RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Beauté fatale

            La Découverte
            EAN : 9782707185815
            Code sériel : 425
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 296
            Format : 125 x 190 mm
            Beauté fatale
            Les nouveaux visages d'une aliénation féminine

            Date de parution : 23/04/2015

            Comment les industries du « complexe mode-beauté » travaillent aujourd’hui à entretenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au cœur de la sphère culturelle. Le corps féminin est sommé de devenir un produit, de se perfectionner pour mieux se vendre.

            Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées,... Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté » travaillent à maintenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au coeur de la sphère culturelle.
            Sous le prétendu culte de la beauté prospère une haine de soi et de son corps, entretenue par le matraquage de normes inatteignables. Un processus d’autodévalorisation qui alimente une anxiété constante au sujet du physique en même temps qu’il condamne les femmes à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, les enfermant dans un état de subordination permanente. En ce sens, la question du corps pourrait bien constituer la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans, de la lutte contre les violences à celle contre les inégalités au travail.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782707185815
            Code sériel : 425
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 296
            Format : 125 x 190 mm
            La Découverte
            10.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Ce qu'avait révélé l'affaire DSK, au-delà de la vie privée d'un homme public, c'était une France dont le pouvoir économique, médiatique et politique appartient encore trop exclusivement aux hommes. Quarante ans après la vague féministe, les femmes se retrouveraient plus que jamais soumises à une injonction à la séduction qui les enferme insidieusement dans les rôles d'objets auxquels elles avaient tenté d'échapper. C'est la thèse que développe Chollet dans Beauté fatale. Injonctions à être jeune, mince, belle, bien habillée, parfumée, sexy, assenées cette fois par le capitalisme via la presse et leurs étendards, les actrices et les mannequins, qui enferment les femmes dans un monde miniature (les vêtements, le maquillage, la décoration) limité à leur personne. "Aux hommes l'abstraction, la pensée, le regard, les affaires publiques, le monde extérieur ; aux femmes le corps, la parure, l'incarnation, le rôle d'objets de regards et de fantasmes, l'espace privé, l'intimité."
             
            Nelly Kaprièlian / Les Inrocks
            Lisez Mona Chollet ! Dans Beauté fatale, les nouveaux visages d'une aliénation féminine, la journaliste et essayiste s'attaque à la question de l'aliénation des femmes par la culture de masse (séries télé, blogs de beauté, tyrannie du look, régimes minceur...). Et ça soulage ! Car il faut mesurer les ravages de cette injonction permanente à la féminité. Non contente de nous faire endosser des rôles sexués archaïques, elle entretient aussi, selon l'essayiste, « la logique sexiste au cœur de la sphère culturelle ». Autrement dit, on ne naît pas quiche, on le devient. Encore faut-il en prendre conscience. Mona Chollet reconnaît que c'est difficile : « Sans qu'on y prenne garde, notre vision de la féminité se réduit de plus en plus à une poignée de clichés mièvres et conformistes. » Sans compter que l'industrie de la mode, de la beauté et de la pub, dont le progressisme n'est pas la première des caractéristiques, contamine de plus en plus la sphère culturelle. C'est le propos de ce livre remarquablement documenté et écrit d'une plume vive et parfois révoltée.
             
            Johanna Luyssen / Causette
            « La question du corps pourrait bien constituer (…) la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans. » Mona Chollet interroge dans Beauté fatale la réception d’une culture de masse – feuilletons, magazines, etc. – qui façonne les imaginaires et informe les corps. Entre injonction de perfection et digestion de l’information, elle pointe les ravages des représentations de la « féminité ». Lesquelles poussent à devenir si mince qu’on finit par disparaître, estime par exemple l’auteure, prenant le contrepied des explications psychologiques de l’anorexie. Un ouvrage à dévorer avec appétit pour en finir avec la négation de soi.



             
             
             
             
             
            Marion Rousset / Regards

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • clairesalander Posté le 7 Décembre 2018
              Un essai facile à lire et très éclairant sur les injonctions de beauté et de jeunesse faites aux femmes. L'autrice analyse, entre domination masculine et ultra capitalisme, comment les femmes sont bombardées d'injonctions à la minceur, la beauté, la jeunesse. Via les magazines féminins, les séries, les films, les pubs, une femme n'existe en Patriarchy que si elle est désirable selon les standards de beauté en vigueur. Ce qui entraîne nombre de complexes, de problèmes alimentaires et psychologiques ; il est fort difficile de se défaire de ce conditionnement, sous peine de "mort sociale". Eclairant, il nous fait nous rendre compte de toutes ces pressions, et nous donne des pistes pour nous en défaire.
            • Bill Posté le 22 Novembre 2018
              Dans cet essai, Mona Chollet nous raconte l'asservissement volontaire des femmes soumises aux diktats de la mode, des représentations sociales et autres cultes de la minceur / maigreur. Elle évoque ces soutien-gorge rembourrés pour fillettes, ces concours de mini miss perçus comme la clé qui les aidera - lus tard - à décrocher un job car elle connaîtront tous les codes , ces tournages en plein désert, sans qu'aucun point de restauration ne soit prévu : pas grave : personne ne mange !  ....  Au travers de l'étude de magazines : Marie-Claire, Elle, Vogue, Mona Chollet décortique les relations entretenues par la presse féminine avec le complexe des industries du luxe et des cosmétiques. Elle analyse l'emprise insidieuse que cette presse exerce sur son lectorat avec la complicité de journalistes prescriptrices et lanceuses de tendances. Edifiant !  Je me suis amusée à lire que Karl Lagerfeld avait été débouté par la Justice alors qu'il s'était estimé floué par HM qui avait osé décliner dans toutes les tailles la collection de vêtements qu'il avait dessinée pour ce distributeur !  Suite à cette lecture, je me demande si les magazines de mode (composés à plus de 60 % de pages de pub) ne devraient pas être diffusés qu'auprès... Dans cet essai, Mona Chollet nous raconte l'asservissement volontaire des femmes soumises aux diktats de la mode, des représentations sociales et autres cultes de la minceur / maigreur. Elle évoque ces soutien-gorge rembourrés pour fillettes, ces concours de mini miss perçus comme la clé qui les aidera - lus tard - à décrocher un job car elle connaîtront tous les codes , ces tournages en plein désert, sans qu'aucun point de restauration ne soit prévu : pas grave : personne ne mange !  ....  Au travers de l'étude de magazines : Marie-Claire, Elle, Vogue, Mona Chollet décortique les relations entretenues par la presse féminine avec le complexe des industries du luxe et des cosmétiques. Elle analyse l'emprise insidieuse que cette presse exerce sur son lectorat avec la complicité de journalistes prescriptrices et lanceuses de tendances. Edifiant !  Je me suis amusée à lire que Karl Lagerfeld avait été débouté par la Justice alors qu'il s'était estimé floué par HM qui avait osé décliner dans toutes les tailles la collection de vêtements qu'il avait dessinée pour ce distributeur !  Suite à cette lecture, je me demande si les magazines de mode (composés à plus de 60 % de pages de pub) ne devraient pas être diffusés qu'auprès de publics avertis qui ne s'endetteront pas pour un parfum, une crème de perlinpinpin, un sac - un it-bag - ou des vêtements ... et pour quoi pas les doter d'une couverture unie et banalisée portant la mention "peut nuire gravement à la santé (et à vos comptes bancaires)" .. .  
              Lire la suite
              En lire moins
            • lemillefeuilles Posté le 29 Octobre 2018
              Dans cet ouvrage, Mona Chollet s'attaque aux injonctions qui pèsent lourdement sur les épaules des femmes pour qu'elles soient belles et féminines, et qui sont amenés par les discours de la mode, du mannequinat, du cinéma et de la presse (notamment celle intitulée "presse féminine"). Sur près de 300 pages, l'autrice décrypte les différentes injonctions (il faut être mince, blanche, jeune, idéalement blonde, parfaitement épilée, toujours bien apprêtée et maquillée, etc.) auxquelles les femmes Occidentales doivent faire face (et se plier). Pour parvenir à cet idéal de beauté, il faut consommer, toujours plus. Bien qu'ayant l'impression d'être plutôt "avancée" dans mes réflexions autour du féminisme (je lis des articles et livres sur le sujet depuis plusieurs années maintenant), l'essayiste a pu m'apprendre des choses ou pousser plus loin certaines de mes idées (par exemple, je n'avais jusque-là pas vraiment pensé à ce que les femmes devenues stars pouvaient vivre), et les chapitres sur les critères de beauté blanc, sur l'anorexie et la chirurgie ont été particulièrement instructifs pour moi. C'est avec beaucoup de colère que j'ai refermé ce livre. Mona Chollet ne mâche pas ses mots - je la trouve même parfois très virulente envers d'autres femmes - et dépeint... Dans cet ouvrage, Mona Chollet s'attaque aux injonctions qui pèsent lourdement sur les épaules des femmes pour qu'elles soient belles et féminines, et qui sont amenés par les discours de la mode, du mannequinat, du cinéma et de la presse (notamment celle intitulée "presse féminine"). Sur près de 300 pages, l'autrice décrypte les différentes injonctions (il faut être mince, blanche, jeune, idéalement blonde, parfaitement épilée, toujours bien apprêtée et maquillée, etc.) auxquelles les femmes Occidentales doivent faire face (et se plier). Pour parvenir à cet idéal de beauté, il faut consommer, toujours plus. Bien qu'ayant l'impression d'être plutôt "avancée" dans mes réflexions autour du féminisme (je lis des articles et livres sur le sujet depuis plusieurs années maintenant), l'essayiste a pu m'apprendre des choses ou pousser plus loin certaines de mes idées (par exemple, je n'avais jusque-là pas vraiment pensé à ce que les femmes devenues stars pouvaient vivre), et les chapitres sur les critères de beauté blanc, sur l'anorexie et la chirurgie ont été particulièrement instructifs pour moi. C'est avec beaucoup de colère que j'ai refermé ce livre. Mona Chollet ne mâche pas ses mots - je la trouve même parfois très virulente envers d'autres femmes - et dépeint un tableau très sombre mais réaliste. Il est grand temps que les choses changent, et, même s'il est compliqué de déconstruire ce que la société nous a fait intégrer, Beauté fatale va sans aucun doute m'aider dans cette démarche. Un livre glaçant, révoltant, mais indispensable !
              Lire la suite
              En lire moins
            • eprisedeparoles Posté le 27 Octobre 2018
              Mona Chollet dresse avec acuité un panorama des injonctions culturelles que subit le genre féminin : telles des sentences, les preuves pleuvent, le bilan est lourd et inacceptable. L’auteure, audacieuse, développe ses propres théories féministes, étayées par de nombreuses références : si les filles et femmes sont de véritables objets de consommation, l’essayiste tente de mettre en branle la tactique aliénante de la société qu’elles ont malgré elles intégré depuis leur plus jeune âge. En dépit de quelques remarques cyniques et médisantes qui m’ont tantôt amusée, tantôt troublée et qui font parfois perdre au discours de sa force, cet ouvrage, accessible à tous·tes, est sans conteste nécessaire et révoltant.
            • MuseaUranie Posté le 16 Août 2018
              Mona Cholet prend les armes et ce qu'elle va dire va être violent, très. Exit la délicatesse et les pincettes, le propos va être dure et la réalité va vous être mise en pleine face. L'auteure démonte le milieu de l'esthétique où le paraître est roi et va s'effriter pour révéler autre chose que les paillettes, le glamour et la satisfaction d'un corps parfait. Vous êtes prévenu, Beauté fatale est un essai qui ne va pas prendre par la main son lecteur, mais bien le bousculer pour que son esprit devienne enfin critique et voit différemment un milieu qu'il idolâtré peut-être. Beauté fatale propose de décortiquer la société actuelle à travers le monde de l'esthétisme, via une dénomination large englobant le culte de la minceur, du corps parfait, mais surtout de la femme parfaite. Utilisant les magazines féminins (une abomination personnellement), la culture cinématographique / tv ou encore la publicité pour ne citer que ces points-là, et le moins qu'on puisse dire, c'est que le milieu est bourré de stratagème pour nous embobiner le cerveau et nous maintenir dans un état proche de l’obsession. C'est durant la lecture des chapitres qu'on se rend compte que finalement, l'époque qu'on pensait s'ouvrir aux... Mona Cholet prend les armes et ce qu'elle va dire va être violent, très. Exit la délicatesse et les pincettes, le propos va être dure et la réalité va vous être mise en pleine face. L'auteure démonte le milieu de l'esthétique où le paraître est roi et va s'effriter pour révéler autre chose que les paillettes, le glamour et la satisfaction d'un corps parfait. Vous êtes prévenu, Beauté fatale est un essai qui ne va pas prendre par la main son lecteur, mais bien le bousculer pour que son esprit devienne enfin critique et voit différemment un milieu qu'il idolâtré peut-être. Beauté fatale propose de décortiquer la société actuelle à travers le monde de l'esthétisme, via une dénomination large englobant le culte de la minceur, du corps parfait, mais surtout de la femme parfaite. Utilisant les magazines féminins (une abomination personnellement), la culture cinématographique / tv ou encore la publicité pour ne citer que ces points-là, et le moins qu'on puisse dire, c'est que le milieu est bourré de stratagème pour nous embobiner le cerveau et nous maintenir dans un état proche de l’obsession. C'est durant la lecture des chapitres qu'on se rend compte que finalement, l'époque qu'on pensait s'ouvrir aux femmes et ne plus les voir comme des clichés sur patte digne des années 50 n'est pas forcément là. Douche froide. On a jamais autant sexualisé les femmes qu'à l'époque actuelle et catégorisé un sexe. L'esthétisme régi et doit régir la vie d'une femme actuelle. Même si le livre est assez court ou en tout cas d'une longueur moyenne, j'ai préféré prendre mon temps. En effet, il y a tellement de notions et d'extrait d'écrits qu'il est vivement conseillé de prendre le temps, de plus, le propos n'est pas forcément très abordable mais vraiment très intéressant. Il faut dire que l'auteure explique son propos avec un humour bien personnelle que j'ai adoré. J'attends avec impatience le second livre de l'auteure sur la condition féminine : Sorcière, qui sortira en octobre 2018. Conclusion, un essai percutant, coup de point même, qui fait ouvrir les yeux sur une condition féminine toujours plus discutable même dans notre monde occidental de sur-consommation. Un livre à lire et à conseiller autour de soi dont l'humour ajoutera une touche de piquant ! 
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
            Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !