Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258162464
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Le Pavillon des orphelines

Danielle Charron (Traducteur)
Date de parution : 14/03/2019
La quête déchirante d’une mère pour retrouver sa fille dans le Québec des années 1950.
Dans le Québec rural des années 1950, Maggie, père anglais et mère française, tombe enceinte de son jeune voisin, fermier, qu’elle aime éperdument. Quand ses parents l’apprennent, ils forcent Maggie à abandonner son bébé dès la naissance et à rentrer dans le droit chemin. Élodie grandit à l’orphelinat dans des... Dans le Québec rural des années 1950, Maggie, père anglais et mère française, tombe enceinte de son jeune voisin, fermier, qu’elle aime éperdument. Quand ses parents l’apprennent, ils forcent Maggie à abandonner son bébé dès la naissance et à rentrer dans le droit chemin. Élodie grandit à l’orphelinat dans des conditions précaires. Quelques années plus tard, une loi déclare que les orphelinats deviennent administrativement des hôpitaux psychiatriques. La situation empire dramatiquement pour Elodie, déclarée alors, comme des milliers d’autres orphelins québécois, malade mentale...  
De son côté, Maggie s’est mariée à un homme d’affaires impatient de fonder une famille. Malgré tout, elle ne peut oublier Élodie. Mère et fille parviendront-elles à se retrouver ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258162464
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Presses de la cité

Ils en parlent

"L'auteure, Joanna Goodman, originaire de Montréal, a trouvé dans la vie et le récit de sa propre mère la substance même de ce roman qui touche au coeur."
Soir Mag (Belgique)
"Une très belle plume, fluide et facile, porte ce texte émouvant et captivant, plein de rebondissements."
Le dauphiné libéré
"Bouleversant!"
Janette (Luxembourg)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ValentineDincq Posté le 6 Septembre 2020
    Belle découverte de ce Québec rural, mais il faut quand même s’accrocher sur certains passages émotionnellement difficiles
  • Librincanto Posté le 5 Septembre 2020
    Un coup de cœur en librairie pour le titre et la 1ère de couverture qui s'est confirmé à la lecture ! Si l'écriture est plutôt simple et sans fioriture, elle est fluide et agréable. J'ai littéralement dévoré ce livre en étant happée par l'histoire, toujours avec la hâte de connaître la suite des événements. Un roman poignant basé sur une histoire vraie aussi sordide soit elle : les orphelins de Duplessis. Duplessis étant le Premier ministre du Québec à l'origine de la déclaration des orphelinats en institutions pour malades mentaux, avec la complicité de l'Eglise catholique. Du jour au lendemain, les orphelins deviennent des malades mentaux. Plus d'éducation ou de loisirs, les jeunes sont ainsi traités comme des patients en psychiatrie. Et, à l'époque, les traitements psychiatriques étaient plus que douteux, avec des traitements, médicamenteux et physiques, indignes. Et l'on en vient à ce sujet dans le roman car Maggie, une jeune canadienne rurale est éperdument amoureuse de son voisin, un jeune canadien anglais. Or, une guerre entre les origines françaises ou anglaises est fortement marquée en province (ce que j'ignorais par ailleurs). Ses parents décident de l'éloigner et l'emmènent travailler chez son oncle et sa tante pendant la période... Un coup de cœur en librairie pour le titre et la 1ère de couverture qui s'est confirmé à la lecture ! Si l'écriture est plutôt simple et sans fioriture, elle est fluide et agréable. J'ai littéralement dévoré ce livre en étant happée par l'histoire, toujours avec la hâte de connaître la suite des événements. Un roman poignant basé sur une histoire vraie aussi sordide soit elle : les orphelins de Duplessis. Duplessis étant le Premier ministre du Québec à l'origine de la déclaration des orphelinats en institutions pour malades mentaux, avec la complicité de l'Eglise catholique. Du jour au lendemain, les orphelins deviennent des malades mentaux. Plus d'éducation ou de loisirs, les jeunes sont ainsi traités comme des patients en psychiatrie. Et, à l'époque, les traitements psychiatriques étaient plus que douteux, avec des traitements, médicamenteux et physiques, indignes. Et l'on en vient à ce sujet dans le roman car Maggie, une jeune canadienne rurale est éperdument amoureuse de son voisin, un jeune canadien anglais. Or, une guerre entre les origines françaises ou anglaises est fortement marquée en province (ce que j'ignorais par ailleurs). Ses parents décident de l'éloigner et l'emmènent travailler chez son oncle et sa tante pendant la période estivale. Elle découvre alors qu'elle est enceinte. Pour ne pas déshonorer sa famille, ses parents l'isolent chez son oncle et sa tante pendant la durée de la grossesse jusqu'à l'accouchement. Le bébé est alors confié à un orphelinat. Au fil des chapitres, on découvre la vie de la mère et la fille qui ne se connaissent pas mais chacune a l'autre à l'esprit. Maggie est incapable d'oublier Elodie, sa fille qu'elle a dû abandonner sous la contrainte. Et Elodie, quant à elle, s'interroge sur les raisons qui ont poussé ses parents et surtout sa mère, à ne pas la garder. C'est l'histoire de ces deux esprits tourmentés que nous narre l'auteur, avec l'histoire des orphelinats de Duplessis pour toile de fond. Un roman passionnant, addictif et surtout émouvant pour lequel j'ai découvert de nombreux aspects de la culture canadienne de l'époque.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 26 Juin 2020
    «  Qu'un jardin est beau parmi les difficultés et les passions de l'existence » . «  Celui qui plante une semence sème la vie » . Deux extraits de cet ouvrage captivant, addictif , profondément émouvant lu d'une traite ou presque malgré les 469 pages , qui nous plonge au coeur des années 50, dans le Québec rural d'alors. Il conte l'histoire de la mère de l'auteure. Sur fond de conflit entre Canadiens anglophones et Canadiens francophones , Maggie , 15 ans est fière d'être la fille de l'Homme qui SÈME, son père Wellington Hugues amoureux des plantes et de la nature , canadien anglophone, horticulteur, propriétaire du Magasin Semences Supérieures /Seeds , à 80 kms , au sud de Montréal , dans les Cantons de l'Est , marié à une Canadienne française , d'origine modeste .. Maggie a trois soeurs et un frère ,à seize ans elle tombe enceinte de son jeune voisin Gabriel, fermier, qu'elle aime éperdument . Quand ses parents l'apprennent , ils éloignent Maggie chez son oncle puis la forcent à abandonner le bébé : Élodie , dès la naissance. Celle- ci grandit dans un orphelinat dans des conditions difficiles . . Enjeu de sordides enjeux financiers, sous le règne du premier ministre Maurice... «  Qu'un jardin est beau parmi les difficultés et les passions de l'existence » . «  Celui qui plante une semence sème la vie » . Deux extraits de cet ouvrage captivant, addictif , profondément émouvant lu d'une traite ou presque malgré les 469 pages , qui nous plonge au coeur des années 50, dans le Québec rural d'alors. Il conte l'histoire de la mère de l'auteure. Sur fond de conflit entre Canadiens anglophones et Canadiens francophones , Maggie , 15 ans est fière d'être la fille de l'Homme qui SÈME, son père Wellington Hugues amoureux des plantes et de la nature , canadien anglophone, horticulteur, propriétaire du Magasin Semences Supérieures /Seeds , à 80 kms , au sud de Montréal , dans les Cantons de l'Est , marié à une Canadienne française , d'origine modeste .. Maggie a trois soeurs et un frère ,à seize ans elle tombe enceinte de son jeune voisin Gabriel, fermier, qu'elle aime éperdument . Quand ses parents l'apprennent , ils éloignent Maggie chez son oncle puis la forcent à abandonner le bébé : Élodie , dès la naissance. Celle- ci grandit dans un orphelinat dans des conditions difficiles . . Enjeu de sordides enjeux financiers, sous le règne du premier ministre Maurice Duplessis les religieuses, l'église toute puissante et le gouvernement provincial décident de convertir les orphelinats en hôpitaux psychiatriques , un moyen de s'en mettre plein les poches et d'obtenir des subventions du gouvernement fédéral . Les orphelines sont ainsi considérées comme des déficientes mentales : affamées, obligées de travailler , sans éducation , dans la contrainte, battues , trépanées , voire assassinées parfois dans l'indifférence générale. Ces jeunes filles «  non désirées » , oubliées, subiront le mépris des religieuses qui leur reprochent «  la faute de leur mère » , enfermées, elles endureront de terribles sévices ... côtoieront des malades mentaux ... La situation est la même pour des milliers d'autres orphelins québécois comme Elodie . Maggie s'est mariée mais cherchera sa fille pendant des années .... Enfin libérée à 17 ans , Elodie est projetée dans la vraie vie sans aucun repère, ne connaissant pas les choses les plus rudimentaires ... Je n'en révélerai pas plus , bien sûr . Un roman doté d'une très belle plume , pétri d'émotions , révoltant, pour mon coeur de femme et de mère . Un contexte social et politique sidérants , bonnes moeurs , opprobre sociale, secrets , dissimulations , destructions de dossiers , transferts , mensonges, sévices , faux décès , détournements d’identités , une page très sombre , SINISTRE de l'Histoire du Canada .. Un ouvrage éclairant que l'on ne lâche pas ! «  Avec ses fenêtres à barreaux , ses couloirs caverneux et sa forte odeur d'eau de javel, le pavillon psychiatrique donne froid dans le dos . Maggie balaie l'étage du regard .Il y règne une propreté et un silence menaçants » .
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cahouette Posté le 19 Juin 2020
    À lire, magnifique
  • leslecturesdesteph Posté le 12 Mai 2020
    Avec ce livre je sors une fois de plus de ma zone de confort qui est la lecture des thrillers/policiers.. Et je ne regrette pas mon choix. Un livre d’autant plus poignant lorsque l’on sait que l’auteur s’est inspirée de la vie de sa propre mère. Le Pavillon des orphelines est le sixième roman de Joanna Goodman mais il est le premier traduit en français. Après ma lecture je me suis renseignée et j’ai appris qu’un deuxième roman de cette auteur a été traduit en français « Les secrets du pensionnat ». Je peux vous dire que je me ferais une joie de le lire et que j’espère que ses autres écrits finiront par être traduits également. Nous découvrons l’histoire de Maggie, fille d’une père anglophone des Cantons de l’Est et d’une mère francophone. Nous ne pouvons que nous attacher à Maggie qui est contrainte par ses parents d’abandonner son bébé Elodie, mais aussi de ne plus voir celui qu’elle aime, Gabriel. Au fur et à mesure de cette lecture, nous alternons les chapitres. D’un côté nous avons la vie de Maggie de l’abandon de son bébé à sa vie adulte. Nous y découvrons sa vie avec ses parents, avec ses frères et... Avec ce livre je sors une fois de plus de ma zone de confort qui est la lecture des thrillers/policiers.. Et je ne regrette pas mon choix. Un livre d’autant plus poignant lorsque l’on sait que l’auteur s’est inspirée de la vie de sa propre mère. Le Pavillon des orphelines est le sixième roman de Joanna Goodman mais il est le premier traduit en français. Après ma lecture je me suis renseignée et j’ai appris qu’un deuxième roman de cette auteur a été traduit en français « Les secrets du pensionnat ». Je peux vous dire que je me ferais une joie de le lire et que j’espère que ses autres écrits finiront par être traduits également. Nous découvrons l’histoire de Maggie, fille d’une père anglophone des Cantons de l’Est et d’une mère francophone. Nous ne pouvons que nous attacher à Maggie qui est contrainte par ses parents d’abandonner son bébé Elodie, mais aussi de ne plus voir celui qu’elle aime, Gabriel. Au fur et à mesure de cette lecture, nous alternons les chapitres. D’un côté nous avons la vie de Maggie de l’abandon de son bébé à sa vie adulte. Nous y découvrons sa vie avec ses parents, avec ses frères et sœurs, son emploi dans la boutique de son père, son mariage, mais également et surtout son mal-être, son énergie à découvrir ce qu’est devenue sa fille. De l’autre nous suivrons l’évolution d’Elodie et nous seront face à l’horreur qu’elle vivra dans les orphelinats devenus hôpitaux psychiatriques et faisant du jour au lendemain passer ces orphelines pour des déficientes mentales. Elle y vivra ce qu’aucun enfant ne devrait subir. Je vous laisse découvrir en le lisant comment cette histoire ce termine. Mais nous avons ici un roman bouleversant, une lecture addictive, des histoires de vies qui nous prennent aux tripes et qui nous font chavirer le coeur.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.