Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377351442
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 339
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Impératrice de Chine

Lola Tranec (Traducteur)
Date de parution : 07/03/2018
La vie de Tseu-hi, dernière impératrice de Chine, contée par Pearl Buck, prix Nobel de littérature 1938. Un classique devenu indisponible.
Issue d’une famille pauvre, Yehonala devient à 17 ans l’une des centaines de concubines de l’Empereur, au sein de la Cité interdite. Mais sa beauté et ses dons pour la manipulation lui permettent vite de devenir l’une des favorites du souverain. Jusqu’au jour où, accouchant d’un héritier, elle est nommée...... Issue d’une famille pauvre, Yehonala devient à 17 ans l’une des centaines de concubines de l’Empereur, au sein de la Cité interdite. Mais sa beauté et ses dons pour la manipulation lui permettent vite de devenir l’une des favorites du souverain. Jusqu’au jour où, accouchant d’un héritier, elle est nommée... impératrice !L’accession au pouvoir de cette femme redoutée au sein de la cour, mais adulée par les masses, témoigne aussi de la transformation de la Chine archaïque. Jusqu’où, à force de volonté et de ruse, ne montera-t-elle pas ?Pearl Buck fait revivre les traditions sacrées, les rites et les mœurs de la Chine impériale. Elle retrace le destin prodigieux et la vie intime de Tseu-hi, l’impératrice qui tint sous sa coupe, pendant un demi-siècle, la plus grande nation du monde.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377351442
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 339
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Smiza Posté le 3 Novembre 2020
    Un roman facile à lire adapté à un public adolescent ou à une personne qui voudrait ajouter un prix Nobel de littérature à sa culture personnelle.
  • louvinetteanco Posté le 5 Septembre 2020
    Un livre qui nous plongent dans les intrigues de la cour. Du rôle important que les eunuques pouvais occupé. Ainsi que la vie était assez volatile surtout a la cours impériale.
  • Marilynzillah Posté le 28 Avril 2020
    Pearl Buck fait revivre les traditions sacrées, les rites et les mœurs de la Chine impériale. Elle retrace le destin prodigieux et la vie intime de Tseu-hi, l'impératrice qui tint sous sa coupe, pendant un demi-siècle, la plus grande nation du monde. Issue d'une famille pauvre, Yehonala devient à 17 ans l'une des centaines de concubines de l'Empereur, au sein de la Cité interdite. Mais sa beauté et ses dons pour la manipulation lui permettent vite de devenir l'une des favorites du souverain. Jusqu'au jour où, accouchant d'un héritier, elle est nommée... impératrice !L'accession au pouvoir de cette femme redoutée au sein de la cour, mais adulée par les masses, témoigne aussi de la transformation de la Chine archaïque. Jusqu'où, à force de volonté et de ruse, ne montera-t-elle pas ? J'ai beaucoup aimé ce livre, comme tous les livres de Pearl Buck!
  • joelle58 Posté le 27 Avril 2020
    Pearl Buck nous retrace la vie de l’adolescente Yehonala née dans une humble famille, choisie comme concubine par l’empereur de Chine, devenue l’impératrice Tseu-hi lorsqu’elle donne naissance à l’héritier du trône puis Cixi l’impératrice douairière. C’est l’histoire d’une jeune femme avide de culture, à la recherche de multiples connaissances livresques et picturales. Yehonala amoureuse de son cousin et qui devait l’épouser fait abstraction de ses sentiments au profit de ses ambitions. Tseu-hi est une femme imbue d’elle-même, caractérielle, cruelle même. A son seul bénéfice, je dirais qu’elle a tout fait pour maintenir une paix très précaire en louvoyant pendant des années. Mais lorsqu’elle devient Cixi l’impératrice douairière tout est démesure chez elle : folie des grandeurs, dépenses extravagantes, égoïsme incontrôlable, luttes de pouvoir, cruautés, peu soucieuse de ses sujets qu’elle accablait d’impôts pour satisfaire ses besoins inconsidérés. Pendant presque tout son règne elle a maintenu un traditionalisme obstiné avec refus de toutes avancées du progrès puis sur la fin de sa vie elle changea totalement sa façon de penser et ouvrit son pays aux idées nouvelles et envoya même de jeunes chinois méritants se former à l’étranger. Pour moi elle restera dans mon souvenir comme une femme impitoyable, aux actions... Pearl Buck nous retrace la vie de l’adolescente Yehonala née dans une humble famille, choisie comme concubine par l’empereur de Chine, devenue l’impératrice Tseu-hi lorsqu’elle donne naissance à l’héritier du trône puis Cixi l’impératrice douairière. C’est l’histoire d’une jeune femme avide de culture, à la recherche de multiples connaissances livresques et picturales. Yehonala amoureuse de son cousin et qui devait l’épouser fait abstraction de ses sentiments au profit de ses ambitions. Tseu-hi est une femme imbue d’elle-même, caractérielle, cruelle même. A son seul bénéfice, je dirais qu’elle a tout fait pour maintenir une paix très précaire en louvoyant pendant des années. Mais lorsqu’elle devient Cixi l’impératrice douairière tout est démesure chez elle : folie des grandeurs, dépenses extravagantes, égoïsme incontrôlable, luttes de pouvoir, cruautés, peu soucieuse de ses sujets qu’elle accablait d’impôts pour satisfaire ses besoins inconsidérés. Pendant presque tout son règne elle a maintenu un traditionalisme obstiné avec refus de toutes avancées du progrès puis sur la fin de sa vie elle changea totalement sa façon de penser et ouvrit son pays aux idées nouvelles et envoya même de jeunes chinois méritants se former à l’étranger. Pour moi elle restera dans mon souvenir comme une femme impitoyable, aux actions très controversées et d’un individualisme forcené.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marmara Posté le 20 Avril 2020
    Seule Pearl Buck pouvait réussir pareil tour de force ; me faire passer de longues heures, et avec le sourire ! En compagnie de Tseu-hi, impératrice de Chine de 1861 à 1908, femme que j'ai trouvée, n'ayons pas peur des mots, proprement détestable. Dans une autre vie, cette dernière se prénommait Yéhonala. Au mois d'avril 1852, elle fera partie des 60 jeunes filles, toutes d'une grande beauté, convoquées au Palais de l'empereur Hsien Feng, en quête d'une épouse et de concubines. Dès lors, Yéhonala, pourtant âgée de 17 ans seulement, n'aura plus qu'un objectif, et ce, quoiqu'il en coûte, accéder au trone. Rusée, intrigante et excellant dans l'art de la manipulation, c'est sans surprise pour le lecteur qu'elle parviendra à s'approprier le coeur et l'entière confiance de l'empereur. En dépit de l'apparence pas très ragoûtante de celui-ci, Yéhonala, qui jamais ne perdra de vue le but qu'elle s'est fixé, déploiera tous ses charmes, et remplira avec assiduité et une prétendue bonne grâce son devoir de concubine. De fait, en 1856, elle donnera naissance à Zaichun, garçonnet qui sera l'instrument de ses rêves de grandeur. Je pourrais reprocher à l'auteure quelques longueurs, mais j'ai cependant beaucoup apprécié cette lecture, divertissante et instructive. Les... Seule Pearl Buck pouvait réussir pareil tour de force ; me faire passer de longues heures, et avec le sourire ! En compagnie de Tseu-hi, impératrice de Chine de 1861 à 1908, femme que j'ai trouvée, n'ayons pas peur des mots, proprement détestable. Dans une autre vie, cette dernière se prénommait Yéhonala. Au mois d'avril 1852, elle fera partie des 60 jeunes filles, toutes d'une grande beauté, convoquées au Palais de l'empereur Hsien Feng, en quête d'une épouse et de concubines. Dès lors, Yéhonala, pourtant âgée de 17 ans seulement, n'aura plus qu'un objectif, et ce, quoiqu'il en coûte, accéder au trone. Rusée, intrigante et excellant dans l'art de la manipulation, c'est sans surprise pour le lecteur qu'elle parviendra à s'approprier le coeur et l'entière confiance de l'empereur. En dépit de l'apparence pas très ragoûtante de celui-ci, Yéhonala, qui jamais ne perdra de vue le but qu'elle s'est fixé, déploiera tous ses charmes, et remplira avec assiduité et une prétendue bonne grâce son devoir de concubine. De fait, en 1856, elle donnera naissance à Zaichun, garçonnet qui sera l'instrument de ses rêves de grandeur. Je pourrais reprocher à l'auteure quelques longueurs, mais j'ai cependant beaucoup apprécié cette lecture, divertissante et instructive. Les faits exposés sont des faits historiques, mais ce livre reste léger, car Pearl Buck a su alterner faits politiques et intrigues, si bien qu'à aucun moment ce livre ne m'a paru rébarbatif. C'est avec un réel plaisir que j'ai suivi la fulgurante ascension de Yéhonala, que je me suis immergée dans le faste de l'empire Chinois, et que j'ai suivi les dernières décennies, le déclin de la Chine impériale, si profondément attachée à ses traditions et croyances archaïques. Dieu sait si notre pauvre terre a déjà porté d'immondes créatures. Pourtant, je n'oublierai pas de si tôt la dernière impératrice de Chine, femme cruelle, caractérielle, vaniteuse et peu soucieuse du bien-être de ses sujets, dépensière et imbue de sa personne, une femme qui a tout sacrifié à la démesure de ses ambitions, à sa folie des grandeurs, et j'ai presqu'envie de dire, à sa folie, tout simplement.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.