RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La conjuration des imbéciles

            10/18
            EAN : 9782264034885
            Code sériel : 2010
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            La conjuration des imbéciles

            Jean-Pierre CARASSO (Traducteur), Walker PERCY (Préface)
            Date de parution : 18/04/2002

             

            À trente ans passés, Ignatus vit encore cloîtré chez sa mère, à La Nouvelle-Orléans. Harassée par ses frasques, celle-ci le somme de trouver du travail. C’est sans compter avec sa silhouette éléphantesque et son arrogance bizarre… Chef-d’œuvre de la littérature américaine, La Conjuration des imbéciles offre le génial portrait d’un...

             

            À trente ans passés, Ignatus vit encore cloîtré chez sa mère, à La Nouvelle-Orléans. Harassée par ses frasques, celle-ci le somme de trouver du travail. C’est sans compter avec sa silhouette éléphantesque et son arrogance bizarre… Chef-d’œuvre de la littérature américaine, La Conjuration des imbéciles offre le génial portrait d’un Don Quichotte yankee inclassable, et culte.

            « On ne peut pas lire ce livre, l’un des plus drôles de l’histoire littéraire américaine, sans pleurer intérieurement tous ceux que Toole n’a pas écrits. »
            Raphaëlle Leyris, Les Inrockuptibles

            Traduit de l'anglais (Etats-Unis)
            par Jean-Pierre Carasso
            Préface de Walker Percy

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264034885
            Code sériel : 2010
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            9.60 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • FredPlo Posté le 30 Mai 2019
              En lisant ce livre, je suis passé de la surprise, au rire et finalement à une sensation de... gêne. Surprise sur ce contraste entre cette retranscription de langue populeuse, colorée et grasse des quartiers de la Nouvelle Orléans, et celle riche, ampoulée et théâtrale d'Ignatius (un régal !). Rire autant pour la verve d'Ignatius, que pour les situations qu'il provoque, ainsi que pour l'originalité des autres personnages. Sensation de gêne car au bout d'un moment, le décalage permanent d'Ignatius, qui nous rend si attachant ce personnage pourtant laid, sale, égotique et égoïste, devient sociopathologie. Et là, j'ai ressenti comme un poids désabusé. Qu'est-ce qu'un personnage comme Ignatius peut bien espérer devenir, dans notre société ?... (à part président des États-Unis)
            • allard95 Posté le 7 Mai 2019
              La création par J.K.Toole du personnage d'Ignatius Reilly est un événement majeur dans l'histoire de la littérature américaine. Misanthrope inadapté à la vie sociale, porteur de théories spécieuses et vaines, Monsieur Catastrophe en toutes choses, monstre vivant d'absurdie, Ignatius ne ressemble à personne. Mais quand on le connaît, il s'impose à nous, comme Bardamu, comme le soldat Schweik, comme certains personnages d'Erskine Caldwell,comme le capitaine Haddock, comme Don Quichotte, comme Oliver Hardy…. Les aventures d'Ignatius sont souvent désopilantes: ses deux tentatives pour occuper un emploi nous conduisent dans des univers formidablement drôles. Mais il y a aussi une certaine gravité, car Ignatius n'est pas un idiot: il est inadapté à notre société, c'est sa principale caractéristique. Ce roman est à lire, absolument. Et s'il a quelques faiblesses (la réunion du club que veut fonder Ignatius traîne en longueur, et là, ce n'est pas drôle), si je l'aurais préféré avec 100 ou 150 pages de moins, il est clairement un grand et inoubliable roman.
            • LeCercle Posté le 15 Avril 2019
              Un monument de lecture. On scille constamment entre humour, délicieux cynisme et critique politico-social. Une lecture rare.
            • nicolab37 Posté le 15 Mars 2019
              Ignatus Reilly est-il magnifique ou ignoble? Un fou égocentrique ou un génie littéraire incompris? C'est cette ambivalence du personnage que l'on peut finir par regretter. Entre moments de claire-voyance sur la société américaine des laissés pour compte, critiques acerbes du monde du travail, et situations grotesques qui retombent à plat comme l'éléphantesque héro lorsqu'il exécute quelques pas de danse sur du jazz de la Nouvelle Orléans pour séduire les ouvriers noirs d'une fabrique de pantalons...Je n'arrive pas toujours à adhérer!
            • FredericSoulier Posté le 27 Janvier 2019
              J'ai bien mis une cinquantaine de pages à entrer dans cet univers absurdo-comique, mais une fois que j'y suis entré, je ne voulais plus en sortir. C'est un des livres les plus drôles que j'ai lus, et Ignatius Reilly un des personnages les plus truculents et savoureux qui soit passé entre mes pognes. Mais tous les personnages, absolument tous, sont impayables : de la taulière du bar à effeuilleuses à la mère d'Ignatius, du patron et de sa rombière en passant par la secrétaire, tous sont complètement bargeots et m'ont arraché de vrais rires physiques, et pas un simple et discret ricanement intérieur. C'est de plus une oeuvre qui pourrait paraître politiquement incorrecte pour l'époque à laquelle elle a été écrite, mais qui au contraire n'a pas ce ton paternaliste que certains écrivains endimanchés ont envers les minorités. Il faut saluer, également, la traduction française géniale, qui supprime à peu près tous les anglicismes, ce qui participe à rendre la satyre encore plus efficace. Le seul truc triste, là-dedans, c'est que personne n'ait reconnu à temps le talent de ce petit génie de la littérature qu'était John Kennedy Toole...
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…