Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707185815
Code sériel : 425
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 296
Format : 125 x 190 mm

Beauté fatale

Les nouveaux visages d'une aliénation féminine

Date de parution : 23/04/2015
Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées,... Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté » travaillent à maintenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au cœur de la sphère culturelle.
Sous le prétendu culte de la beauté prospère une haine de soi et de son corps, entretenue par le matraquage de normes inatteignables. Un processus d’auto-dévalorisation qui alimente une anxiété constante au sujet du physique en même temps qu’il condamne les femmes à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, les enfermant dans un état de subordination permanente. En ce sens, la question du corps constitue bien la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans, de la lutte contre les violences à celle contre les inégalités au travail.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707185815
Code sériel : 425
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 296
Format : 125 x 190 mm
La Découverte

Ils en parlent

Ce qu'avait révélé l'affaire DSK, au-delà de la vie privée d'un homme public, c'était une France dont le pouvoir économique, médiatique et politique appartient encore trop exclusivement aux hommes. Quarante ans après la vague féministe, les femmes se retrouveraient plus que jamais soumises à une injonction à la séduction qui les enferme insidieusement dans les rôles d'objets auxquels elles avaient tenté d'échapper. C'est la thèse que développe Chollet dans Beauté fatale. Injonctions à être jeune, mince, belle, bien habillée, parfumée, sexy, assenées cette fois par le capitalisme via la presse et leurs étendards, les actrices et les mannequins, qui enferment les femmes dans un monde miniature (les vêtements, le maquillage, la décoration) limité à leur personne. "Aux hommes l'abstraction, la pensée, le regard, les affaires publiques, le monde extérieur ; aux femmes le corps, la parure, l'incarnation, le rôle d'objets de regards et de fantasmes, l'espace privé, l'intimité."
 
Nelly Kaprièlian / Les Inrocks

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Taramacha Posté le 16 Août 2020
    Dans cette période post Me too et de revendications féministes, j'ai eu envie de lire cet essai. J'y ai appris beaucoup, et il a été source de réflexions. Ce que j'en ai retenu, c'est l'incapacité pour la plupart des femmes de s'affirmer et de poser leurs limites. D'après moi, ce genre d'ouvrage devrait trouver sa place dans l'enseignement secondaire. Il est documenté, sujet à débat et ouvre les horizons sur des travaux d'universitaires américain(e)s. D'autre part il répond à un besoin exprimé par les adolescents. Je suis dès lors avide de lire le livre de Mona Chollet sur les sorcières.
  • Litteratureandco Posté le 22 Juin 2020
    Beauté fatale est un essai très intéressant et surtout très pertinent. Mona Chollet y décortique les magazines féminins, la publicité, le cinéma, les séries TV, les blogs beauté et le quotidien de mannequins afin de nous révéler ce que l'on sait déjà malgré tout: la Femme a une pression folle sur les épaules. Commençons tout d'abord par le culte de la minceur, toujours plus présent dans les magazines, malgré une vague de "body positivisme" qui soyons clairs ne met en avant qu'une certaine catégorie de femmes: à savoir, des femmes en chair avec des formes bien placées (des seins, des fesses et un ventre plat), bien loin de la réalité. L'auteure met également en exergue la banalisation de la chirurgie esthétique, aujourd'hui, nombreuses sont les jeunes filles qui y succombent comme on achèterait le dernier "it bag", les magazines rendent cet acte banal, frivole, sans jamais parler des conséquences encourues! En somme aujourd'hui rien ne règne plus que la société de consommation, des bloggueuses mode qui parlent du luxe comme étant à la portée de tous, de la publicité partout, même au cinéma, des produits pour rester jeune et jolie, pour être en forme, pour être telle que la société le souhaite.... Beauté fatale est un essai très intéressant et surtout très pertinent. Mona Chollet y décortique les magazines féminins, la publicité, le cinéma, les séries TV, les blogs beauté et le quotidien de mannequins afin de nous révéler ce que l'on sait déjà malgré tout: la Femme a une pression folle sur les épaules. Commençons tout d'abord par le culte de la minceur, toujours plus présent dans les magazines, malgré une vague de "body positivisme" qui soyons clairs ne met en avant qu'une certaine catégorie de femmes: à savoir, des femmes en chair avec des formes bien placées (des seins, des fesses et un ventre plat), bien loin de la réalité. L'auteure met également en exergue la banalisation de la chirurgie esthétique, aujourd'hui, nombreuses sont les jeunes filles qui y succombent comme on achèterait le dernier "it bag", les magazines rendent cet acte banal, frivole, sans jamais parler des conséquences encourues! En somme aujourd'hui rien ne règne plus que la société de consommation, des bloggueuses mode qui parlent du luxe comme étant à la portée de tous, de la publicité partout, même au cinéma, des produits pour rester jeune et jolie, pour être en forme, pour être telle que la société le souhaite. Et gare à qui s'y oppose! Le démontre les nombreux jugements sur les femmes portant le voile! Car oui, selon le modèle dans lequel on vit, la "vraie" femme doit porter une jupe, allez-y Monsieur, rincez-vous l'œil. Aussi, Mona Chollet évoque le modèle féminin omniprésent, et ce partout dans le monde: celui de la femme blanche. L'Oréal qui prône la diversité n'hésite pas à vendre des produits blanchissants aux populations noires. Déjà que cette marque me répugnait, voici la cerise sur le gâteau. En bref, cet essai est important, quand bien même certaines choses me semblent évidentes, nous ne sommes pas toutes dotées des mêmes canaux d'informations, et il est nécessaire que chacune prenne conscience de la société dans laquelle on vit, afin d'y faire face. Afin d'arrêter de jouer le jeu du patriarcat, et d'être enfin libre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mathildecotton38 Posté le 29 Mai 2020
    Troisième essai de Mona Chollet que je lis. Je comprends maintenant ce commentaire d'une lectrice, "Mona Chollet, présidente"! Dans Beauté fatale, elle analyse les injonctions à la beauté que les femmes subissent et tous les conditionnements exploités par le monde de la mode, des cosmétiques et du showbizz. Tout ça avec une volonté mercantile mais pas seulement, parce que derrière il y a une volonté de domination, d'aliénation et une peur, voire un dégoût de la femme qui pense. J'ai particulièrement trouvé intéressante son analyse du discours de quelques philosophes français sur la femme, BHL et Finkielkraut entre autres (ça ne fait pas envie), et du lien entre ce discours et leur critique de la place de la femme dans monde musulman. Bref, je l'adore ! J'apprécie beaucoup son humour.
  • Misscontemplative Posté le 15 Mai 2020
    Ce livre m'a fait comme une véritable claque sur la figure. Alors ok les exemples peuvent être extrêmes mais ils existent et il y a des raisons à cela, j'ai trouver la plume de l'auteur prenant et facile à lire. Après pour un sujet aussi vaste le livre reste cours et ce n'est qu'un essaie mais il n'en reste pas moins intéressant ;)
  • Allily Posté le 3 Mai 2020
    Covid 19, confinement et voilà qu’apparaissent des tweets et autres commentaires tournant en dérision le fait que les femmes, à l’issue de cette période sans salons de coiffures ou d’esthétique, allaient ressembler à Chewbacca. Humour, répondrons les auteurs de ces messages. Oui, probablement mais pourquoi une fois encore, alors que le monde a bien d’autres chats à fouetter, l’attention est portée sur les poils et autres brushings féminins ? Mona Chollet se penche dans ce brillant essai sur l’aliénation féminine liée à la beauté, à l’apparence. Elle ne s’offusque pas contre le désir que les femmes peuvent ressentir de se pomponner mais sanctionne lorsque les femmes sont réduites uniquement à cet aspect de leur vie. La journaliste étudie notamment le rôle de l’industrie mode-beauté qui nous bombarde de visions stéréotypées de ce qu’est la beauté : une femme jeune, mince, blanche et blonde. Elle étudie les mécanismes à l’œuvre et les hypocrisies courantes de marques qui prônent la diversité des femmes en Europe pour mieux vendre des produits blanchissants la peau dans d’autres parties du globe. Amoureux des sacs à main ? Le phénomène des it-bags est décortiqué dans tous ses paradoxes. Le phénomène des enfants de stars est également étudié. De ces fils ou filles de... Covid 19, confinement et voilà qu’apparaissent des tweets et autres commentaires tournant en dérision le fait que les femmes, à l’issue de cette période sans salons de coiffures ou d’esthétique, allaient ressembler à Chewbacca. Humour, répondrons les auteurs de ces messages. Oui, probablement mais pourquoi une fois encore, alors que le monde a bien d’autres chats à fouetter, l’attention est portée sur les poils et autres brushings féminins ? Mona Chollet se penche dans ce brillant essai sur l’aliénation féminine liée à la beauté, à l’apparence. Elle ne s’offusque pas contre le désir que les femmes peuvent ressentir de se pomponner mais sanctionne lorsque les femmes sont réduites uniquement à cet aspect de leur vie. La journaliste étudie notamment le rôle de l’industrie mode-beauté qui nous bombarde de visions stéréotypées de ce qu’est la beauté : une femme jeune, mince, blanche et blonde. Elle étudie les mécanismes à l’œuvre et les hypocrisies courantes de marques qui prônent la diversité des femmes en Europe pour mieux vendre des produits blanchissants la peau dans d’autres parties du globe. Amoureux des sacs à main ? Le phénomène des it-bags est décortiqué dans tous ses paradoxes. Le phénomène des enfants de stars est également étudié. De ces fils ou filles de célébrité qui semblent reproduire une élite, un entre-soi digne des anciens lignages héréditaires. Mis à part la première partie que j’ai trouvé un peu plus complexe à lire, le reste de l’essai est très accessible. Je n’ai pas forcément été d’accord avec tous les points de vue défendus par la journaliste (je l’aime bien Sofia Coppola moi 🙊) mais cette lecture est très enrichissante et passionnante. Je vous la recommande !
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !