré ! Les lire dans le désordre ne pose aucun problème pour suivre le récit. Dans cet opus, Arsène Lupin se retrouve bien malmené et fait face à un ennemi aussi rusé et retors que lui. J'ai beaucoup aimé cette aventure où il se passe énormément de choses en moins de 300 pages. On a droit à une foule de retournements de situation, des moments où Arsène Lupin semble être en position de force puis où tout s'écroule...le suspense est complet jusqu'au bout et l'histoire ne nous laisse aucun répit!
  • KiriHara Posté le 12 Août 2021
    Je poursuis ma découverte des aventures du célèbre Arsène Lupin avec « Le bouchon de cristal ». Autant l’avouer, j’ai honte. Honte d’être un passionné de littérature populaire depuis de nombreuses années et d’avoir mis tant de temps à découvrir la genèse du personnage. Honte d’avoir si longtemps clamé que des personnages tels Théodore Rouma, Robert Lacelles, Jack Desly, Mandragore… étaient des clones d’Arsène Lupin. À peine sont-ils de vagues inspirations… Honte d’avoir attendu de voir la série avec Omar Sy (elle aura au moins servi à cela même si j’avais apprécié la première partie, moins la seconde) pour me plonger dans l’œuvre originale afin de comprendre les références des épisodes. Honte, enfin, de confesser que ma réticence à lire ces récits n’était pas justifiée, loin de là. Effectivement, j’ai dû mal à apprécier ce que tout le monde adore et à détester ce que tout le monde rejette. En clair, je n’aime pas bêler avec les moutons ni hurler avec les loups. Et ce trait de caractère, même s’il me permet de faire des découvertes que jamais je n’aurai faites en me contentant de suivre la masse, ne m’est pas toujours bénéfique. Car, il y a des inconvénients à toute posture, et, à cause... Je poursuis ma découverte des aventures du célèbre Arsène Lupin avec « Le bouchon de cristal ». Autant l’avouer, j’ai honte. Honte d’être un passionné de littérature populaire depuis de nombreuses années et d’avoir mis tant de temps à découvrir la genèse du personnage. Honte d’avoir si longtemps clamé que des personnages tels Théodore Rouma, Robert Lacelles, Jack Desly, Mandragore… étaient des clones d’Arsène Lupin. À peine sont-ils de vagues inspirations… Honte d’avoir attendu de voir la série avec Omar Sy (elle aura au moins servi à cela même si j’avais apprécié la première partie, moins la seconde) pour me plonger dans l’œuvre originale afin de comprendre les références des épisodes. Honte, enfin, de confesser que ma réticence à lire ces récits n’était pas justifiée, loin de là. Effectivement, j’ai dû mal à apprécier ce que tout le monde adore et à détester ce que tout le monde rejette. En clair, je n’aime pas bêler avec les moutons ni hurler avec les loups. Et ce trait de caractère, même s’il me permet de faire des découvertes que jamais je n’aurai faites en me contentant de suivre la masse, ne m’est pas toujours bénéfique. Car, il y a des inconvénients à toute posture, et, à cause de celle-ci, j’ai failli passer à côté des enquêtes du commissaire Jules Maigret et, du coup, des aventures du génial cambrioleur Arsène Lupin. Mais revenons à nos moutons et à nos loups. Arsène Lupin est un personnage né de la plume de Maurice Leblanc (1864 - 1941). Arsène Lupin apparaît pour la première fois dans la nouvelle « L’arrestation d’Arsène Lupin » dans le magazine « Je sais tout » en juillet 1905. Débuter la carrière d’un tel personnage par son arrestation, voilà qui n’est pas banal. L’inspecteur Ganimard est de la partie et deviendra dans l’esprit des gens comme l’antagoniste principal du cambrioleur. Pourtant, il n’en est rien ou du moins, il ne l’est pas seulement. Effectivement, après son évasion, Arsène Lupin va avoir une carrière littéraire extraordinaire. Les nouvelles et les romans vont s’enchaîner suite au succès, mais également les ennemis. Car, si Conan Doyle n’a créé le personnage de Moriarty, ce génie du mal, uniquement pour que son héros ne meure pas de la main de n’importe qui, Maurice Leblanc, lui, avait compris qu’une lutte n’est belle que si les deux combattants sont d’un niveau comparable. Et, alors, d’histoire en histoire, d’aventure en aventure, Arsène Lupin va se confronter à des ennemis presque aussi intelligents que lui, tout autant machiavéliques, plus dangereux, car, eux (pour certains, du moins), n’hésitent pas à tuer. Et à chaque fois qu’Arsène Lupin met son adversaire définitivement à terre, le lecteur se dit que jamais il ne rencontrera une telle opposition. Mais à chaque fois, l’auteur parvient à mettre sur la route de son héros un être encore plus terrible. Et c’est une nouvelle fois le cas dans « Le bouchon de cristal », paru en feuilleton dans « Le Journal » en 1912. Lupin, pour une première fois, participe à un coup qu’il n’a pas organisé, mais qui lui a été apporté par deux de ses hommes, Vaucheray et Gilbert. Et comme il aime beaucoup le petit Gilbert et qu’il a confiance en lui, il accepte de cambrioler la demeure du député Daubrecq. Mais, alors qu’il s’occupe d’évacuer les