En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Guitare bleue

        Robert Laffont
        EAN : 9782221216842
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        La Guitare bleue

        Michèle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
        Collection : Pavillons
        Date de parution : 04/01/2018

        Oliver Orme, vous le savez sans doute, est un peintre dont le talent est reconnu dans le monde entier. Ce que vous ignorez encore, c’est qu’il a cessé de peindre, en proie à des doutes esthétiques. Et qu’il a passé sa vie à voler des choses de valeurs diverses à...

        Oliver Orme, vous le savez sans doute, est un peintre dont le talent est reconnu dans le monde entier. Ce que vous ignorez encore, c’est qu’il a cessé de peindre, en proie à des doutes esthétiques. Et qu’il a passé sa vie à voler des choses de valeurs diverses à son entourage, non par cupidité mais par goût, éprouvant un plaisir quasi érotique à subtiliser des objets.
        L’un de ces objets subtilisés à d’autres, en l’occurrence à son ami Marcus, est Polly, dont il fait sa maîtresse. Mais, tout comme il a fui son épouse Gloria, il fi nit par la laisser un jour où il ressent le besoin de se réfugier dans sa maison natale, aussi délabrée soit-elle. Or bientôt Polly le retrouve, et leur histoire d’amour renaît de ses cendres.
        Entre passion, désillusion, jalousie et égoïsme, Oliver déverse le fl ux de ses pensées comme il brossait autrefois ses toiles, cherchant toujours le mot juste, pour être le plus vrai possible, si tant est que le vrai existe en ce monde.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221216842
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Robert Laffont
        15.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Christw Posté le 12 Juin 2018
          Traduit de l'anglais (Irlande) par Michèle Albaret-Maatsch Je pourrais introduire ce billet en reprenant mot pour mot les premières lignes de ma chronique (en 2015) du roman "Impostures" : amertume lancinante, confident désabusé vêtu d'un cynisme exquis, souvenirs sensuels. John Banville ne déroge pas ici aux narrateurs consternants et un peu drôles : Oliver Otway Orme – O O O – est un peintre qui se dit barbouilleur et qui ne peint plus ; il apparaît très familier, humain si vous voulez, en dépit de la passivité flegmatique de ses ruminations solipsistes. Le bonhomme est aussi cleptomane, par jeu dirait-on, façon d'absorber le monde pour en faire, comme le peintre, quelque chose de plus coloré, vital : imaginez la quintessence à laquelle accède soudain tout objet subtilisé. "Un boa constrictor, c'était moi, énorme gueule grande ouverte avalant lentement, lentement, essayant d'avaler, s'étouffant sur cette énormité. Peindre, comme voler, était un effort qui n'en finissait pas d'échouer. À voler les biens d'autrui, à pondre des croûtes, à aimer Polly : les trois en définitive." Car il y a encore une maîtresse, Polly, chipée elle aussi à son ami horloger Marcus. Et tout a basculé, Orme qui fuit la peinture veut aussi fuir... Traduit de l'anglais (Irlande) par Michèle Albaret-Maatsch Je pourrais introduire ce billet en reprenant mot pour mot les premières lignes de ma chronique (en 2015) du roman "Impostures" : amertume lancinante, confident désabusé vêtu d'un cynisme exquis, souvenirs sensuels. John Banville ne déroge pas ici aux narrateurs consternants et un peu drôles : Oliver Otway Orme – O O O – est un peintre qui se dit barbouilleur et qui ne peint plus ; il apparaît très familier, humain si vous voulez, en dépit de la passivité flegmatique de ses ruminations solipsistes. Le bonhomme est aussi cleptomane, par jeu dirait-on, façon d'absorber le monde pour en faire, comme le peintre, quelque chose de plus coloré, vital : imaginez la quintessence à laquelle accède soudain tout objet subtilisé. "Un boa constrictor, c'était moi, énorme gueule grande ouverte avalant lentement, lentement, essayant d'avaler, s'étouffant sur cette énormité. Peindre, comme voler, était un effort qui n'en finissait pas d'échouer. À voler les biens d'autrui, à pondre des croûtes, à aimer Polly : les trois en définitive." Car il y a encore une maîtresse, Polly, chipée elle aussi à son ami horloger Marcus. Et tout a basculé, Orme qui fuit la peinture veut aussi fuir Polly car Marcus a des soupçons. Gloria, mégot à la bouche, l'impassible épouse du couple défait après la mort de leur petite fille, complète le carré principal. Avec même un vieux prince comme joker. Banville maîtrise de manière très élégante, fines et brèves incises, un scénario auquel on est suspendu dès l'entame du dernier tiers de lecture. Mais autant le dire, ce n'est pas l'important car chez l'Irlandais le plaisir gît dans les digressions, vagues fantasmes, méditations sur les blessures et regrets amoureux du narrateur. Claude Fierobe l'a bien compris sur "En attendant Nadeau" : "Le sujet du livre n'est pas cette histoire-là, mais celle de l'écriture". Et c'est un régal. Avez-vous jamais noté la manière dont Banville croque ses personnages ? On se réjouit d'en voir apparaître de nouveaux pour les découvrir crayonnés. Tenez : "Dodo, dont j'ai oublié le nom complet si tant est que je l'aie jamais connu – Dorothy machinchose, je présume –, c'est la compagne de ma sœur depuis des années. C'est une petite costaude avec un étroit visage pointu de bouvreuil et un regard perçant qui vous déconcerte son monde. Une concoction de cheveux d'un blanc pur et tire-bouchonnés lui chapeaute fièrement la tête, tel un halo en sucre filé." (Hommages à la traductrice, en passant). Les références à la peinture sont constantes et nombreuses dans "La guitare bleue" (John Banville s'y était d'abord destiné). Il invoque des toiles oû l'on retrouve ses personnages puisque l'on verra Gloria et Polly dans le (premier) "Déjeuner sur l'herbe" de Manet tandis que vous imaginerez mieux Marcus dans un autoportrait de Dürer (l'androgyne avec les boucles fauves) ou plus âgé, dans les Christs souffrants de Grünewald. Et la guitare bleue ? C'est encore le mécanisme alchimique qui, comme le vol d'un objet, confère une autre intensité, "Les choses telles qu'elles sont changent sur la guitare bleue", écrivait le poète américain Wallace Stevens (épigraphe). Banville vers la fin du livre y vient : "Qui sait, le vieux barbouilleur têtu réapprendra peut-être [...], tandis que debout sur le côté, dans mon costume de Pierrot, je plaquerai des accords mélancoliques sur une guitare bleue." Les accords mélancoliques de la phrase chez John Banville sont indiscutablement un bonheur de lecture.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Bazart Posté le 24 Avril 2018
          Quelques années après ce qui est sans doute son grand chef d'oeuvre parmi quantités de grands romans , La lumière des étoiles mortes, John Banville, auteur irlandais de grand renom, qui a été multiprimé (Booker Prize 2005, prix Kafka 2011) revient avec un autre formidable roman non pas sur un guitariste, contrairement à ce que le titre et la couverture (plus prévisible que celle dont on vient de parler) laisse supposer mais sur un peintre, Oliver Orme. Comme on sait que Banville a lui aussi voulu peindre avant de se tourner vers l'écriture on se dit que ce nouveau roman a forcément quelque chose de Un peintre qui a été jadis très talentueux et au succès considérable mais dont l'aura et l'inspiration se sont faites plus rares. C'est l'occasion pour Orme de raconter les évènements, de remonter le passé, de redécouvrir avec un regard neuf ceux qui l'ont entouré . La guitare bleue est le portrait subtil d'un homme ravagé par les remords qui voit se profiler à l'horizon la vieillesse , laissant gloire et notoriété loin derrière lui. On se laisse avec grand plaisir emporter par la prose lumineuse de Banville ! Une plume délicate, picturale. et si les... Quelques années après ce qui est sans doute son grand chef d'oeuvre parmi quantités de grands romans , La lumière des étoiles mortes, John Banville, auteur irlandais de grand renom, qui a été multiprimé (Booker Prize 2005, prix Kafka 2011) revient avec un autre formidable roman non pas sur un guitariste, contrairement à ce que le titre et la couverture (plus prévisible que celle dont on vient de parler) laisse supposer mais sur un peintre, Oliver Orme. Comme on sait que Banville a lui aussi voulu peindre avant de se tourner vers l'écriture on se dit que ce nouveau roman a forcément quelque chose de Un peintre qui a été jadis très talentueux et au succès considérable mais dont l'aura et l'inspiration se sont faites plus rares. C'est l'occasion pour Orme de raconter les évènements, de remonter le passé, de redécouvrir avec un regard neuf ceux qui l'ont entouré . La guitare bleue est le portrait subtil d'un homme ravagé par les remords qui voit se profiler à l'horizon la vieillesse , laissant gloire et notoriété loin derrière lui. On se laisse avec grand plaisir emporter par la prose lumineuse de Banville ! Une plume délicate, picturale. et si les pages de la Guitare bleue sont émaillées de références à d'illustres peintres Un roman tout en nuances,plein d’autodérision, sur l’incapacité d’un homme à aimer véritablement et qui sort des vérités aussi absolues que celles ci : «On découvre toujours de nouvelles façons de souffrir.» Et le roman de Banville d'être le croquis délicat et élégant d’un homme rongé par les remords qui s’est éteint et qui rumine sur lui-même avec assez d’autodérision, assez de sarcasmes pour ne jamais sombrer dans le pathos.
          Lire la suite
          En lire moins
        • sylvaine Posté le 12 Mars 2018
          Un auteur irlandais de renom, John Banville, une guitare bleue en couverture , il ne m'en fallait pas plus pour faire la connaissance de O O O , d' Oliver Orway Orme si vous préférez. Orme , le peintre ou plutôt l'ex-peintre car il a posé ses pinceaux depuis quelques mois, depuis qu'il est resté "bloqué" devant la toile. Mais aujourd'hui quand commence ce récit la peinture n'est pas son problème , il est en fuite . Il n'est pas parti bien loin je vous rassure , il a juste traversé l'estuaire et laissé derrière lui sa femme Gloria, ses amis Marcus Petitt et Polly son épouse. Il a fui comme à son habitude , parce que cette fois-ci il n'ose pas affronter les conséquences de son vol ! Eh oui, notre grand peintre a une autre passion : le vol. Oh il ne vole rien de valeur , que des objets inutiles , pour le plaisir , rien que pour le plaisir . Mais voilà son dernier vol .... c'est Polly , l'épouse de Marcus... C'est l'occasion pour Orme de raconter les évènements de se raconter , de remonter le passé, de redécouvrir avec un regard neuf ceux qui l'ont... Un auteur irlandais de renom, John Banville, une guitare bleue en couverture , il ne m'en fallait pas plus pour faire la connaissance de O O O , d' Oliver Orway Orme si vous préférez. Orme , le peintre ou plutôt l'ex-peintre car il a posé ses pinceaux depuis quelques mois, depuis qu'il est resté "bloqué" devant la toile. Mais aujourd'hui quand commence ce récit la peinture n'est pas son problème , il est en fuite . Il n'est pas parti bien loin je vous rassure , il a juste traversé l'estuaire et laissé derrière lui sa femme Gloria, ses amis Marcus Petitt et Polly son épouse. Il a fui comme à son habitude , parce que cette fois-ci il n'ose pas affronter les conséquences de son vol ! Eh oui, notre grand peintre a une autre passion : le vol. Oh il ne vole rien de valeur , que des objets inutiles , pour le plaisir , rien que pour le plaisir . Mais voilà son dernier vol .... c'est Polly , l'épouse de Marcus... C'est l'occasion pour Orme de raconter les évènements de se raconter , de remonter le passé, de redécouvrir avec un regard neuf ceux qui l'ont entouré . La cinquantaine bedonnante , le cheveu qui se fait plus rare, il ne se considère pas comme un Apollon loin de là mais essaye comme le lui a conseillé Gloria d'être honnête au moins avec lui-même et ne ne pas mentir....Roman d'amour oui sans doute, mais plus le portrait subtil d'un homme ravagé par les remords qui voit se profiler à l'horizon la vieillesse , laissant gloire et notoriété loin derrière lui. Voilà maintenant il n'y a plus qu'à se laisser porter par la prose lumineuse de Banville ! Une plume délicate, picturale. Banville a lui aussi voulu peindre avant de se tourner vers l'écriture et si les pages de la Guitare bleue sont émaillées de références aux peintres qu'il apprécie ,il le fait avec une rare élégance. Un roman tout en nuances, de couleurs, de sentiments, de luminosité irlandaises, sans oublier la bière brune. Un roman qui ne peut que réjouir les esthètes et les amateurs ... Un régal Un immense merci aux Editions Robert Laffont via NetGalley pour cette somptueuse lecture.
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com