En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Jean-Jacques ROUSSEAU

            Biographie de Jean-Jacques ROUSSEAU

            Jean-Jacques ROUSSEAU
            Né à Genève en 1712, fils d’horloger et orphelin de mère, Jean-Jacques Rousseau est recueilli, à l’âge de 16 ans, par Mme de Warens après avoir quitté sa ville natale. Monté à Paris en 1742, il rencontre Rameau, Marivaux et Fontenelle. Il collabore, grâce à Diderot, à l’Encyclopédie dont il rédige les articles touchant à la musique. Le 9 juillet 1750, l’Académie de Dijon couronne son Discours sur les sciences et les arts, qui sera publié la même année. Il écrit ensuite La Nouvelle Héloïse (1761) qui reste son grand succès romanesque. En 1762, paraît Émile ou De l’éducation et Du Contrat social, deux ouvragesqui jettent de nouvelles bases sociales et pédagogiques pour réformer l’homme et le ramener à la vertu. Rousseau y professe également une religion naturelle, sans dogme, ce qui lui vaut d’être condamné en 1762 par le parlement de Paris. Il se réfugie alors en Suisse puis en Angleterre. De retour en France en 1769, il termine son oeuvre autobiographique, Les Confessions (1765-1770) dont il avait entrepris la rédaction dès 1664, et les complète par Les Rêveries du promeneur solitaire. Il s’éteint en 1778, laissant sa dernière oeuvre inachevée.
             

            Les Rêveries du promeneur solitaire

            Jean-Jacques ROUSSEAU
            « Me voici donc seul sur la terre, n’ayant plus de frère, de prochain, d’ami, de société que moi-même. »
            À l’automne 1776, Rousseau, alors au crépuscule de sa vie, trouve refuge loin du « torrent du monde », dans une bienheureuse solitude magnifiée par la beauté de la nature. Au gré de ses promenades, le philosophe marche à la rencontre de lui-même,...
            Découvrir le livre
            Découvrir le livre