meubles, Arsène entend un coup de feu. Vaucheray a abattu l’homme de confiance du député, qui se trouvait dans la maison alors qu’elle devait être vide. L’homme a eu le temps de prévenir la police par téléphone. Puis il surprend Vaucheray et Gilbert en train de se battre tandis que la police cerne la maison. Impossible de fuir. Cependant, Arsène Lupin y parvient non sans que Gilbert ait le temps de lui donner un objet : un bouchon de cristal. Mais le bouchon de cristal lui sera volé, chez lui, sans qu’il ne comprenne comment ni ce qu’il représente. Tout juste sait-il que cet objet a une importance immense, au point que Gilbert ait pris le risque de lui mentir, au point que quelqu’un se soit introduit chez lui sans laisser de trace pour le lui reprendre, au point que des personnages hauts placés et d’autres, dans l’ombre, cherchent à mettre la main dessus. Mais pour Arsène Lupin, très vite, le bouchon de cristal va représenter plus que tout la seule monnaie d’échange pour sauver Gilbert de la guillotine. Maurice Leblanc nous livre une nouvelle fois un roman sans temps mort, avec de multiples rebondissements, de la tension, de l’action, du suspens et de la flamboyance. Il met encore à mal son cher héros qui en voit de toute les couleurs dans sa lutte contre un homme inoffensif en apparence, mais qui se révèle à la fois cruel, intelligent, machiavélique, courageux, violent, qui va lui donner énormément de fil à retordre. Si l’action prime et prend sa source dans les différents scandales financiers de l’époque, l’auteur n’omettant jamais, à chaque fois, d’ancrer ses récits dans une certaine réalité historique, c’est toujours avant tout et surtout le personnage fantasque d’Arsène Lupin qui fait le sel de tout récit le mettant en scène. Car Maurice Leblanc a créé un des héros les plus complexes de la littérature populaire, un personnage protéiforme de par sa faculté à se déguiser, certes, mais un personnage tout aussi multiple dans son comportement de tous les jours. Flamboyant, énergique, éternel optimiste (ou presque), égocentrique au possible, charmant, charmeur, tendre, dur, généreux et égoïste à la fois, intelligent, fougueux, courageux, fort, altruiste… les adjectifs ne manquent pas pour le définir. Et, si l’on se passionne pour le héros, si on s’y attache, on ne peut, en même temps, occulter certains de ses travers (même si dans ce roman-ci, l’auteur ne montre pas trop sa face sombre). Éternel adolescent jusque dans sa propension à tomber amoureux à tout bout de champ, Arsène Lupin illumine chacun des récits auxquels il participe. Mais un personnage fort ne fait pas tout et Maurice Leblanc, malgré l’aspect populaire de ses écrits n’oublie pas de proposer une véritable histoire qui tienne debout (du moins pour l’époque), exaltante et surtout pas simpliste. En clair et pour conclure, les aventures d’Arsène Lupin sont à conseiller à tous ceux et celles qui méprisent ou méconnaissent (parfois les deux en même temps) la littérature populaire de l’époque afin de leur faire prendre conscience de la richesse de celle-ci. Au final, un excellent roman, au rythme endiablé, aux multiples rebondissements et mettant en scène un des personnages les plus fantasques et complexes de la littérature populaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BookFan Posté le 29 Juin 2021
    Après 813, Le bouchon de cristal est de loin mon histoire préférée d'Arsène Lupin. Ce roman policier garde son humour (contrairement au récit bien noir de 813), mais place notre gentleman cambrioleur en difficulté tout au long du récit. Face à un adversaire redoutable, les rôles sont inversés. Pour la première fois, cet ennemi inconnu et invisible semble toujours avoir une longueur d'avance sur l'invincible Arsène Lupin. Un petit délice !
  • DB18 Posté le 8 Juin 2021
    On retrouve dans cette édition Archipoche de Lupin deux romans: Le bouchon de cristal, palpitant (malgré l'absence du fameux Ganimard). On y suit Lupin qui est prêt à tout pour sauver un de ses collègues condamné à mort. Mais tout va de mal en pis pour le pauvre gentleman qui se fait duper et trahir sans arrêt. J'ai passé un très bon moment dessus. La demoiselle aux yeux verts, qui nous présente un Lupin comique, puissant et vulnérable. Son comportement en tant qu'amoureux m'a à plusieurs reprise agacé, mais l'histoire est prenante, pleine d'action et romantique. Certaines scènes m'évoquaient les James Bond des années 60/70 avec Roger Moore.
  • Tatooa Posté le 31 Mai 2021
    Bon je ne vais pas y passer des plombes, de toute façon ça fait déjà un petit moment que je l'ai fini, j'ai juste oublié d'écrire un avis de suite. C'est un excellent moment de lecture ! Si on ne veut rien spoiler, il est assez compliqué d'écrire un avis sur ce bouquin. Mais de retournements de situations en mises en difficulté de Lupin, on ne s'ennuie pas une minute ! Vraiment une aventure passionnante à lire, avec un adversaire extrêmement retors pour Arsène. :)
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés