Lisez! icon: Search engine
Glen Affric
Collection : Récamier Noir
Date de parution : 04/08/2023
Éditeurs :
Éditions Récamier

Glen Affric

Collection : Récamier Noir
Date de parution : 04/08/2023
— Des fois, tu sais… Des fois j’ai envie de mourir, murmure soudain Léonard.
— À cause de ce qui arrive à Mona ?
— Oui, à cause de ça. Et aussi...
— Des fois, tu sais… Des fois j’ai envie de mourir, murmure soudain Léonard.
— À cause de ce qui arrive à Mona ?
— Oui, à cause de ça. Et aussi parce que je suis un débile et que tout le monde se moque de moi…
— Tu n’es pas débile et...
— Des fois, tu sais… Des fois j’ai envie de mourir, murmure soudain Léonard.
— À cause de ce qui arrive à Mona ?
— Oui, à cause de ça. Et aussi parce que je suis un débile et que tout le monde se moque de moi…
— Tu n’es pas débile et de toute façon tu ne peux pas mourir.
— Et pourquoi ?
— Parce que tu n’as pas vu Glen Affric. On ne peut pas mourir sans avoir vu Glen Affric…


Je suis un idiot, un imbécile, un crétin. Je n’ai pas de cervelle.
Léonard se répète ce refrain chaque jour et chaque nuit, une suite de mots cruels qu’il entend dans la cour, dans la rue. Son quotidien.
Léo le triso. Léonard le bâtard.
Léonard n’est pas comme les autres et il a compris que le monde n’aime pas ceux qui sont différents.
Alors il rêve parfois de disparaître.
Être ailleurs. Loin d’ici.
À Glen Affric.
Mais les rêves de certains sont voués à finir en cauchemars…

Avec plus de deux millions de livres vendus à travers le monde, Karine Giebel s’est forgée une place à part dans le paysage littéraire français. Glen Affric, son douzième roman, est un thriller psychologique bouleversant sur la différence et l’amitié, où le plus beau côtoie le pire. Karine Giebel, indétrônable créatrice d’émotions fortes et authentiques, nous plonge comme elle seule sait le faire au plus profond de l’âme humaine…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782385770785
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782385770785
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sansan83300 12/02/2024
    je vous emmène à Glen Affric en Écosse, ce paradis terrestre, le rêve de Léonard, qui souhaite y aller pour retrouver son frère Jorge. Sa mère, à qui était destiné cette postale, la lui a confié et il ne s'en sépare jamais, il la garde comme un talisman, comme une porte ouverte vers cette terre qui lui fait oublier le harcèlement scolaire, les insultes, la violence. Une terre vierge de tous préjugés qui l'accueillerait à bras ouverts faisant table rase de toute sa noirceur quotidienne. Sauf que le chemin ne sera pas sans embûche, car à force d'encaisser le mal, qui sait ce qu'il peut faire de nous à l'intérieur. . 768 pages, 768 larmes. Premier coup de cœur 2024. Un prologue et s'en était fini de moi, je savais que comme Léonard je sortirais changée de cette lecture et que chaque personnage a marqué ma vie de lectrice. Je n'ai pas lu «  des souris et des hommes » de Steinbeck , l’œuvre qui a tellement marqué l'autrice qu'elle a voulu lui rendre hommage par clin d’œil au fil de son histoire, mais vu mon ascenseur émotionnel je pense que je vais aller lire ce roman. Ouvrir Glen Affric c'est plonger dans la noirceur de l'être humain, ne plus pouvoir respirer, pleurer, rager contre cette méchanceté, cette injustice, cette inhumanité et être changer à jamais. Cette fiction pourrait être l'histoire de votre village ou on accuse sans réfléchir, où on se moque sans comprendre, où votre vie peut changer à jamais. Peut-on sortir indemne et arriver à vivre à nouveau ? Notre destinée peut-elle être que noire alors que l'on est innocence, pureté, gentillesse, lumière ? On dit souvent que les âmes reviennent sur terre pour finir un travail, mais comment peut-on croire que l'on se réincarne pour subir autant de malheurs ? J'ai eu toutes mes réponses et pourtant je pleure encore. La vie met des lumières sur notre route mais elles aussi n'ont parfois plus la force de briller tant la vie les as usées, cette vie qui est censé être un passage et qui devient un chemin de croix. . Glen Affric c'est un voyage maternel, fraternel, amical, amoureux mais aussi un voyage injuste, haineux, mensonger, violent. On est dehors et pourtant totalement enfermé dans ce que la société a choisit pour nous, libre mais toujours dans une case qui nous étouffe. On ne peut que s'attacher à Léonard et tous ces lumières, qui nous rappelle que dans la nuit il y a toujours des étoiles qui luisent. On ne les voit pas bien, elles brillent, pas toutes en même temps et pourtant elles sont là et elles nous guident pas à pas. Le destin veut nous enfermer, veut nous dompter, veut nous détruire, alors que l'on commence mal dans la vie, est ce un signe que celle-ci nous cantonnera qu'au mal, aux souffrances, aux malheurs ?. . 768 pages haletantes, on a à peine le temps de souffler que l'autrice nous coupe à nouveau la respiration, on croit que l'on va sortir de cet enfer mais non on est enfermé ici avec tous les personnages et on va entendre tout ce qu'ils ont à nous dire, leur histoire, leurs rêves, leurs peurs, leurs espoirs et quand on arrive au dernier mot, on croit que l'on va être enfin sauvé mais non, notre vie de lecteur ne sera plus jamais la même. . Si l'émotion est si grande et si forte c'est que moi aussi j'ai été Léonard, et toutes mes larmes c'est pour tous les Léonards de la planète car «  C'est c*n la vie, hein John ? ». .je vous emmène à Glen Affric en Écosse, ce paradis terrestre, le rêve de Léonard, qui souhaite y aller pour retrouver son frère Jorge. Sa mère, à qui était destiné cette postale, la lui a confié et il ne s'en sépare jamais, il la garde comme un talisman, comme une porte ouverte vers cette terre qui lui fait oublier le harcèlement scolaire, les insultes, la violence. Une terre vierge de tous préjugés qui l'accueillerait à bras ouverts faisant table rase de toute sa noirceur quotidienne. Sauf que le chemin ne sera pas sans embûche, car à force d'encaisser le mal, qui sait ce qu'il peut faire de nous à l'intérieur. . 768 pages, 768 larmes. Premier coup de cœur 2024. Un prologue et s'en était fini de moi, je savais que comme Léonard je sortirais changée de cette lecture et que chaque personnage a marqué ma vie de lectrice. Je n'ai pas lu «  des souris et des hommes » de Steinbeck , l’œuvre qui a tellement marqué l'autrice qu'elle a voulu lui rendre hommage par clin d’œil au fil de son histoire, mais vu mon ascenseur émotionnel je pense que je vais aller lire ce roman. Ouvrir Glen Affric c'est plonger dans...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Manon7993 11/02/2024
    • Découverte pour moi de Karine Giebel et j'ai beaucoup aimé. • Dans ce roman, trois histoires se mélangent : celle de Léonard un ado qui subit du harcèlement scolaire dû notamment à son léger retard mental; celle de Jorge incarcéré à la suite d'un crime qu'il dit ne pas avoir commis et enfin celle d'Angélique séquestrée par son oncle. Je ne vous en dévoilerai pas plus au risque de vous spolier l'histoire. • C'est un thriller psychologique noir. Cette histoire fourmille d'émotions. Les personnages sont très émouvants et attachants. Le suspense est à son comble avec de nombreux rebondissements. • J'ai trouvé quelques longueurs mais ça ne m'a pas empêché au final d'aimer ma lecture. L'écoute est dynamique, fluide. J'ai beaucoup aimé cette lecture à la découverte de l'auteure.
  • frimoussette 05/02/2024
    Quand un livre vous bouleverse ! C'est ce qui m'est arrivé en lisant Glen Affric . J'ai lu quelques livres de l'autrice et celui ci m'a remis en mémoire Marianne de " Meurtres pour rédemption " J'ai découvert Léonard , Lennie ....le géant au coeur tendre ( bien sûr on pense à Steinbeck mais cette lecture là est très très lointaine alors j'en ai peu de souvenirs juste ce nom Lennie m'a interpellé ) . Un petit village en France et les ragots , la méchanceté gratuite , la pourriture crasse. J'ai plus d'une fois soupiré de frustration .....envie de coller des baffes !!!! Et même plus Léonard a été trouvé dans un fossé âgé de 5 ans par Mona . On se doute que ces premières années de vie ont été atroces . Harcèlement scolaire car Lennie est retardé "Léo le triso , Léonard le bâtard " ........... Arrive son frère , qu'il croyait à Glen Affric en Ecosse Jorge sort de prison en fait . Et ces deux là vont morfler .......à s'en arracher les tifs en lisant leurs mésaventures . Certaines critiques disent " trop c'est trop , pas crédible " Je ne suis pas de cet avis .....tout peut arriver dans une vie et vous savez bien les emmerdes ça arrive par séries. 2 frangins qui n'ont pas le même sang mais s'aiment au delà de tout , l'amour filial , l'amour maternel , la saloperie humaine , les crevures , les coups bas . Ce livre m'a profondément marqué , bouleversé , j'en ai pleuré ...... Un livre lourd , dense mais malgré ces 762 pages on ne ressent pas d'ennui ; on est captivé , on veut savoir On espère une éclaircie pour ces 2 frangins abimés par la vie J'ai d'ailleurs lu jusque 3 heures du mat' pour le finir .....impossible de le reposer et d'attendre . Quand un livre vous bouleverse ! C'est ce qui m'est arrivé en lisant Glen Affric . J'ai lu quelques livres de l'autrice et celui ci m'a remis en mémoire Marianne de " Meurtres pour rédemption " J'ai découvert Léonard , Lennie ....le géant au coeur tendre ( bien sûr on pense à Steinbeck mais cette lecture là est très très lointaine alors j'en ai peu de souvenirs juste ce nom Lennie m'a interpellé ) . Un petit village en France et les ragots , la méchanceté gratuite , la pourriture crasse. J'ai plus d'une fois soupiré de frustration .....envie de coller des baffes !!!! Et même plus Léonard a été trouvé dans un fossé âgé de 5 ans par Mona . On se doute que ces premières années de vie ont été atroces . Harcèlement scolaire car Lennie est retardé "Léo le triso , Léonard le bâtard " ........... Arrive son frère , qu'il croyait à Glen Affric en Ecosse Jorge sort de prison en fait . Et ces deux là vont morfler .......à s'en arracher les tifs en lisant leurs mésaventures . Certaines critiques disent " trop c'est trop , pas crédible " Je ne suis pas de cet avis .....tout peut arriver dans une vie et vous savez...
    Lire la suite
    En lire moins
  • PetiteCel 29/01/2024
    Avec ce livre, j'ai encore entretenu mon addiction envers cette autrice Karine GIEBEL. Les personnages m'ont transporté dans leurs émotions. comment rester indifférente à l'injustice, le harcèlement, etc... ce livre m'a touché, m'a émue, m'a mise en colère.. Je ne peux que recommander ce livre. Mais, attention aux âmes sensibles !!!
  • Sakura01 28/01/2024
    Retrouvé dans un fossé à l’âge de 5 ans et par la suite harcelé et moqué par ses camarades de classe à cause de sa différence, Léonard, un petit géant au cœur tendre vit très mal son exclusion. Il nourrit en attendant l’espoir de rencontrer un jour son grand frère parti en Écosse. Quant à Jorge, après 16 longues années passées en prison pour un double homicide, il est libéré et peut enfin rentrer chez lui… L’histoire de deux frères unis non pas par le sang, mais par les injustices et les souffrances de la vie qui vont devoir apprendre à s’apprivoiser l'un l'autre. Une excellente lecture ! J’ai eu le plaisir de lire "Toutes blessent, la dernière tue " de Karine Giebel et je retrouve l’aisance de cette auteure à m’emmener ou elle veut. Je me retrouve happée dès les premières lignes. Je n’ai pas de mal à m’attacher aux personnages. Tout au long du roman je suis tenue en haleine. Je me mets à douter de l’innocence des uns et de la culpabilité des autres. Je me retrouve choquée par certaines révélations. Ce livre m’a fait questionner la nature humaine et comme Léonard, je me demande pourquoi les hommes sont si cruels, parfois. Je me suis prise d’affection pour les personnages de Léonard et Jorge, ces compagnons d’infortune, ces frères de cœur qui ont en bavé toute leur vie, qui ont fait du mal, et qui se sont fait du mal. Des personnages qui subissent énormément, mais qui attendrissent aussi tellement. Vraiment une belle lecture avec des personnages forts, des thèmes difficiles abordés avec sensibilité et une écriture parfaitement maîtrisée, fluide et puissante. Retrouvé dans un fossé à l’âge de 5 ans et par la suite harcelé et moqué par ses camarades de classe à cause de sa différence, Léonard, un petit géant au cœur tendre vit très mal son exclusion. Il nourrit en attendant l’espoir de rencontrer un jour son grand frère parti en Écosse. Quant à Jorge, après 16 longues années passées en prison pour un double homicide, il est libéré et peut enfin rentrer chez lui… L’histoire de deux frères unis non pas par le sang, mais par les injustices et les souffrances de la vie qui vont devoir apprendre à s’apprivoiser l'un l'autre. Une excellente lecture ! J’ai eu le plaisir de lire "Toutes blessent, la dernière tue " de Karine Giebel et je retrouve l’aisance de cette auteure à m’emmener ou elle veut. Je me retrouve happée dès les premières lignes. Je n’ai pas de mal à m’attacher aux personnages. Tout au long du roman je suis tenue en haleine. Je me mets à douter de l’innocence des uns et de la culpabilité des autres. Je me retrouve choquée par certaines révélations. Ce livre m’a fait questionner la nature humaine et comme Léonard, je me demande pourquoi les hommes sont...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés