Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221187678
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Liste de Schindler

François DUPUIS (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 13/05/2015

C’est la lecture de ce roman vrai qui a inspiré Steven Spielberg pour réaliser son célèbre film La Liste de Schindler. Comme l’a écrit le Guardian, « c’est une chose de rassembler des documents historiques et des témoignages. C’en est une autre de les ramener à la vie comme l’a...

C’est la lecture de ce roman vrai qui a inspiré Steven Spielberg pour réaliser son célèbre film La Liste de Schindler. Comme l’a écrit le Guardian, « c’est une chose de rassembler des documents historiques et des témoignages. C’en est une autre de les ramener à la vie comme l’a fait Thomas Keneally ». Et en effet, l’auteur reconstitue l’histoire d’Oskar Schindler – industriel allemand qui dirigeait une usine rattachée à un camp de concentration durant la Seconde Guerre mondiale – dans des termes si précis que l’on devient le témoin de l’extraordinaire acte de bravoure que ce dernier a accompli en sauvant des centaines d’ouvriers juifs. Qui a vu le film de Spielberg n’en a pas oublié les images ; les pages du roman de Keneally, elles, résonneront longtemps dans la mémoire de leurs lecteurs.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221187678
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • malecturotheque Posté le 7 Juillet 2020
    La première chose à savoir sur ce roman, c’est qu’il raconte un moment charnière de l’Histoire, et clairement pas le plus marrant puisqu’il est question du travail des Juifs dans les camps pendant la Seconde Guerre mondiale. La deuxième chose à savoir, c’est que je n’ai jamais vu l’adaptation cinématographique de Steven Spielberg. Les conclusions de tout cela ? D’une part, vous devez être dans un état d’esprit assez bon pour vous lancer dans une telle lecture et, d’autre part, je ne pourrais pas vous faire de comparaisons entre les deux œuvres. Oskar Schindler était un industriel allemand et, sous couvert de profiter d’une main-d’œuvre peu coûteuse, il a sauvé un peu plus d’un millier de Juifs et de Juives. Thomas Keneally, l’auteur de ce roman, a retrouvé des survivants qui faisaient partie des « Juifs de Schindler » ; ces derniers lui ont fourni des documents témoignant des faits, ont apporté des corrections sur l’ouvrage… C’est donc un livre globalement très précis – « globalement » car certains événements n’ont eu pour témoins que Schindler et Goeth, par exemple, et il est donc difficile de savoir ce qui s’est déroulé à ce moment-là ; seules les choses qui en ont... La première chose à savoir sur ce roman, c’est qu’il raconte un moment charnière de l’Histoire, et clairement pas le plus marrant puisqu’il est question du travail des Juifs dans les camps pendant la Seconde Guerre mondiale. La deuxième chose à savoir, c’est que je n’ai jamais vu l’adaptation cinématographique de Steven Spielberg. Les conclusions de tout cela ? D’une part, vous devez être dans un état d’esprit assez bon pour vous lancer dans une telle lecture et, d’autre part, je ne pourrais pas vous faire de comparaisons entre les deux œuvres. Oskar Schindler était un industriel allemand et, sous couvert de profiter d’une main-d’œuvre peu coûteuse, il a sauvé un peu plus d’un millier de Juifs et de Juives. Thomas Keneally, l’auteur de ce roman, a retrouvé des survivants qui faisaient partie des « Juifs de Schindler » ; ces derniers lui ont fourni des documents témoignant des faits, ont apporté des corrections sur l’ouvrage… C’est donc un livre globalement très précis – « globalement » car certains événements n’ont eu pour témoins que Schindler et Goeth, par exemple, et il est donc difficile de savoir ce qui s’est déroulé à ce moment-là ; seules les choses qui en ont découlé sont connues. Il y a une chose, en plus du sujet, qu’il est bon de savoir en commençant la lecture d’un roman tel que La liste de Schindler, c’est qu’il y a beaucoup de termes en allemand, de même que des noms de rues, des noms de famille… Pour moi qui n’ai jamais fait allemand, ça a été assez complexe de lire le premier chapitre. Mais je m’y suis faite, ce n’est pas insurmontable. De plus, à la toute fin, il y a un petit glossaire avec les grades de l’armée nazie, ce qui est pratique quand on veut être sûr·e de bien comprendre qui a l’ascendant sur qui. D’une façon général, chaque chapitre nous conte un événement, une anecdote, et l’on peut ainsi suivre quelques Juifs et Juives au sein des camps, que ce soit des travailleurs dans l’usine Emalia (l’usine de Schindler) ou encore dans le salon d’Amon Goeth. Toutefois, il y a parfois de sacrées digressions, ayant toujours un rapport avec le propos tenu mais qui peuvent nous perdre si on décide de faire une pause en plein milieu du chapitre… Mon conseil est donc de toujours terminer le chapitre en cours ! En fait, s’il y a bien sûr des anecdotes où l’on suit Schindler de près, il y en a tout autant où il n’est là que comme une présence, en arrière-plan ; une sorte de protecteur dans l’ombre de l’Histoire. Dans La liste de Schindler, s’il est vrai que nous connaissons l’Histoire et ce qui se passait dans les camps (prisonnier·es affamé·es, violenté·es, tué·es…), on découvre ici encore plus de choses, et on nous fait savoir quelques crimes et tortures – raison pour laquelle je vous conseillais plus haut d’être dans un bon état d’esprit pour lire ce roman, même si les descriptions ne sont pas détaillées ; penser que des personnes soient capable de telles atrocités au quotidien, c’est assez épouvantable. Ainsi, j’ai découvert la vie quotidienne dans le ghetto de Cracovie, comment les Juifs et les Juives ont ensuite été déplacé·es dans un camp de travail aux conditions de vie plus qu’insalubres, les coups qu’iels se prenaient, le typhus faisant pas mal de ravages aussi ; il est également question de la résistance juive, etc. Même si le propos est sombre de par les faits qu’il raconte, on constate toujours une touche d’espoir grâce à ces gens qui ont lutté, chacun à leur façon, pour rendre la vie des travailleur·euses des camps moins difficile avec, par exemple, de la nourriture venant du marché noir. Et surtout, qui ont lutté pour en sauver. La liste de Schindler est à lire absolument pour ne pas oublier l’Histoire, pour découvrir un homme, et pour en apprendre plus. S’il est vrai que ce roman est un hommage à Oskar Schindler – hommage qui n’oublie pas les déboires de l’industriel et qui n’oublie pas sa femme, Emilie, qui a elle aussi joué un rôle primordial vers la fin de la guerre -, c’est avant tout une compilation de témoignages importants. C’est dur à lire, mais il en vaut la peine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nyuka Posté le 20 Mai 2020
    Un livre difficile à lire dans le sens où l’horreur de la seconde Guerre Mondiale est guère imaginable. J’ai pourtant eu une multitude de cours sur le sujet à l’école, à l’université et lors de mes différents voyages. J’ai eu la chance d’aborder le sujet à travers différents points de vue. Quand j’étais plus jeune, il était cantonné à celui des Alliés, puis mes études m’ont poussée à découvrir l’histoire du Japon. Ils étaient dans l’autre camp, ont perpétré des horreurs en Corée et en Chine, mais ils ont aussi vécu les deux bombes, Hiroshima et Nagasaki. Visiter le musée de la paix dans la première ville fut un moment chargé en émotions. C’est ce qui s’est également passé à travers ce livre. On rencontre des personnages, on se lie rapidement avec ces derniers et on tremble à l’idée de tourner la page : Seront-ils encore là ? Disparaîtront-ils en l’espace d’une phrase ? Car tel officier l’a décidé sur un coup de tête ? Car ils se trouvaient dans le mauvais groupe ? Schindler était allemand et avait tout pour faire fortune pendant cette terrible guerre. Il en a décidé autrement, il a voulu agir pour les aider. On le voit se dépêtrer avec ses... Un livre difficile à lire dans le sens où l’horreur de la seconde Guerre Mondiale est guère imaginable. J’ai pourtant eu une multitude de cours sur le sujet à l’école, à l’université et lors de mes différents voyages. J’ai eu la chance d’aborder le sujet à travers différents points de vue. Quand j’étais plus jeune, il était cantonné à celui des Alliés, puis mes études m’ont poussée à découvrir l’histoire du Japon. Ils étaient dans l’autre camp, ont perpétré des horreurs en Corée et en Chine, mais ils ont aussi vécu les deux bombes, Hiroshima et Nagasaki. Visiter le musée de la paix dans la première ville fut un moment chargé en émotions. C’est ce qui s’est également passé à travers ce livre. On rencontre des personnages, on se lie rapidement avec ces derniers et on tremble à l’idée de tourner la page : Seront-ils encore là ? Disparaîtront-ils en l’espace d’une phrase ? Car tel officier l’a décidé sur un coup de tête ? Car ils se trouvaient dans le mauvais groupe ? Schindler était allemand et avait tout pour faire fortune pendant cette terrible guerre. Il en a décidé autrement, il a voulu agir pour les aider. On le voit se dépêtrer avec ses contacts nazis, de l’armement et ses multiples pots de vins. Un homme parmi tant d’autres, car ce fut une époque épouvantable mais ce fut aussi le temps des Héros… Schindler était un héros atypique, qui n’en avait pas l’air. Il appréciait les femmes, l’alcool, mais il n’aimait pas ce qui se déroulait sous ses yeux et ne comptait pas les fermer et ne rien faire. Les chapitres sont courts et s’axent sur un personnage ou sur un moment précis. J’aime bien les livres écrits ainsi, cela me pousse à lire le chapitre suivant et avancer rapidement dans l’histoire. La liste de Schindler est un livre à lire pour tout amoureux d’Histoire, notamment de cette époque bien sombre. A lire aussi pour ne pas oublier et rester vigilant, car ça peut arriver à nouveau. Nous ne sommes pas à l’abri, même au 21ème siècle. Je ne peux malheureusement le comparer au film dont on me parle en bien, car je ne l’ai pas vu. Un film dur, mais à voir m’a t-on dit. 📚📕📗📘📙 Un livre, un mot nouveau Calembredaine : plaisanterie futile, propos extravagant
    Lire la suite
    En lire moins
  • carolinelaan Posté le 6 Avril 2020
    Le parcours d'Oskar Schindler de l'achat de l'usine de Cracovie jusqu'à sa décision et l'action de sauver environ 1100 juifs grâce à sa fortune personnelle. Un livre passionnant et très émouvant.
  • lagrandeval Posté le 20 Janvier 2020
    Seconde guerre mondiale, Oskar Schindler jeune industriel allemand permet à des juifs de vivre de façon un peu plus décente dans son usine de casseroles à Cracovie puis à Brinnlitz. Thomas Keneally retrace la vie d’un juste. Une histoire qui marque car, ici, il ne s’agit pas d’une fiction. Je ne pouvais pas me dire : « ça sort de l’imagination de l’auteur ». Non, il s’agit de la réalité, une réalité extrême de ce que l’homme est capable de faire au nom de la race ; mais aussi un roman d’espoir, de ces hommes et femmes qui ont tendu la main en fonction de leur moyen auprès d’une population opprimée. « Celui qui sauve une seule vie sauve le monde entier » Il s’agit d’un homme bon vivant, aimant la bonne chair, l’alcool et les femmes et qui va, en fonction de ses moyens, rendre un peu d’humanité à ce peuple juif en cours d’extermination tout en passant à travers les mailles du filet des nazis les plus forcenés.
  • ju-s-tine Posté le 12 Janvier 2020
    Un roman fort, un témoignage de l'Histoire. Seul bémol, j'ai pu lire dans des articles, qu'il y aurait eu en réalité beaucoup moins de personnes sauvées grâce à cette Liste...
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.