Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707185815
Code sériel : 425
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 296
Format : 125 x 190 mm

Beauté fatale

Les nouveaux visages d'une aliénation féminine

Date de parution : 23/04/2015
Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées,... Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté » travaillent à maintenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au cœur de la sphère culturelle.
Sous le prétendu culte de la beauté prospère une haine de soi et de son corps, entretenue par le matraquage de normes inatteignables. Un processus d’auto-dévalorisation qui alimente une anxiété constante au sujet du physique en même temps qu’il condamne les femmes à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, les enfermant dans un état de subordination permanente. En ce sens, la question du corps constitue bien la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans, de la lutte contre les violences à celle contre les inégalités au travail.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707185815
Code sériel : 425
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 296
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

Ce qu'avait révélé l'affaire DSK, au-delà de la vie privée d'un homme public, c'était une France dont le pouvoir économique, médiatique et politique appartient encore trop exclusivement aux hommes. Quarante ans après la vague féministe, les femmes se retrouveraient plus que jamais soumises à une injonction à la séduction qui les enferme insidieusement dans les rôles d'objets auxquels elles avaient tenté d'échapper. C'est la thèse que développe Chollet dans Beauté fatale. Injonctions à être jeune, mince, belle, bien habillée, parfumée, sexy, assenées cette fois par le capitalisme via la presse et leurs étendards, les actrices et les mannequins, qui enferment les femmes dans un monde miniature (les vêtements, le maquillage, la décoration) limité à leur personne. "Aux hommes l'abstraction, la pensée, le regard, les affaires publiques, le monde extérieur ; aux femmes le corps, la parure, l'incarnation, le rôle d'objets de regards et de fantasmes, l'espace privé, l'intimité."
 
Nelly Kaprièlian / Les Inrocks

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Flo76300 Posté le 31 Mai 2021
    Un livre très intéressant sur le culte de la beauté. Je l’ai pris en audio et encore une fois, j’ai eu un peu de mal avec la voix de la narratrice, mais je pense que c’est parce que j’écoute beaucoup de livre audio en ce moment et donc je sature un peu. Je pense que je vais faire une pause dans les livres audio pour quelque temps. En tout cas c’est très intéressant comme sujet, avec des témoignages qui font vraiment réfléchir.
  • memoiresdelivres Posté le 30 Mai 2021
    Dans cet essai, Mona Chollet tente de déconstruire un modèle féminin stéréotypé. Elle dépeint une femme cloisonnée entre le pouvoir marketing de la publicité et une société de consommation propageant un idéal de minceur et de beauté. Même dans la plus anodine des séries télévisées, la femme est assaillie par cette image d’une beauté blonde, placide et fine. Mona Chollet use de toutes les illustrations : série-télévisées, stars d’Hollywood, publicités, défilés de mode, enquêtes sociologiques pour démontrer la force de ce modèle féminin. Elle révèle également comment ces mécanismes aboutissent parfois à une dévalorisation grandissante de l’image de soi. Mona Chollet, avec un certain mordant, questionne le lecteur sur les dérives d’une société capitaliste et patriarcale. Entre révoltes et questionnements féministes, cet essai documenté ouvre de belles pistes de réflexion !
  • Livresovore Posté le 1 Mai 2021
    J’avais “peur” de lire ce livre pour son côté “essai” et de tomber sur un texte avec des concepts abstraits. J’ai lu peu d’essais féministes mais celui-ci est vraiment très abordable tant par la plume de Mona Chollet que par les concepts évoqués. La force de ce livre est évidente : démontrer, à coups de nombreux exemples, une partie de ce que la société patriarcale a engendré sur la place de la femme et de sur l’appropriation de son corps par autrui. Les habitudes sont tellement ancrées qu’on les trouve parfois “évidentes” alors qu’elles ne le devraient pas ! Ce livre m’a fait l’effet d’un jet glacé dans le dos tant il est tristement réaliste (j’ai d’ailleurs complété cette lecture en faisant des rapprochements avec certains épisodes du podcast Les Couilles sur la table, je peux vous dire que ça calme). Les femmes n’ont pas conscience d’être des objets : ici, on creuse le terme d’égalité sur les corps. Pourquoi le corps de la femme doit être désirable et se plier à la bonne volonté des hommes ? Comment faire pour envoyer valser ces injonctions qui créent de vrais problèmes et des maladies réelles ? C’est un livre que je recommande à tout... J’avais “peur” de lire ce livre pour son côté “essai” et de tomber sur un texte avec des concepts abstraits. J’ai lu peu d’essais féministes mais celui-ci est vraiment très abordable tant par la plume de Mona Chollet que par les concepts évoqués. La force de ce livre est évidente : démontrer, à coups de nombreux exemples, une partie de ce que la société patriarcale a engendré sur la place de la femme et de sur l’appropriation de son corps par autrui. Les habitudes sont tellement ancrées qu’on les trouve parfois “évidentes” alors qu’elles ne le devraient pas ! Ce livre m’a fait l’effet d’un jet glacé dans le dos tant il est tristement réaliste (j’ai d’ailleurs complété cette lecture en faisant des rapprochements avec certains épisodes du podcast Les Couilles sur la table, je peux vous dire que ça calme). Les femmes n’ont pas conscience d’être des objets : ici, on creuse le terme d’égalité sur les corps. Pourquoi le corps de la femme doit être désirable et se plier à la bonne volonté des hommes ? Comment faire pour envoyer valser ces injonctions qui créent de vrais problèmes et des maladies réelles ? C’est un livre que je recommande à tout le monde et qui me conforte dans l’idée que j’ai bien fait d’acheter deux autres livres de cette autrice pour approfondir mes connaissances !
    Lire la suite
    En lire moins
  • solae Posté le 1 Mai 2021
    Découvrir Mona Chollet c'est se prendre une claque en pleine figure. Une claque des plus bienvenues car intelligente, jamais je n'avais lu de livres aussi brillant, aussi véridique et si solidement étudié que Beauté Fatale ! La mode, la beauté et tout ce qui va avec ne m'ont jamais attiré, je n'ai jamais compris l'intérêt de lire la presse féminine où les pubs sont plus présentes que les contenus et où on a l'impression de voir des vitrines artificielles sensées renvoyer un miroir "véridique" des femmes (!!) alors lire Mona Chollet m'a fait prendre conscience que j'avais eu de la chance de passer à coté de tout ça jusqu'à présent. Mais de là à dire que, comme toutes les femmes que nous sommes, je ne me suis jamais triturée les méninges pendant des années pour savoir m'habiller, me maquiller, me coiffer et être toujours "sophistiquée" même pour aller faire les courses serait mentir. Et en lisant Beauté Fatale, j'ai pris conscience de la terrible vérité qui nous est dédiée, à nous les femmes, de devoir être parfaite en toute occasion ! Forte de ne plus être cantonnée à faire le ménage et s'occuper des enfants uniquement, le monde du travail nous a... Découvrir Mona Chollet c'est se prendre une claque en pleine figure. Une claque des plus bienvenues car intelligente, jamais je n'avais lu de livres aussi brillant, aussi véridique et si solidement étudié que Beauté Fatale ! La mode, la beauté et tout ce qui va avec ne m'ont jamais attiré, je n'ai jamais compris l'intérêt de lire la presse féminine où les pubs sont plus présentes que les contenus et où on a l'impression de voir des vitrines artificielles sensées renvoyer un miroir "véridique" des femmes (!!) alors lire Mona Chollet m'a fait prendre conscience que j'avais eu de la chance de passer à coté de tout ça jusqu'à présent. Mais de là à dire que, comme toutes les femmes que nous sommes, je ne me suis jamais triturée les méninges pendant des années pour savoir m'habiller, me maquiller, me coiffer et être toujours "sophistiquée" même pour aller faire les courses serait mentir. Et en lisant Beauté Fatale, j'ai pris conscience de la terrible vérité qui nous est dédiée, à nous les femmes, de devoir être parfaite en toute occasion ! Forte de ne plus être cantonnée à faire le ménage et s'occuper des enfants uniquement, le monde du travail nous a été ouvert mais à quel prix.... Celui d'ajouter encore plus de responsabilités, de devoirs pour rester parfaite dans tous les domaines où nous nous réalisons... Pourquoi ? Parce que la femme reste encore une espèce d'objet qui fait fantasmer autant qu'il fait peur à la gente masculine, tout du moins, la soi-disante gente "bien-pensante" masculine de notre société. Celle qui soumet la femme à ses désirs, ses travers mais qui veut surtout la maintenir dans une position sulbalterne, transparente "sois belle et tais-toi".... surtout "tais-toi!" et en ajoutant évidemment "sois belle, mince, jeune avant tout et tais-toi !" Mona Chollet nous fait part de manière brillante de ses réflexions, de ses questionnements sur cette beauté entretenue par le monde de la presse, par le monde artistique sans oublier celui de la mode et de la beauté qui créent des injonctions de toutes pièces pour "remplir" un vide semble-t-il dans l'esprit des femmes. Un vide dont on ne sait d'où il tire ses sources tant réduire la femme à une coquille vide incapable de raisonner, de penser, d'être intellectuellement capable tend à dire que nous ne sommes que des "sous-êtres" littéralement vides de conscience. C'est vertigineux de voir à quel point l'avènement des influenceuses, des blogueuses modes, beauté sont devenues des stars au même titre que les actrices, mannequins d'antan dont le but existentiel est de vider son porte-monnaie pour se constituer un univers uniquement fait de strass, de paillettes mais sans aucune conscience morale (?!!) Inquiétant quand on découvre la tendance mondiale à vouloir ressembler à un idéal de femme : celui de la femme blanche surtout et avant tout, les cheveux lisses, les yeux bleus si possible ! On blanchit sa peau, on étire ses paupières, on se botox, on défrise ses cheveux, on voit plus souvent le chirurgien esthétique que le généraliste, on dépense son salaire pour avoir la sensation d'être dans le "vrai". Mais le vrai de quoi ? Cet ouvrage est profondément déboussolant car qu'on se sente plus ou moins concerné par le monde de la beauté, de la mode, on se rend compte que peu importe qui nous sommes, quel métier nous exerçons ou dans quelle sphère nous évoluons, la pression faite aux femmes est tellement insidieuse, pernicieuse qu'elle est devenue un "mode de réflexion" à part entière. Mais il ne tient qu'à nous de ne plus vouloir jouer à ce jeu des apparences, des apparats et refuser de continuer cette mascarade qui, loin de nous rendre service, nous dessert intellectuellement parlant et fait de nous des êtres vides de sens.... La femme n'est ni un objet, ni une coquille vide ! Et de poursuivre ma lecture de "déconstruction" en découvrant Sorcières, la puissance invaincue des femmes !
    Lire la suite
    En lire moins
  • paolinna Posté le 1 Mai 2021
    Après avoir entendu parler de cet ouvrage à plusieurs reprises, je me suis enfin attaquée à ce classique de la littérature féministe ! Un essai très intéressant qui, malgré sa publication il y a bientôt 10 ans, reste toujours d'actualité. Avec Beauté fatale, Mona Chollet revient sur la question du corps et de la beauté dans notre société, et sur comment celle-ci affecte la vie des femmes. Au travers d'exemples très concrets, elle met en lumière la façon dont les médias et le marketing se sont appropriés la « culture féminine », enfermant ainsi les femmes dans des stéréotypes des plus sexistes. Dès le plus jeune âge, nous sommes matrixées par toutes les images qu'on nous diffuse à la télé, dans les magazines et sur internet. On nous demande de ressembler à un idéal inatteignable : être belle, mince, désirable, bien apprêtée en toutes circonstances. Féminine, mais pas trop non plus (il ne faudrait pas passer pour vulgaire...). On ne nous montre qu'une façon d'être belle : à la façon des mannequins et des célébrités. Problème ? Nous n'avons pas tous les moyens de ressembler à Blake Lively ! Il n'est donc pas étonnant qu'on finisse par développer... Après avoir entendu parler de cet ouvrage à plusieurs reprises, je me suis enfin attaquée à ce classique de la littérature féministe ! Un essai très intéressant qui, malgré sa publication il y a bientôt 10 ans, reste toujours d'actualité. Avec Beauté fatale, Mona Chollet revient sur la question du corps et de la beauté dans notre société, et sur comment celle-ci affecte la vie des femmes. Au travers d'exemples très concrets, elle met en lumière la façon dont les médias et le marketing se sont appropriés la « culture féminine », enfermant ainsi les femmes dans des stéréotypes des plus sexistes. Dès le plus jeune âge, nous sommes matrixées par toutes les images qu'on nous diffuse à la télé, dans les magazines et sur internet. On nous demande de ressembler à un idéal inatteignable : être belle, mince, désirable, bien apprêtée en toutes circonstances. Féminine, mais pas trop non plus (il ne faudrait pas passer pour vulgaire...). On ne nous montre qu'une façon d'être belle : à la façon des mannequins et des célébrités. Problème ? Nous n'avons pas tous les moyens de ressembler à Blake Lively ! Il n'est donc pas étonnant qu'on finisse par développer des complexes, voire une haine envers notre propre corps. La triste réalité, c'est que l'on nous apprend toujours à quoi ressembler avant de qui être. Les femmes sont sans cesse valorisées pour leur physique avant leur intelligence ou leur talent. Nous sommes toujours objet avant d'être sujet. Il y a d'ailleurs un passage qui m'a particulièrement choqué à propos de la valorisation malsaine des jeunes filles dans le mannequinat. Dans ce milieu, on brandit des femmes ultra minces, filiformes, sans poils, parce qu'on aime l'image de la femme innocente, crédule, et donc facilement malléable. On s'approprie les corps comme ci l'être n'existait pas. Pour faire simple : sois belle et tais-toi. En s'attaquant à des sujets comme le culte de la minceur, l'obsession de la jeunesse éternelle, la surreprésentation et survalorisation des femmes blanches, l'objectification de la femme, ou encore au sexisme ordinaire, Mona Chollet nous offre une lecture piquante des ravages que peut engendrer le complexe mode-beauté. Et même si certains passages peuvent paraître désuets, ou pas suffisamment approfondis, il y a quand même dans ce livre grande matière à réflexion.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !