Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Le dit d'Aka suivi de Le nom du monde est forêt
Pierre-Paul Durastanti (traduit par), Henry-Luc Planchat (traduit par), Sébastien Guillot (révisé par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 25/01/2024
Éditeurs :
Robert Laffont
Nouveauté

Le dit d'Aka suivi de Le nom du monde est forêt

Pierre-Paul Durastanti (traduit par), Henry-Luc Planchat (traduit par), Sébastien Guillot (révisé par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 25/01/2024
DEUX ROMANS VISIONNAIRES
Le Dit d'Aka

Sur la planète Aka, une politique scientiste a entrepris
de balayer les anciennes traditions. Une Terrienne y est
envoyée pour rassembler les bribes de sa culture perdue
et tenter de réconcilier...
Le Dit d'Aka

Sur la planète Aka, une politique scientiste a entrepris
de balayer les anciennes traditions. Une Terrienne y est
envoyée pour rassembler les bribes de sa culture perdue
et tenter de réconcilier le passé et l’avenir.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre-Paul Durastanti

Le Nom du monde est forêt

Prix Hugo

Sur la planète forestière Athshe,...
Le Dit d'Aka

Sur la planète Aka, une politique scientiste a entrepris
de balayer les anciennes traditions. Une Terrienne y est
envoyée pour rassembler les bribes de sa culture perdue
et tenter de réconcilier le passé et l’avenir.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre-Paul Durastanti

Le Nom du monde est forêt

Prix Hugo

Sur la planète forestière Athshe, vit une société
pacifiste et matriarcale. L’invasion violente des Terriens
va remettre en question son mode de vie et forcer
les Athshéens à se révolter.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Henry-Luc Planchat,
traduction révisée par Sébastien Guillot
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221258545
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 360
Format : 135 x 210 mm
EAN : 9782221258545
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 360
Format : 135 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CyrilDeVieillevigne 19/11/2023
    Ce roman raconte l'histoire de Sutty, - Une Terrienne qui est envoyée sur la planète Aka en tant qu'observatrice de l'Ekumen - Son implication dans les tensions politiques et religieuses entre - D'une part le gouvernement dit corporatiste et techno-scientiste - D'autre part la résistance populaire qui maintient l'ancienne tradition du récit : « le Dit » - Son appréhension du Dit, - Comme outil de transmission, d'apprentissage, de développement psychique et physique - Comme guide spirituel - Comme méthode de compréhension du monde et des autres - Comme art de vivre #8204;En filigrane, - L’histoire de l’Ekumen se complète avec les méfaits Terrien mis en lumière - Le rappel de la prudence et de la retenus absolument nécessaires lors de la découverte de nouveaux peuples : pour ne pas perdre leur façon de vivre, leur philosophie et leurs connaissances Et puis une belle fin, astucieuse et réaliste, - Elle ne fait qu'ébaucher le projet qu’elle porte - Car elle laisse celui-ci se dérouler ensuite, en dehors du roman - Mais avec la confiance des protagonistes comme des lecteurs quant à une belle réussite C'est un roman plus descriptif que dans l’action, la conversation, la narration de l’instant présent, la contemplation, l’écoute qui amènent également à la compréhension ou la complète, - Sans doute nécessaire pour poser toutes ces idées sur une société « parfaite » et plus abordable, - Un contenu qui semble familier, tout naturel après les descriptions des différentes sociétés Ekumenique au cours des romans qui la parsème Et #8204;des idées répétées avec des approches différentes, pour mieux se les approprier, - Décrites avec une répétition de mots pour mieux cerner le sujet - Et en aiguiser la compréhension - Par une écriture ciselée Quant aux personnages, - Sutty y est très bien travaillée, avec son histoire qui l'a construite telle qu'elle est et cette nouvelle expérience qui la fait évoluer vers une voie finalement déjà dessinée en elle #8204;- Le Moniteur, poil à gratter, fanatique, remet un prisme côté « méchants » et le discours qui combats le Dit - Les autres personnages, même ceux récurrents, sont décrit plus rapidement, - Sans doute car ils sont très riches, trop riche pour ce petit roman - Mais surtout car ils sont immergés dans la philosophie du Dit - Et notre compréhension de celui-ci nous les explique tout naturellement Quelques concepts importants y sont décrits : - La religion ou l’anti-religion, le système qui dicte ce que tu dois faire, ce que tu dois être ou sinon te puni : voilà ce dont une société doit se défendre ! - La satisfaction physique et intellectuelle : voilà ce qui est important, ce qui est nécessaire l’équilibre de la Vie (le dharma) Ce roman raconte l'histoire de Sutty, - Une Terrienne qui est envoyée sur la planète Aka en tant qu'observatrice de l'Ekumen - Son implication dans les tensions politiques et religieuses entre - D'une part le gouvernement dit corporatiste et techno-scientiste - D'autre part la résistance populaire qui maintient l'ancienne tradition du récit : « le Dit » - Son appréhension du Dit, - Comme outil de transmission, d'apprentissage, de développement psychique et physique - Comme guide spirituel - Comme méthode de compréhension du monde et des autres - Comme art de vivre #8204;En filigrane, - L’histoire de l’Ekumen se complète avec les méfaits Terrien mis en lumière - Le rappel de la prudence et de la retenus absolument nécessaires lors de la découverte de nouveaux peuples : pour ne pas perdre leur façon de vivre, leur philosophie et leurs connaissances Et puis une belle fin, astucieuse et réaliste, - Elle ne fait qu'ébaucher le projet qu’elle porte - Car elle laisse celui-ci se dérouler ensuite, en dehors du roman - Mais avec la confiance des protagonistes comme des lecteurs quant à une belle réussite C'est un...
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaGeekosophe 19/08/2023
    Comme tous les étés, je lis également un roman d’Ursula Le Guin. Je continue l’exploration du Cycle de Hain avec Le Dit d’Aka, qui s’annonce comme très philosophique et anthropologique dans sa façon d’aborder le space opera et la science-fiction. Curieuse de découvrir quel nouveau choc culturel va être mis en scène ! Ursula Le Guin son œuvre sur l’Ekumen ! Cette fois-ci, nous découvrons une planète tentant de rattraper son retard technologique après avoir découvert que d’autres étaient capables de voyager à travers l’espace. Pour cela, un monde corporatiste s’est installé avec le dogme de la productivité, tentant de faire disparaître les anciens usages. La force et la répression sont les premiers moyens utilisés, ce qui aboutit à des tensions entre les villes et les lieux plus reculés. Ensuite, beaucoup de jeunes oublient les histoires anciennes, donnant naissance à une population tournée vers le travail et la poursuite des objectifs pour conquérir les étoiles. Une société uniquement tournée vers l’avenir et la productivité, ayant pour modèle une société extérieure qu’ils considèrent comme supérieure. Mais en s’éloignant des villes, on découvre une autre forme de culture. Ursula Le Guin brille dans la description de ces spécificités. Aka a une culture qui semble dans un premier temps axée sur l’oralité. Ces conteurs du Dit vont par deux, un homme et une femme tellement inséparables qu’ils forment une même entité désignée par un pronom neutre unique. Ils accumulent d’anciennes connaissances. Dont des histoires plus ou moins longues, souvent avec une morale. Le passage de la connaissance est difficilement descriptible, est le récipiendaire d’une forme de philosophie, plutôt que du passé d’Aka. Comme souvent dans ses romans, la planète visitée par l’Ekumen est une fiction servant de thèse anthropologique et sociologique. Pour preuve, Aka est présentée comme un bloc avec peu de variations culturelles à l’échelle d’une planète. Sutty est envoyée de l’Ekumen pour en savoir plus sur les traditions d’Aka. Indo-Canadienne, elle a grandi dans un monde où le fondamentalisme religieux a pris de plus en plus d’importance. Jusqu’à la violence et la guerre, qui lui a beaucoup pris. Sa famille a dû s’adapter à un autre mode de vie, caché sa croyance en la multitude de dieux indiens face à une organisation qui prône l’Unique. Le personnage principal a donc une réaction urticaire face aux actes de la Corporation, qui lui rappelle la pensée dogmatique de la Terre. Fortement inspirée des croyances de sa famille, elle est plus proche des Mazh, ces conteurs garants de la tradition et des histoires orales du monde d’Aka. J’ai beaucoup aimé ce personnage qui doute, mais qui est surtout curieux du monde et est animé de convictions profondes. Une grande partie de la richesse du roman se trouve dans les dialogues. En effet, l’autrice déploie toute la pensée derrière Le Dit d’Aka lors d’échanges entre différents personnages, ce qui est fort à propos. Dans un premier temps, Sutty parle avec les Mazh, ce qui lui permet d’approfondir les réflexions autour de l’oralité, mais aussi sur la place structurante de l’histoire du passé et des contes dans une société. Mais ce sont les échanges avec Yara qui dévoilent une grande subtilité. Ce dernier est un corporatiste convaincu chargé de surveiller Sutty. Son point de vue vient modérer une vision réductrice du conflit entre Mazh et corporatistes, montrant que les simplicités apparentes cachent une réalité plus nuancée. En un sens, ces nombreux dialogues rappellent la philosophie antique, où la parole avec d’autres permet d’accéder à nouvelles connaissances et perspectives. Ursula Le Guin présente, comme souvent avec ses sagas, une œuvre intellectualisée. Aka est le théâtre d’une lutte idéologique profonde. Cette opposition des idées pousse le lecteur à la réflexion sur la société : qu’est-ce que la connaissance ? Qu’apportent les légendes à une société ? La violence politique pour le progrès est-t-elle justifiée ? L’émotion n’est cependant pas absente. Le personnage principal, Sutty, est bien caractérisé, entre failles et force de conviction. L’autrice met en opposition un monde fondamentaliste et un autre progressiste, et montre dans les deux cas les ravages de l’extrémisme. Elle le fait grâce à cet outil puissant qu’est le dialogue, qui rappelle ici des échanges philosophiques profus, soulignant la subtilité de la pensée.Comme tous les étés, je lis également un roman d’Ursula Le Guin. Je continue l’exploration du Cycle de Hain avec Le Dit d’Aka, qui s’annonce comme très philosophique et anthropologique dans sa façon d’aborder le space opera et la science-fiction. Curieuse de découvrir quel nouveau choc culturel va être mis en scène ! Ursula Le Guin son œuvre sur l’Ekumen ! Cette fois-ci, nous découvrons une planète tentant de rattraper son retard technologique après avoir découvert que d’autres étaient capables de voyager à travers l’espace. Pour cela, un monde corporatiste s’est installé avec le dogme de la productivité, tentant de faire disparaître les anciens usages. La force et la répression sont les premiers moyens utilisés, ce qui aboutit à des tensions entre les villes et les lieux plus reculés. Ensuite, beaucoup de jeunes oublient les histoires anciennes, donnant naissance à une population tournée vers le travail et la poursuite des objectifs pour conquérir les étoiles. Une société uniquement tournée vers l’avenir et la productivité, ayant pour modèle une société extérieure qu’ils considèrent comme supérieure. Mais en s’éloignant des villes, on découvre une autre forme de culture. Ursula Le Guin brille dans la description de ces spécificités. Aka a une culture qui semble...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Stoffia 01/04/2023
