Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221191576
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Je t'ai rêvé

Madeleine NASALIK (Traducteur)
Collection : Collection R
Date de parution : 09/11/2015

La folie est son quotidien, rien ne la préparait à être « normale ».
- On joue au jeu des vingt questions ?
- OK , mais c’est moi qui les pose cette fois.
- Ça marche.
- Si je devine en moins de cinq questions, je serai vraiment déçue.
Il esquisse un sourire et...

La folie est son quotidien, rien ne la préparait à être « normale ».
- On joue au jeu des vingt questions ?
- OK , mais c’est moi qui les pose cette fois.
- Ça marche.
- Si je devine en moins de cinq questions, je serai vraiment déçue.
Il esquisse un sourire et répond :
- Ne m’insulte pas.
- Est-ce que tu es vivant ?
- Oui.
- Tu habites ici ?
- Oui.
- Je te connais ?
- Oui.
- Est-ce que je t’ai rêvé ?
Un premier roman bouleversant par la jeune prodige de vingt-deux ans qui a conquis John Green (Nos étoiles contraires).

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221191576
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cristalya Posté le 31 Décembre 2019
    J'ai beaucoup entendu parler de ce roman et j'étais curieuse de le découvrir enfin. Je trouvais de plus que le sujet était original et cela m'a vraiment donné envie de donner sa chance au bouquin. Le personnage principal, Alex, est schizophrène et paranoïaque. Et c'est dans sa peau que nous allons suivre l'histoire, avec sa manière de fonctionner et de penser. L'histoire est dans l'ensemble relativement banale au début, on suit la lycéenne dans son nouvel établissement et elle va devoir essayer de s'intégrer au minimum, sans que l'on devine sa maladie. Ce qui change est justement le personnage que l'on suit, on découvre comment une personne atteinte des mêmes troubles qu'Alex peut vivre au quotidien, on peut tenter de comprendre les difficultés engendrées par la maladie. Pour la schizophrénie, on voit ainsi qu'Alex ne sait pas toujours si ce qu'elle voit est la réalité ou non, et même dans ses efforts pour différencier les deux, elle n'arrivent pas toujours à les séparer. Étant à la place du personnage dans la narration, on avait l'impression de vivre un peu comme elle, car nous-même, en tant que lecteur, on ne sait si... J'ai beaucoup entendu parler de ce roman et j'étais curieuse de le découvrir enfin. Je trouvais de plus que le sujet était original et cela m'a vraiment donné envie de donner sa chance au bouquin. Le personnage principal, Alex, est schizophrène et paranoïaque. Et c'est dans sa peau que nous allons suivre l'histoire, avec sa manière de fonctionner et de penser. L'histoire est dans l'ensemble relativement banale au début, on suit la lycéenne dans son nouvel établissement et elle va devoir essayer de s'intégrer au minimum, sans que l'on devine sa maladie. Ce qui change est justement le personnage que l'on suit, on découvre comment une personne atteinte des mêmes troubles qu'Alex peut vivre au quotidien, on peut tenter de comprendre les difficultés engendrées par la maladie. Pour la schizophrénie, on voit ainsi qu'Alex ne sait pas toujours si ce qu'elle voit est la réalité ou non, et même dans ses efforts pour différencier les deux, elle n'arrivent pas toujours à les séparer. Étant à la place du personnage dans la narration, on avait l'impression de vivre un peu comme elle, car nous-même, en tant que lecteur, on ne sait si qu'Alex voit est la réalité ou non, on ne sait si on doit se fier à ses sens ou non. Ainsi, on a réellement un aperçu des symptômes de la schizophrénie dans la vie quotidienne des personnes atteintes Concernant la paranoïa, on peut se rendre compte à quel point cela peut bouffer la vie des personnes sujettes à cette maladie. Alex pense toujours que des communistes cherchent à l'espionner, elle passe ainsi son temps à regarder tout autour d'elle à chaque fois qu'elle entre dans une pièce ou à vérifier s'il n'y a pas des traceurs dans chaque plat qu'elle va manger. Cette immersion dans la vie d'un personnage atteint de cette maladie permet de tenter de mieux comprendre ce qu'il se passe pour ces personnes et l'impact que cela a dans leur vie de tous les jours. Et cela permet également de ce fait, de ne plus être effrayé par ce que l'on ne connaît pas, de ne pas chercher à être agressif ou à se moquer face à ce qu'on ne comprend pas. Car non, les schizophrènes ne sont pas fous, et le livre nous le fait comprendre. Pour ce qui est des personnages, je me suis attachée à certains d'entre eux, et plus particulièrement Alex. Elle peut parfois se montrer agaçante et butée, il est vrai, mais en même temps, j'ai eu de l'empathie pour elle face aux difficultés qu'elle doit affronter contre elle-même et sa maladie. En terme d'intrigue, bien que le début semble banal, la maladie du personnage permet de donner une sorte de suspense car nous ne savons si ce que voit le personnage est toujours réel ou non. Et à un moment, Francesca Zappia nous offre une révélation qui m'a soufflée et à laquelle je ne m'attendais absolument pas. Un coup parfaitement joué de sa part. La fin conclut sur une note positive et donne de l'espoir. On est sur l'idée de l'entraide mais aussi d'essayer de se comprendre les uns les autres. Une fin qui conclut dans le même ton que le message délivré derrière l'histoire. Pour conclure, j'ai apprécié ce roman. Je m'attendais à être plus touchée à vrai dire, mais l'autrice a su parfaitement traiter les thèmes de certaines maladies mentales et de nous les faire mieux comprendre. Ainsi, on tente de comprendre ce que sont réellement ces maladies plutôt que de se laisser entraîner par les préjugés de l'ignorance. En fait, il suffirait peut-être parfois de simplement expliquer ce que c'est au lieu de les assimiler par la folie sans se poser de questions. Une lecture que je recommande.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BooksandGeek Posté le 28 Décembre 2019
    Alexandra Victoria Ridgemont, ou Alex, est diagnostiquée schizophrène à l'âge de 7 ans. Elle essaye tant bien que mal d'essayer de vivre normalement, mais un incident l'a fait viré de son ancien lycée. Heureusement, l'autre lycée de la ville, East Shoal, l'a accepté dans son enceinte, en contrepartie d'heures d'intérêts généraux pour l'incident qu'elle a causé. A côté, elle travaille au restaurant Chez Finnegan avec Tucker, un de ses seuls amis, pour ce faire de l'argent. A cause de son trouble neurologique, elle fait attention à ce qu'elle fait en public, elle prend même des photos pour ce rendre compte de ce qui est réel ou pas. Jusqu'à ce qu'un évènement viennent tout faire basculer... L'auteure nous embarque dans l'histoire d'Alex avec douceur, . On ne sait pas où elle va nous emmener jusqu'au dénouement final. Et quelle claque ! Je n'aurai pas penser une seule seconde à sa ! On se demande tout au long de l'histoire, ce qui est réel ou pas. Cela devient une telle obsession qu'on se méfie de tout. L'histoire tourne principalement autour de l'histoire entre Miles et Alex, ce qui montre qu'il ne faut pas s'arrêter aux différences. Mais j'aurai quand même voulu avoir plus d'éléments sur sa maladie. L'écriture... Alexandra Victoria Ridgemont, ou Alex, est diagnostiquée schizophrène à l'âge de 7 ans. Elle essaye tant bien que mal d'essayer de vivre normalement, mais un incident l'a fait viré de son ancien lycée. Heureusement, l'autre lycée de la ville, East Shoal, l'a accepté dans son enceinte, en contrepartie d'heures d'intérêts généraux pour l'incident qu'elle a causé. A côté, elle travaille au restaurant Chez Finnegan avec Tucker, un de ses seuls amis, pour ce faire de l'argent. A cause de son trouble neurologique, elle fait attention à ce qu'elle fait en public, elle prend même des photos pour ce rendre compte de ce qui est réel ou pas. Jusqu'à ce qu'un évènement viennent tout faire basculer... L'auteure nous embarque dans l'histoire d'Alex avec douceur, . On ne sait pas où elle va nous emmener jusqu'au dénouement final. Et quelle claque ! Je n'aurai pas penser une seule seconde à sa ! On se demande tout au long de l'histoire, ce qui est réel ou pas. Cela devient une telle obsession qu'on se méfie de tout. L'histoire tourne principalement autour de l'histoire entre Miles et Alex, ce qui montre qu'il ne faut pas s'arrêter aux différences. Mais j'aurai quand même voulu avoir plus d'éléments sur sa maladie. L'écriture est très fluide, on ne lâche pas le livre. Les personnages sont attachants. Alex est malgré sa maladie, une jeune fille très courageuse, attachante. On a envie de l'aider à aller mieux. Miles lui est un garçon à part, il est très intelligent, n'a pas une vie facile non plus, ce qui les rapproche fortement. Une magnifique morale à ce livre, qui nous montre que même avec des différences, nous sommes tous les mêmes, qu'il ne faut pas s'arrêter à ça pour se lier d'amitié avec quelqu'un.
    Lire la suite
    En lire moins
  • FreiheitDR Posté le 15 Novembre 2019
    Ici, on croise la route de Alex, schizophrène, qui fait sa rentrée en terminale dans un nouveau lycée puisqu’elle a été virée du sien. C’est grâce à son appareil photo qu’elle tente de garder les pieds sur terre et de différencier ce qui est réel de ce qui ne l’est pas, en plus d’une petite boule de cristal magique et de sa petite soeur. Dans ce nouveau lycée, Alex va faire la rencontre de Miles et du groupe qu’il supervise au sein de l’établissement, se faisant amie avec ces derniers. S’en suit alors toute une série d’aventures pour lesquelles Alex doit apprendre à décerner le vrai du faux. Ayant lu la VF, je dois saluer la traduction hyper fluide et limpide. Les phrases coulent seules et l’histoire se lit presque d’une traite. La plume retranscrite est agréable, pleine de joie et de lumière malgré le sujet difficile qui est abordé dans ce roman. Alex nous entraîne dans son monde sans qu’on n’éprouve de pitié pour elle. C’est une fille comme toutes les autres, qui possède simplement une particularité. C’est agréable de voir les choses ainsi, je trouve, et l’auteure a parfaitement réussi ce défi. Au fil des pages, les choses nous perdent... Ici, on croise la route de Alex, schizophrène, qui fait sa rentrée en terminale dans un nouveau lycée puisqu’elle a été virée du sien. C’est grâce à son appareil photo qu’elle tente de garder les pieds sur terre et de différencier ce qui est réel de ce qui ne l’est pas, en plus d’une petite boule de cristal magique et de sa petite soeur. Dans ce nouveau lycée, Alex va faire la rencontre de Miles et du groupe qu’il supervise au sein de l’établissement, se faisant amie avec ces derniers. S’en suit alors toute une série d’aventures pour lesquelles Alex doit apprendre à décerner le vrai du faux. Ayant lu la VF, je dois saluer la traduction hyper fluide et limpide. Les phrases coulent seules et l’histoire se lit presque d’une traite. La plume retranscrite est agréable, pleine de joie et de lumière malgré le sujet difficile qui est abordé dans ce roman. Alex nous entraîne dans son monde sans qu’on n’éprouve de pitié pour elle. C’est une fille comme toutes les autres, qui possède simplement une particularité. C’est agréable de voir les choses ainsi, je trouve, et l’auteure a parfaitement réussi ce défi. Au fil des pages, les choses nous perdent parfois et c’est à notre tour de devoir différencier le vrai du faux. Une chasse aux indices et des aventures qui valent vraiment le coup d’être lues. Les personnages sont développés, qu’ils soient secondaires ou principaux et on s’attache très vite et très facilement à eux. Ils sont vraiment singuliers. Ce ne sont pas des héros avec des super-pouvoirs, mais ils sont bien plus humains que la grande majorité des ado qu’on croise dans ces bouquins-là. Je me suis énormément prise d’affection tantôt pour Alex, tantôt pour Miles. J’ai vraiment aimé lire leur histoire. Des petites anecdotes se trouvent ici et là, mais également de la culture G et beaucoup d’humour qui allège les tensions qu’on peut parfois éprouver durant la lecture. J’ai trouvé de plus que le sujet était bien amené et, si on peut chipoter sur une ou deux maladresses, elles sont vite pardonnées tant le récit est riche et porte un beau message. Je n’ai pas rencontré de passages qui languissaient ou de longues et pénibles descriptions. L’auteure va à l’essentiel sans oublier de nous décrire tout ce qui est utile pour mieux cerner la situation ou le personnage en question. A chaque chapitre, on peut être certain d’être surpris par quelque chose. Je vous le dis, chaque personnage apporte quelque chose à l’histoire et on ne s’ennuie jamais. J’ai dévoré ce livre en quelques heures, ce qui m’a bien changé de ma dernière lecture. Je ne peux donc que vous conseiller totalement cette lecture et ce, malgré une possible crainte du sujet.
    Lire la suite
    En lire moins
  • FelicieAussi Posté le 1 Novembre 2019
    Alex vient de se faire renvoyer de son lycée pour avoir tagué des choses peu sympas sur le sol du gymnase.. Arrivée dans son nouvel établissement, la première chose à faire sera de passer inaperçue : pas facile quand on est schizophrène et que notre réputation à l’air d’avoir suivie jusqu’ici. Il va falloir la jouer fine. C’est très rapidement que nous allons nous plonger dans l’univers d’Alex : un monde de craintes, de folies, de doutes. Elle n’a de cesse de se demander si cela est bien réel, si ceci est inventé ? Nous même sommes incapables de cerner le vrai du faux et on s’imagine aisément la vie qu’elle subi quotidiennement. Heureusement, elle peut compter sur sa famille et son meilleur ami pour la soutenir tant bien que mal. Au lycée, elle fera la rencontre de Miles, jeune homme particulier lui aussi : que cache son air agressif et hautain ? Pourtant, elle semble déjà le connaitre, des brides de souvenirs refont surface sans arrêts. Un rêve revient sans cesse, une personne aux yeux bleus qui la regarde et une histoire de « homard à sauver » dans l’aquarium d’un magasin lorsqu’elle était jeune.. c’est tout ce qui... Alex vient de se faire renvoyer de son lycée pour avoir tagué des choses peu sympas sur le sol du gymnase.. Arrivée dans son nouvel établissement, la première chose à faire sera de passer inaperçue : pas facile quand on est schizophrène et que notre réputation à l’air d’avoir suivie jusqu’ici. Il va falloir la jouer fine. C’est très rapidement que nous allons nous plonger dans l’univers d’Alex : un monde de craintes, de folies, de doutes. Elle n’a de cesse de se demander si cela est bien réel, si ceci est inventé ? Nous même sommes incapables de cerner le vrai du faux et on s’imagine aisément la vie qu’elle subi quotidiennement. Heureusement, elle peut compter sur sa famille et son meilleur ami pour la soutenir tant bien que mal. Au lycée, elle fera la rencontre de Miles, jeune homme particulier lui aussi : que cache son air agressif et hautain ? Pourtant, elle semble déjà le connaitre, des brides de souvenirs refont surface sans arrêts. Un rêve revient sans cesse, une personne aux yeux bleus qui la regarde et une histoire de « homard à sauver » dans l’aquarium d’un magasin lorsqu’elle était jeune.. c’est tout ce qui lui reste en tête. Est-ce son imagination qui lui joue encore des tours ? Miles est il réel ? De plus, une intrigue au goût de harcèlement scolaire se mettra en place au sein du lycée, un drame s’est passé quelques années auparavant et l’attitude de certaines personnes est plus que suspicieuse.. Miles, Alex et la petite bande vont devoir démêler l’affaire. Une flopée de sympathiques personnages sont présents autour d’eux, tous avec leurs particularités et leur intérêt – ou pas. Cependant, j’ai trouvé dommage que la schizophrénie soit mise en second plan à la faveur de cette petite enquête au milieu de tout ce petit monde. C’est vrai que j’aurai peut être aimé que le sujet soir traité un peu plus en profondeur. Il me semble qu’il s’agit là d’un sujet fort et important, qu’Alex le vit mal et ne sait pas à qui en parler – voire même est gênée d’en parler, de ce fait un roman destiné aux ados pourrait peut être permettre de les « aider » dans cette démarche. Ou même, de pouvoir comprendre un peu plus un de nos proches dans ce cas sensible.. Ce n’est qu’à la fin, le twist déroutant qui met en évidence une des facettes de ces hallucinations : des vérités qui sautent à la figure, qui peuvent faire perdre pied.. malgré quelques doutes à la lecture, les révélations m’ont vraiment peiné car on peut complètement comprendre ce que vivent les « schizophrènes ». A part cette petite exigence capricieuse, j’ai bien aimé ce roman, il se lit bien et reste une chouette fiction jeunesse – à l’Américaine, toute en légèreté.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Une_passion_des_mots Posté le 13 Octobre 2019
    Après avoir lu Eliza et ses monstres de la même autrice que cet autre livre, qui a été un coup de cœur immense et bouleversant, j’avais hâte de me plonger dans Je t’ai rêvé, avec un peu d’appréhension. Toutefois cette lecture a été elle aussi un immense coup de cœur, qui confirme la place légitime de Francesca Zappia dans mes auteurs préférés. J’ai adoré retrouver la plume magique de cette autrice remarquable. Elle est simple mais aborde des sujets complexes avec justesse à chaque fois, dévoile des personnages hauts en couleur auxquels on s’attache, malgré leurs défauts, qui nous marquent indubitablement et enfin, elle construit des récits addictifs que je dévore à chaque fois avec plaisir, en ressentant toutes les émotions qu’elle me fait passer. Je trouve que c’est une autrice vraiment talentueuse qui réussit à nous immerger dans son histoire et à nous faire réfléchir et ressentir à chaque fois. Après avoir adoré Eliza et Wallace dans Eliza et ses monstres, je ne m’attendais pas à avoir encore un coup de cœur pour les personnages de ce roman, Alex et Miles. Pourtant, Francesca Zappia m’a convaincue et je les ai adorés. Tandis que la première est touchante et nous fait vivre... Après avoir lu Eliza et ses monstres de la même autrice que cet autre livre, qui a été un coup de cœur immense et bouleversant, j’avais hâte de me plonger dans Je t’ai rêvé, avec un peu d’appréhension. Toutefois cette lecture a été elle aussi un immense coup de cœur, qui confirme la place légitime de Francesca Zappia dans mes auteurs préférés. J’ai adoré retrouver la plume magique de cette autrice remarquable. Elle est simple mais aborde des sujets complexes avec justesse à chaque fois, dévoile des personnages hauts en couleur auxquels on s’attache, malgré leurs défauts, qui nous marquent indubitablement et enfin, elle construit des récits addictifs que je dévore à chaque fois avec plaisir, en ressentant toutes les émotions qu’elle me fait passer. Je trouve que c’est une autrice vraiment talentueuse qui réussit à nous immerger dans son histoire et à nous faire réfléchir et ressentir à chaque fois. Après avoir adoré Eliza et Wallace dans Eliza et ses monstres, je ne m’attendais pas à avoir encore un coup de cœur pour les personnages de ce roman, Alex et Miles. Pourtant, Francesca Zappia m’a convaincue et je les ai adorés. Tandis que la première est touchante et nous fait vivre à travers ses yeux et donc avec sa maladie si particulière, l’autre est mystérieux, brisé mais possède une personnalité immense, qui fait que chaque passage avec lui est très enrichissant. Ce sont deux humains, deux adolescents, qui paraissent réels, et qui nous font vivre leur histoire avec eux. Alors à nouveau, j’ai été très touchée par eux. L’autrice a un don pour créer des relations puissantes, bouleversantes et très touchantes, entre ici ces personnages. On se sent concernés, on vit avec eux les hauts et les bas de leur vie, et c’est ce que j’aime particulièrement dans les récits de Francesca Zappia. Tout est réel et crédible, si bien qu’on a l’impression d’assister à une vraie vie. Beaucoup d’émotions sont véhiculées dans Je t’ai rêvé, c’est un livre qui m’aura fait pleurer à la fin, alors que je ne pleure que très rarement, et j’en suis sorti bouleversée et vidée, tant j’avais ressenti d’émotions fortes. Francesca Zappia a ce pouvoir de communiquer les émotions qu’elle veut nous faire ressentir et nous faire vivre pleinement l’histoire, une claque bouleversante de laquelle on ressort marqué mais grandi. J’avais fini Eliza et ses monstres profondément bouleversée : ça a été pareil ici. L’autrice aborde ici la maladie, plus particulièrement la schizophrénie, d’une très belle manière et avec brio. En effet, elle nous plonge dans la tête d’Alex et tout ce qu’elle voit, nous faisant ressentir son doute face à ce qu’elle croit être vrai et être faux, si bien que, comme elle, on n’arrive plus à démêler la réalité du fruit de son imagination. C’est très perturbant mais important pour comprendre ce que ressentent ces personnes, car souvent, elles sont rejetées pour leur différence alors qu’elles se battent chaque jour et que, derrière cette maladie qui les ronge, se cache un être humain qui ressent aussi. Un beau message de tolérance est passé, et nous fait réfléchir. Pour conclure : Un coup de cœur pour ce livre qui m’a marquée et bouleversée, témoignant à nouveau du talent de Francesca Zappia qui aborde cette fois-ci la schizophrénie, toujours avec brio.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Robert Laffont

    #UnRdEte : OpéRation 2 + 1 en librairie

    Pour continuer de fêter la parution du 100e titre de la Collectionr R cette année et vous remercier de votre fidélité à toute épreuve, la #TeamR lance une opéRation 3 pour 2 qui vous garantira un été radieux !

    Lire l'article