    Le Dit d'Aka est le dernier roman de Le Guin du Cycle de l'Ekumen. Comme la plupart des autres, on y suit une Observatrice (une espèce d'anthropologue/diplomate) qui tentent d'étudier et de comprendre le fonctionnement social d'une planète. Dans celui-ci, on y suit Sutty, Cette dernière vient de la Terre où elle a grandit dans une théocratie qui s'est écroulé assez tôt pour qu'elle puisse devenir Observatrice. Elle est envoyée pour étudier Aka, une planète dirigée par un gouvernement corporatiste qui souhaite rejoindre l'Ekumen, et est la première Observatrice à obtenir l'autorisation de sortir de la Capitale pour étudier les populations. Le roman a été écrit pendant l'apogée du mouvement altermondialiste et cela paraît dans les thématiques. Ce que Sutty comprends de l'histoire de la planète, c'est que quand l'Ekumen est arrivé sur Aka, les élites de la sociétés étaient plutôt réticent à s'ouvrir au reste de la galaxie. Puis, voyant les progrès et les profits que les relations avec l'Ekumen pouvaient amener, les élites économiques et intellectuelles ont pris le pouvoir pour instaurer le gouvernement corporatiste. Pour que personne ne s'oppose à l'avancement de la science, les élites traditionnelles sont "rééduquée". Mais les mœurs même sont trop conservatrices. Les livres sont interdits. Les gens ne peuvent plus que se fier que sur leurs traditions orales pour savoir d'où ils viennent dans ce monde où les Producteurs-Consommateurs ont remplacés les citoyens. Sutty, qui a fuit sur Terre une théocratie autoritaire, se demande donc si elle doit aider les vieilles élites conservatrices marginalisées qui tentent de sauver quelques brides de leur culture. * C'est probablement le roman de Le Guin (une de mes autrices préférées) qui m'a la moins plu jusqu'à maintenant. (Tout en restant par ailleurs excellent). Deux raisons. 1- C'est son histoire qui ressemble la plus à une pure dystopie. Peut-être est-ce qu'on en a juste trop eux depuis, mais ce n'est pas trop mon truc. Elle construit habituellement des sociétés assez complexes pour éviter que l'on dise simplement "il y a des gentils et des méchants, des oppressés et des oppresseurs". 2- Ce roman est très didactique. C'est Le Guin, on s'attend à du worldbuiding. Mais elle habituellement assez facile pour faire des descriptions dynamiques ou pour que l'univers s'explique par lui-même au fil de l'intrigue. Sauf qu'ici, ce n'est pas le cas. Sur un roman de 250 pages, il doit y avoir 50 pages ou l'histoire se met sur pause pour que la narration nous explique directement les mécanismes sociaux mis en cause. Je me préparais même à mettre une note plus basse jusqu'à ce que j'arrive à la finale qui, sans rien vendre, est très intéressante/satisfaisante. * Pour ma critique du Nom du Monde est Forêt : https://www.babelio.com/livres/Le-Guin-Cycle-de-lEkumen--Le-nom-du-monde-est-foret/93029Le Dit d'Aka est le dernier roman de Le Guin du Cycle de l'Ekumen. Comme la plupart des autres, on y suit une Observatrice (une espèce d'anthropologue/diplomate) qui tentent d'étudier et de comprendre le fonctionnement social d'une planète. Dans celui-ci, on y suit Sutty, Cette dernière vient de la Terre où elle a grandit dans une théocratie qui s'est écroulé assez tôt pour qu'elle puisse devenir Observatrice. Elle est envoyée pour étudier Aka, une planète dirigée par un gouvernement corporatiste qui souhaite rejoindre l'Ekumen, et est la première Observatrice à obtenir l'autorisation de sortir de la Capitale pour étudier les populations. Le roman a été écrit pendant l'apogée du mouvement altermondialiste et cela paraît dans les thématiques. Ce que Sutty comprends de l'histoire de la planète, c'est que quand l'Ekumen est arrivé sur Aka, les élites de la sociétés étaient plutôt réticent à s'ouvrir au reste de la galaxie. Puis, voyant les progrès et les profits que les relations avec l'Ekumen pouvaient amener, les élites économiques et intellectuelles ont pris le pouvoir pour instaurer le gouvernement corporatiste. Pour que personne ne s'oppose à l'avancement de la science, les élites traditionnelles sont "rééduquée". Mais les mœurs même sont trop conservatrices. Les livres sont interdits....
    Lire la suite
    En lire moins
  • Myriam3 30/10/2021
    Première lecture de celle qui est considérée comme l'une des plus importantes auteures de science-fiction et pas la dernière (ne serait-ce que parce que je dois encore lire Le Nom de la Forêt, deuxième roman de ce recueil). Difficile de qualifier exactement le Dit d'Aka dans le genre de la science-fiction: ce n'est ni une dystopie, ni une utopie ou une uchronie; j'appellerais ça plutôt un "essai anthropologique fictif sur les civilisations galactiques de l'Ekumen". L'Ekumen est cette ensemble de galaxies créées par les Hainiens, les premiers à avoir réussi à faire des voyages intergalactiques. Leur volonté était de rapprocher les planètes et leurs civilisations dans une volonté d'ouverture et d'échanges. La toute dernière civilisation découverte, Aka, n'a pas évolué depuis des millénaires. En réaction de sa "colonisation", elle s'est vue par une partie de son peuple représentée par la Corporation, bannir toute cette culture ancienne pour intégrer celles des civilisations plus "avancées". Sutty, terrienne indou-canadienne, est envoyée à Aka pour tenter de sauver les derniers textes écrits du Dit avant que cette ancienne culture ne disparaisse à tout jamais. Sutty a elle-même vécu l'oppression des fondamentalistes sur Terre dans son enfance et est à même de comprendre les dangers que représente cette élimination de masse et ces programmes de "rééducation" que subissent ceux qui oralisent clandestinement le Dit. La lecture n'est pas toujours aisée car ce roman fait partie du Cycle de l'Ekumen, et j'ai mis du temps à rassembler toutes les données de ce monde; Heureusement, la postface de Gérard Klein m'a éclairé sur ce point-là. De même, ça reste une lecture lente et exigeante mais que j'ai beaucoup apprécié au final pour le point de vue, complexe, adopté. Pour l'instant, je préfère attendre de lire d'autres romans du cycle ou ses oeuvres plus importantes pour appréhender au mieux la philosophie d'Ursula Le Guin, dont l'écriture est d'ailleurs fine et subtile. Première lecture de celle qui est considérée comme l'une des plus importantes auteures de science-fiction et pas la dernière (ne serait-ce que parce que je dois encore lire Le Nom de la Forêt, deuxième roman de ce recueil). Difficile de qualifier exactement le Dit d'Aka dans le genre de la science-fiction: ce n'est ni une dystopie, ni une utopie ou une uchronie; j'appellerais ça plutôt un "essai anthropologique fictif sur les civilisations galactiques de l'Ekumen". L'Ekumen est cette ensemble de galaxies créées par les Hainiens, les premiers à avoir réussi à faire des voyages intergalactiques. Leur volonté était de rapprocher les planètes et leurs civilisations dans une volonté d'ouverture et d'échanges. La toute dernière civilisation découverte, Aka, n'a pas évolué depuis des millénaires. En réaction de sa "colonisation", elle s'est vue par une partie de son peuple représentée par la Corporation, bannir toute cette culture ancienne pour intégrer celles des civilisations plus "avancées". Sutty, terrienne indou-canadienne, est envoyée à Aka pour tenter de sauver les derniers textes écrits du Dit avant que cette ancienne culture ne disparaisse à tout jamais. Sutty a elle-même vécu l'oppression des fondamentalistes sur Terre dans son enfance et est à même de comprendre les dangers que représente...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Crazynath 12/09/2017
    Il y a quelques temps déjà, j'avais lu " La main gauche de la nuit" de Ursula Le Guin avec mon amie Siabelle. Bien qu'aimant beaucoup cet auteur, cette lecture fut bien plus ardue que je ne le pensais.... Par réaction, je pense avoir mis plus de temps que prévu pour me remettre à lire un livre de dame Ursula. Avec "Le dit d'Aka", voici chose faite. J'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume pleine de poésie de cette grande dame de la science-fiction. Cette fois ci, l'immersion dans ce nouveau monde s'est faite avec plus de facilité que le livre précédent du cycle de l'Ekumen. Nous nous retrouvons sur une planète, Aka, en pleine expansion scientiste . Cette expansion a cependant des conséquences assez néfastes sur la culture car le passé et les traditions sont bannis et on n'hésite pas à bruler les livres qui risquent d’être vecteurs de cette histoire. Une jeune observatrice de l'ekumen, Sutty, d'origine terrienne ne peut s’empêcher de faire le lien avec sa propre histoire fort douloureuse. Elle a vécu sur Terre au moment où les Unistes ( des religieux) ont supprimé tout ce qui était scientifique avec la aussi des massacres de livres. Cela n'a pas été sans me rappeler le livre de Bradbury, " Fahrenheit 451" ... J'ai beaucoup aimé le personnage de Sutty, qui s'aventure bien loin de sa résidence plus ou moins assignée à la recherche de la culture cachée de cette planète... Une tres belle histoire, que j'ai lue avec beaucoup de plaisir avant de m'attaquer à " Le nom du monde est foret " Challenge Pool Anderson / Ursula Le GuinIl y a quelques temps déjà, j'avais lu " La main gauche de la nuit" de Ursula Le Guin avec mon amie Siabelle. Bien qu'aimant beaucoup cet auteur, cette lecture fut bien plus ardue que je ne le pensais.... Par réaction, je pense avoir mis plus de temps que prévu pour me remettre à lire un livre de dame Ursula. Avec "Le dit d'Aka", voici chose faite. J'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume pleine de poésie de cette grande dame de la science-fiction. Cette fois ci, l'immersion dans ce nouveau monde s'est faite avec plus de facilité que le livre précédent du cycle de l'Ekumen. Nous nous retrouvons sur une planète, Aka, en pleine expansion scientiste . Cette expansion a cependant des conséquences assez néfastes sur la culture car le passé et les traditions sont bannis et on n'hésite pas à bruler les livres qui risquent d’être vecteurs de cette histoire. Une jeune observatrice de l'ekumen, Sutty, d'origine terrienne ne peut s’empêcher de faire le lien avec sa propre histoire fort douloureuse. Elle a vécu sur Terre au moment où les Unistes ( des religieux) ont supprimé tout ce qui était scientifique avec la aussi des massacres de livres. Cela n'a pas...
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.